PDA

Voir la version complète : Départ des médecins à l'étranger : Qui arrêtera l'hémorragie ?


zek
01/07/2011, 09h22
Situation n La plupart sont partis à cause de l'absence de motivations et d'avantages sociaux, à l'exemple d'une rémunération digne de leur rang social et de leurs compétences.

Selon les dernières statistiques fournies par le Conseil national de l'ordre des médecins, le nombre de médecins algériens exerçant en France est passé de 3 000 à 5 000 au cours des deux dernières années seulement ; période durant laquelle 2 000 médecins ont regagné l'Hexagone.

Ces départs massifs de nos médecins à la recherche de meilleures conditions de vie ont des retombées désastreuses sur le Trésor public, puisque leur formation nécessite des investissements énormes de la part de l'Etat, sans qu'il puisse, en contrepartie, bénéficier de leurs compétences.

Le président du Conseil national de l'ordre des médecins, Bekat Berkani, a estimé récemment que les médecins qui ont quitté le pays pour aller s'installer à l'étranger sont les meilleurs dans leurs spécialités, puisque les pays occidentaux n'acceptent que les bons médecins.

Le phénomène de la «fuite» de médecins algériens, a-t-il ajouté, a atteint des niveaux alarmants, surtout quand on sait que plusieurs autres, en cours de formation, se préparent, eux aussi, à rejoindre leurs compatriotes déjà installés à l'étranger. Selon M. Bekat, la France reste la première destination de nos médecins, suivie du Canada, et d'autres pays, à l'instar des Etats-Unis, de la Suisse, de la Belgique...

Il a estimé qu'il s'agit là d'un sabotage organisé contre notre médecine. Mais la responsabilité des pouvoirs publics dans ce malaise est grande. Car ceux-ci, et malgré l'ampleur du phénomène, restent indifférents.

Ces médecins qui quittent l'Algérie l'ont fait pour diverses raisons. La plupart sont partis à cause de l'absence de motivations et d'avantages sociaux, à l'exemple d'une rémunération digne de leur rang social et de leurs compétences. C'est d'ailleurs, la raison principale qui pousse leurs syndicats à mener des mouvements de grève, comme c'est le cas actuellement, et ce, depuis plusieurs semaines.

Le système salarial également est loin d'être motivant pour de nombreux médecins exerçant dans le secteur public. Si l'on compare les salaires de médecins algériens et ceux perçus par leurs homologues tunisiens et marocains, on constatera que ceux de nos médecins sont nettement inférieurs.

Cela se passe au moment où on signale la signature de contrats avec des médecins étrangers, notamment des cubains, chargés d'effectuer des interventions chirurgicales contre des sommes faramineuses, alors que nos compétences sont «bradées» pour d'autres pays.


Mohammed Fawzi:
Info Soir

absent
01/07/2011, 10h17
187 hôpitaux, 411 polycliniques et 92 centres spécialisés en cours de réalisation (http://www.algerie-dz.com/forums/showthread.php?t=213220)

qui va les occuper
faudra faire appel aux chinois ou cubains c'est mieux

Pecos
01/07/2011, 11h04
qui va les occuper
faudra faire appel aux chinois ou cubains c'est mieux

Nous au moins on construit ! ;) sinon avec les augmentations de salaire qu'ils viennent d'avoir ça va être l'effet inverse !

Nomad7
01/07/2011, 11h48
Salut Pecos,

Nous au moins on construit ! ;) sinon avec les augmentations de salaire qu'ils viennent d'avoir ça va être l'effet inverse !

Oui c'est très bien de construire mais il faut aussi essayer de stopper l’hémorragie de la fuite de nos médecins à l'étranger.
ça ne sert à rien d'avoir des infrastructures sans avoir les compétences qui vont avec.

Pecos
01/07/2011, 11h53
ça ne sert à rien d'avoir des infrastructures sans avoir les compétences qui vont avec.

Saha Nomad

C'est vrai !! mais les medecins devraient faire des efforts aussi !!

Nomad7
01/07/2011, 11h58
C'est vrai !! mais les medecins devraient faire des efforts aussi !! Je ne connais pas les salaires de nos médecins mais il parait qu'ils sont bien bas .... donc c'est normal qu'ils vont chercher ailleurs pour une meilleure qualité de vie.
Les députes qui ne font rien de rien gagnent 30 millions par mois et les médecins qui font un boulot très difficile et noble à la fois ne gagnent que des miettes. Il faut les comprendre....

Pecos
01/07/2011, 12h01
Je ne connais pas les salaires de nos médecins mais il parait qu'ils sont bien bas .... donc c'est normal qu'ils vont chercher ailleurs pour une meilleure qualité de vie.


Il faudras verifier, mais on m'a dis qu'il ont eu une bonne augmentation !

noubat
01/07/2011, 12h17
Départ des médecins à l'étranger : Qui arrêtera l'hémorragie ?

Tout le monde veut partir, en barque pour les mesquines, par le savoir comme les docteurs, par naturalisation, par religion en s'appuyant sur les congrégations chrétiennes,

En fait par tous les moyens inimaginables.

absent
01/07/2011, 12h40
Départ des médecins à l'étranger : Qui arrêtera l'hémorragie ?

l'amélioration du cadre de vie des algériens, il ne fait plus bon vivre chez nous. les augmentations de salaires ne suffisent pas.

absente
01/07/2011, 13h12
On fait comme a Cuba,

Celui qui a finit ses etudes de medecines rend son passeport pour une periode bien determinée:redface:

absent
01/07/2011, 14h18
Désolé mais l'article ne précise pas que le diplôme de médecin algérien n'est pas du tout reconnu l'ordre des médecins en France. C'est aussi pareil pour les diplômes d'autres pays aussi.

Nos médecins algériens s'ils veulent travailler dans les hopitaux français, ont des équivalences de diplôme beaucoup moindre qu'un simple infirmier !:22:

C'est pour dire que nos médecins, s'ils veulent être considérés en tant que tels par l'ordre des médecins français, ils se doivent de refaire un certain nombre d'années d'études en médecine dans leurs écoles. Autrement, ils continueront à vivoter sur des postes qui ne sont point considérés à leur juste valeur. Et Dieu sait combien je connais de médecins algériens à l'étranger qui sont dans ce cas ! :mad:

Alors, comment arrêter l'hémorragie ?

La cause de cette hémorragie est principalement la mal-vie, le manque de considération pour nos cadres (car il n'y a pas que les médecins qui partent à l'étranger), et les évolutions de carrière qui se font par tous les moyens sauf par le mérite !

Tant qu'il n'y a pas de méritocratie appliquée à tous les niveaux en Algérie, l'hémorragie continuera.

BeeHive
01/07/2011, 15h24
C'est une hémorragie générale a tout les niveau, on dévalorise les nationaux et on valorise les étrangers indépendamment de l’expérience ou de la compétence.

absent
01/07/2011, 17h26
Le problème réside dans le pouvoir d'achat des algériens.
Pour arrêter hémorragie, la seule chose est d'offrir un salaire compétitif par rapport aux français et les pays du golf, et surtout revaloriser le dinar et le rendre convertible dans les marchés mondiaux, ce qui est dans le moyen terme impossible

Le Smic en France est de 1365 euros(Janvier 1011), l’équivalent de 141 443 DZA (change officiel. Au marché parallèle c'est 10 fois plus )..
Comment peut on garder ses cadres dans ce cas?

xenon
01/07/2011, 19h14
Départ des médecins à l'étranger : Qui arrêtera l'hémorragie ?
ben le départ du ministre de tutelle , du premier ministre , du président , des généraux corrompus ....etc ...etc ..

BeeHive
01/07/2011, 19h36
ben le départ du ministre de tutelle , du premier ministre , du président , des généraux corrompus ....etc ...etc ..

Il ne faut pas trop croire au miracle que leur départ resoudra tout les problemes .... la maladie est profonde et elle a atteint toutes les couches de la société, résultats d'un demi siècle de mauvaise gestion. Elle faudra des décennies pour remettre de l'ordre et stopper ou inverser l'hémorragie.

xenon
01/07/2011, 19h48
Il ne faut pas trop croire au miracle que leur départ resoudra tout les problemes .... la maladie est profonde et elle a atteint toutes les couches de la société, résultats d'un demi siècle de mauvaise gestion. Elle faudra des décennies pour remettre de l'ordre et stopper ou inverser l'hémorragie.

ok d'accord avec toi..

le minimum serait le premier pas de ce long chemin serait le renouvellement d'une classe dirigante qui "s'est fatigué à construire l'algérie post indépandance depuis 50 ans" ( je suis gentil)

zaki123
01/07/2011, 22h03
la mentalité du sud qui a point d'origine le sénegal est entrain de prendre le dessus...las-bas c'est le maraboutisme qui règne en maitre....

le rôle de l'influence sénégalaise n'est pas bien détaillé chez nous...l'ennemie numéro 1 du marabout et de son staff et son nombreux a tous les échelons même en france laïque...

pour les retenir c'est 10 fois rien il suffit de leurs collé une villa en location vente...et lui laisser la payer jusqu'à 70 ans....il ne lui restera que deux ans pour la terminer avant de mourir..c'est comme ça que font les canadiens pour attirer la creme internationale.;)

aniasse
01/07/2011, 23h10
Départ des médecins à l'étranger : Qui arrêtera l'hémorragie ?

L'argent

absent
01/07/2011, 23h34
Départ des médecins à l'étranger : Qui arrêtera l'hémorragie ?

L'argent

Tu retournera en Algérie pour de l'argent ?

aniasse
01/07/2011, 23h44
Tu retournera en Algérie pour de l'argent ?

non

zmigri
02/07/2011, 00h32
Le président du Conseil national de l'ordre des médecins, Bekat Berkani, a estimé récemment que les médecins qui ont quitté le pays pour aller s'installer à l'étranger sont les meilleurs dans leurs spécialités, puisque les pays occidentaux n'acceptent que les bons médecins. les medecins algeriens qui obtiennent le fameux sesame pour exercer il en existe mais très peu, les autres et ce sont la majorité ils exercent en tan qu'infirmier et font ou font le travail d'un medecin français en étant sous-payé. C'est malheureux de le dire mais c'est la triste vérité.

L'etat algerien doit arreter l'hémoragie en exigeant des compensations financières auprès des établissements étrangers ou carrément saisir les biens des medecins qui ne font pas leurs devoirs de citoyen, le service civil, quitte à encadrer la formation de médecins en algerie en la rendant payante.
Par exemple dans certains pays l'etudiant en medecine ou en spécialité contracte une banque qui finance ses longues études et une fois installé en cabinet en ville là où il ya le plus de clients enfin des patients, la banque retire un % de ce qui lui revient.

Avec cette fomule l'etat est gagnant tandis que le medecin sera celui qui aura les reins solides.:D

Othman17
02/07/2011, 08h48
Avec cette fomule l'etat est gagnant tandis que le medecin sera celui qui aura les reins solides.

Et apres on se demande pourquoi nos medecins en algerie et au maroc quittent le pays. Tu sais ce que sais des etudes en medecine? Jai deux amis qui en font et jpeu te dire que je peu compter sur les doigt dune main le nombre de fois que je les vu c 3 dernieres annees. C'est EXTREMEMENT exigeant et stressant. Le mec il fait 10 ans detude a se casser le c** pour qu'au final il percoive un salaire minable, exerce dans des condition exercrables, et ne jouisse daucun respect. Et apres ta des mec qui te dise quon doi saisir leur bien parce quil ne font pas leur devoir de citoyen. Et letat, on doit saisir leur biens parce quil ne soccupe pas bien de leur citoyens ?

Si on veut garder nos medecins,que ce soit en algerie ou au maroc ou se probleme existe aussi, il faut moderniser nos installations et leur offrir un salaire competitif a la hauteur de la profession. Y pas a chercher midi 14h.

conan
02/07/2011, 13h04
L'algerie aussi paie bien les medecins, cubains.

Pecos
02/07/2011, 13h10
Le statut particulier des médecins résidents adopté par le gouvernement

Bonne nouvelle pour les médecins résidents. Le statut particulier de cette catégorie professionnelle du corps médical, qui a tant fait parler d'elle à travers des actions de protestations, vient d'être adopté par le gouvernement.
Cette annonce a été faite par Djamel Ould Abbas, ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, ce jeudi, à l'occasion de la clôture de la première conférence du développement des services hospitalo-universitaires. Le ministre a affirmé que le nouveau statut concerne également les auxiliaires médicaux, c'est-à-dire les anesthésistes et les réanimateurs.
Ould Abbas assure, en outre, que ce nouveau statut particulier constitue l'une des principales revendications exprimées dans un passé récent par les médecins résidents.
L'élaboration de ce statut consacre, selon lui, l'aboutissement "d'un travail de longue haleine entre les ministères de la Santé, de l'Enseignement supérieur et des Finances".
Le nouveau statut des médecins résidents consacre également "une nouvelle phase de gouvernance". On retiendra que Djamel Ould Abbas a évité de dévoiler les augmentations des salaires citées dans le nouveau statut, alors que c'est la question fondamentale pour laquelle les médecins résidents ont décidé de recourir à des actions de protestations organisées durant les mois écoulés.
Il n'empêche qu'en dépit du silence de Ould Abbas sur la question des salaires, d'autres sources concordantes ont rapporté que les salaires des médecins résidents connaitront des augmentations qui varient entre 120 et 140 %, une fois que le nouveau statut particulier sera mis en application.
Le nouveau statut comprend également la prise en considération de l'effet rétroactif dans l'application des augmentations des salaires qui seront comptabilisées, indiquent les mêmes sources, à partir de janvier 2008.

En outre, les résidents veulent abroger le service civil A la veille de la signature par le gouvernement du nouveau statut, le Collectif autonome des médecins résidents algériens a rendu public un communiqué dans lequel il réclame la suppression du service civil. Les rédacteurs de ce document considèrent que
"le maintien du service civil est, hélas ???????? perpétuer la médecine d'urgence à laquelle ont droit les pauvres patients… C'est les condamner à une médecine de guerre, une médecine de premiers soins, alors qu'ils méritent au moins la même médecine que leurs concitoyens du nord".
Le service civil, c'est faire semblant de pratiquer la médecine, a-t-on estimé. Et tant que persiste cette obligation " la médiocrité sera toujours de mise" regrettent les rédacteurs du même communiqué.

Cookies