PDA

Voir la version complète : Culture de l'arganier en Algérie.


Page : [1] 2

xenon
01/07/2011, 19h45
Culture de l'arganier en Algérie.
La mise en œuvre du projet de protection et de valorisation de l'arganier, dont a bénéficié la wilaya de Tindouf au titre du fonds de développement du sud, sera effective dans les prochains jours, indique-t-on auprès de la conservation des forêts.
Ce projet, lancé pour un coût de 30 millions de dinars dans la localité de "Touirat" distante de 120 kilomètres du chef-lieu de wilaya de Tindouf, s'est concrétisé jusqu'alors par la réalisation d'un centre forestier, qui veillera sur l'évolution de cette variété rare d'arbres très demandé, en tant que fourragers et produits charbonneux souligne-t-on.
Cette opération a été précédée par une première expérience dans cette région portant sur la plantation de 20 hectares d'arganiers et la création d'une pépinière pour la production de ses plants et assurer la réussite de la plantation de cette variété d'arbres à Tindouf, seule wilaya à l'échelle nationale.
Au début de l'année 2008, des agents forestiers ont été déployés à travers l'espace réservé à cette variété d'arbustes où des opérations de recensement de la faune et de la flore ont été effectuées pour faciliter son évolution dans cet écosystème, ajoute-t-on.
En parallèle, la première expérience a été couronnée par la plantation de 3000 plants de l'arganier provenant de la pépinière forestière de Tindouf il y a trois ans de cela. Ceci a donné lieu également à la délimitation d'une superficie pour la culture du fruit de l'arganier et une autre pour son reboisement.
Ce projet a nécessité la réalisation de travaux portant sur le fonçage d'un puits d'un débit de deux litres/Seconde et deux bassins réservés à l'irrigation, un dépôt et des entrées menant à la station d'expérimentation, en plus de la création d'une pépinière et l'acquisition d'équipements nécessaires.
Cette spéculation, explique-t-on, se caractérise par un long cycle de maturité et nécessite des travaux de semailles directs.
La wilaya comptait auparavant 60000 hectares d'arbres d'arganier lesquels ont régressé suite à des facteurs naturels et de pacages illicites, indique le conservateur des forêts.
Au delà de son impact en matière d'exploitation du bois et d'huile extraite de cet arbre destinée à la fabrication de produits cosmétiques, les débris de l'arganier sont utilisés comme aliment de bétail, souligne-t-on.
El moudjahid

Mounir.
01/07/2011, 20h09
et ca continue :mrgreen:

LIXUS
01/07/2011, 20h15
Sujet déjà posté ici-même le 21/12/2008

http://www.algerie-dz.com/forums/archive/index.php/t-106989.html

Mounir.
01/07/2011, 20h23
non ca c " culture de l arganier en algerie 2" :mrgreen:

LIXUS
01/07/2011, 20h29
non ca c " culture de l arganier en algerie 2" :mrgreen:


C'est exactement le même sujet juste posté par une autre personne. C'est pour ça qu'il faut metter la date en même que la source sinon google est là.:mrgreen:

TAGHITI
01/07/2011, 20h39
l'arganier est chez lui a Tindouf, il résussira si l'Ètat s'y engage sérieusement loins des visites et des blabla! derniérement le ministre de l'envoronement Cherif Rahmani y a effectué une visite de travail, espérant avec suite cette fois-ci!!

Lixus, ca te fait aussi mal au point d'aller chercher le poux!

je te rassure, le projet n'a pas encore commencé!

noubat
01/07/2011, 21h19
c'est un arbre compliqué à mettre en culture.

Mounir.
01/07/2011, 21h25
israel l espagne et la tunisie ont deja essayé mais en vains..

LIXUS
01/07/2011, 22h16
Lixus, ca te fait aussi mal au point d'aller chercher le poux!

je te rassure, le projet n'a pas encore commencé!

A sahbi, ma bghitkhoum ghir lkhir. Je pense juste que si c'est de 2008, il faut le mettre dans la section café du village ou à tout le moins le signaler tel quel.

Sinon, pour l'arganier, si sa culture peut être multipliée au sahara, ça n'en fera qu'un meilleur barrage contre l'avancée du désert qui nous concerne tous.

xenon
01/07/2011, 23h47
Sujet déjà posté ici-même le 21/12/2008


mince tu travaille dans les archives ou quoi ..!?

C'est exactement le même sujet juste posté par une autre personne. C'est pour ça qu'il faut metter la date en même que la source sinon google est là

t'es parti jusqu'a googeliser pour si peu !!? ..

xenon
01/07/2011, 23h48
israel l espagne et la tunisie ont deja essayé mais en vains..

peut être qu'il y'a un micro climat favorable à tindouf..

Mounir.
02/07/2011, 02h41
l arganier est marocain et du moment qu il peut pousser aussi a tindouf donc tindouf est....:mrgreen: ok je sors

TAGHITI
02/07/2011, 13h58
Je pense juste que si c'est de 2008non, la derniére visite du ministre de l'environement dans la région de Tindouf date de 4 mois ( Avril 2011) si tu cherches vraiment l'actualité!

Encore une fois, rassures toi, l'Algérie n'a pas encore réussi á developper la culture de l'arganier, ns sommes encore dans la phase de reflexion! ca te va ?


Séminaire national à Tindouf : L’arganier, une branche d’avenir (http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/10897)

La nécessaire accélération de la mise en œuvre des mesures de protection et de valorisation de l'arganier a été soulignée hier, à Tindouf au cours d'un séminaire national sur la préservation et la valorisation de cette espèce végétale.
PUBLIE LE : 09-04-2011 | 20:01

La nécessaire accélération de la mise en œuvre des mesures de protection et de valorisation de l'arganier a été soulignée hier, à Tindouf au cours d'un séminaire national sur la préservation et la valorisation de cette espèce végétale.
Ce séminaire permet aux représentants d'institutions universitaires du pays, dont ceux issus de l'Institut national des forêts et des secteurs de l'environnement et de l'agriculture, de faire un état des lieux sur la situation de l'Argania Spinosa, arbre endémique de l'Algérie et du Maroc, et de débattre des moyens de sa préservation.
En Algérie, l'aire de répartition géographique de l'arganier couvre "un territoire relativement important dans le nord-ouest de la wilaya de Tindouf où cette espèce constitue la deuxième essence forestière après l'Acacia", indiquent les organisateurs.
L'Arganeraie régresse en termes de superficie et surtout de densité. "Il y a lieu de prendre des mesures urgentes pour sa préservation, sa valorisation, et son classement en aire protégée dans le cadre de la loi du 17 février 2011 relative aux aires protégées dans le cadre du développement durable", estiment-ils.
La dégradation des forêts est telle que les constats alarmants des décennies précédentes sont confirmés par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture qui confirment que les forêts "ne recouvrent plus qu'environ 31 % des terres émergées, qu'elles se sont dégradées presque partout et qu'environ 13 millions d'hectares de forêts sont annuellement détruits au profit de l'agriculture, l'urbanisation, les routes et, entre autres les mines", font savoir les organisateurs.
Le conservateur des forêts de la wilaya de Tindouf, M. Sedat Abdelkader, souligne l'intérêt des initiatives de développement et de préservation des espèces végétales, notamment d'essence forestière, à l'instar de l'arganier, une espèce qui se concentre dans les zones de Touirat Bouam, Merkala et Targanet, pour ce qui est de la wilaya de Tindouf.
Dans un souci de préserver cet arbre, le responsable des forêts de la wilaya fait état du déblocage, à la faveur du fonds de développement des régions du sud de 2010, d'un montant de 50 millions de dinars pour la réalisation d'actions de protection et de valorisation de l'arganier dans la wilaya.
La première phase de protection de l'arganier, lancée dans la région de Touirat Bouam, à 120 km de Tindouf, lieu de concentration de cet arbre de la famille des sapotacées, consiste en la réalisation d'un poste de contrôle pour les gardes forestiers qui luttent contre l'exploitation anarchique et la dégradation de l'arganier, à l'instar des actions de destruction relevées dans la région de Oued El-Ma où pousse également cet arbre, explique-t-il.
Le développement de l'arganier dans la région, par le boisement d'une surface de 20 ha en plants d'arganier et la création d'une pépinière d'arganiers, font partie des mesures retenues au titre de cette ambitieuse opération de valorisation et de préservation de cet arbre saharien.
Elle prévoit, selon le même responsable, le redéploiement d'agents forestiers à travers les zones de concentration de l'arganier pour la protection des rares espèces faunistiques et végétales de la région, ainsi que la régénération d'autres espèces végétales.
Les statistiques de la Conservation des forêts rappellent que le territoire de l'arganier s'étendait sur plus de 60.000 hectares dans la wilaya de Tindouf, avant de connaître un rétrécissement graduel du fait de plusieurs facteurs liés aux aléas climatiques et naturels (sécheresse) et à l'action de l'homme (abattage illicite et pâturages anarchiques).

xenon
02/07/2011, 14h27
non, la derniére visite du ministre de l'environement dans la région de Tindouf date de 4 mois ( Avril 2011) si tu cherches vraiment l'actualité!

Encore une fois, rassures toi, l'Algérie n'a pas encore réussi á developper la culture de l'arganier, ns sommes encore dans la phase de reflexion! ca te va ?



Si localement ( tindouf) ça peut constituer un secteur économique rentable , allah ibarek ..ca serait une bonne chose ..
et entre nous , on ne demande l'autorisation à personne ..

TAGHITI
02/07/2011, 22h23
Si localement ( tindouf) ça peut constituer un secteur économique rentable , allah ibarek ..ca serait une bonne chose ..
et entre nous , on ne demande l'autorisation à personne ..

il me semble que Tindouf reste le seul lieu capable de developper cette culture, mais ce qui m'énerve c'est les mêmes décalartions de ministres sur le même sujet sans avancer trop sur le terrain!

Tu as raison on ne demande l'autorisation de personne, mais on peut demander le savoir faire auprés des marocains en matiére de la culture de l'arganier, ns ne pouvons pas décoller dans ce domaine tout seul!
Ces ministres devraient financer des échanges des cadres et fellah!

xenon
03/07/2011, 02h01
il me semble que Tindouf reste le seul lieu capable de developper cette culture, mais ce qui m'énerve c'est les mêmes décalartions de ministres sur le même sujet sans avancer trop sur le terrain!

Tu as raison on ne demande l'autorisation de personne, mais on peut demander le savoir faire auprés des marocains en matiére de la culture de l'arganier, ns ne pouvons pas décoller dans ce domaine tout seul!
Ces ministres devraient financer des échanges des cadres et fellah!


..les marocains vont nous saouler pour si peu .....tu raméne des agronomes europpéens spécialisés et l'affaire est réglé..

si tindouf a été choisi c'est qu'il y'a eu une pré étude par des spécialistes sans parler d'un savoir faire local de type artisanale qui doit peut étre exister ..

Mounir.
03/07/2011, 03h35
je ne sais pas si j ai mal lu l article ou pas ? mais ca parle de protection de l arganier voir le preserver....

Xenon : jib des agronomes europeens ou meme des martiens... L argane a depuis des annees un label c est pas tes 2 metres carrees d arganier qu y changeront quoi ce soit

absent
03/07/2011, 06h14
L'arganier est un arbre exclusivement exploitable au Maroc, le Maroc et l'Algérie sont les seuls à pouvoir le laisser pousser parcequ'ils partagent des régions communes, mais le Maroc peut le développer sur une grande portion de son territoire alors que l'Algérie n'a pas assez d'arbres exploitables. Donc cette course poursuite ne nous intéresse pas, il doit être préservé, comme toutes les forêts d'Algérie et dans l'urgence, ils doivent surtout détruire les batiments inutiles qu'ils ont laissé construire et planter des arbres!

TAGHITI
03/07/2011, 12h44
Xenon : jib des agronomes europeens ou meme des martiens... L argane a depuis des annees un label c est pas tes 2 metres carrees d arganier qu y changeront quoi ce soit

en Algérie il fait environ 44.000 hectars (surtout dans la région de Tindouf)

avec moins de negligeance et plus de soins de la part des autorités, il sera plus dans qlqes années!

C'est le sujet du topic et non des clowneries de Germany!:D

xenon
03/07/2011, 12h55
Xenon : jib des agronomes europeens ou meme des martiens... L argane a depuis des annees un label c est pas tes 2 metres carrees d arganier qu y changeront quoi ce soit
Il ne s'agit pas de certification ou de label ..ou de courses vers je ne sais quoi


c'est comme si nous voulions faire de la Deglet noor un label ..

l'arganier n'est pas connu en algérie hormis certaines régions du sud ouest
et le me semble qu'au maroc il est cultivé principalement dans une région attenante , la région d'agadir et son arriére pays ..

il s'agit d'exploitation locale ( tindouf) pour une économie locale ..point .

c'est pas ca qui va enrichir le pays ..

arazigh
03/07/2011, 13h06
Maroc peut le développer sur une grande portion de son territoire alors que l'Algérie n'a pas assez d'arbres exploitables. Donc cette course poursuite ne nous intéresse pas
Ceci est confirmé par les faits :
-- La densité (nombre d'arbres par hectare) passe de 260 sur la cote entre Agadir et Essaouira, à 40 ou 35 à l'est, vers la frontière algérienne.
-- La productivité en amendons par arbre (2,6 kg au sud d'Essaouira) chute également au fur et à mesure qu'on s'éloigne de l'Atlantique.

Voilà donc une difficulté supplémentaire à maitriser la culture de cet arbre.

LIXUS
03/07/2011, 13h06
et le me semble qu'au maroc il est cultivé principalement dans une région attenante , la région d'agadir et son arriére pays

Oui mais c'est quand même une grande région qui remonte au nord jusqu'au sud de Safi et descend beaucoup plus bas vers le sud.

Tu as aussi de l'arganier préservé dans la région de Berkane dans l'oriental !! (lire extrait article ci-dessous).



L’existence dans la Province de Berkane de l’arganier, arbre séculaire aux multiples vertus, constitue un atout d’un grand intérêt scientifique et une grande curiosité touristique. Outre sa fonction écologique du fait de son rôle vital dans la protection de l’environnement et dans la préservation de la biodiversité, l’arganier est un arbre à usages multiples d’un intérêt économique et social capital. Chaque partie de l’arbre est utilisable et représente une source de revenues non négligeable pour les ruraux limitrophes.

Dans la perspective de préserver cette richesse naturelle dans la région, une stratégie locale a été mise en place visant à : Informer et sensibiliser l’opinion locale, nationale et internationale. Sauvegarder et protéger ce patrimoine local. Développer et valoriser localement la culture de l’arganier. Ainsi, les premières actions engagées dans le cadre de cette stratégie se résument comme suit : Sensibilisation et information aux niveaux des populations locales et des divers organismes nationaux, sur les spécificités, l’importance et l’intérêt de cette essence rare. Promotion d’échantillons l’huile issus des premiers essais après analyse et conditionnement. Constitution en 2003 d’une coopérative locale pour la gestion et l’exploitation économique afin de valoriser localement les produits de l’arganier. Première production par la coopérative de l’huile d’argan. Engagement du service des Eaux et Forêts dans la protection, la sauvegarde et la densification du patrimoine d’arganier existant. Initiation de projets en vue de réhabiliter, développer et valoriser ce don de nature. Ces projets consistent à faire un diagnostic sur l’état des lieux, d’acquérir la maîtrise des techniques d’élevage des plants et d’assurer leur application sur le terrain. Pour la concrétion de chantier, la contribution active de plusieurs partenaires est recherchée à travers, notamment, l’implication plus prononcée des autorités administratives, des élus représentant les populations locales et du savoir-faire des partenaires économiques, des compétences de la société civile et de la participation des organismes internationaux impliqués dans la protection de l’environnement.

L’arganier un important atout pour la province

L’arganier, arbre spécifiquement marocain, endémique du sud-ouest du pays, classé par l’UNESCO en 1998 « Patrimoine culturel international de l’Humanité’ est aussi présent dans la Province de Berkane. La superficie provinciale hébergeant cette essence, dénommée « llot de Béni Snassen », sis dans la commune rurale de Chouihia, s’étend sur 300 hectares et compte près de 1000 arbres en bon état de végétation. L’existence de cette richesse inestimable, spécificité et écologique remarquable, constitue pour la province de Berkane, en plus d’une curiosité touristique, une opportunité économique indéniable. Vers une exploitation économique de l’arbre mythique

Dans la perspective de préserver le patrimoine de l’arganier dans la région et étendre sa culture pour son exploitation économique, une stratégie de sauvegarde, de densification et de valorisation du périmètre existant, impliquant les populations autochtones, est mise en place pour développer cet arbre légendaire aux multiples vertus. Un effort de sensibilisation est déployé auprès des populations locales pour leurs faire prendre conscience du grand intérêt de ce précieux patrimoine.
COOPERATIVE FEMININE D’EXTRACTION DE L’HUILE D’ARGAN ISSU DE L’ILOT DES BENI SNASSEN

xenon
03/07/2011, 13h14
Oui mais c'est quand même une grande région qui remonte au nord jusqu'au sud de Safi et descend beaucoup plus bas vers le sud.

Tu as aussi de l'arganier préservé dans la région de Berkane dans l'oriental !! (lire extrait article ci-dessous).



oui je sais ..d'ailleurs je l'ai vu à agadir ..

je pense que c'est du à son climat spécial

noubat
03/07/2011, 13h17
Au Maroc, la surface qu'il occupe n'est elle pas en recule, malgré la protection de cet arbre? surexploitation?

LIXUS
03/07/2011, 13h20
Dire que mon grand-père maternel llah yrahmou possédait plein de terres avec des arganiers dans la région de Haha (Essouira) et que tout a été squatté par ses proches après son départ pour Casa.

Maintenant,c'est impossible de prouver tout ça.:22:

xenon
03/07/2011, 13h43
Dire que mon grand-père maternel llah yrahmou possédait plein de terres avec des arganiers dans la région de Haha (Essouira) et que tout a été squatté par ses proches après son départ pour Casa.

Maintenant,c'est impossible de prouver tout ça

ben idem pour les miens ..des terres d'oliviers..

LIXUS
03/07/2011, 14h01
On va vous prêter notre spécialiste en la matière, la chercheuse Zoubida Charraf (Fac des Sciences de Rabat).

C'est elle qui s'est battu pour sensibiliser les gens sur la préservation de cette espèce et les résultats sont là.

http://www.youtube.com/v/8VQ_g_H9ReY

TAGHITI
03/07/2011, 14h05
bravo á Zoubida Charaf, toutes mes félicitations!
Merci pour la vidéo!

xenon
03/07/2011, 14h06
c'est sympa ..

tu sais trés bien , quand on va vous dépasser , vous aller nous saouler " c'est grace au marocains " ..patati patta ..!!

donc mieux vaut prendre un spécialiste neutre , en dehors de la région..

TAGHITI
03/07/2011, 14h12
tu sais trés bien , quand on va vous dépasser , vous aller nous saouler " c'est grace au marocains " ..patati patta ..!!

comme dans le domaine du plâtre :mrgreen:

Cookies