PDA

Voir la version complète : Massoud


ernestito
12/09/2004, 19h00
jai vu une emission sur massoud hier
quel homme !!!!!!!!!
si l'occident l'avait ecouté il n'y aurait peut etre pas eu des attentats
si les musulmans l'avait soutenus ,l'afghanistan n'aurait pas ete autant detruit
non , bcp ont prefere les talibans ,ou bien attendre que l'usa s'en mele apres le 11 septembre
il est mort en heros

morjane
12/09/2004, 19h16
Ah! Je suis heureuse que tu parles de Massoud. quand on voit que pour les prochaines éléctions en Afghanistan , on parle du retour des Talibans et qu'il n'y a aucun ordre ni retour au calme d'établis.
Je n'ai pas vus cette émission, j'avais écouté cette chronique sur RFI.

"La tragédie du 11 septembre avait commencé deux jours plus tôt à l’autre bout du monde, dans les montagnes afghanes. Le commandant Massoud, qui avait tant mis en garde l’Occident contre l’islam dévoyé des Talibans, lui qui avait tenté de mobiliser les gouvernements en faveur de son dernier carré de résistance au nord de l’Afghanistan, le commandant Massoud tombait, victime d’un attentat sophistiqué à la caméra piégée.
Mais cet assassinat par des pseudo-journalistes n’aurait sans doute pas eu un tel retentissement sans les attentats aux Etats-Unis. Car à l’exception de fidèles, qui se souciait encore de l’Afghanistan?
Le « Royaume de l’Insolence » était isolé du reste du monde par le régime taliban dont les excès n’avaient rien à envier aux folies khmères rouges de naguère au Cambodge. Et paradoxalement, c’est le terrorisme international, dirigé contre les tours jumelles de New York, qui l’a remis dans le droit chemin de l’ouverture.
Pour leur part, les héritiers de Massoud ont doublement vengé leur commandant assassiné. Les Américains qui les avaient d’abord dédaignés, misant sur un soulèvement des Pachtounes grâce à leurs bombardements, ont fini par les armer pour combattre les Talibans. De surcroît, au lieu d’attendre bien sagement au portes de Kaboul, comme l’exigeait Washington, les Panshiris de Massoud sont entrés dans la capitale, prenant l’avantage qu’ils ont conservé jusqu’à aujourd’hui. Le président, Hamid Karzai, est un Pachtoune, mais l’homme fort reste un Tadjik, le maréchal Fahim, ministre de la Défense.

Cependant, l’intervention militaire américaine, décisive dans la chute des Talibans, le 13 novembre dernier, n’a pas réussi à consolider l’Afghanistan. Jeudi 5 septembre, le président a échappé à un attentat tandis qu’une bombe placée dans une voiture faisait une trentaine de morts en plein Kaboul.
Sans doute est-il difficile de stabiliser un pays en proie à tant d’années de guerre civile et de rivalités ethniques. Néanmoins, la priorité donnée à la traque d’Oussama Ben Laden n’a pas aidé le président Karzai. Tout en le soutenant, les Etats-Unis ont armé les seigneurs de la guerre, rebelles au gouvernement central. En conséquence, si l’Afghanistan est libéré de l’obscurantisme des Talibans, le pays échappe largement au contrôle de Kaboul.
L’aide internationale, qui avait tant manqué à feu le commandant Massoud, sera déterminante pour réunifier le pays.
Hélène DA COSTA"

Je ne partage pas toute son analyse. Il y a un semblant de démocratie en façade avec Hamid Karzaï parce que les americains le soutiennent . Or il y a toujours des seigneurs de la guerre, la lutte entre patchtouns et tajiks, plus des tribus locales qui controlent des régions entières et la drogue règne en maitre. Chacun cherchant son intérêt.

Une autre chronique: Massoud, héraut d'une nation introuvable (http://www.rfi.fr/actuchaude/edito_chro.asp?m1=1&m2=3&m3=2&identifiant=16747&ID _sRUB=20)

Et dire que la France l'a laissé tomber, elle a fait la sourde oreille, trop occupé à parlementer avec les Talibans :evil:
Massoud était vraiment un grand chef.

Cookies