PDA

Voir la version complète : L’ islam est-il un frein au développement économique ?


Page : [1] 2 3

zek
06/07/2011, 09h13
Le retard des pays musulmans est l’une des causes du «printemps arabe». Il tire ses origines de la religion. Mais pas seulement.

De Paris en 1789, au Caire et à Tunis en 2011, le défi est le même : transformer la Révolution en un progrès durable. S’ils veulent avoir une chance d’y parvenir, les nouveaux gouvernements d’Egypte et de Tunisie vont devoir comprendre pourquoi leurs pays ont pris tant de retard.

Personne, en effet, ne peut contester que le monde arabe est à la traîne de l’Occident. Dans une série de rapports publiés par l’ONU, plusieurs intellectuels arabes reconnaissent que le développement du Moyen-Orient a été entravé par un déficit de liberté et de connaissances.

Dans de nombreux pays, pointent-ils, le taux d’alphabétisation des adultes dépasse à peine 50%, aucun brevet scientifique n’est déposé et les indicateurs affichent des résultats peu reluisants. Avec moins de 5 millions d’habitants, le petit Costa Rica exporte plus de produits manufacturés que l’Egypte.

Pour beaucoup d’analystes, le principal responsable de la situation n’est autre que l’islam. «On ne peut pas comprendre la performance économique de ces nations sans la mettre en rapport avec la foi et la culture musulmanes», tranche, par exemple, l’historien de l’économie David Landes dans son livre «Richesse et pauvreté des nations» (1998). Selon lui, le monde islamique a développé un complexe d’infériorité face à la montée de l’Occident, rejetant les inventions européennes telles que l’imprimerie et écartant «les nouvelles connaissances et les idées modernes, soupçonnées de véhiculer des hérésies».

Selon Bernard Lewis, de l’université Princeton, l’influence de l’islam est si envahissante qu’elle empêche de nombreux Etat arabes de s’interroger sur les vraies raisons de leur retard. «Toutes les réponses apportées sont religieuses… Si les choses vont mal, nous sommes punis par Dieu pour avoir abandonné le droit chemin», indique-t-il dans son livre «Que s’est-il passé ?» (2002). L’idée que la religion joue un rôle central dans le dynamisme économique remonte à Max Weber et à son fameux traité sur «L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme», publié en 1905.

En embrassant un code moral ascétique fondé sur le mérite individuel, les protestants, notamment calvinistes, étaient selon lui particulièrement adaptés pour jouer le nouveau jeu économique : mobiliser des capitaux dans la poursuite rationnelle du profit. Weber n’a pas examiné l’attitude des musulmans envers le travail et l’entreprise, mais les économistes Luigi Guiso, Paola Sapienza et Luigi Zingales l’ont fait il y a quelques années, en s’appuyant sur les données du World Values Survey, un ensemble d’enquêtes multinationales couvrant 66 pays.

Dans leur étude parue dans le «Journal of Monetary Economics», ils notent qu’«en moyenne, les religions chrétiennes sont considérées comme propices au développement économique, alors que l’islam y est associé négativement».

En comparaison avec les protestants, les catholiques, les hindous et les juifs, les musulmans sont en général moins disposés à partager les credo du libéralisme tels que «la concurrence est bonne», «la propriété privée des entreprises doit être renforcée» ou encore «l’inégalité des -revenus est nécessaire pour inciter à l’effort individuel». On peut dès lors se poser la question : dans quelle mesure l’islam est-il compatible avec une économie prospère du XXI siècle ?

Pour Timur Kuran, un économiste qui a grandi en Turquie et enseigne à l’université Duke (Caroline du Nord), ce sont les coutumes sociales et les règles religieuses des premiers temps de l’islam qui sont en cause. Il n’insiste pas sur l’interdiction par le Coran du prêt à intérêt, contournée depuis longtemps et qui n’a pas empêché l’émergence récente d’une puissante industrie de la finance islamique : des centaines de banques et de fonds d’investissement prétendent aujourd’hui être «conformes à la charia». Mais il estime en revanche que les pratiques ancestrales des affaires et de l’héritage ont freiné l’émergence de grandes entreprises industrielles, comme General Electric, General Motors ou IBM. A l’époque médiévale, les partenariats commerciaux étaient la principale forme d’activité au Moyen-Orient.

Ces constructions juridiques, qui permettaient aux commerçants d’amasser des fonds pour les expéditions lointaines, ont été pendant des siècles en avance sur leur temps. Mais elles se sont révélées mal adaptées à la création d’actifs durables, comme les usines et les chemins de fer. Dans un partenariat islamique, tout associé peut en effet sortir de l’affaire lorsqu’il le désire, et le décès de l’un d’entre eux suffit à remettre en question toute l’opération. Voilà pourquoi la plupart des entreprises créées par ce biais ont été faibles et peu durables.

Au XIX siècle, les entités commerciales les plus solides dans les pays islamiques émanaient presque toutes de non--musulmans, tels que les Arméniens et les juifs. «Avant le XX siècle, note Kuran, la région n’a pas produit un seul cas de mobilisation financière privée massive, sauf lorsque les étrangers étaient impliqués.» Le Coran impose aussi de partager au moins les deux tiers de la fortune des défunts entre les membres de leur famille.

Combinée à la forte incidence de la polygamie chez les plus riches, cette règle d’héritage égalitaire a, certes, évité aux sociétés islamiques d’évoluer vers des systèmes féodaux. Mais elle a aussi nui à la pérennité des entreprises locales. Le résultat, c’est que le Moyen-Orient a été très lent à développer les outils du capitalisme, comme les marchés boursiers. Et qu’il a laissé s’installer de lourdes bureaucraties, qui découragent encore aujourd’hui l’innovation. «Même si, par magie, tous les régimes autocratiques de la région tombaient, le secteur privé et la société civile ne reprendraient pas leurs droits avant des décennies», prévient Kuran.

L'islam est-il pour autant le principal responsable du retard des pays musulmans ? Ce n’est pas si sûr. Pour commencer, notons que cette religion, du moins dans sa formulation initiale, est loin d’être hostile aux entreprises. «Le marchand honnête sera assis à l’ombre du trône d’Allah», annonce le prophète Mahomet. Le califat qu’il a lui même fondé avec ses successeurs était d’ailleurs un vaste empire commercial, avec des avant-postes sur la côte Atlantique et en Asie centrale.

En plus de la vente des épices et des métaux précieux, on y avait développé avec succès des industries manufacturières, telles que le papier, les tapis et les textiles de coton, alors même que l’Europe stagnait dans le Moyen Age. Pourquoi cet empire a-t-il fini par être dépassé par l’Occident ? L’explication la plus immédiate tient moins à l’islam qu’au colonialisme et aux pillages organisés par les pouvoirs politiques successifs.

C’est en les écrasant sous les taxes et les réquisitions que les Mamelouks, descendus du Caucase, ont ruiné l’agriculture et le commerce du Moyen-Orient à partir de 1382. Avec l’arrivée des Ottomans au XVI siècle, la situation a empiré. «En l’absence de toute politique de travaux publics, les canaux d’irrigation se sont envasés, la -famine et les maladies se sont multipliées», note l’historien Peter Mansfield.

Le détournement progressif de la route commerciale terrestre entre les Indes et l’Europe – les marchandises étant désormais transportées par galion via le cap de Bonne-Espérance – a achevé de saper le fondement traditionnel de l’économie arabe.

Aujourd’hui, le principal problème économique de la région n’est pas la religion, mais la démographie. Au cours des trente dernières années, la mortalité infantile a chuté de plus de la moitié, entraînant une forte croissance de la population. En Egypte, l’âge médian est actuellement de 24 ans, au Yémen, de 18. Et une personne sur quatre de 15 à 24 ans est sans emploi au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, selon l’OIT. Pour fournir des emplois à toute cette jeunesse, les économies arabes devraient croître à des taux similaires à ceux de la Chine et de l’Inde.

La situation est d’autant plus instable que beaucoup d’Etats ont développé leurs systèmes d’enseignement supérieur. En Egypte, par exemple, environ 25% des jeunes en bénéficient, mais il n’y a guère d’emplois à la clé. «Les diplômés du supérieur ont presque dix fois plus de risque de se retrouver au chômage que les jeunes qui sortent de l’école primaire, observent les économistes Marcus Noland et Howard Pack. Il n’est pas surprenant que de nombreux leaders de l’agitation actuelle soient diplômés de l’université.»

Pour un régime autoritaire, c’est une chose d’avoir à traiter avec des foules de paysans et d’ouvriers réclamant de la nourriture. Mais donner satisfaction à des diplômés qui, comme en Egypte et en Tunisie, exigent la liberté et des emplois gratifiants est un défi autrement redoutable, que la seule démocratisation ne suffira pas à relever.

Heureusement, il existe un modèle de croissance à portée de main. Il y a trente ans, l’Indonésie et la Malaisie étaient encore des nations pauvres et rurales. Depuis, leur PIB par tête a été multiplié par cinq ou six, et ces deux nations musulmanes sont aujourd’hui des pays industrialisés à revenu intermédiaire. Ni l’une ni l’autre n’ont pourtant imité l’Occident : elles ont suivi un modèle de développement fondé sur un parti unique.

Autre grand pays islamique, la Turquie a su pour sa part éliminer depuis 1980 les obstacles au commerce et aux investissements étrangers. Aujourd’hui, elle est la quinzième économie de la planète, le deuxième exportateur mondial de ciment et un gros producteur de téléviseurs, d’autobus et de navires.

Pour l’Egypte, la Tunisie et les autres nations arabes, tout l’enjeu est de parvenir à inonder pareillement le marché mondial de produits et de services réclamant beaucoup de main-d’œuvre. Pour attirer davantage d’investisseurs étrangers et le savoir-faire technique qui les accompagne, il leur faudra aussi assurer la stabilité politique, limiter la corruption (l’expérience de l’Indonésie de Suharto démontre qu’il n’est pas nécessaire de la supprimer complètement), faire disparaître les barrières qui hérissent encore le monde des affaires et harmoniser les règles administratives.

Selon la Banque mondiale, il faut trois fois plus de temps pour démarrer une entreprise en Arabie saoudite qu’au Maroc ! Si elle s’attelle vraiment à cette tâche, la prochaine génération de dirigeants arabes découvrira vite que celle-ci est bien plus utile que de perdre son temps avec des panégyriques ou des jérémiades sur l’héritage de l’islam.

John Cassidy, Copyright 2011
«The Conde Nast Publication, Inc»

http://nsa27.casimages.com/img/2011/07/06/110706122020942797.jpg

maB2rOc
06/07/2011, 10h13
L’ islam est-il un frein au développement économique ?
merci beaucoup , nous ont est le frein et vous les mécréants la vitesse , ces parfait :mrgreen:

que de Blague , ces pas notre faute si a notre indépendance on avait déjà 50 ans de retard , mes chut faut pas le dire , ces a cause de islam ces tous,

pour finir pensé se que vous voulez , les pires ennemies des musulmans ces loin d'être vous , mes ce qui la pratique .

MisterOver
06/07/2011, 10h26
Sur le fond, l'analyse est fondée, notre religiosité est très envahissante.

Je parle de notre religiosité, notre manière de voir l'Islam, nous avons raté une chose essentielle : Une philosophie d'aborder la modernité.

maB2rOc
06/07/2011, 10h30
Sur le fond, l'analyse est fondée, notre religiosité est très envahissante.

Je parle de notre religiosité, notre manière de voir l'Islam, nous avons raté une chose essentielle : Une philosophie d'aborder la modernité.
Salam MisterOver
je savez pas que était musulman(e) :rolleyes::mrgreen: , bon tu fait partis du frein :mrgreen:

MisterOver
06/07/2011, 10h48
Faut pas tout mettre sur le dos de la colonisation, pas mal de pays arabo-musulmans n'ont jamais été colonisé : L'Arabie Saoudite par exemple.

kaiser
06/07/2011, 11h28
la religion c'est juste un bouc emissaire de grands savants musulmans etaient précurseurs dans bcp de domaines scientifiques!
la turquie pays musulman connait un essor economique soutenu depuis une dizaine d'année!

donc ce n est pas l islam ce sont les hommes les dictatures la corruption l'éducation savez vous que c'est dans le monde arabe qu on lit le moins!
une illustration de la décheance du monde arabe: les rapports maroc-algerie

goud
06/07/2011, 11h40
Et les pays de l’Afrique noire.. c'est à cause de l'islam?

C'est qui envahi ces pays pour les empêcher de se développer. C'est qui déclenche ses guerres civils dans les pays..ce ne sont pas ses occidentaux? et après une artiste sort pour récolter de l'argent pour enfin aider ces pays

hassa2006
06/07/2011, 11h44
la turquie pays musulman connait un essor economique soutenu depuis une dizaine d'année!

donc ce n est pas l islam ce sont les hommes les dictatures la corruption l'éducation savez vous que c'est dans le monde arabe qu on lit le moins!

merci pour l'exemple de la turquie, été laïc voulu par ataturk qui grâce à lui se séparât de l’archaïsme religieux dans la sphère public.

kaiser
06/07/2011, 11h52
merci pour l'exemple de la turquie, été laïc voulu par ataturk qui grâce à lui se séparât de l’archaïsme religieux dans la sphère public.

les régimes dictatoriaux arabes se servent de la religion pour asseoir leur mainmise sur l 'état justement

hassa2006
06/07/2011, 11h56
bien encore un argument contre la religion dans la sphère public alors

maB2rOc
06/07/2011, 11h56
Faut pas tout mettre sur le dos de la colonisation, pas mal de pays arabo-musulmans n'ont jamais été colonisé : L'Arabie Saoudite par exemple.
certes , y'a d'autre facteurs , les crises qu'ont connues certains pays (guerre civile algérienne , année de plomb au maroc etc...) , inexpérience de nos politiciens (ces toujours le cas :lol:) mes de la a accuser islam ces vraiment de islamophobe

absent
06/07/2011, 11h59
l'islam est un frein au développement selon le modèle capitaliste ;)

Mais il estime en revanche que les pratiques ancestrales des affaires et de l’héritage ont freiné l’émergence de grandes entreprises industrielles, comme General Electric, General Motors ou IBM. A l’époque médiévale, les partenariats commerciaux étaient la principale forme d’activité au Moyen-Orient.

comme si l'économie de marché ne peut exister que par le biais de la grande entreprise. bien au contraire la grande entreprise est par définition contradictoire aux lois du marché, elle a été inventée dans le but de contourner les contraintes et les coûts du marché au profit des actionnaires et au détriment du reste de la société. la grande entreprise capitaliste concentre des ressources financières considérables, génère des profits faramineux, mais participe d'une façon marginale à la création d'emplois et au paiement des impôts, contrairement à la PME ...

hassa2006
06/07/2011, 12h01
Et les pays de l’Afrique noire.. c'est à cause de l'islam?

C'est qui envahi ces pays pour les empêcher de se développer. C'est qui déclenche ses guerres civils dans les pays..ce ne sont pas ses occidentaux? et après une artiste sort pour récolter de l'argent pour enfin aider ces pays

big n'importe quoi.

la pays d'afrique qui s'en sort le mieux c'est l'afrique du sud et comme par hasard il y a encore des blancs et c'est un pays extrêmement développé

nedjmala
06/07/2011, 12h15
vous semblez rejoindre un certain "topic" évoquant une possible "ignorance" sous forme de "baignade"...
http://www.algerie-dz.com/forums/images/icons/icon1.gif
le frein, pour tout instant ou toute raison se décrivant un déplacement évolutif et mobile temporellement, il est une diversité freinante, humainement ou naturellement parlant, et ne cherchez pas celle qui s'avouerait être ou produire un "accélérateur" propulsant la "Natologie", et oui, la matière philo psycho supérieure ne se relativise pas du même effet lorsqu'il s'agit d'en découdre depuis les parts de l'ignorance ou, parfois, d'intenter un progrès, une marche, un sens, mais bon il faut toujours faire avec ce qui porte savoir plus que mémoire, inversement se déconseille du moindre évolutif...à force d'insister, régler le frein est-il préjudiciable ou condamnable selon les mille et une façon d'entrevoir certains aspects actuels et conjoncturels de la vie, alors simple question, depuis combien de temps l'égalité n'a pas rayonné parmi tant de chaque "principe", d'ailleurs a-t-elle seulement existé un jour entier au delà des apparences, les preuves de toutes parts semblent démontrer à peu près tout le contraire et c'est ainsi que les raisons se multiplient sans Raison et inondent sans Valeur, tout ceci ou tout cela depuis des sens de l'Humanité puisque, d'un état ou d'un peuple à l'autre, qui n'en fait point partie d'où il se nomme d'être des hommes, et la vie est bien plus vaste qu'une entrevue "humanocrate", qui ne le sait moins aujourd'hui d'hier,...

Salam, merci...

maB2rOc
06/07/2011, 12h23
la pays d'afrique qui s'en sort le mieux c'est l'afrique du sud et comme par hasard il y a encore des blancs et c'est un pays extrêmement développé
guet moi ce spécialiste du dimanche , Afrique du sud extrêmement développé :mrgreen: , ta n'a d'autre comme sa , ces un pays en voie de développement , et comme tu dit ces grâce au colon anglais qui est comme il est maintenant et encore il dégrade maintenant , la majorité des pays africains et arabes sont des dictatures et voleurs , tous s'expliques , mes bon comme tu pu islamophobie , on va te laisser dans ton délire sur Islam , y'a plein de ton genre , mes sa n'a jamais changer grand chose ,

nedjmala
06/07/2011, 12h30
exemple et ne vous déplaise, veuillez tout d'abord comprendre

Citation:
la pays d'afrique qui s'en sort le mieux c'est l'afrique du sud et comme par hasard il y a encore des blancs et c'est un pays extrêmement développé
guet moi ce spécialiste du dimanche , Afrique du sud extrêmement développé :mrgreen: , ta n'a d'autre comme sa , ces un pays en voie de développement , et comme tu dit ces grâce au colon anglais qui est comme il est maintenant et encore il dégrade maintenant , la majorité des pays africains et arabes sont des dictatures et voleurs , tous s'expliques , mes bon comme tu pu islamophobie , on va te laisser dans ton délire sur Islam , y'a plein de ton genre , mes sa n'a jamais changer grand chose ,

après cela que prétendez vous défendre, croire, espérer, une réponse à la fois peut, pourra mieux vous faire réfléchir...

Salam, merci...

Galaad
06/07/2011, 12h34
C'est la société, la culture dominante qui cause le sous-développement, pas la religion d'Islam.

A part les monarchies pétrolières, les seuls pays Musulmans qui s'en sortent sur le plan économique sont des pays très Occidentalisés : Turquie, Malaisie Indonésie...

On a besoin d'un Atatürk, d'un Meiji réformateur pour rompre avec l'archaïsme culturel et économique de nos pays.

absent
06/07/2011, 12h41
En embrassant un code moral ascétique fondé sur le mérite individuel, les protestants, notamment calvinistes, étaient selon lui particulièrement adaptés pour jouer le nouveau jeu économique : mobiliser des capitaux dans la poursuite rationnelle du profit. Weber n’a pas examiné l’attitude des musulmans envers le travail et l’entreprise, mais les économistes Luigi Guiso, Paola Sapienza et Luigi Zingales l’ont fait il y a quelques années, en s’appuyant sur les données du World Values Survey, un ensemble d’enquêtes multinationales couvrant 66 pays.

Dans leur étude parue dans le «Journal of Monetary Economics», ils notent qu’«en moyenne, les religions chrétiennes sont considérées comme propices au développement économique, alors que l’islam y est associé négativement».

En comparaison avec les protestants, les catholiques, les hindous et les juifs, les musulmans sont en général moins disposés à partager les credo du libéralisme tels que «la concurrence est bonne», «la propriété privée des entreprises doit être renforcée» ou encore «l’inégalité des -revenus est nécessaire pour inciter à l’effort individuel». On peut dès lors se poser la question : dans quelle mesure l’islam est-il compatible avec une économie prospère du XXI siècle ?

ce passage est répugnant, il pue la propagande à plein nez.
il n'y a pas plus libéral que les émirats, le Qatar et l'Arabie saoudite au monde
la guère contre l'islam continue ...

maB2rOc
06/07/2011, 12h52
la guère contre l'islam continue ...
il font la guerre au vent plutôt qu'est on a rien a foutre de leur opinion , nous on sais ces quoi le problème a nous de les réglés

absent
06/07/2011, 12h53
ce topic et les réactions de certains m'ont rappelé un Hadith du prophète (SAW)

لتتبعن سنن من كان قبلكم حذو القذة بالقذة، حتى لو دخلو جحر ضب لدخلتموه

nous voyons très bien que la civilisation occidentale va droit au mur et que des guerre civiles en occident ou une guerre mondiale (occident vs chine) ne sont pas à exclure, mais certains continuent à faire l'éloge de ce monde qui déraille complètement ...

Neutrino
06/07/2011, 13h23
La compagnie malaisienne à bas coûts devrait acheter cent Airbus 320neo supplémentaires, ce qui porterait sa commande totale à 300 appareils, selon l'agence Reuters.

AirAsia, compagnie malaisienne à bas coûts, et l'avionneur européen avaient annoncé le mois dernier au salon du Bourget une commande initiale de 200 appareils pour 18,2 milliards de dollars, établissant déjà un record en nombre d'appareils. En faisant jouer une clause lui permettant d'ajouter 100 exemplaires à sa commande, AirAsia porterait le montant de sa commande à 27 milliards de dollars sur la base des prix catalogues. La compagnie se met également en position de devenir l'une des plus grandes compagnies aériennes du monde par sa flotte. Comme ceux du premier volet de la commande, les nouveaux appareils seront équipés de moteurs CFM, a précisé la source citée par Reuters. AirAsia bénéficiera d'une remise sur l'ensemble de sa commande et la livraison des 100 appareils supplémentaires se fera à la discrétion du transporteur, selon la même source. Cette semaine, le fondateur d'AirAsia, Tony Fernandes, avait indiqué à Reuters qu'il considérait la compagnie comme pouvant disposer de 500 appareils, ce qui en ferait la deuxième au monde derrière l'américaine Southwest Airlines. Air Asia dispose à ce jour de 90 avions, pratiquement tous des monocouloirs A320.

Source: La Tribune.fr - 06/07/2011, 08:14

PS: petit rappel: les malaisiens sont majoritairement musulmans.

absente
06/07/2011, 13h26
Que du blabla de dire c est la réligion qui freine le développement, juste un pretexe encore pour mettre encore du négatif a la balance de l islam.
C est faux l Arabie saoudite et la Turquie sont deux bons exemples.
C est juste a mon avis une " histoire " de mentalités qui refuse d ouvrir les yeux sur l urgence de certains pays, et puis tant que de vieux fossiles refuserons de se mettre a table avec une jeunesse respectueuse de l islam et voudra bien l écouter ou admettre les faiblesses de certains systèmes instaurés dans beaucoup de pays, ben on dira toujours et encore, " ils sont pauvre et arriérés c est la faute a l Islam"!

Politique de l autruche c est tout, faut bien un responsable et le meilleur c est qui...Deviner :mrgreen:

BMW
06/07/2011, 13h27
Selon Bernard Lewis, de l’université Princeton, l’influence de l’islam est si envahissante qu’elle empêche de nombreux Etat arabes de s’interroger sur les vraies raisons de leur retard. «Toutes les réponses apportées sont religieuses… Si les choses vont mal, nous sommes punis par Dieu pour avoir abandonné le droit chemin»,


Trés vrai ça ! on ne peut le chacher

Neutrino
06/07/2011, 13h32
nous voyons très bien que la civilisation occidentale va droit au mur et que des guerre civiles en occident ou une guerre mondiale (occident vs chine) ne sont pas à exclure, mais certains continuent à faire l'éloge de ce monde qui déraille complètement ...

Je ne suis pas prophète mais, "je ne crois pas" à la troisième guerre mondiale. en tout cas, elle ne serait pas "bénéfique" comme l'a été la seconde guerre mondiale qui s'est conclue par l'émergence de deux super puissances dont les Etats Unis et un développement économique sans précédent, notamment les trois glorieuses. D'une troisième guerre mondiale, il ne résulterait rien de constructif. destruction totale et pas de reconstruction possible. Donc, aucun intérêt à conduire une troisième guerre mondiale même si elle est possible.

absente
06/07/2011, 13h39
Une troisième guerre mondiale ???
Non je pense pas non plus, sinon ca serait une catastrophe mondiale , chacun aurait juste a appuyer sur un bouton, imaginer le résultat..??Personnes survivrais, et c est pas le projet de Dieu de nous offrir une 3eme guerre mondiale a cause de la betises humaines, je pense Inchallah si ca devait suivre ce chemin là il interviendrais avant ,avec sa force divine.....Mais là je fabule, c est sur ont pas pas finis de se taper dessus :mrgreen:, mais détruire TOUT...?? non !!!!!

zek
06/07/2011, 13h39
La compagnie malaisienne à bas coûts devrait acheter cent Airbus 320neo supplémentaires, ce qui porterait sa commande totale à 300 appareils, selon l'agence Reuters.

La compagnie Air Asia n'appartient pas à un musulman, en Malaisie, ce sont les Chinois qui tiennent l'économie, plus de 5,2 millions sur 25 millions, soit environ 25 % de la population totale.

AirAsia X est une compagnie aérienne, créée en 2007 et basée à Kuala Lumpur (KUL), en Malaisie. Cette compagnie est un projet de la compagnie malaisienne AirAsia, de sa compatriote Fly Asian Express. Tony Fernandes, président des compagnies prendra 50(+1) % du capital, il est l'actionnaire majoritaire de la nouvelle compagnie low cost long-courrier. Richard Branson, président de la compagnie anglaise Virgin en possède 20%.

Cette compagnie long courrier est de type low cost.

Elle décolle de Kuala Lumpur (Malaisie), à destination principalement de la Malaisie, la Thailande, la Chine et l'Australie. Elle assure aussi des vols sur Londres et Téhéran et à partir de 2011 sur Paris.

Neutrino
06/07/2011, 13h51
La compagnie Air Asia n'appartient pas à un musulman, en Malaisie, ce sont les Chinois qui tiennent l'économie, plus de 5,2 millions sur 25 millions, soit environ 25 % de la population totale.

Les chinois tiennent l'économie et les malaisiens musulmans sont donc tous des cancres et des pauvres malheureux (d'après toi). La Malaisie est le seul pays musulman industrialisé... grâce à qui? grâce aux... CHINOIS! et pour quelles raisons les chinois développeraient-ils un pays qui n'est pas le leur?

Y a-t-il des pays africains qui développent leur industrie grâce à la Chine? Les chinois sont bien présents en Afrique. Non? Mais... apparemment pas pour développer. n'est-ce pas?

maB2rOc
06/07/2011, 13h51
Le monde arabe a plus besoin d’un vent de liberté que d’un parfum de paradis.
je rectifie ta signature ,
-le monde arabe a plus besoin d'homme qui réfléchies que de pseudo savant

pas vrai les AT :lol: , pas vrai les chrétiens :lol:, pas vrai tous le monde ,

imaginons un conducteur fait un accident et qui dirait ces a cause de ma BMW que j'ai fait un accident , tu verrait tous le monde se moqués de lui ,

remplacer BMW par Islam et ces tous que vous êtes des rigolos :mrgreen:

maB2rOc
06/07/2011, 13h53
pour quelles raisons les chinois développeraient-ils un pays qui n'est pas le leur?

Y a-t-il des pays africains qui se développent grâce à la Chine?
bien parler

zek
06/07/2011, 14h14
Les chinois tiennent l'économie et les malaisiens musulmans sont donc tous des cancres et des pauvres malheureux (d'après toi). La Malaisie est le seul pays musulman industrialisé... grâce à qui? grâce aux... CHINOIS! et pour quelles raisons les chinois développeraient-ils un pays qui n'est pas le leur?

Désolé de te le redire, mais les Chinois en Indonésie ont en pris plein la gueule, pendant la crise économique, par ce que le riz avait augmenté, les Chinois en Asie du Sud Est, c'est comme les Libanais en Afrique, ils possèdent tout.

Y a-t-il des pays africains qui développent leur industrie grâce à la Chine? Les chinois sont bien présents en Afrique. Non? Mais... apparemment pas pour développer. n'est-ce pas?

Leur présence en Afrique n'excède pas une dizaine d'année, par contre, en Malaisie et en Indonésie, ça fait plus de 100 ans qu'ils y sont, donc c'est pas comparable.

Cookies