PDA

Voir la version complète : Le nouveau patron d’Air Algérie affiche son ambition de «reconstruire la compagnie»


Neutrino
07/07/2011, 09h38
Pour sa toute première sortie publique, le nouveau patron d’Air Algérie affiche son ambition de «reconstruire la compagnie» et de lui donner une image en phase avec les critères de qualité de services exigés par la clientèle. «Ce qui me tient à cœur c’est de reconstruire la compagnie», a notamment déclaré hier Mohamed Salah Boultif. Ponctualité, désormais véritable cheval de bataille pour la compagnie, selon M. Boultif, formation du personnel, rigueur dans la gestion et dans la maintenance, respect de la clientèle, renouvellement de la flotte et respect des engagements de son prédécesseur envers le partenaire social sont certains points qui ont été évoqués lors de la conférence de presse organisée à Alger. Le nouveau PDG d’Air Algérie, qui succède à Abdelwahid Bouabdellah à la tête du transporteur aérien national, n’a pas annoncé cependant de grands bouleversements immédiats au sein de la compagnie, estimant que l’heure est au diagnostic, «après il se peut qu’il y ait quelques arrangements», affirme M. Boultif. Ce dernier se dit «investi d’une mission» et assure qu’il a «toute la marge de manœuvre nécessaire» pour la gestion de la compagnie. Il réfutera les difficultés financières dont souffrirait Air Algérie, rappelant que la compagnie «a les moyens de moderniser sa flotte, d’acquérir des systèmes et des logiciels, de lancer la construction d’un nouveau siège social, etc. Air Algérie a les moyens de sa politique», atteste M. Boultif pour clore ce chapitre. Pour le PDG, il y a deux priorités : le règlement du problème social soulevé par le syndicat et la réussite de la saison estivale. Pour ce qui est du premier point, le nouveau PDG informe que deux commissions dédiées à la rémunération et au régime du travail «sont à pied d’œuvre pour arriver à une solution du différend social. Je compte ouvrir un chantier sur la hiérarchisation des salaires», certifie M. Boultif qui pense qu’il est important d’être en phase avec «les normes internationales en matière salariale, telles que pratiquées par les compagnies internationales». Une stratégie globale est, par ailleurs, envisagée pour le développement de la compagnie, selon M. Boultif qui rappelle le projet d’un hub à l’aéroport international d’Alger et d’une possibilité pour Air Algérie de se lancer dans le créneau dit «de sixième liberté» tel que pratiqué par exemple par Qatar Airways qui effectue des liaisons long-courriers entre plusieurs pays tiers. M. Boultif a également avancé, à propos de l’ouverture d’une ligne Alger-New York que «les discussions pour l’open sky sont toujours en cours et qu’elles buttent sur un problème au niveau de la Banque d’Algérie».

Nouvelles acquisitions en vue


Il est à noter que la flotte d’Air Algérie compte actuellement une quarantaine d’avions. Air Algérie compte actuellement 8 avions gros porteurs, 22 moyens porteurs, 12 petits porteurs de marque ATR (avion de transport régional) et un avion Hercule pour le fret. L’Algérie a acquis, depuis 2010, 11 avions nouvelle génération, dont 7 gros porteurs 737-800 NG et 4 ATR. Interrogé sur le montant total des transactions, M. Boultif n’a pas souhaité répondre, mais a souligné que ce type de Boeing coûte environ 60 millions de dollars. Le plan de développement de la compagnie prévoit par ailleurs l’acquisition prochaine d’un ou de plusieurs avions cargo pour le fret, et possible remplacement de 3 avions de ligne de plus de 20 ans d’âge. Pour réussir la saison estivale et la omra, le PDG d’Air Algérie a annoncé, entre autres mesures phare, des baisses importantes sur les tarifs de ses vols internationaux. La bataille autour des parts de marché sur les vols acheminant les émigrés notamment incite la compagnie nationale à offrir des facilitations et des réductions importantes à sa clientèle. Pour les vols à partir de la France, les tarifs enfants sont ainsi réduits de 33% au lieu de 25%, les tarifs jeunes sont appliqués désormais jusqu’à 29 ans au lieu de 26 ans, et un tarif promotionnel est prévu durant le mois de Ramadhan. Pendant la période de rush de l’été, soit du 26 juin au 18 juillet, un billet Paris-Alger coûtera 448 euros TTC, alors que le billet Marseille-Alger se vendra à 289 euros TTC. D’autres réductions commerciales au départ d’Alger vers le réseau international sont prévues. Ainsi, les familles et les seniors bénéficieront de 40% de remise, alors que les jeunes, entre 12 et 29 ans, bénéficieront de 35% et les couples de 30%. Pour la campagne de la omra, il est à noter qu’Air Algérie a affrété de gros porteurs de plus de 300 sièges afin d’acheminer les hadjis et de renforcer ces vols limités par les autorités saoudiennes à 4 par jour.



par Zhor Hadjam (El Watan)

oukil salah
08/07/2011, 09h25
il va faire comme son prédécesseur , qui a fait les memes declarations quand il a pris les commandes de cette entreprise

donc walou

harajuku111
08/07/2011, 10h36
Dites moi qui a mis ce guignol dans ce poste, je vous dirrais si il va faire du bon travail ou pas.

La reponse est claire! malheureusement.

mehdoche
08/07/2011, 13h19
un billet Paris-Alger coûtera 448 euros TTC
Rien ne s'arrange. Misere de misere.

Neutrino
08/07/2011, 14h34
C'est dommage que les recettes d'Air Algérie liées à son trafic international ne soient pas convertible en devises. Pour ce faire, l'Etat algérien pourrait par exemple lancer une filiale internationale d'Air Algérie qui se comporterait en gros comme une compagnie étrangère implantée en Algérie (évidemment) sauf que ses profits ne seraient pas transférés à l'étranger mais resteraient à la Banque d'Algérie sur le compte de la Société Air Algérie. Ce serait un peu comme si on importait des services à nous-même. Air Algérie dépendrait moins de l'Etat et aurait de quoi s'offrir des services de qualité pour ses passagers et une maintenance de qualité pour ses appareil.

Cookies