PDA

Voir la version complète : ARABIE SAOUDITE : Pourquoi le royaume est stable


zek
07/07/2011, 20h39
L’Arabie Saoudite est certes dominée par un clergé rigoriste ; mais les gouvernements ont su faire évoluer le régime, estime un think tank américain.

Le plus frappant, dans ce qu’a vécu le royaume au fil de ces semaines de crise, c’est l’absence de véritable rejet du gouvernement. Cela pourrait ne pas durer. Les jeunes et les intellectuels laïcs sont de plus en plus nombreux à envoyer lettres et pétitions, et à réclamer davantage de réformes. Certains appellent à des “jours de colère” – reproduisant des appels du même type lancés en Tunisie et en Libye. En ces temps de troubles, personne ne peut garantir la stabilité de l’Arabie Saoudite.

Pourtant, il y a des raisons de penser que l’Arabie Saoudite va continuer sur la voie de la réforme et du changement pacifique. Une petite minorité bruyante ne saurait représenter un pays. Cela s’explique en partie par l’histoire du royaume. Depuis l’époque de Nasser [à la tête de l’Egypte de 1954 à 1970], chaque crise au Moyen-Orient donne lieu à des spéculations sur l’Arabie Saoudite et l’avenir de la monarchie. Pourtant, après un demi-siècle de spéculations, l’Arabie Saoudite n’a pas changé de régime. Cette stabilité est due au fait qu’à chaque vague de changement le gouvernement a réagi en appliquant les réformes nécessaires pour avoir le soutien du peuple.

Le souverain actuel, Abdallah ben Abdul Aziz, a mis en œuvre une politique de réformes sociales, économiques et de l’enseignement. Dans le même temps, il a dû tenir compte du fait que le clergé saoudien est profondément engagé dans un islam puritain et qu’il reste hostile à tout changement social qui pourrait entrer en conflit avec les pratiques traditionnelles. Il a également tenu compte du fait que la société saoudienne s’appuie sur des valeurs très différentes de celles de l’Occident.

Lorsque a commencé cette nouvelle vague de crises, le roi Abdallah n’a pas réagi en imposant un train de mesures sécuritaires. En revanche, son gouvernement a pris une série de mesures sociales :

− 7,55 milliards d’euros pour financer des crédits au logement ;
− 5,6 milliards d’euros pour augmenter le capital de la Banque de crédit saoudienne ;
− 189,5 millions d’euros pour permettre à la sécurité sociale d’augmenter le nombre de personnes couvertes dans une même famille ;
− 227,9 millions d’euros pour le développement des services sociaux ; − 664,7 millions d’euros pour aider les néces*siteux à entreprendre des travaux dans leurs *logements et à payer les charges ;
− 90,4 millions d’euros pour soutenir les programmes destinés aux étudiants démunis ;
− 2,7 milliards d’euros pour financer l’Autorité générale du logement ;
− une augmentation de 15 % des salaires des *fonctionnaires.


Ces mesures, qui représentent 25,6 milliards d’euros de dépenses, ont manifestement pour but de désamorcer l’agitation populaire. Ce ne sont pas des décisions hâtives, mais la suite logique des efforts du gouvernement dans des secteurs prioritaires, secteurs qui touchent à la justice sociale et qui sont précisément à l’origine des manifestations en Egypte et en Tunisie. L’Arabie Saoudite est indispensable aux intérêts stratégiques américains et au reste du monde. Les dernières projections du ministère de l’Energie américain n’envisagent aucune réduction d’ici à 2025 du niveau de dépendance des Etats-Unis vis-à-vis des importations de pétrole.

Ce pays est tout aussi indispensable à la stabilité de la région qu’à l’économie mondiale. Ryad joue un rôle de contrepoids essentiel face à un Iran radical et agressif ; il est à l’origine du plan de paix de la Ligue arabe avec Israël ; et il est devenu un partenaire vital dans la guerre contre le terrorisme. La stratégie américaine au Moyen-Orient repose entièrement sur la présence d’un régime bienveillant en Arabie Saoudite.

Nul ne peut nier que les dirigeants saoudiens doivent relever plusieurs défis. Il leur faut essayer de conserver le soutien populaire tout en trouvant un chemin entre modernisation, progrès social et respect des aspirations d’une population très conservatrice.

La monarchie, les élites et les technocrates œuvrent au sein d’un système politique et culturel difficile à comprendre pour des Occidentaux. La monarchie saoudienne n’a pas grand-chose à voir avec nos démocraties. Son expérience des assemblées législatives aux membres triés sur le volet, les Majlis, et de la représentation locale est encore très timide. Toutefois, elle a fait preuve de beaucoup plus d’empathie avec son peuple que de nombreux régimes du Moyen-Orient qui se veulent républicains.

Même si l’attachement populaire à un islam conservateur a évolué, la monarchie doit avancer prudemment : elle doit constamment prouver sa légitimité religieuse et son dévouement à l’islam. Le roi est le “gardien des deux saintes mosquées”, un titre qui, loin d’être honorifique, lui confère une partie de sa légitimité. Cela dit, le conservatisme religieux n’est pas l’islamisme : il joue aussi un rôle stabilisateur et rend moins probables les vagues soudaines de revendications populaires.

Le royaume est doté d’un système judiciaire très particulier et difficile à moderniser. Tant les tribunaux que les forces de sécurité peuvent être répressifs et présentent bien des dysfonctionnements. Pourtant, le rapport annuel du département d’Etat américain sur les droits de l’homme est plus favorable à l’Arabie Saoudite qu’à de nombreux autres pays en développement.

Lorsqu’on examine les plans quinquennaux et les rapports de l’agence monétaire d’Arabie Saoudite depuis le milieu des années 1970, on constate que le royaume a investi de très fortes sommes dans la création d’emplois et a tout mis en œuvre pour réduire sa dépendance envers la main-d’œuvre étrangère. Son élite est peut-être extraordinairement riche, mais la population dans son ensemble a tiré profit des revenus pétroliers saoudiens. Il existe une classe moyenne en progression constante.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas de raisons de s’inquiéter. Tous les changements au sommet de la monarchie posent des problèmes, incontestablement. Les droits de l’homme et l’Etat de droit doivent être modernisés. Les chiites saoudiens subissent une discrimination qu’il faudra éradiquer. A terme, l’Arabie Saoudite sera également confrontée à cette même explosion démographique des jeunes qui a ébranlé ou renversé d’autres régimes du Moyen-Orient. D’après les évaluations, quelque 38 % des 25,7 millions d’habitants que compte l’Arabie Saoudite ont 14 ans ou moins.

Anthony Cordesman
Center for Strategic and International Studies (CSIS)

zek
07/07/2011, 22h20
PAfBHKrxpRk

lala-moulati
07/07/2011, 23h08
L’Arabie Saoudite est certes dominée par un clergé rigoriste ; mais les gouvernements ont su faire évoluer le régime, estime un think tank américain.

Ce pays est tout aussi indispensable à la stabilité de la région qu’à l’économie mondiale. Ryad joue un rôle de contrepoids essentiel face à un Iran radical et agressif ; il est à l’origine du plan de paix de la Ligue arabe avec Isra

La seule raison de ce positif avis d'un think tank américain est que la phase de Ben Laden ne pouvant plus être prolongée car elle n'a plus de raison d’être, on passe a la phase des démocraties islamistes pro-américaine.
Le seul hic l'Iran et son rôle dans la région, ils sont entrain de mettre fin a ses "méfaits" au sud Liban grâce a la révolte en Syrie, ainsi le bras long de l'Iran bientôt amputé, fin des nuisances iraniennes contre Israël. La relation entre les islamistes et les américains... is business as usual.

Et nous dans tout ca? as usual, royalistes plus que le roi.

rodmaroc
08/07/2011, 00h43
à ce que je sache,personne n'a réclamé la mise en place d'institutions modernes en Arabie Saoudite...pourquoi changer alors?
le gouvernement est en phase avec le peuple...il faut pas chercher plus loin.

oukil salah
08/07/2011, 10h02
ARABIE SAOUDITE : Pourquoi le royaume est stable

parce que c'est toute la famille royale qui a les commandes des villes : walis
et du gouvernement et de l'armée

noubat
08/07/2011, 19h48
ARABIE SAOUDITE : Pourquoi le royaume est stable

Les dignitaires de ce pays achètent avec quelques rials la stabilité et paix sociale auprès du peuple qui lui se contente d'accepter.

absent
08/07/2011, 21h04
Pourquoi le royaume est stable


Parce qu'il pompe le pétrole pour l'occident et contient des bases Américaines et anglaises stratégiques.

zek
08/07/2011, 21h05
ARABIE SAOUDITE : Pourquoi le royaume est stable

Le souverain a promis l'augmentation de salaires minimaux jusqu'à 800 dollars.

L'augmentation des primes de chômage jusqu'à 250 dollars.

Une prime de deux mois de salaire pour chaque fonctionnaire et une prime de deux mois pour les bourses des étudiants.

L'allocation de fonds pour la construction de 500.000 unités de logement dans tout le pays.

Une enveloppe pour le secteur de la santé.

La création de 60 000 postes supplémentaires dans le domaine de la sécurité.

Création d'un comité de lutte contre la corruption qui serait directement sous sa supervision et pourrait contrôler tous les secteurs gouvernementaux.

Alors pourquoi changer de dirigeants au risque de tomber sur un futur Kadhaffi.

absent
08/07/2011, 21h14
Alors pourquoi changer de dirigeants au risque de tomber sur un futur Kadhaffi.

Tu as vu zeki la vidéo qie tu as posté? et comment le prince machin ben talal se moque de araffat et le droit de retour du refugier Palestiniens? Il est juste un harki pas plus pas loin avec la famille Al Saoud des harkas.

zek
08/07/2011, 21h42
Tu as vu zeki la vidéo qie tu as posté? et comment le prince machin ben talal se moque de araffat et le droit de retour du refugier Palestiniens? Il est juste un harki pas plus pas loin avec la famille Al Saoud des harkas.

Je crois que d'après la vidéo, il ne fait pas de politique, seulement du business.

absent
08/07/2011, 21h55
ici :http://www.algerie-dz.com/forums/showthread.php?t=213868.

Dans la deuxieme vidéo, tu vois comment il se moque de Arraat et le droit de retour des Palestiniens en qualiiant Arraffat d'être trop exigeant envers la paix avec Israel avec l'ex ministre étrangere Américaine.

noubat
08/07/2011, 21h57
ARABIE SAOUDITE :le royaume est stable

Étonnant pour un pays ou les droits les plus élémentaires sont bafoués.

aurassien
09/07/2011, 11h57
l'arabie saoudite est soutenue par tout l'occident a cause de saposition stratégique et surtout a cause du pétrole
aucune opposition n'est tolérée, même la plus pacifique
des milliers d’opposants croulent dans les prisons sans jugement

aurassien
09/07/2011, 12h04
http://www.fraternet.com/images/Logo2.gif (http://www.fraternet.com/index.htm)
http://www.fraternet.com/images/bandeau_femme.gif







Femme en Arabie Saoudite [08-2000] > Les chiffres clés (http://www.fraternet.com/femmes/info63.htm)

http://www.fraternet.com/femmes/photos/saudiar1.jpg Un des premiers producteurs de pétrole du monde, une puissance financière capable de soumettre le dollar, la livre et l'économie occidentale, l'Arabie Saoudite est aussi l'un des pays les plus rétrogrades en matière de respect des droits humains…

L'Arabie Saoudite a les mains rouges et le cœur asséché par les actes de violences qu'elle encourage sur son territoire à l'égard de toutes les personnes qui entravent la loi sociale et religieuse. Dans cette politique délibérée de chasse à l'impie, les femmes, qu'elles soient saoudiennes ou immigrées, font l'objet d'une discrimination instituée et traditionnelle.

Des patrouilles de la police religieuse, les " mutawa'een " sillonnent les rues, questionnent les femmes accompagnées d'un homme pour s'assurer de l'identité de ce dernier, vérifient que la tenue vestimentaire stricte imposée par la loi est respectée, arrêtent les femmes qu'ils jugent en infraction, les emprisonnent, les soumettent parfois à une " vérification de leur virginité ", les torturent, les font condamner par un système judiciaire corrompu et incompétent. Certaines se retrouvent rapidement devant un peloton d'exécution pour des crimes qu'elles n'ont pas commis. Comment défendre une femme devant un tribunal si les lois édictent, elles-mêmes, des pratiques discriminatoires et violentes à leur égard ? Tout est organisé pour que la justice soit rendue, au nom de la loi religieuse, sans appel, sans recours, le plus rapidement possible et dans le secret le plus absolu.

Prenons le cas de cette femme indonésienne immigrée et employée comme domestique. Quelques jours après son embauche, elle est maltraitée, soumise à des injures, des harcèlements verbaux et physiques, puis rapidement abusée sexuellement. Son employeur est assassiné. Elle est alors accusée du meurtre, jugée en secret et contrainte à signer une déclaration écrite en langue arabe qu'elle ne comprend pas. Ces textes constituent bien souvent des passeports pour l'exécution capitale ! Pourtant, elle n'a jamais compris la raison de son emprisonnement. Ce sont les rares lettres adressées à sa famille qui nous renseignent de son désarroi. Aucune personne, aucune organisation, aucun avocat, ne peut intervenir de l'extérieur pour lui venir en aide, pour faire réviser son procès. La barrière de la langue, le manque d'argent, le système judiciaire inique et voué au châtiment ne lui laissera aucune chance.

La femme saoudienne, de son côté, est censée bénéficier de droits économiques égaux à ceux des hommes. Dans la réalité, ses droits civiques, quasi inexistants, constituent une entrave majeure à l'exercice de son rôle dans la société saoudienne. La scolarité lui est réglementée et certaines disciplines ne lui sont pas accessibles, réservées aux garçons. Une femme ne peut voyager sans l'accord préalable de son époux, son père ou toute autre autorité masculine familiale. Il en est de même pour son admission dans les hôpitaux.

En fin de compte, nous pourrions nous acharner à trouver une porte de secours qui nous laisserait entrevoir l'amélioration de la condition des femmes en Arabie Saoudite, mais aucune issue ne semblerait envisageable pour l'instant. Les mûrs sont trop hauts et trop épais. Les femmes se heurtent à leur dureté, se blessent à leurs pierres saillantes… Une fenêtre s'ouvre pourtant, toute petite, mais qui a l'avantage d'exister : la possibilité pour certaines filles et sous surveillance, d'avoir accès à l'Internet par l'intermédiaire d'ordinateurs installés dans quelques universités. Un début d'espoir dont nous ne savons pas s'il doit générer l'expression d'un sourire ou l'écoulement de quelques larmes ? Sans doute les deux !



Thierry http://www.fraternet.com/images/mail.gif (http://www.fraternet.com/femmes/art63.htm#thierry) > Les chiffres clés (http://www.fraternet.com/femmes/info63.htm)

Source : Amnesty, ONU, US dept
Photo : detnews.com




Abonnement à la newsletter Fraternet "Droits des Femmes" (http://www.fraternet.com/femmes/abonmentf.htm)
Recevez chaque semaine l'actualité, l'analyse et les statistiques concernant les Droits des Femmes + le portrait d'une femme engagée en faveur des droits humains. (gratuit)





L'info du jour (http://www.fraternet.com/magazine/info.htm) | Magazine (http://www.fraternet.com/magazine/index.htm) | De la paix en soi... (http://www.fraternet.com/paix1.htm) | Reportages (http://www.fraternet.com/report.htm) | Multimédia (http://www.fraternet.com/media.htm) | Cartes postales (http://www.fraternet.com/cp/index.htm) | Cliparts (http://www.fraternet.com/clipart/index.htm) | Equipe (http://www.fraternet.com/equipe.htm) | Email (http://www.fraternet.com/email.htm)

http://www.fraternet.com - Copyright © 2000 - 2001 Les Chemins D'En Haut - Tous droits réservés.

Cookies