PDA

Voir la version complète : Contentieux Algéro-Français : Restitution de pièces archéologiques et d’œuvres d’art


zek
14/05/2006, 08h34
Bonjour, ce n'est qu'une partie de l'iceberg, l'occupation allemande qui à duré 5 ans, le musée du Louvre a la fin de l'occupation dans des trains, sans compter les biens des juifs et les collections privées, alors vous imaginez 132 années, même la faune et la flore y a perdu beaucoup.
-----------------------------------------------------------------

Khalida Toumi évoque un contentieux Algéro-Français

Un contentieux existe actuellement entre l’Algérie et la France sur la restitution de certaines pièces archéologiques et d’œuvres d’art. L’annonce a été faite hier par Khalida Toumi, ministre de la Culture, lors de l’émission « Questions de l’heure » de la Chaîne III, de la Radio nationale.

La ministre a parlé des « têtes coupées » de statues à Cherchell, de deux tableaux et de copies de gravures rupestres faites par Henri Lhote (auteur de A la découverte des fresques du Tassili). Elle a évoqué également les registres des musées nationaux pris par la France après l’indépendance du pays en 1962. « Nous n’avons jamais récupéré ces registres en dépit des demandes renouvelées, à chaque fois, par l’Algérie », a précisé la ministre. « Nous avons sollicité les autorités françaises et nous n’avons reçu aucune réponse. Je fais confiance à la diplomatie algérienne pour régler ce contentieux », a-t-elle ajouté. Abordant le volet de la préservation du patrimoine, Khalida Toumi a annoncé un projet de coopération avec l’Espagne pour la restauration du fort de Santa Cruz, situé sur le mont Murdjadjo, à Oran. L’Algérie entend profiter de l’expérience espagnole en matière de préservation de monument. Construit au XVIe siècle, Santa Cruz, délaissé pendant un temps, est, selon la ministre, un patrimoine commun à l’Algérie et à l’Espagne.

Un peu plus de 30 millions de dinars seront dégagés pour restaurer ce monument. Cela fera, probablement, plaisir aux animateurs de l’association Bel Horizon qui se bat, depuis 2001, pour la sauvegarde de Santa Cruz et de l’ensemble du patrimoine historique d’Oran. Bel Horizon aspire à la création, au sein du fort Santa Cruz, d’un musée du vieil Oran. Khalida Toumi a annoncé l’élaboration d’un programme pour la préservation de la citadelle d’Alger. Un accord sera bientôt signé avec un bureau d’études polonais (PKZ, qui a élaboré un premier projet en 1986) pour les opérations de restauration de la citadelle d’Alger. Quatre bureaux d’études seront sollicités pour la même opération. Selon la ministre, des accords seront signés avec les Italiens et les Turcs pour la restauration du palais du dey et de la mosquée du dey à Alger. « Nous voulons profiter de l’expertise italienne et former des archéologues et architectes aux techniques de la préservation et de la restauration des sites et monuments », a-t-elle dit.

Elle a annoncé l’élaboration du plan permanent de sauvegarde de La Casbah d’Alger, qui sera finalisé l’année prochaine. Elle a critiqué les plans précédents qui, selon elle, n’ont abouti à aucun résultat. Inutile de s’interroger sur la destinée des budgets qui ont été dégagés pour les besoins de ces « plans ». La ministre de la Culture a qualifié de « massacre » les opérations de restauration du mausolée de Massinissa à Constantine, au cœur d’une polémique depuis quelques semaines. Elle a critiqué le wali de Constantine qui ordonné le début des travaux sans consulter le ministère de la Culture et sans études préalables. Elle a laissé entendre qu’une plainte sera introduite en justice contre les auteurs du « massacre ». Elle a déclaré ne pas comprendre pourquoi de telles opérations sont dirigées par des structures qui ne sont pas habilitées à le faire (la Duch, qui relève de l’urbanisme, pour le cas du mausolée de Massinissa). Comme elle n’a pas caché son étonnement devant un projet baptisé « Village numide », prévu autour de ce même mausolée, dont les contours ne paraissent pas clairs. Sur un autre chapitre, Khalida Toumi a révélé que le gouvernement étudie actuellement la faisabilité de « détaxer » les livres pour une meilleure accessibilité au lectorat. La réduction des taxes est également une revendication permanente des professionnels. La ministre a fait un plaidoyer pour former le lectorat de demain avec, entre autres, l’ouverture des établissements scolaires sur le monde des bibliothèques.

Le ministère de la Culture, qui élabore actuellement un état des lieux de la lecture en Algérie, a décidé d’ouvrir 30 annexes de la Bibliothèque nationale à travers le pays pour « populariser » la lecture. Le projet s’étale jusqu’à 2009. En outre, un projet de loi-cadre sur le livre est en phase de préparation (au même titre d’un texte sur le cinéma) et sera prêt avant la fin 2006. A souligner enfin qu’un projet de création d’une école régionale des beaux-arts, devant permettre à des non-bacheliers de s’y inscrire, est en cours d’étude. Selon Khalida Toumi, l’Ecole supérieure des beaux-arts, qui est également soumise à la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, ne sera ouverte qu’aux bacheliers.

14 mai 2006 El watan
Metaoui Fayçal

safyo
14/05/2006, 09h04
c'est le patrimoine des Algériens . :confused:

C'est même l'âme de l'Algérie ce genre de chose .
Kha ! çà m'énerve .

Merci Zek pour l'info .

zek
14/05/2006, 09h57
Pourquoi avoir pris les registres des musées algériens ?

La seule idée qui me vient à l'esprit, c'est que le staff ou les résponsables de ces musées à l'époque coloniales ont pillés des objets dans les réserves ainsi que certaines piéces inestimables qu'ils gardent chez eux en souvenir ou dans certains musées de France, pas de registres, pas de trace.


De simple pillards, et aprés ils nous font des discours sur le rayonnement de la France, la culture et la sauvegarde du patrimoine.

ferrailleur
14/05/2006, 10h33
zek.
j'y avais pas pensé .ce doit être ça .
un ancien camarade de classe pied noir m'a raconté sa visite chez une tierce personne "amie de l'algerie" bien sûr.
il a eu l'impression de visiter un musée.

zek
14/05/2006, 11h14
À rappeler que l’explorateur, naturaliste et archéologue a séjourné de 1956 à 1957 au Tassili où avec dix peintres, photographes et cinéastes il a effectué des relevés en employant une technique de calque repportés sur papier, puis teints à la gouache. “À l’occasion de Djazaïr 2003, j’ai demandé des copies des aquarelles réalisées par Lothe, mais il n’y a pas eu de réponse. Il y a aussi les têtes des statues de Cherchell emportées par les colons, les tableaux qui ont disparu du musée d’Oran en 1985, dont un de Courbet, et que les Français refusent de restituer sous prétexte que des juifs ont été dépossédés de certaines œuvres privées.”
http://www.liberte-************/edit.php?id=57541


Quand je pense que plus de 40 000 appartements appartenant aux juifs en France ont été déménagé et vidé par les Français et que des centaines de tableaux de maitres et d'oeuvres d'arts ont été envoyé en Allemagne ou détruites sous les bombardements Alliés, et ils nous accusent d'avoir dépossédé les biens des juifs, quel hypocrisie lorsqu'on sait que les colons nous ont dépossédé de notre pays pendant 132 années.

ferrailleur
14/05/2006, 11h26
je ne crois pas que d'une façon générale on puisse avoir un dialogue équitable avec un ancien colonisateur.
il faut présenter un front commun avec les autres pays et utiliser le droit international quitte à amender ce dernier quand il ne prend pas en considération
les intérêts de ces damnés de la terre.Ces derniers n'ont pas été consultés lors de l'élaboration de ce droit.evidemment le 1/3 mondisme est passé de mode mais à voir ce qui se passe en amerique latine il va peut être renaitre de ses cendres.

Cookies