PDA

Voir la version complète : la tomate algerienne tire la sonnette d'alarme


alino01
22/07/2011, 16h35
ls ont appelé le Premier ministre à suspendre l’importation de la tomate industrielle Des milliers de tonnes de tomates pourries jetées par les usines de transformation à Annaba

Les propriétaires des usines de transformation de la tomate dans la région de Annaba tirent la sonnette d’alarme. Ils ont été obligés de jeter des milliers de tonnes de tomate pourries, à cause des coupures récurrentes du courant électrique. Au moins une cinquantaine d’unités activant dans la transformation de tomate ont du fermer les portes et mettre les employés au chômage. De leur côté, les producteurs subissent des pertes énormes, dans la mesure où leurs récoltes ne sont pas acceptées par les transformateurs.

Selon le directeur de la Société industrielle des produits alimentaires & dérivés du sucre (SIPADES), située à Skikda, la situation s’est aggravée, suite au blocage de la route nationale par des dizaines de citoyens, en protestation contre les récurrentes coupures du courant dans les localités de Chabia et du 1er mai. Ces protestations, déclenchées le 10 juillet dernier, paralysent toujours la circulation, ce qui empêche les camions d’acheminer les quantités de tomates cueillies vers les usines de transformation situées sur la route nationale reliant Annaba à Skikda.

Sur un autre plan, les transformateurs de tomate dans cette région ont appelé le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, d’ouvrir une enquête sur l’autorisation remise par le ministère de l’Agriculture, selon un responsable au ministère du Commerce, portant l’importation de 13 mille tonnes de tomate concentré, afin de parier à une éventuelle pénurie au mois sacré de Ramadhan. Les transformateurs se disent étonnés de cette décision, sachant qu’ils se sont déjà engagés à répondre aux besoins du pays, compte tenu des énormes quantités mises sur le marché local.

el khaber.com

oukil salah
23/07/2011, 00h08
protestation contre les récurrentes coupures du courant dans les localités de Chabia et du 1er mai

comme dans les années soixante dix
BOUTEF prefere vivre dans le passé : souvenir , souvenir
que dans le present avec ce maudit printemp arabe

bledard_for_ever
23/07/2011, 11h24
Pour éclairer

Pour résumer Benaissa a fait son travail, le ministre de l'industrie doit voir avec les 9 unités industrielles (sur 22) encore en difficultés.

Entre la production et la transformation c'est 100000 emplois.
__________________________________________________ __________
Tomate industrielle
Production record attendue en 2011

La campagne de cueillette de la tomate fraîche destinée à la production de concentré de tomate entamée la fin du mois de juin écoulé a atteint son régime de croisière ces derniers jours. Plus de 50 % de la récolte 2011 de ce fruit prévue pour être de 600 000 tonnes destinées en totalité à la transformation ont été cueillies dans les wilayas d’Annaba, Guelma, Tarf et Skikda. Ces régions fournissent 90 % de la production nationale de tomate fraîche. Transformée, cette quantité représente 60 000 tonnes de concentré de tomate pour des besoins évalués en 2011 à 120 000 tonnes. Régime de croisière atteint également pour les 7 conserveries implantées dans les mêmes régions sur les 22 qui, jusqu’à 2006, étaient en activité sur le territoire national. Alors que six autres unités de transformation ont pu rouvrir et se préparent à lancer leurs machines, les 9 restantes sont toujours fermées pour des causes diverses. La plus importante de ces causes se situe au niveau des difficultés financières que même l’Association des Conserveurs de Tomate (ACTOM) n’a pas réussi à résoudre.

Les 600 000 tonnes de tomate fraîche appelées à être cueillies en 2011 représentent un record de production. Les précédentes années, la production atteignait difficilement les 350 000 tonnes. Le soutien financier de l’État dans le cadre de ses différents programmes de développement agricole, notamment les subventions accordées aux producteurs de tomate fraîche et aux conserveurs a servi de stimulant. Cependant, pour parer à toute éventualité, les pouvoirs publics ont donné l’autorisation d’importer 20 000 tonnes en triple et double concentré de tomate.

Selon la direction des services agricoles de la wilaya de Annaba, la campagne tomate fraîche, cueillette et transformation, a permis la création de plus de 100 000 emplois entre temporaires et permanents.

soussi82
23/07/2011, 15h36
Pour éclairer

Bledard

Vraiment nécessaire avec les coupures de courant recurentes :mrgreen::mrgreen:

salmane
25/07/2011, 01h12
Les propriétaires des usines de transformation de la tomate dans la région de Annaba tirent la sonnette d’alarme. Ils ont été obligés de jeter des milliers de tonnes de tomate pourries, à cause des coupures récurrentes du courant électrique.

ne me dites pas que la rebiblik popilire et dimocratik, avec son gaz et son petrole, n'arrive pas à assurer l'éléctricité au pauvre peuple.......

je crois qu'il s'agit là d'une blague d'été......:mrgreen:

noubat
25/07/2011, 20h17
ne me dites pas que la rebiblik popilire et dimocratik, avec son gaz et son petrole, n'arrive pas à assurer l'éléctricité au pauvre peuple......je crois qu'il s'agit là d'une blague d'été.......

la demande à exploser et le pauvre peuple en demande toujours plus pour faire tourner les climatiseurs sur terrasses et balcons, nouvelle mode chez l'Algérien!

salmane
25/07/2011, 20h30
la demande à exploser et le pauvre peuple en demande toujours plus pour faire tourner les climatiseurs sur terrasses et balcons, nouvelle mode chez l'Algérien!

maintenant ils mettent les clims même dans les wc, s'ils existent bien sûr.. :lol:

absent
25/07/2011, 20h50
http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?langue=fr&codePays=MAR&codeTheme=6&codeTheme2=6&codeStat=EG.USE.ELEC.KH.PC&codeStat2=x

http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?langue=fr&codePays=DZA&codeTheme=6&codeTheme2=6&codeStat=EG.USE.ELEC.KH.PC&codeStat2=x

noubat
25/07/2011, 21h00
Moins de 800 kwh par personne au royaume de la propagande et plus de 1000 kwh pour le pauvre Algérien.

salmane
26/07/2011, 19h55
Moins de 800 kwh par personne au royaume de la propagande et plus de 1000 kwh pour le pauvre Algérien.

les chiffres ne prouvent rien. il peut y avoir sur-consommation dans une region et pas d'éléctricité dans une autre.

tout le monde sait qu'au maghreb, c'est l'algérie qui a plus de coupures d'eau et d'electricité.

d'ailleurs plusieurs investisseurs ont quitté ce bled pour ces raisons, entre-autres...

naw08
27/07/2011, 12h18
les chiffres ne prouvent rien. il peut y avoir sur-consommation dans une region et pas d'éléctricité dans une autre.

tout le monde sait qu'au maghreb, c'est l'algérie qui a plus de coupures d'eau et d'electricité.

d'ailleurs plusieurs investisseurs ont quitté ce bled pour ces raisons, entre-autres..

:rolleyes::rolleyes::rolleyes::mrgreen:

absent
27/07/2011, 12h23
800 kwh par personne et ça ose parler :lol: ... 800 :22:

charaf06
27/07/2011, 17h57
comparez vous plutôt à la lybie qui possède comme vous cette manne de pétrole et de gaz.vous en ètes loin en fin de compte.le maroc,c'est grace à ses barrages et centrale et il pourra faire mieux avec le solaire dont les projets sont en cours de réalisation.sans gaz ni pétrole,on ne peut faire mieux.
en tout cas,on ne subit pas autant de coupures d'éléctricité,parlant de l'eau c'est un autre sujet

Distro
27/07/2011, 19h27
les derniers de la classe qui se croient meilleurs que tous se chamaillent et la Tunisie et la Libye font beaucoup mieux que nous, retournez sur terre, mars n'est pas encore habitable les amis :mrgreen:

absent
27/07/2011, 19h35
grace à la manne gaz et pétrole




ça on le sait, je n'ai fais que rappler à notre clown qui est réelement le dernier de la classe et qui est loin de l'autre grace au pétrole ou grace à l'herbe (chanson de gnawa diffusion :lol:)

jawzia
02/08/2011, 03h34
Tomate industrielle

Le groupe Benamor inaugure une nouvelle unité de transformation

http://www.elwatan.com/img/trans.gif (http://www.elwatan.com/economie/le-groupe-benamor-inaugure-une-nouvelle-unite-de-transformation-31-07-2011-134534_111.php#)http://www.elwatan.com/img/trans.gif (http://www.elwatan.com/economie/le-groupe-benamor-inaugure-une-nouvelle-unite-de-transformation-31-07-2011-134534_111.php#)
le 31.07.11[/URL]
[URL="http://www.elwatan.com/images/2011/07/30/tomates-cl_581495.jpg"]http://www.elwatan.com/images/2011/07/30/tomates-cl_581495_465x348.jpg (javascript:void(0);)

Le groupe Benamor a inauguré, lundi dernier, une nouvelle unité de transformation de tomate industrielle à Boumaïza, dans la commune de Ben Azzouz, à l’est de Skikda.


Intervenant lors d’un point de presse, Sami Benamor, PDG du groupe, fera savoir que cette unité, d’une capacité actuelle de 2400 tonnes/jour, est appelée à doubler carrément ses potentialités pour parvenir à assurer, d’ici à 2013, une production design de 5000 t/j.



Cette capacité se greffera, comme le mentionnera l’intervenant, aux productions des deux autres unités du groupe, implantées dans la wilaya de Guelma et qui parvenaient déjà à garantir, à elles seules, l’équivalent de 7000 t/j. «Ceci aura à placer le groupe en leader sur le marché national et continental», expliquera, plus tard le gérant de l’unité qui ajoute : «Nous entendons assurer facilement, dans les quelques années à venir, l’équivalent de 55 000 tonnes de double concentré de tomates, (DCT) pour un besoin exprimé de consommation nationale estimé à 80 000 t, ce qui nous accordera au minimum plus de 70% de part du marché national.


Notre ambition ne se limitera pas uniquement à ce palier, car nous entendons renforcer notre potentiel d’exportation. Aujourd’hui, avec les moyens du bord actuels, nous parvenons tout de même à exporter plus de 800 tonnes vers l’Irak. D’autres pays, comme le Soudan et l’Egypte, importent également nos produits. L’année dernière, nous avons participé à la Foire internationale de l’agroalimentaire de Paris où nous avons eu des propositions sérieuses. Il nous reste juste à attendre les résultats des analyses de labellisation de notre produit par l’Union européenne pour introduire nos produits sur le marché de l’hémisphère Nord.»



Dans le même sillage, et quand on fait remarquer à notre interlocuteur que l’Algérie continue néanmoins à importer le DCT, il rétorque, presque machinalement que cette importation est considérée par les professionnels comme n’étant qu’un appoint : «D’abord, il faut préciser qu’on n’importe que le produit semi-fini, ou ce qu’on qualifie de triple concentré de tomate (TCT) qui aura à passer par l’étape de la transformation avant sa mise en boîte. Cette année, il est vrai, l’Algérie a importé l’équivalent de
13 000 t de TCT pour, d’une part, combler les manques à produire causés par le mildiou qui a touché 20 % de la production nationale, et d’autre part, pour sécuriser et réguler le marché en cette période du mois de Ramadhan.»

Skikda, un eldorado tout rouge

La volonté affichée par le groupe Benamor de se positionner dans la filière tire, essentiellement, ses repères du potentiel énorme qu’offre la wilaya de Skikda en la matière. Une wilaya qui, bon gré, mal gré, arrive encore à se positionner en pole position de la filière de la tomate industrielle au niveau national. Ce qui fera dire au PDG qu’«une des priorités du groupe reste en relation avec notre implication directe dans la recherche de la stabilité sociale de cette région», en rappelant que la nouvelle unité assure déjà 100 postes d’emplois permanents et plus de 2000 emplois indirects.



«Skikda reste leader de la filière, soit en termes de superficies cultivées, soit en termes de production», affirme le SG de la Chambre de l’agriculture de la wilaya qui précise que cette année et sur un objectif de 6500 ha, la wilaya a largement dépassé ses prévisions en atteignant les 7100 ha. «Nous nous attendions à une récolte de plus de deux millions de quintaux, et n’étaient le mildiou et les effets de la dernière canicule qui ont emporté près du quart de la production, on pouvait s’attendre à de meilleures performances.»



La filière, faut-il le rappeler, occupe plus de 3500 producteurs de tomate industrielle, qui semblent encore éviter les rouages administratifs des conventions avec les transformateurs pour «échapper», semble-t-il, aux retombées fiscales. L’Etat est encore interpellé pour trouver une solution en optant pour de meilleures décisions incitatives.

Entre-temps, et conscient certainement de cet énorme potentiel qu’offre la région de Ben Azzouz et selon les données de la chambre, le groupe Benamor est parvenu à fidéliser 400 agriculteurs sur un ensemble de 780 inscrits qui ont signé une convention devant leur permettre de bénéficier de l’aide de l’Etat. «L’année prochaine, on fera mieux», dixit le gérant de l’unité. Souhaitons-le, puisque dans le fond et dans la forme, c’est le pays qui en sort gagnant.


Khider Ouahab

jawzia
02/08/2011, 03h38
Abdelkrim Boumali. Directeur des projets du groupe Benamor

«Ce qu’on a réalisé à Boumaïza est une véritable prouesse»

http://www.elwatan.com/img/trans.gif (http://www.elwatan.com/economie/ce-qu-on-a-realise-a-boumaiza-est-une-veritable-prouesse-31-07-2011-134535_111.php#)http://www.elwatan.com/img/trans.gif (http://www.elwatan.com/economie/ce-qu-on-a-realise-a-boumaiza-est-une-veritable-prouesse-31-07-2011-134535_111.php#)
le 31.07.11 | 01h00 [/URL]

(javascript:void(0);) [URL="http://www.elwatan.com/images/2011/07/30/boumali_581515.jpg"]

- Parlons un peu de l’ouverture de l’unité de Boumaïza qui entre en production en pleine campagne…
D’abord je tiens à apporter une précision ; on n’a absolument rien laissé de ce qui restait de l’ancienne unité qui se trouvait sur les lieux. Tout le matériel, importé d’Italie, est totalement neuf. Maintenant sachez que nous avons mené une véritable course contre la montre pour pouvoir honorer nos engagements vis-à-vis des agriculteurs qui nous ont fait confiance.
Croyez-moi, c’est une véritable prouesse que le groupe vient de réaliser. Ce n’était guère facile et il nous fallait nous démener sur plusieurs fronts pour accueillir, dans les temps et de bonnes conditions les premières productions des agriculteurs conventionnés avec notre groupe. Cependant, l’essentiel c’est d’avoir répondu aux attentes des agriculteurs et d’avoir honoré nos engagements et bien que nous ayons enregistré un retard de quelques jours nous nous devons de mentionner l’aide que nous avons relevée auprès des autorités locales de la wilaya de Skikda, le wali à leur tête, nous ont réconfortés dans notre volonté de contribuer à apporter un plus à cette wilaya.

- Quelles sont dans la réalité les causes de ce retard ?

Elles sont deux en fait : l’assainissement et l’alimentation en énergie électrique. Pour le premier, nous nous sommes retrouvés contraints de recourir aux anciens canaux d’évacuation qui ne correspondent plus aux flux de nos installations. Nous gardons cependant l’espoir de voir l’APC de Ben Azzouz relancer, au plus vite, un projet relatif à l’assainissement de cette zone de Boumaïza et qui devait normalement se réaliser il y a déjà plus d’une année. Nous avons même proposé notre aide à l’APC pour prendre en charge ce volet, car pour le groupe Benamor, l’environnement représente l’une de ses plus grandes préoccupations.
Maintenant pour l’énergie électrique les demandes réelles de nos installations sont de l’ordre de 6X1250 KVA, or on n’a hérité que de 2X 630 KVA de l’ancienne unité.
Nous avons engagé les démarches de sécurisation il y a assez longtemps déjà et nous nous attendions à disposer de nos 7500 KVA. Finalement, et bien que le groupe ait dépensé 50 millions de dinars pour disposer d’une ligne spécialisée l’étude n’a été achevée au mois de juin et le projet n’a été attribué qu’au début de ce mois de juillet, pour un délai de réalisation de 45 jours. Se trouvant devant un fait accompli imposé, et pour pouvoir démarrer nos installations, on s’est retrouvés obligés de nous alimenter, provisoirement, sur une ligne de 2500 KVA.

- Revenons un peu sur les ambitions du groupe dans cette région leader en matière de culture de la tomate industrielle…

Il y a une vérité à rapporter à ce sujet : les facilités et l’aide rencontrées par le groupe auprès du wali sont à souligner. Ceci nous a encouragés à envisager déjà plusieurs projets agroalimentaires dans cette wilaya. Je tiens aussi à mentionner la disponibilité, exceptionnelle, d’une main-d’œuvre qualifiée qu’on trouve rarement ailleurs.

- Restons plutôt dans la filière de la tomate industrielle….

Le fait d’avoir réalisé la plus grande unité de transformation en Afrique à Skikda nous emmène obligatoirement à accompagner cet investissement par des actions adjacentes. Nous venons d’acquérir 10 ha qui la saison prochaine, auront à servir de pépinière.
Des plants, de variété hybride, comme la Rio Grande, y seront cultivés et proposés aux agriculteurs sans contre partie aucune. On a embauché deux ingénieurs agronomes qui auront à accompagner les producteurs et leur apporter l’aide nécessaire. Au groupe Benamor on est conscients que l’intérêt du pays en matière d’autosuffisance reste pour nous le seul et le meilleur des challenges.

Khider Ouahab

Awtil
02/08/2011, 04h59
La tomate algerienne tire la sonnette d'alarme.
Pourquoi elle existe?
jamais vu sur un marché:lol:

Cookies