PDA

Voir la version complète : Les Fennecs se font un Golfe


Pecos
23/07/2011, 12h11
Le Golfe persique est la dernière destination à la mode pour les internationaux algériens. Trois d’entre eux, et non des moindres, vont poursuivre leur carrière. Dernier en date à officialiser son transfert, le maître à jouer de la sélection, Karim Ziani (28 ans). Le milieu offensif s'est engagé pour trois ans en faveur du club qatari d'Al-Jaish, qui retrouve l'élite locale cette saison. Libre de tout contrat après la résiliation de son bail avec Wolfsburg, l'ancien Marseillais a privilégié le club militaire, seul capable de s'aligner sur ses prétentions financières. Annoncé à tort à Saint-Etienne, mais également pisté par les Glasgow Rangers et le PSV Eindhoven, Ziani choisit, comme d'autres Fennecs avant lui, dont un exil bordé par les pétrodollars, au détriment du défi sportif. Alors qu’avec un peu patience voire une légère modération des exigences salariales, il eut été possible de continuer à évoluer dans un Championnat de haut niveau… Idem pour Anthar Yahia (29 ans).

Le défenseur central, autre cadre à être remis en cause par les supporters des Fennecs, a lui cédé aux sirènes d’Al-Nasr Riyad (Arabie Saoudite).
Avec Nadir Belhadj (29 ans) et Mourad Meghni (27 ans), c’est maintenant un gros tiers de l’équipe héroïque d’Omdurman qui évolue dans le Golfe. En signant l’été dernier à Al-Sadd, le latéral gauche avait provoqué la consternation générale. Assumant son choix, l’ancien Sedanais se dit aujourd’hui satisfait d’évoluer au Qatar, où il a encore deux ans de contrat. Approché sans suite par Lille l’hiver dernier, Nadir Belhadj n’envisage pas de retour en Europe dans l’immédiat. « Peut être que je retournerai en Europe dans les prochaines années. Mais pour le moment je ne compte pas quitter Al-Sadd. Je veux poursuivre mon expérience avec cette grande équipe professionnelle. Je vais donner le meilleur de moi même pour atteindre les objectifs aux niveaux national et continental. Mon objectif est de gagner des titres avec mon club », déclarait-il fin mai à Stade Doha.

Pour Mourad Meghni, nécessité a fait loi, comme c’est parfois le cas en football. Si le meneur de jeu a quitté la Lazio Rome pour Umm Salal, au Qatar, c’est qu’il ne pouvait pas faire autrement. « La réalité, c’est que je n’avais pas de réelle proposition. Cela fait un an et demi que je galère et que je ne joue pas en raison de ma blessure. Dans ces conditions, il est difficile de parier sur un joueur. Mon choix est le fruit d’une réflexion assez simple. J’ai envie de reprendre du plaisir, de réintégrer un groupe et tout simplement rejouer au football », a expliqué à Footafrica365.fr le meneur de jeu, sevré de football depuis le début de l’année 2010. Pour Mourad Meghni, ce choix du temps de jeu à tout prix, fut-ce dans un Championnat de troisième zone, est peut-être en train de payer, puisque Vahid Halilhodzic l’a rappelé en équipe nationale. Pour les trois autres, il n’est pas évident que le calcul soit aussi bon…
Patrick Juillard (Rédaction Football365/FootSud)

bledard_for_ever
23/07/2011, 12h24
Alors qu’avec un peu patience voire une légère modération des exigences salariales, il eut été possible de continuer à évoluer dans un Championnat de haut niveau… Idem pour Anthar Yahia (29 ans).

Le problème est là. Ils n'ont pas eu de propositions de grand club. Entre jouer au mans ou à guegnon pour un salaire divisé par 10 le choix est vite fait.

Cookies