PDA

Voir la version complète : La réalisation des autoroutes coûte plus cher en Algérie qu’au Maroc


Page : [1] 2 3 4 5

HAROUNA20
26/07/2011, 11h04
Au Maroc, les coûts de construction des autoroutes sont moins importants qu’en Algérie. Le Royaume de Mohamed VI a inauguré ce lundi 25 juillet une autoroute de 2X2 voies reliant Fès (centre) à Oujda (est), ville limitrophe de l'Algérie, sur 320 km, d'un coût estimé à environ un milliard d'euros, a indiqué le ministère marocain de l'Équipement. Les travaux de cet axe qui facilite les liaisons entre le centre et l'est du Maroc, avaient débuté en 2008. « Ce tronçon va donner un coup d'accélérateur au processus de développement de la région », a déclaré Karim Ghellab, ministre de l'Équipement et des transports. Avec cette infrastructure, le Maroc est désormais doté d'un réseau national de 1500 km d'autoroutes.

L’Algérie a lancé en 2006 les travaux de réalisation de 900 km de l’autoroute Est‑Ouest en 2X3 voies pour un prix initial de plus de 12 milliards de dollars, soit 13 millions de dollars le kilomètre, contre seulement 3 millions de dollars au Maroc. « L’autoroute marocaine est en 2X2 voies et la notre est en 2X3 voies, mais cela n’explique par l’écart dans le coût de réalisation. Au maximum, la différence de prix entre les deux autoroutes ne doit pas dépasser 40 % », explique un ingénieur algérien des travaux publics qui a travaillé au Maroc. Les coûts de la main d’œuvre sont pourtant plus chers au Maroc par rapport à l’Algérie.

« En Algérie, les caisses sont pleines, c’est ce qui explique les surcoûts dans la réalisation de l’autoroute Est‑Ouest. Ni la topographie, ni le gabarit de l’autoroute algérienne ne peuvent expliquer ces coûts élevés », estime‑t‑il.

L’Algérie a construit en fait une autoroute avec des prix semblables à ceux pratiqués en Europe où le kilomètre revient entre 10 et 12 millions d’euros. « Mais la qualité de l’autoroute algérienne est loin de ressembler aux autoroutes européennes. Nous avons construit au coût européen pour une qualité africaine », ajoute le même ingénieur. Malgré son prix exorbitant, l’autoroute Est‑Ouest n’est pas de très bonne qualité et présente déjà plusieurs malfaçons dans la réalisation de la chaussée, le traitement des talus… Des travaux de réparation ont été effectués déjà sur certains tronçons, une année seulement après leur ouverture à la circulation.

En 2009, un scandale de corruption a éclaté autour de la réalisation de l’autoroute Est‑Ouest par les groupements chinois CITIC‑CRCC et japonais Cojaal. De nombreux responsables du ministère des Travaux publics et des intermédiaires ont été mis en détention préventive, d’autres ont été placés sous contrôle judiciaire. L’enquête sur cette affaire se poursuit toujours.

tsa

Pihman
26/07/2011, 11h27
deja posté

:mad:

hben
26/07/2011, 11h44
« L’autoroute marocaine est en 2X2 voies et la notre est en 2X3 voies, mais cela n’explique par l’écart dans le coût de réalisation. Au maximum, la différence de prix entre les deux autoroutes ne doit pas dépasser 40 % »,
Le bakchich n'est pas fait pour les chiens!

hben
26/07/2011, 11h47
« Mais la qualité de l’autoroute algérienne est loin de ressembler aux autoroutes européennes. Nous avons construit au coût européen pour une qualité africaine », ajoute le même ingénieur.
On peut toujours gloser sur les coûts, mais la qualité est là et bien là!!! Seul les gens de mauvaise foi y trouveront à chipoter!

HAROUNA20
26/07/2011, 12h28
bjr hben jai pratiqué toute l'autoroute est ouest effectivement on peut dire que la qualité est excellente en majeur partie mais il y a certaines portions qui ont vraiment été baclés

HAROUNA20
26/07/2011, 12h40
et j'ai eu une impression bizarre en l'empruntant par moment je me croyais en europe notamment en espagne niveau paysage et qualité de la route

Distro
26/07/2011, 12h43
La perfection n'existe pas !

http://nsa28.casimages.com/img/2011/07/26/110726014637940827.jpg

http://nsa28.casimages.com/img/2011/07/26/110726014720312682.jpg

http://nsa28.casimages.com/img/2011/07/26/110726014746478980.jpg

http://nsa28.casimages.com/img/2011/07/26/110726014812200750.jpg

http://nsa27.casimages.com/img/2011/07/26/11072601484298712.jpg

riad020
26/07/2011, 12h52
chapeau pour l autoroute algerienne .le paysage doit etre magnifique,

absent
26/07/2011, 12h55
chapeau pour l autoroute algerienne .le paysage doit etre magnifique,
comme au Maroc

Harrachi78
26/07/2011, 12h56
J'ai fais pratiquement tout le tronçon ouvert à la circulation. Les paysages sont ceux du tell algérien, alternant longues plaines avec massifs montagneux. C'est assez variable, mais ca ne doit pas beaucoup changer d'un paysage marocain.

Par-contre, je dois dire que "circuler" sur d'aussi longues distances est devenu vraiment agréable. D'Alger, je suis à Oran en 3h de route, et j'arrive tout frais !

riad020
26/07/2011, 13h00
c est un peu different , ca doit ressemblert au paysage du rif et de la mediterrannee , puisque le maroc atlantique est a apart,

HAROUNA20
26/07/2011, 13h02
LE PAYSAGE EST VRAIMENT magnifique lorqu'on arrive juste avant alger la mitidja le massif blidéen

Harrachi78
26/07/2011, 13h02
Montre donc un specimen de la région atlantique et je te dirais ce qu'il en est.

riad020
26/07/2011, 13h19
harrachi, l autoroute algerienne empreinte un couloir pres de la cote , donc climat tempéré et humide.Cette region resse,ble au Maroc mediterraneen,

Au Maroc , au sud de casa , bien que proche de la cote atlantique , l autoroute empreinte une region semi aride et sujette des perturbations climatiques provenant des regions desertiques,

riad020
26/07/2011, 13h24
http://farm4.static.flickr.com/3411/3599871009_b22c02fabe.jpg?v=0

Harrachi78
26/07/2011, 13h26
Je te dis que j'ai fait toute la longueur mise en service, et je sais faire la différence entre un paysage de climat tempéré et un autre de climat aride ou semi-aride.

A l'O., tu aura droit à un paysage presque désertique sur des dizaines et des dizaines de kilomètres.

riad020
26/07/2011, 13h26
http://farm5.static.flickr.com/4045/4180653121_da843cb397_b.jpg

Harrachi78
26/07/2011, 13h28
La seconde ressemble un peu au défilé des Bibans en plein centre du Tell algérien ... lol

Quant à la première, je te jure que je n’aurais su dire si ça se trouve au Maroc ou quelque part en Algérie !

LIXUS
26/07/2011, 13h28
Au Maroc , au sud de casa , bien que proche de la cote atlantique , l autoroute empreinte une region semi aride et sujette des perturbations climatiques provenant des regions desertiques,

Au sud de Casa, l'autoroute va vers El Jadida (80km). C'est grosso-modo le même climat que Casa et ce n'est pas une région semi-aride car c'est la région de Doukkala qui est une plaine. De toutes façons, la majeure partie de la côte atlantique est une plaine et elle fait place à l'anti atlas en arrivant plus au sud d'Essaouira en allant sur Agadir.

Si tu parles de la partie qui part sur Marrakech et qui descend sur Agadir, là on n'est plus vraiment sur la côte atlantique et effectivement le climat subit en été une influence plus semi-aride (très chaud en été).

La côte atlantique, c'est vraiment très agréable en été car il y a toujours un vent frais qui souffle.

Les seules exceptions, c'est lorsqu'on une montée des masses sahariennes qui plongent tout le pays dans une vague de chaleur. Ce n'est pas fréquent mais quand ça arrive il fait très chaud. De toutes façons, les montagnes de l'Atlas nous protègent quand même pas mal durant l'année.

riad020
26/07/2011, 13h29
entre amsgroud et argana pres d Agadir http://img717.imageshack.us/img717/3876/dscf0889.jpg (http://img717.imageshack.us/i/dscf0889.jpg/)

http://img715.imageshack.us/img715/8691/dscf0890.jpg (http://img715.imageshack.us/i/dscf0890.jpg/)


http://img690.imageshack.us/img690/6445/dscf0065d.jpg (http://img690.imageshack.us/i/dscf0065d.jpg/)

Harrachi78
26/07/2011, 13h34
Et là, sur les dernières, on dirait carrément le S. des Aurès !

LIXUS
26/07/2011, 13h38
Il est normal que les paysages algériens et marocains se ressemblent. Les deux pays font partie du même bloc nord africain avec une grande chaine de montagnes qui traversent le Marghreb du sud-ouest au nord-est en forme de croissant.

On y subit pratiquement les mêmes influences climatiques (à quelques variantes près). La géologie ne connait pas les frontières.;)

snake78
26/07/2011, 21h25
Et là, sur les dernières, on dirait carrément le S. des Aurès !


Le tracé de l'autoroute algerienne alterne entre passage sur l'atlas tellien et les hauts plateaux , et ne passe pas par les Aurès qui sont bien plus au sud ( et heureusement !).
Je n'ai pas encore eut l'occasion de parcourir cette autoroute, j'espere qu'il n'y pas eut trop de massacres sur la nature comme dans sa partie est qui passe en plein parc national, et que ça betonnera pas tout le long.:rolleyes:

Harrachi78
27/07/2011, 09h06
Il n'a pas été dit que le tracé de l'autoroute y passait, mais que le paysage de ladite région ressemblait à celui de la photo.

rachid75
27/07/2011, 11h04
et c'est qui , qui construit cette autoroute au Maroc?

Distro
27/07/2011, 11h25
et les japonnais ? chez nous franchement on a été déçu par leur travail, qualité identique aux chinois, mais beaucoup de retard dans la réalisation même si c'est le tronçon le plus difficile (Est) qu'ils ont remporté.
La différence c'est que les japonnais soustraitent énormément.

HAROUNA20
27/07/2011, 11h27
je trouve qu'ils ont tt de meme bien bossé ds l'ensemble meme si certaines portions sont affreuses et meritent sanctions

nabilou
28/07/2011, 21h42
je trouve qu'ils ont tt de meme bien bossé ds l'ensemble meme si certaines portions sont affreuses et meritent sanctions
je comprend pas,il doit y avoir probablement des garantis,j'ai du mal à croire que sur un projet comme sa il y ait des defaults grave...sinon c'est trés grave pour les societés de construction...

conan
28/07/2011, 23h42
La réalisation des autoroutes coûte plus cher en Algérie qu’au Maroc

Tout le monde sait pourquoi "ça coute plus cher":


Pots-de-vins sur l’autoroute Est-Ouest : une bombe dans le trafic 18-01-2010

Le plus grand chantier d’Algérie est devenu le plus gros pot-de-vin connu de son histoire. 200 millions d’euros sont une première estimation. Au profit de qui ? Les révélations n’ont pas encore tout dit, mais les indices s’accumulent.

Avant même l’éclatement du scandale, un responsable de CITIC a reconnu en privé qu’il n’avait jamais gagné le marché des deux lots d’autoroute, mais que c’était là le résultat d’un accord politique entre Pékin et Alger.

Avant même l’éclatement du scandale, un responsable de CITIC a reconnu en privé qu’il n’avait jamais gagné le marché des deux lots d’autoroute, mais que c’était là le résultat d’un accord politique entre Pékin et Alger.

Par Ihsane El Kadi, Alger



Le chantier le plus cher du continent africain, les 927 km de l’autoroute Est-Ouest à réaliser en 40 mois pour 11,4 milliards de dollars, est devenu aussi le plus grand scandale de corruption en Algérie. Sept personnes, dont le secrétaire général du Ministère des travaux publics, le directeur de cabinet du ministre, un colonel du DRS (département du renseignement et de la sécurité de l’armée) et plusieurs hauts fonctionnaires sont en détention préventive, arrêtés par vagues successives depuis la fin du mois d’octobre. La responsabilité du ministre des Travaux Publics, Amar Ghoul, est largement engagée, sans que sa démission n’ait été encore évoquée. Les révélations anonymes rapportées, de source probablement judiciaire, par le quotidien El Watan évoquent des pots-de-vins de plusieurs centaines de milliers d’euros, perçus par ces prévenus après le début de l’exécution du contrat, en 2006. Le récit, recoupé par d’autres médias, mais toujours sur la base de fuites organisées, met en scène un homme d’affaires algérien, Chani Medjdoub, résidant au Luxembourg, qui a réussi à s’imposer auprès du Ministère, maître de l’ouvrage, comme le représentant du consortium chinois Citic-Crcc, en charge de la réalisation de deux des trois lots d’autoroute, celui du centre (169 km pour 2,6 milliards de dollars) et celui de l’ouest (359 km pour 3,6 milliards de dollars).

Alerté par des services étrangers sur des flux financiers douteux, notamment sur des comptes d’Algériens ouverts en Espagne, le DRS a fait arrêter Chani Medjdoub, en septembre dernier, et a remonté la filière du réseau de « facilitateurs » travaillant pour aider les Chinois à tenir leurs délais, à éviter certaines contraintes coûteuses du cahier des charges et à débloquer le recouvrement de ses créances. L’intermédiaire Medjdoub aurait bénéficié de 4% du montant engagé, sans que les sources ne précisent s’il s’agissait du montant global du contrat. Il aurait redistribué de larges parts de cet argent. L’arrestation, début novembre, de Mohamed Bouchema, secrétaire général du Ministère des travaux publics, a provoqué une première onde de choc, sans que le scandale ne donne toute la mesure de son étendue. Depuis que de nouveaux éléments ont été cités par le journal El Watan le jeudi 10 décembre, l’affaire a pris un autre tournant.



Pierre Falcone clé de l’attribution du marché ?

En effet, la corruption dans l’affaire des lots chinois de l’autoroute Est-Ouest ne se limiterait pas à la phase de la réalisation de cet immense projet. Les révélations de la « source cachée » d’El Watan insinuent que c’est un gigantesque pot-de-vin qui a décidé, dès le départ, de l’attribution des deux chantiers du centre et de l’ouest aux Chinois de CITIC-CRCC. Les services vendus aux chinois par Chani Medjdoub pour la bonne conduite du projet ne seraient que la partie éventée de l’affaire. C’est un autre intermédiaire, d’une autre envergure, qui a défendu les intérêts du consortium CITIC-CRCC à Alger avant le dépôt des offres : le français Pierre Falcone, homme d’affaires impliqué notamment dans une vente d’armes illégale à l’Angola, et récemment condamné dans son pays pour cela. Pierre Faclone était présent à Alger en avril 2006, au moment de l’attribution des marchés. C’est le prévenu Medjdoub qui l’aurait affirmé au juge d’instruction.

Alerté par des services étrangers sur des flux financiers douteux, notamment sur des comptes d’Algériens ouverts en Espagne, le DRS a fait arrêter Chani Medjdoub, en septembre dernier, et a remonté la filière du réseau de « facilitateurs ».

Le nom de trois autres ministres, en dehors de celui de Amar Ghoul, concerné par le projet, sont cités comme partenaires d’une négociation avec les Chinois à travers la personne du sulfureux vendeur d’armes français. L’accusation, à peine voilée, n’avait pas produit de réaction des concernés, dimanche 13 décembre, trois jours après la publication de leurs noms. L’identité de ces ministres, pour deux d’entre eux ex-ministres – tous proches du président Bouteflika, a laissé penser à de nombreux observateurs interloqués, que les fuites dans ce dossier explosif, étaient un missile des services de l’armée contre le clan présidentiel. Une première accusation avait circulé, au tout début de l’affaire, laissant entendre que c’est le DRS qui aurait bénéficié du pot-de-vin sur l’autoroute Est-Ouest et en aurait fait sa caisse noire. L’enquête a servi aussi de contre-feu.



Un contrat comme réservé aux Chinois

De nombreux indices, rapportés par ailleurs au journal Les Afriques de sources proches du Ministère des travaux publics, laissent à penser que les Chinois ont été avantagés afin d’obtenir le marché. Le cahier des charges, entre autres, a été dépouillé par le Ministère de tutelle de certaines dispositions – avoir déjà réalisé une autoroute dans un grand pays industrialisé à l’étranger – afin de ne pas sortir les soumissionnaires chinois du jeu. Avant même l’éclatement du scandale, un responsable de CITIC a reconnu, en privé, qu’il n’avait jamais gagné le marché des deux lots d’autoroute, mais que c’était là le résultat d’un accord politique entre Pékin et Alger. Une piste qui, si elle devait se confirmer, laverait les autorités algériennes concernées de l’ignominie de la corruption, mais affecterait tout aussi gravement la confiance de leurs autres partenaires. Dans le consortium chinois, CITIC est le corrupteur désigné, par qui vient le scandale. Il s’agit d’une holding financière qui s’est associée à un bâtisseur de métier (CRCC) pour obtenir les contrats algériens. La commission qui a attribué les marchés n’a jamais publié – comme la loi l’y oblige – les montants des autres offres. Les principaux rivaux étaient américain (Bechtel), franco-allemands (Vinci, Razel et Bilfinger), italiens (Groupement Italia) et portugais (Luso groupe). Les Japonais du consortium Coojal, bénéficiaires du lot Est (399 km pour 5,2 milliards de dollars), sont restés en dehors de la bourrasque. Leur chantier accuse du retard sur l’échéance de juillet 2010.

L’enquête sur les pots-de-vins de l’autoroute Est-Ouest a montré qu’un système semblable existait dans l’attribution d’autres grands marchés publics, dans les transports et l’hydraulique. Cette fois, les corrupteurs seraient des sociétés européennes et encore chinoises. Un haut cadre du Ministère des transports a été mis en détention préventive.

Les Afriques

Othman17
29/07/2011, 00h44
Si tout le monde le sait, je vois pas linteret de le poster ! La provoc gratuite faut eviter!

Cookies