PDA

Voir la version complète : Télémédecine : Pour un accès équitable aux soins.


RoboCop
13/08/2011, 15h44
La première séance de télémédecine a eu lieu jeudi au CHU Lamine-Debbaghine à Bab El-Oued (Alger) en présence du ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière et celui de la Poste et des Technologies de l’information. Cette technique, nouvelle en Algérie, a permis de relier, dans un premier temps, le CHU ex- Maillot à l’hôpital de Laghouat.

L’opération s’inscrit dans le cadre d’une convention signée le 23 juillet dernier, entre le ministère de la Santé et le département de Benhamadi. Elle vise à interconnecter cinq centres hospitalo-universitaires (CHU) du nord du pays aux treize hôpitaux des régions des Hauts-Plateaux et du Sud tout en contribuant à l’amélioration de la prise en charge médicale des habitants de ces régions. Il s’agit des CHU (d'Alger Mustapha-Pacha, Bab El-Oued, Béni- Messous), le CHU de Constantine et le CHU d'Oran, lesquels proposeront leur savoir-faire à treize établissements publics hospitaliers du Sud (Adrar, Tamanrasset, Tindouf, Illizi, El-Bayadh, Ouargla, Ghardaïa, Naâma, Laghouat, Béchar, Biskra et El-Oued).

Le ministre de la Santé estime que les zones enclavées, toujours en attente de la réalisation de nouveaux CHU à Laghouat, Béchar et Ouargla, ont grandement besoin de cette technique. La télémédecine permet ainsi l’accès des citoyens de toutes les régions du pays aux soins de manière équitable. Cette opération permettra entre autres d’améliorer la qualité des soins et «de sortir de l’assistanat médical», souligne le ministre de la Santé. En effet, la mise en place de ce réseau assurera les applications de téléconsultation, de téléassistance, de télédiagnostic, de télé-expertise et de formation continue à distance de jeunes médecins et patriciens, notamment dans les zones enclavées. Le ministre de la Poste et des Tic estime, pour sa part, que la télémédecine qui nécessite des équipements sophistiqués «est une technique développée qui permet un diagnostic et un suivi précis de la maladie ». En présence de nombreux spécialistes et professeurs de médecine, sept cas ont été exposés à partir de l’hôpital de Laghouat, lors de ce premier essai. La séance aura permis à l’équipe pluridisciplinaire, grâce à un travail interactif, en temps réel, d’établir les diagnostics et d’en définir les traitements adéquats. La télémédecine assure ainsi un «maillage» entre le corps médical d’après Ould Abbès. Après cette première expérience, le ministre de la Santé assure que les 12 autres hôpitaux bénéficieront de cette technique d’ici fin 2011, en attendant d’être élargie à l’ensemble des hôpitaux du territoire national.

W. Z. - Le Soir d'Algérie.

Cookies