PDA

Voir la version complète : Les femmes premières victimes des violences


morjane
17/05/2006, 17h55
La gendarmerie nationale a livré son bilan du premier trimestre 2006 et il n'est guère réjouissant. on apprend ainsi que les femmes représentent la moitié des victimes d'enlèvements , même pour les enlèvements de mineurs que les femmes sont également les premières victimes des violences sexuelles, avec un taux de plus de 47% et que la moitié des victimes des enlèvements suivis de viols et des attentats à la pudeur sont des femmes de différents groupes d’âge et les chiffres indiquent aussi qu'il y a une hausse de la criminalité féminine et même si elle demeure minime comparativement à la criminalité masculine , cela ça aussi n'est guère réjouissant.

===

Le dernier bilan de la gendarmerie nationale révèle que sur les 1.566 personnes victimes, durant ces trois derniers mois, de violences physiques, 188 sont des femmes, soit un taux de 12,01%. 90 femmes ont été victimes de coups et blessures volontaires avec arme blanche alors que 32 ont été victimes de coups et blessures volontaires sur ascendant. Pour les tentatives de meurtres, le bilan annonce 56 victimes, dont dix sont de sexe féminin. Mais ce qui attire l’attention dans ce bilan, c’est que la moitié des personnes victimes d’enlèvement sont des femmes, même dans les affaires d’enlèvements de mineurs, puisque sur 13 mineurs enlevés durant ce premier trimestre, 7 sont de sexe féminin. Les femmes sont également les premières victimes des violences sexuelles, avec un taux de plus de 47%. Aussi, la moitié des victimes des enlèvements suivis de viols et des attentats à la pudeur sont des femmes de différents groupes d’âge. Concernant les violences morales, 20 femmes ont été victimes de menaces avec arme blanche ou arme à feu sur 244 personnes.

Sur le volet de la criminalité féminine, 43 femmes âgées entre 18 et 40 ans sont impliquées dans des affaires de prostitution. La gendarmerie nationale a arrêté, durant ces trois derniers mois, 16.001 personnes poursuivies dans différentes affaires de droit commun, dont 407 sont de sexe féminin, soit un taux de 2,54%. Concernant le nombre des femmes arrêtées par région, la wilaya de Tlemcen vient en tête avec 41 femmes, suivie d’Alger avec 40 femmes, Oran 27 femmes et enfin Mostaganem 26 femmes arrêtées. La majorité des femmes ont été interpellées par la gendarmerie nationale pour leur implication dans des affaires de prostitution et de contrebande. Les chiffres fournis par la gendarmerie nationale montrent une hausse de la criminalité féminine comparée aux cinq dernières années. Ainsi, le taux de femmes arrêtées en 2005 n’était que de 3,39% (1.680 femmes arrêtées sur 49.531 personnes).

Malgré une légère hausse dans le nombre des femmes arrêtées, il reste néanmoins évident que la criminalité en Algérie demeure toujours une affaire d’hommes.

Par Le quotidien d'Oran

Cookies