PDA

Voir la version complète : Deux milliards pour lutter contre le franc fort


mohoo
17/08/2011, 20h17
Deux milliards pour lutter contre le franc fort
Le Conseil fédéral a mis en place un plan d'aide de 2 milliards pour lutter contre les effets du franc fort.

Les entreprises d'exportation et l'hôtellerie devraient bénéficier d'une réduction des coûts en 2011. Au nom de la sauvegarde des emplois, le Conseil fédéral a finalement décidé mercredi d'injecter deux milliards pour lutter contre le franc fort. Le Parlement devra trancher cet automne.

Après avoir tergiversé pendant des mois, le gouvernement a finalement considéré qu'il était temps d'intervenir, lors d'une séance tenue à Sierre (VS). Si l'économie suisse va encore plutôt bien en général, la situation est critique dans certains secteurs, a souligné Johann Schneider-Ammann devant la presse.

Le plan d'action pour atténuer les effets de la force du franc n'est pas encore fixé dans les détails. Un groupe de travail peaufine le catalogue de mesures qui devront déployer des effets rapidement.

Cotisations salariales

Parmi les pistes envisagées, une réduction temporaire des cotisations salariales pour les entreprises d'exportation et l'hôtellerie. Le ministre de l'économie a reconnu que cette idée était envisagée, mais a refusé de préciser les conditions.

Avant de déterminer précisément les mesures, il s'agit d'évaluer leurs conséquences sur le marché, a-t-il souligné. Pas question non plus de préciser comment les 2 milliards pourraient être répartis.

Le gouvernement rediscutera prochainement de la question. Pour l'heure, il s'est contenté de définir les cinq domaines destinataires de l'aide de l'Etat: industrie d'exportation, tourisme, innovation et recherche, infrastructures et consommateurs.

Bénéfice 2011

Les 2 milliards seront financés par l'excédent des comptes attendu pour 2011. Au lieu d'un déficit de 0,6 milliard inscrit au budget, la Confédération devrait clore l'année avec un surplus de recettes de 2,5 milliards, a annoncé Eveline Widmer-Schlumpf.

Il s'agit de déterminer sous quelle forme l'argent pourra être injecté. Un supplément au budget sera soumis au Parlement lors de la session qui débute en septembre. «Les délais sont serrés; ça va être sport, mais c'est faisable», a jugé la ministre des finances.

A la question de savoir si son coeur de libéral saignait à l'idée d'injecter cet argent, M.Schneider-Ammann a assuré que non. «La situation est vraiment particulière. Même si on ne sent pas encore vraiment la crise en Suisse, les nuages s'amoncèlent à l'horizon; il faut tout mettre en oeuvre pour sauvegarder les emplois».

Le ministre de l'économie a assuré que l'action du gouvernement n'était pas tardive. La situation sur le marché des devises ne risque pas de s'améliorer cet automne, vu l'état des dettes européennes et américaines, selon lui.

Cartels à l'oeil

Outre les actions à court et moyen terme, le Conseil fédéral prévoit aussi d'engager une révision de la loi sur les cartels. L'objectif est d'interdire plus efficacement les accords horizontaux sur la fixation des prix, les restrictions quantitatives et la répartition géographique ainsi que les ententes verticales sur les prix et les exclusions territoriales.

Pour ce faire, la Commission de la concurrence va obtenir quatre postes supplémentaires pendant deux ans. La surveillance des prix sera renforcée dans la même mesure. Elle devra s'attacher à intensifier le dialogue avec les fabricants et les distributeurs afin que ceux-ci répercutent davantage les avantages de change.


Suisse Tourisme et Economiesuisse satisfaite de la décision du Conseil fédéral

Suisse Tourisme s'est dite, par la voix de sa porte- parole Véronique Kanel, «très heureuse» de la décision du Conseil fédéral de venir en aide à l'économie par des mesures rapides. La branche touristique en profitera, même si le montant exact et les mesures détaillées qui lui seront accordés ne sont pas encore connus.

Mme Kanel rappelle que le Parlement a déjà débloqué en faveur de Suisse Tourisme 12 millions de francs supplémentaires pour des mesures de marketing cette année. Un montant similaire est également évoqué pour l'année prochaine.

A plus long terme, il s'agit aussi de changer les conditions- cadres pour toute la branche du tourisme afin d'améliorer sa compétitivité, a estimé Mme Kanel. Et de citer par exemple une baisse de la TVA ou des charges sociales.

Economiesuisse salue les mesures prises par le Conseil fédéral qui vont, selon elle, dans la bonne direction. Les 2 milliards de francs qu'elles représentent sont «acceptables et financièrement supportables», selon son directeur Pascal Gentinetta.

«Nous estimons positif que le Conseil fédéral mette l'accent sur une politique de croissance à long terme et qu'il prenne des mesures qui amélioreront l'attractivité de la Suisse», a ajouté Rudolf Minsch, le chef économiste de l'association faîtière, faisant allusion aux conditions cadres et aux baisses d'impôts prévues pour les entreprises.

Quant aux mesures à court terme, destinées à la branche du tourisme et à l'industrie d'exportation, «il faudra concrètement attendre quelle forme elles prendront».

M. Minsch estime le cadre financier fixé par le gouvernement «approprié», car le frein à l'endettement devra être respecté. Economiesuisse salue également la volonté du Conseil fédéral d'introduire davantage de concurrence, mais il faudra sur ce point que le Parlement en débatte sans se presser.

Enfin, Economiesuisse approuve les efforts du Conseil fédéral pour éviter une bulle immobilière, estimant qu'ils sont le reflet «d'une bonne pratique bancaire».

20 minutes.ch

Cookies