PDA

Voir la version complète : L’ambassadeur Italien s’engage à alléger les mesures d’obtention du visa


Thirga.ounevdhou
18/05/2006, 11h34
L’ambassadeur d’Italie en Algérie s’est engagé, à prendre les mesures nécessaires pour résoudre les problèmes liés à l’obtention de visa d’entré en Italie pour les hommes d’affaires.


L’ambassadeur d'Italie a Tizi-ouzou
“Les procédures d’octroi de visas pour les hommes d’affaires seront allégées” (http://www.lesoird************/articles/2006/05/18/article.php?sid=38520&cid=2)
La coopération et les échanges économiques entre l’Algérie et l’Italie ont été au menu de la rencontre entre les opérateurs économiques de la wilaya de Tizi-Ouzou et l’ambassadeur d’Italie, Son Excellence Giovanni Batista Verderame qui a effectué, dans la journée d’hier, une visite à Tizi-Ouzou, à l’invitation de la Chambre de commerce et d’industrie du Djurdjura (CCID).
Lors de cette rencontre dont l’objectif, pour les opérateurs économiques locaux, était de nouer des contacts et de prospecter les opportunités d’affaires et d’échange avec des partenaires italiens, il a été beaucoup question de la présence économique italienne en Algérie que beaucoup souhaitent voir davantage développée et ouverte à plus d’investissements. Un déficit évoqué par M. Ahmed Ali, opérateur économique et vice-président de la CCID, en osant presque un reproche aux entreprises italiennes, de nous préférer à nos voisins, prétextant le risque sécuritaire. L’Algérie, qui entretient, pour l’heure, des échanges qualifiés de quasiment inégalitaires sur le plan commercial, a été choisie par seulement une trentaine de PME italiennes qui se sont expatriées dans le cadre de la délocalisation. Nos voisins tunisiens, qui ont l’avantage de la proximité géographique et d’une plus grande tradition dans le domaine des échanges économiques et qui ont, visiblement, les faveurs des entrepreneurs italiens, accueillent plusieurs centaines de petites et moyennes entreprises italiennes délocalisées. On évoque la possibilité pour des entreprises italiennes candidates à la délocalisation de venir s’installer en Algérie, en raison de la saturation du marché tunisien. L’ambassadeur italien rappellera que dans le contexte d’économie libre, l’Etat ne peut pas s’immiscer dans la décision d’un investisseur qui choisit de s’installer dans un pays ou un autre. Il parlera du rôle de facilitateur de relations qu’il dit prêt à assumer pour encourager les opportunités d’affaires et d’échange entre les opérateurs des deux rives. Interpellé sur la nécessité d’humaniser l’accueil au niveau des services pour l’obtention des visas, Son Excellence Giovanni Batista Verderame annoncera que les procédures, en faveur des hommes d’affaires algériens désirant se rendre en Italie seront plus souples et allégées mais dans le respect des règles imposées dans le cadre de l’Union européenne. On annonce du côté de la délégation commerciale italienne qu’une opération de valorisation et de modernisation de la production de l’huile d’olive sera lancée en faveur des producteurs et opérateurs de la région. Il s’agira de faire de l’huile un produit exportable.

- Le soir d'Algerioe

Cookies