PDA

Voir la version complète : Les rebelles obligés de se retirer de Brega


jawzia
21/08/2011, 02h57
Libye : Les rebelles obligés de se retirer de Brega

Alors qu'ils venaient d'annoncer avoir pris le contrôle de Brega ce samedi, les rebelles ont dû reculer de cette position stratégique dans l'après-midi face aux bombardements des forces pro-Kadhafi. Le leader libyen montre pourtant certaines faiblesses.


Sur le front, la rébellion a été largement appuyée par les avions et hélicoptères de l'Otan pour s'emparer du port de Brega comme l'avait annoncé ce samedi matin les rebelles. Mais c'était sans compter sur la riposte des pro-Kadhafi qui dans l'après-midi ont bombardé les rebelles. Théâtre d'affrontements entre les rebelles et les forces loyales à Mouammar Kadhafi depuis plus d'un mois, Brega est un bastion stratégique et a changé de mains plusieurs fois depuis le début de l'offensive. Elle était auparavant la principale voie de sortie par la mer du pétrole pompé dans le centre du pays.

« C'est une retraite stratégique et tactique, pour épargner les vies de nos combattants, et éviter plus de destructions aux infrastructures pétrolières », a assuré le colonel Bani. « Nous nous sommes retirés vers l'est, mais nous continuons d'assiéger la zone industrielle », a affirmé le porte-parole. « Les forces de Kadhafi quittent Brega par l'ouest, en direction de Bishr, et elles couvrent leur retraite en bombardant », a-t-il ajouté.

Les rebelles se sont emparés il y a une dizaine de jours de la majeure partie de la zone résidentielle, dans l'est de la ville.

Mais de son côté, Kadhafi semble souffrir d'une mauvaise passe ces derniers jours. Le chef des rebelles libyens le crie haut et fort : la fin du colonel Mouammar Kadhafi est « très proche ». « Nous avons des contacts avec le premier cercle du colonel Kadhafi (...), tout montre que la fin est très proche, avec l'aide de Dieu », a ainsi déclaré samedi le président du Conseil national de transition (CNT), Moustapha Abdeljalil, au cours d'une conférence de presse.
Nouvelle défection

Mouammar Kadhafi a aussi essuyé une nouvelle défection vendredi. Et pas des moindres. Le numéro 2 du régime s'en est allé rejoindre la rébellion vendredi soir : Abdessalem Jalloud aurait fuit Tripoli avec sa famille et serait passé par Zenten, selon une source rebelle ayant requis l'anonymat. Cette ville située au sud-ouest de la capitale libyenne n'est autre que le quartier général des rebelles du djebel Nefoussa. Le vieil ami et proche de Kadhafi s'est ensuite « rendu en voiture à Benghazi hier soir (vendredi) », a déclaré samedi Juma Ibrahim, un porte-parole rebelle à Zenten.

Par ailleurs, selon Le Figaro, Mouammar Kadhafi négocierait l'exil en Tunisie, de sa famille. Pas le sien, selon un connaisseur du dossier. Vendredi, le colonel aurait en effet eu des discussions discrètes avec des émissaires américains pour trouver un point de chute à son épouse, et peut-être à sa fille Aïcha mais pas pour ses fils, aux commandes du régime. Une source officielle libyenne a aussitôt démenti ces informations, selon le site de CNN.

Les rebelles gagnent tout de même du terrain en Libye. Depuis mercredi, ils ont acquis quatre nouvelles villes : Ajaylat, dans l'Ouest, Al-Hicha à l'Est, Morzuk, dans le Sud-Ouest saharien, et vendredi les rebelles ont affirmé avoir pris le contrôle de Zliten, une ville de 200.000 habitants au nord-ouest de la Libye.

France Soir
20 août 2011 à 18h56

Cookies