PDA

Voir la version complète : Immigration : ce sondage terrible dont personne ne parle


gdesmon
21/08/2011, 10h02
Source : Tefy Andriamanana - Marianne | Samedi 20 Août 2011

Il n’y a quasiment que Fdesouche qui en parle. Ce site phare d'extrême droite relaie un récent sondage d’Ipsos sur l'état des opinions publiques mondiales face à l’immigration. L’étude a été menée du 15 au 28 juin dans 23 pays du monde sur tous les continents. Un chiffre choc : 54% des Français trouvent que l’immigration a un impact négatif sur leur pays. Mais à analyser le sondage dans le détail, on comprend que le rapport de l’opinion face à l’immigration est plus complexe qu’il n’y paraît.

Les chiffres d'Ipsos sont éloquents. Exemple : 80% de l'ensemble des interrogés pensent que l’immigration a augmenté ces cinq dernières années et 52% en moyenne trouvent qu'il y a trop d'immigrés chez eux :

Effets de la crise

Immigration : ce sondage terrible dont personne ne parle
Pour expliquer ces chiffres, il y a bien sûr les causes économiques. Les effets de la crise se voient surtout en Europe du Sud. En Espagne, 55% de personnes jugent que l’immigration a eu une influence négative sur le pays, 56% en Italie. De même, 52% des Italiens et des Espagnols pensent que les immigrés « prennent » leurs emplois. Et 52% des Espagnols sont en désaccord avec l'idée que l’immigration rend le pays d’accueil plus agréable à vivre.

La crise a aussi joué sur l'opinion en Grande-Bretagne : 71% des Britanniques pensent qu’il y a trop d’immigrés chez eux. Même conclusion en Russie, un des pays les plus hostiles à l’immigration : 77% pensent qu’il y a trop d’immigrés chez eux, 75% disent qu’ils prennent les emplois des locaux. La France n’est pas mieux lotie. On compte 41% de Français pensant que les immigrés prennent leurs emplois, 34% pensent le contraire, 56% disent que les immigrés coûtent trop cher aux services publics.

Une exception : la Belgique. Malgré une forte hostilité de l’opinion vis- à-vis des immigrés, le pays se porte mieux économiquement que ses voisins. D’autres facteurs peuvent cependant entrer en jeu. L’association d’une récente et forte hausse de l’immigration (deux tiers de la croissance démographique en 2010 sont liés à l’immigration), d’un contexte politique hypertendu, des divisons entre Flamands et Wallons, sans parler du questionnement sur l’identité belge a pu entraîner une radicalisation des opinions.

Un lien avec l'extrême-droite ?

Etat par Etat, 72% des Belges pensent qu’il y a trop d’immigrés chez eux, 67% en Italie, 52% en France et 53% en Allemagne. Le sentiment d’ « invasion » est donc réel, au moins dans les sondages. De même, 45% des sondés pensent que l’immigration a un impact négatif. Les Belges sont encore une fois les plus hostiles à 72%. En France, on arrive à 54% d’opinions négatives, 56% aux USA contre 35% au Canada. Mais il reste qu'au plan mondial, la crise économique a favorisé l'augmentation de l'hostilité aux immigrés. Ces résultats sont peu étonnants.

La hausse de la xénophobie est-elle liée aux scores de l’extrême-droite ou de la droite populiste ? Certes la Grande-Bretagne connaît la percée (très limitée) du British national party. Mais d’un autre côté, il n’y a jamais eu vraiment d’extrême-droite en Espagne, alors que c’est l'un des pays européens dans lequel le sentiment d'invasion est le plus fort. A l’inverse, la percée des Démocrates de Suède avait fait couler beaucoup d’encre en septembre dernier. Mais seuls 37% des Suédois pensent que l’immigration a un impact négatif sur leur pays, le même score pour ceux qui y voient un impact positif et 23% pensent que les immigrés prennent leurs emploi. A l'inverse, 44% disent que l’immigration rend le pays plus agréable à vivre.

De même, une forte immigration crée-t-elle mécaniquement une hausse de la xénophobie ? L’exemple de la Belgique pourrait prouver cette idée même si le contexte politique y est particulier. D’ailleurs, même en France, l’immigration est en hausse depuis longtemps. A l’inverse, le Canada est le parfait contre-exemple. Pays avec une longue histoire migratoire, il est un des plus importants pays d’accueil au monde et a une réputation de société multiculturelle. Mais seuls 35% pensent que l’immigration a un impact négatif sur le pays et 42% pensent qu’il y a trop d’immigrés ceux eux contre 48% qui pensent que l’immigration rend le pays plus agréable à vivre, 43% pensent même que l’immigration est bonne pour l’économie.

En réalité, la xénophobie apparait comme l’arbre qui cache la forêt des frustrations sociales davantage que comme le seul symbole d'une conversion idéologique au fascisme. Face aux difficultés, on cherche des boucs émissaires.

Pas d'écho en France

On peut alors établir une hypothèse pour expliquer le cas canadien. En effet, le débat sur le multiculturalisme, l’intégration des immigrés et la politique d’immigration en général est plus ancrée et plus ancienne qu’en France. Ainsi, le Canada a créé un Département de la Citoyenneté et de l’Immigration … en 1994. Certes, la question a parfois entrainé des tensions comme sur les « accommodements raisonnables » au Québec. Mais le débat a le mérite d'exister à défaut d'être résolu. D'ailleurs, on peut se demander si occulter un débat, voire traiter de fascistes tout ceux qui abordent cette question, n'aboutit pas à renforcer la xénophobie en créant du ressentiment et en stigmatisant une partie de l’opinion.

Significatif de ce malaise, aucun média français n’a repris cette étude. Hormis Fdesouche, on trouve quelques traces du sondage sur des médias belges (ce qui peut s’expliquer par les scores obtenus dans ce pays) mais rien dans nos contrées. Comme si l’émergence d’une opinion majoritairement hostile aux immigrés était un sujet tabou. Au risque de laisser le thème aux plus extrémistes.

bel-court
21/08/2011, 10h34
Si on fait un sondage dans n'importe quel pays du monde s'ils souhaitent avoir des millions d'immigrés chez eux ils diront non, je trouve les 52% des Allemands, Italiens...etc trés bas.

l'imprevisible
21/08/2011, 11h48
Paradoxalement la xénophobie trouve souvent grâce au yeux de ceux-là même dont les membres de leur ensemble social subissent les affres des politiques publiques à deux vitesses !



../..

RoboCop
21/08/2011, 15h57
On compte 41% de Français pensant que les immigrés prennent leurs emplois, 34% pensent le contraire, 56% disent que les immigrés coûtent trop cher aux services publics.

Donc c'est une pure invention, de dire qu'à CV égaux, celui qui porte un nom à résonnance Arabe, ou Noire Africaine aura moins de chances à pourvoir le poste de travail.

Ben si c'est le cas, que les immigrés prennent leurs emplois, il y a de la place pour des postes de travail derrière un marteau piqueur, travailler sur le bitume chaud, faire monter et descendre les meubles et, le gros électroménager du 6ème étage d'un immeuble sans ascenseur, s'accrocher derrière un camion de collecte des ordures, laveurs de vitres, faire monter et descendre des palettes de 300 kg, vigiles et j'en passe, car la liste est encore longue.
Source : Tefy Andriamanana - Marianne | Samedi 20 Août 2011

La source de l'article en dit long, sur la portée de cette étude.

Gandhi
21/08/2011, 16h19
Bientôt le retour du fascisme ! On en voit les germes.

Il sera accueilli avec enthousiasme par ceux qui glorifient les méthodes violentes et barbares.

overclocker
21/08/2011, 16h23
que ces croisés se cassent de l’Afrique une fois pour toute avec leurs entreprises et qu'on coupe tout relation avec ces arriérés, on verra qui immigrera chez l'autre...

arazi
21/08/2011, 16h42
ce sont les medias qui entretienne cette peur..

Scootie
21/08/2011, 16h48
Bientôt le retour du fascisme ! On en voit les germes.

Il sera accueilli avec enthousiasme par ceux qui glorifient les méthodes violentes et barbares.


Tout à fait d'accord. D'ailleurs, mussolini a dit il y a fort longtemps que la fusion entre les pouvoirs politique et économique c'est la porte ouverte vers le fascisme.

Et ce processus a bien démarré en 2008 quand des états n'ont pas hésité à renflouer des banques et autres multinationales sous prétexte d'un risque systémique.

La conséquence est déjà évidente: les minorités ainsi que les pauvres sont entrain de trinquer, et ce n'est qu'un début malheureusement !!

Cookies