PDA

Voir la version complète : L'écriture de la langue Kabyle/Berbere(s).


Page : [1] 2

Akli
18/05/2006, 21h09
Je ne voulais pas faire de hors sujet, alors j'en ouvre un autre en reponse à ferailleur.

un autre point:les israeliens ont fait renaitre l'hebreu qui n' a pas 20.000 ans derrière lui.ils n'ont pas eu besoin de faire appel a l'alphabet latin.
pourquoi les kabyles si soucieux de respecter leur authenticité font preuve de plus de complaisance que les israeliens ?

Ferrailleur, j'ai l'impression que tu fais expres de pas comprendre, c'est la troisieme et dernier fois que je l'explique.

Pourquoi les Indonesiens (200 millions de ikhwa, machallah!!) utilisent ils l'alphabet latin au lieu du batak? pourquoi tant de peuples sur cette planete ne se réapproprient ils pas leur ancien alphabet? pourquoi utilisent ils l'alaphabet latin?

La raison est toute simple, leur alphabet est trop primitif, il a cessé d'evoluer il y a 20 siecles, par contre l'alphabet hebreu n'a jamais été abandonné par les juifs , et donc, n'a jamais cessé d'evoluer.

Quelques exemples de peuples ayant un alphabet "archeologique" mais utilisent l'alphabet latin:

-Indonesie.
-Philippines.
-Mongols (utilisent l'alphabet cyrilique).
-Pakistan
-Ouzbekistan (en latin et Cyrillique).
-Hongrie.
-Allemagne.
-Ukraine.
-Portugal.
-Espagne.
-Ethiopie.


Maintenant, explique moi pourquoi les kabyles, un peuple de moins de 10 millions et qui vient de commencer à ecrire sa langue, devrait utiliser un alphabet archeoligique, serions nous meilleurs et plus devolppés que l'allemaagne, l'espagne, le pakistan...etc?

Explique moi? eh ben je vais te donner la reponse, vous etes complexés et vous voulez complexer les kabyles avec vos reflexions sophistes, mais jcrois qu'il y'a d'autres raisons encore plus maléfiques, vous voulez tuer la langue kabyle (et berbere en général) par procuration, le bourreau et la victime etant la meme: les kabyles, vous en sortez blanchis.

J'espere que cette fois t'as compris et que tu ne reposeras plus la question.

ETTARGUI
18/05/2006, 21h16
"Le kabyle" ne s'écrivait pas. Il fallait dire le bérbère ou le tamachek (ou sa variante tamazigh). Seul les touaregs savaient écrire (le tifinagh).

Akli
18/05/2006, 21h19
J'ai dit que les ancestres des kabyles ecrivaient en Lybique/tifinagh, je n'ai jamais dit qu'ils avaient ecrient en tifinagh, d'ailleurs, si tu as bien lu mon texte, tu verras bien que j'ai dit "les kabyles n'ont jamais ecrit leur langue".

Si t'es trop feneant:

Maintenant, explique moi pourquoi les kabyles, un peuple de moins de 10 millions et qui vient de commencer à ecrire sa langue,

Wa allahou a3lam.

ferrailleur
18/05/2006, 21h22
ettargui.tu m'as ote ce que j'allais dire de la bouche.
ainsi donc l'alphabet hebreu s'est modernisé au fil des millenaires.dans quel pays ?
les askhenazes ou les autres ?
n'oublie pas de demander a zwina de te fournir copie de la lettre gardée en turquie d'un roi kabyle.ça te permettra de moderniser la langue kabyle sans faire trop d'emprunt à la civilisation greco latine.tiens il me vient une idéee.quelle était donc cette civilisation charnière entre les grecs et l'occident.n'était ce pas les arabes.?comme le monde est petit.

Akli
18/05/2006, 21h26
lol, ridicule, j'ai rien compris. vallait mieux ne pas me répondre!

EDIT: Ok, meme si ta reponse ne veut meme pas un commentaire, j'edite quand mon message pour te repondre,

-Pourquoi tu parles des arabes? pourquoi tu parles des turks? de civilsation greco romaine, de rois?!! quel relation avec le sujet? c'est pour noyer le poisson c'est ça? lol

rabi3
18/05/2006, 21h36
Mes respects aux gens du sud, valeureux, patients et sages.
Vive les algeriens du sud et que le progrés leur arrive sans trop de peine.

ferrailleur
18/05/2006, 21h41
puisque tu as les neurones fatigués a cette heure :
1 pourque l'hebreu soit "modernisé" aurait fallu une académie et une structure pour en décider .ou était cette structure ?il ne faut pas confondre hebreu et yiddish.

des exemples de modernisation du français .le "bast" devient bât.(baston et bâton).farmacie et pharmacie.en quoi c'est différent et nécessite un alphabet étranger.

zwina nous promet depuis des lustres une lettre d'un roi kabyle envoyée aux turcs .écrite en kabyle.ça permettrait de faciliter la modernisation de cette langue non?
le reste est trop subtil.par contre on était d'accord pour envisager sereinement une séparation démocratique entre des ambitions opposées.

attention a ta signature.non seulement tu fais du plagiat mais tu risques des remontrances de kitusais.

zwina
18/05/2006, 21h50
J'ai encore mieux que ça mon cher Ferrailleur une pierre taillée en alphabet Tifinagh exposée en partie au musée d'Alger datant de plus de 2000 ans trouvée dans un petit village de Kabylie s'appelant Ifigha par d'éminents archéologues (les algérois, un petit service, allez donc visiter le musée d'Alger des merveilles s'y trouve dont cette pierre). Toutes personnes sachant se servir d'un moteur de recherche peut voir cette pierre et cette écriture car elle est accessible même par internet. Merci aux archéologues algériens qui savent EUX se servir des nouvelles technologies :mrgreen: M^me Boulifa en parle dans ces livres.....Pour la lettre de Belkadi datant du XIV siècle elle est aussi maintenant visible sur internet, merci aux turcs (faudrait juste qu'il pense à rendre cette lettre à l'algérie car elle NOUS appartient) et au directeur du musée de Tokapi qui l'a mis sur son site :D Ferrailleur va tu enfin arrêter de dire n'importe quoi ??? Dorénavant si ce que tu as à dire n'est pas plus beau que le silence (Nazeha tu es où ????) TAIS TOI !!!!!!!!!!!!!

ETTARGUI
18/05/2006, 21h55
En raison de l'histoire de la kabylie (je dis bien la kabylie, j'exclus certaines régions tamachekophone), "Le kabyle" n'a pas pu évoluer de manière autonome, mais en empruntant des mots (et rien de plus) aux différents conquérents qui se sont succédé sur la région.

Cet aspect historique impose quelques questions notamment:
1. La kabylie est une région méditérrannéenne, où plusieurs civilisations se sont développées, et en dépit des invasions et du contact avec d'autres peuples, les kabyles sont restés insensible à ce qui se passe autour d'eux et ont continué à vivre comme ils ont vécu tout le temps.
Comment peut-on expliquer cette attitude et ce rejet de développement ?

Cela n'est pas valable pour les touaregs, par exemple, qui malgré leur isolement (géographique) ont laissé les traces d'une civilisations et d'une vie dans le sens le plus fort du terme (en témoignent les sculptures et dessins rupestres, les écritures...)

Akli
18/05/2006, 22h07
ETTARGUI,

Je suis sur que tu n'es pas targui, mais faisons semblant, pour une fois en fera un "débat" berber-berbere:

1-Le tifinagh vient de l'alphabet phenicien.
2-Les premiers à voir ecrit en berbere etaient donc les "berberes mediterraneens", puis l'alphabat lybique s'est propagé au sud.
3-les touareg n'ecrivent pas de lettres d'amour en touareg, ni de bouquins, ils ne peuvent meme pas ecrire une phrae en tifinagh puisque il est difficile à lire (sans voyelles) et n'est utilisé que par les femmes pour ecrire un ou eux mots.

ferrailleur
18/05/2006, 22h09
toujours aussi enervée zwinette?
donne ta lettre a gero.elle est écrite en quoi ?elle pourrait certainement inspirer
l'academie plutot que de s'inspirer de l alphabet latin.
secret défense?
moi je crois que cette histoire de langue est un leurre.que la volonté de certains est d'empêcher le monde arabo musulman de se reconstruire.
c'est pour ça que je suis tombé d'accord avec akli.pas pour les mêmes raisons.mais il n'y a que le résultat qui compte.
.allez .bonne nuit .

Akli
18/05/2006, 22h11
zwina,

Je confrme avoir lu ce que tu raconte, mais il est impossible que se soit vieux de 20 000 ans puisque l'alphabet berbere ne date que de 2000 à 3000 ans. Les pheniciens ne sont venu qu'en -800 a-c...

Akli
18/05/2006, 22h19
Encore la faute des kabyles... A ce que je sache l'egypte n'as pas de minorités non-arabe, et pourtant c'est pays qui ne vaut rien, la lybie de même (100 000 berberes ce n'est pas grand chose), les pays du golf... tous zero, la syrie...zero, la jordanie... zero, le soudan.... zero... etc. le monde arabe = zero, nada, vide galactique, par contre l'algéeire serait super developpée et super unie s'il n'y avait pas de kabyles!

ETTARGUI
18/05/2006, 22h33
Akli : ton discours ne tiens pas la route. Si les bérbères du nord avaient précédé les touaregs à l'écriture, il n'y a rien qui le prouve. Certes les touaregs se sont inspirés des phéniciens, et on s'appuie pour prouver cette influence sur les desins qui montrent des chars phéniciens que les touaregs avaient reproduit sur la pierre (le papier n'existait pas encore, tu en conviens). Mais sur quoi t'appuies-tu pour affirmer que les kabyles savaient écrire ?

Pour les poèmes d'amour, détrompes toi, les touaregs écrivaient et écrivent encore de très beaux poèmes en Tifinagh (je peux t'en envoyer quelques uns mais tu ne sauras pas les lire). Mieux encore, les touaregs savaient compter, ils ont leurs propres nombres, leurs méthodes de calcul très intelligentes...Peut-on dire la même chose de nos frères kabyles, qui comptent en arabe.

riati
18/05/2006, 22h42
j ajoute a tout ce qui etait dit que les soussi (region d'agadir) ont laissé bcp de maniscrut en tafinagh, et au maroc l'enseignement s'efectue en tafinagh ... vous pouvez même telecharger le clavier virtuelle tafinagh sur le site de l'IRCAM.

safyo
18/05/2006, 22h54
Pour revenir sur le sujet et pour te rafraichir la mémoire tu sait qui est le père de la sociologie moderne , d'ou il vient , et en quelle langue il s'est exprimé.

Encore la faute des kabyles

Si ETTARGUI n'est pas tergui c'est a se demander si Akli est un kabyle .

Qui est Qui dans ces histoires ?

absent
18/05/2006, 23h36
aux gens qui sont rebutés par tout ce qui touche à la cuture berbere je tiens à dire ceci :

l'Alphabet, peu importe qui il est et d'où il viens, c'est un vehicule, un vehicule linguistique pour traduire et articuler des sons et des idées
c'est rien de plus

l'alphabet latin n'est pas si latin que ça, il est le fruit d'une invention commencé sur les bords de plage pheniciens, l'alphabet moderne europeen est une traduction de l'alphabet phenicien, cet alphabet a été transmis aux grecs, et les grecs l'ont transmis au reste de l'europe

on sait que par ricochet les pheniciens ont une certaines parenté avec les kabyles et les berberes donc on est pas en territoire inconnus, on peut même dire que les berberes par leur branche phenicienne sont les inventeur de l'alphabet moderne

les symboles tifignagh sont des caracteres magiques et destinés à traduire la pensée de certains erudits, il a été democratisé notamment par les rois berberes pour laisser leur noms sur les steles et les tombeaux royaux

en quoi l'arabe est-il superieur aux autres langues ? arabe ou israelien derivent de la même racine cananéenne, peuple ancien de la phenicie, donc on se bat pour rien vu que tous les alphabets de notre coin trouvent leur origine au liban

Akli
18/05/2006, 23h46
ETTARGUI,

Ecoute, la diffusion du savoir phenicien s'est fait chez les berberes de façon progressive, il n'a pas sauté de carthage à tamanrasset :

http://sd606.sivit.org/asays/article.php3?id_article=323

tu verra que le lybique etait ecrit partout en afrique du nord, mais plus entre l'algérie et la tunisie (pas de touareg la bas).

FENNALA
18/05/2006, 23h56
Scribitur ad narrandum, non ad probandum. :rolleyes:

- on ecrit pour raconter, non pour prouver -. Quintillien

btp50
19/05/2006, 00h07
en europe, le syrillique, le grec etc... on disparu au profit de l'alphabet latin, les perses ont aussi abandonné leurs ecriture antique au profit de l'arabe, Le pakistan a adopté l'alphabet arabe les exemples ne maquent pas.
Pourquoi abandonné une ecriture ou un système de communication au profit d'un autre, beh parceque tout simplement l'autre système est meilleur que le tifinagh. meme les chinois ont abandonné leur boulier au profit des chiffres arabes.
Quand a prendre comme exemple l'ecriture hebreux, cela n'a rien a voir avec les berberes, pratiquement tous les juifs connaissent l'ecriture latine et l'arabe, et surtout ils ont une autre histoire que celle des bèrbères.

zwina
19/05/2006, 06h41
C'est un document rupestre qui devait mettre en garde les spécialistes sur une plus grande antiquité possible du libyque. A Azib n'Ikkis, dans le Yagour (Haut Atlas marocain) se trouve une gravure représentant un cartouche anthropomorphe dans lequel s'inscrivent quinze à seize caractères libyques (Hachid M. 1992, t. 2, fig. 257). Le contexte iconographique de cette gravure, notamment un grand nombre d'armes métalliques, faisait remonter l'ensemble à l'âge du Bronze. Se basant sur le contexte archéologique, Gabriel Camps en déduisit que cette inscription pouvait être bien antérieure aux VIIe-Ve siècles avant notre ère (Camps G. 1996).
Signalons que, depuis, cette inscription a été gravement détériorée par une main vandale qui a, en quelques minutes, détruit un document archéologique fondamental et des millénaires d'histoire. Nous devrions, chercheurs maghrébins que nous sommes, avec les spécialistes et les autorités responsables du patrimoine, contribuer à protéger ces précieux témoins.
.........
Au Sahara central, plus exactement à Djerma, au Fezzan, les fouilles ont révélé des amphores gravées de caractères d'écriture datés du Ie siècle de notre ère. A Bu Njem, en Tripolitaine, on possède les preuves archéologiques que les Garamantes possédaient un alphabet particulier au IIe siècle de notre ère. On sait par le mausolée du personnage dit de "Tin Hinan", à Abalessa (Ahaggar), où des blocs ayant servi à la construction portaient des inscriptions interrompues par leur débitage, que les tifinagh récents peuvent remonter au moins au Ve siècle de notre ère, date à laquelle fut érigé cet important édifice funéraire.
Cela donne donc aux tifinagh anciens une plus grande ancienneté que celle qu'on leur prêtait au départ et les fait très vraisemblablement contemporains des autres "écritures libyques du nord" (Gabriel Camps).

Les Touaregs attribuent l'invention de leur écriture à un héros fondateur, Amamellen (qui signifie "celui qui possède la clarté") ou Aniguran (se traduisant par "proverbe ou énigme, étant compris"), héros fondateur de la culture touarègue. Il s'agit de ces nombreux tifinagh qui "marquent le moindre relief du Sahara et qui commencent par: nek, c'est-à-dire par les lettres I = ien et :- = iek, qui veulent dire "Moi, un tel...". Les Touaregs arrivent à en épeler la plupart des caractères quoiqu'ils n'en comprennent pas toujours le sens et que quelques-uns des signes aient aujourd'hui disparu. Ces tifinagh, bien sûr, annoncent les tifinagh récents en usage aujourd'hui, et qui commencent par le traditionnel: awa nek (c'est moi un tel...).
.....
Le terme "tifinagh" est le pluriel de tafinek (dans le système phonologique du berbère, gh et q sont les allophones d'un même phonème). Il pouvait signifier "les phéniciennes ou les puniques" (Punica): c'est sur cette base étymologique que l'on a admis que l'alphabet libyque s'était inspiré en partie ou en totalité du système d'écriture punique, d'autant que, on le sait, six de ses lettres ont une forme tout à fait similaire à ce dernier. Cet argument étymologique pour prouver l'origine punique du libyque est loin d'être convaincant et a très bien été réfuté par Gabriel Camps qui rappelle que "[...] les chiffres arabes sont persans et les figues de Barbarie, américaines"!
.......
Nous avons remarqué que, parfois, procédé volontaire de la part de ces peintres, les inscriptions viennent en dernier lieu comme pour "signer" ou référencier la peinture réalisée. Sur la roue de Brooklyn étudiée par Jean Spruytte et datant du Ve siècle avant J. -C., il y a des marques de repérage reproduisant le signe X, une lettre libyque. Quant à l'inscription d'Ekaden Ouacharène, elle est associée à un quadrige très particulier, un magnifique galop cabré de quatre chevaux, quadrige tout à fait comparable aux chars d'apparat des scènes de triomphe ou de mythologie de l'art grec des VIe et Ve siècles avant J. -C. En outre, cette inscription constitue une preuve des contacts qui existèrent entre les Paléoberbères du Sahara central et la Grèce classique.
......
Au Sahara central, nous avons pu constater que (à ce jour) aucune inscription n'accompagne les peintures des Libyens sahariens. Les premiers caractères apparaissent avec ceux qui leur font immédiatement suite, les Paléoberbères Garamantes. Nous avons vu que ces derniers se mettent en place après 1500 ans avant J.-C. et avant l000 ans avant J.-C. C'est donc dans ce laps de temps, de moins de 500 ans, qu'il faut rapporter l'apparition du libyque, c'est-à-dire dans la seconde moitié du IIe millénaire avant J.-C.

L'alphabet phénicien a vu le jour entre 1300 et l200 avant. J.-C. Le document le plus ancien que l'on connaisse est l'inscription sur le sarcophage du roi Ahiram à Byblos daté entre 1100 et 1000 avant J.-C. C'est exactement la période à laquelle le libyque a pu se mettre en place. Par conséquent, la relative contemporanéité de ces deux écritures ne permet pas d'envisager que le libyque soit issu du phénicien et encore moins du punique.
Peut-on savoir à quel moment s'accomplit la mutation du libyque saharien en tifinagh anciens, forme plus récente? On sait qu'au Tassili ces derniers apparaissent avant le dromadaire, mais il est pour l'instant difficile d'établir à quel moment précis cet animal est arrivé au Sahara. Toutefois, sachant d'une part, que le dromadaire est repérable dans le dernier siècle avant notre ère, qu'il abonde dans la partie orientale de l'Afrique romaine dès les premiers siècles de notre ère et, d'autre part, que les inscriptions du mausolée d'Abalessa (Ahaggar) au Ve siècle de notre ère sont déjà des tifinagh récentes, logiquement les tifinagh anciennes ne peuvent qu'être apparus au cours du dernier millénaire avant J.-C., avant le dernier siècle (au moins).
L'écriture libyque, après une longue gestation à travers l'art géométrique, est très vraisemblablement apparue vers 1300/1200 avant J.-C. Il y en eut assez vite plusieurs formes, du nord au sud, d'est en ouest de cette immense Berbérie. Les tifinagh anciens sont forcément en place avant le Ie siècle avant J.-C. et se transforment en tifinagh récents. Les tifinagh récents remontent au moins au Ve siècle de notre ère, date du mausolée d'Abalessa. Les tifinagh anciens ont donc, au minimum, six siècles d'âge et les écritures libyques ont pu durer plus de 1000 ans.


Extraits de : Les Premiers Berbères. Entre Méditerranée, Tassili et Nil. Ina-Yas. Edisud 2001

zwina
19/05/2006, 06h50
1300 textes libyques répertoriés

On évalue aujourd'hui à plus de 1300 textes, le nombre d'inscriptions libyques connues jusqu'à présent au Maghreb. On entend par " écriture Libyque " celle datée de la période préislamique. D'autres textes plus nombreux et plus récents sont connus au Sahara. Ils présentent un aspect différent mais qu'on considère généralement comme étant dérivé du Libyque antique. Ce sont les inscriptions en tifinagh encore utilisées de nos jours par les Touaregs. L'espace géographique couvert par ces inscriptions s'étend sur l'ensemble du territoire des peuples Tmazighen, des îles Canaries jusqu'en Libye et de la Méditerranée jusqu'au Niger. Les inscriptions libyques se répartissent sur le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, et la Libye avec une densité et une chronologie variables. C'est l'ancien royaume des rois numides (nord-ouest tunisien et algérien) qui a fourni le plus grand nombre d'inscriptions, d'où le qualificatif " numidique " attribué à cette écriture au départ. C'est aussi cette région, et plus particulièrement le fabuleux site de Dougga, qui a donné des inscriptions bilingues (Libyquo-punique) ayant permis de déchiffrer quelques textes officiels. Cela dit, l'exploration est loin d'être achevée car de nouvelles découvertes ne cessent d'augmenter le nombre d'inscriptions dans le reste du Maghreb et d'élargir l'espace de leur diffusion. Les nouvelles découvertes effectuées récemment au Maroc le prouvent.
......
Les chercheurs qui se sont penchés sur l'art rupestre marocain ont essayé d'établir une chronologie qui rend compte des grandes périodes reconnues par des thèmes ou des styles particuliers. Cependant, les problèmes de datation demeurent entièrement posés en raison de l'extrême rareté d'éléments fiables. Cependant, une chronologie relative peut-être établie en se basant sur :
* Les espèces animales et les objets représentés (le rhinocéros a disparu depuis le dessèchement du Sahara : les armes métalliques remontent à l'âge des métaux) ;
* La patine de la gravure : un trait foncé est souvent plus ancien qu'un trait clair ;
* La superposition des gravures témoignant d'une succession dans le temps ;
* Le style (style Tazina caractérisé par un trait poli profond, des membres effilés et se rejoignant: style libyco-berbère caractérisé par le piquetage, l'absence du contour, la prépondérance du symbole, la stylisation des figures, etc.)

Ce patrimoine rupestre très riche au Maghreb représente des scènes inspirées de la vie quotidienne ou bien des croyances des anciens Imazighen. Une façon de perpétuer le message et de le transmettre... Sans parole !...

Extrait de L'ESSENTIEL-février 2002 d'Ahmed Siraj professeur d'histoire et d'archéologie[/B]

zwina
19/05/2006, 07h06
Les premières traces d’une écriture correspondante à la langue Tamazight ont été trouvées par les archéologues. Les textes dont nous disposons expriment le bilinguisme des Imazighn.Bien qu’écrits en Tamazight la transcription S’est doublée de l’écriture des dominants : le punique et le latin. Il s’agit des inscriptions bilingues libyco – puniques et libyco latines sur des rupestres et des stèles. Ces textes ont conservé des ethniques, des anthroponymes et des toponymes. L’écriture « libyque » fut découverte pour la première fois en 1631 sur une inscription bilingue libyco – punique à yhugga ( Dougga, Tunisie actuelle) datant de 200 ans av. J. – C.

Des trouvailles de gravures rupestres aux Iles Canaries , à Malte, à Constantine, à lfighia ( Algérie) et à lixus ( Maroc) viennent d’élargir le champ d’investigations.

C’est surtout depuis la colonisation que les linguistes et philologues se sont intéressés au tamazight. les recherches se faisaient en général en vue de leurs propres intérêts : mieux administrer et mieux « gouverner ». C’est ainsi que nous disposons de textes en tamazight , en tachelhit , élaborés en français, et des textes en espagnol de tarifit, alors que les études sur la langue libyque ont été inaugurées par des italiens. Néanmoins d’autres chercheurs se sont intéressés à la langue tamazight : des Allemands ( H. Stumme , A. Williems , par ex.). des suisses , des danois ( K. prasse par ex.). des Anglais , des Hollandais , des Russes , des Américains ( Applegate – Haries par ex…)

Centres de recherche et d’enseignement deTamazight. Cours de langue et civilisation berbères

France :
- Institut National des langues et Civilisation orientales ( Inalco – 2 rue de lille, 75007 Paris)

- Ecole Pratique des Hautes Etudes, Section IV ( 45 rue des Ecoles, 7500 Paris)

- Ecole Pratique des Hautes Etudes , Section V ( 44 rue de la Tour, 75015 Paris)

- Université Paris III – Sorbonne Nouvelle ( Centre Censier, 13 rue Santeuil, 78005 Paris)

- Université Paris VII – Group d’Etudes berbères, Agraw Imazighen ( 2 rue de la liberté, 93526 Saint – Denis Cedex 02).

- Atellier du Pressoir ( 37 bis rue des Marro – onites, 75020 Paris)

- Lycée J. Mace ( rue Jules Ferry, 94200 lvry) .

- Lycée Mixte d’etat ( 105 rue de Bremont ; 93130 Noisy – le – Sec)

- Bibliothèque Municipal ( 10 Place de la République, 93400 Mairie de St – ouen)

- Office Municipal pour Migrans de Créteil ( 5 bis rue Félix – Maire, 940000 Créteil).

- C. M.A.youri Gagarine ( Centre Comercial des Mordacks ; 94500 Champigny – sur- Marne).

- Cours de Tamazight, CLAP ( 2 Place jean jaurès, Saint – Etienne).

- CIMADE ( 2 rue Diderot, Lyon 1er )

- Université de provence, laboratoire d’Anthropologie et de préhstoire des pays de la Méditerranée occidentale ( C.N.R.S.) , Aix en – provence / publie actuellement une « Encycycopédie Berbère » (12 tomes parus) sur la recommandation du Conseil international de la philosophie et des Sciences Humaines (UNESCD).


Belgique :

- Bruxelles : Tribal life Fund.

Italie :
- Rome : Université.

- Nples : Université.

Malte:
- Royal University of Malte.

Grande – Bretagne :
- Londres : School for Oriental languages.

- Cambridge : University.

- Leeds : University.

Nederland :
- Groningen : Instituut Voor Oosterne Talen.

- Utrecht : Instituut Voor Oosterne Talen.

Danemark :
- Kopenhague : University ( K. presse).
Suisse :
- Genève : Université.

- Freibourg : Université.

Russie :
- Moscou : Université.
Tchécoslovaquie :
- Prague : Université.
Etats – Unis :
- Ann Arbor University ( Michigan).

- Howard university ( Washington).

- University of California ( los Angeles).

- University of Wisconsin ( Madison).

Canada :
- Carleton University.

- Ottawa University.

Japon :
- Tokyo : Institute for the Study of languages and Cultures of Asia and Africa.

zwina
19/05/2006, 07h08
Effectivement je crois que j'ai mis un 0 de trop :redface: :redface: je corrige ;)

absent
19/05/2006, 19h12
le tamazirt est enseigné partout sauf dans son pays, les rois berberes s'en retourneraient dans leur tombe eux qui ont fondé l'algerie :evil:
tout ça c'est la faute des presidents algeriens qui n'avaient rien trouvés de mieux à faire qu'à pratiquer un denie culturel monstrueux !

amarimaa
19/05/2006, 21h03
l'algérie n'existait pas au temps des rois berbères! svp soyez plus rigoureux dans vos affirmations historiques!

kuchiki
19/05/2006, 21h07
Ce n'est pas totalement faux, mais ça dépend des historiens. Certains disent que du temps de la Numidie l'Algérie n'existait pas et d'autres qu'elle existait mais pas sous sa forme actuelle.

zwina
19/05/2006, 21h12
J'ai cité mes sources et les noms des archéologues et historiens sont clairement mentionnés si tu es plus compétente qu'eux, tu peux aussi faire une thèse que je consulterais volontiers :lol:

Gironimoo
19/05/2006, 21h31
Cet aspect historique impose quelques questions notamment:
1. La kabylie est une région méditérrannéenne, où plusieurs civilisations se sont développées, et en dépit des invasions et du contact avec d'autres peuples, les kabyles sont restés insensible à ce qui se passe autour d'eux et ont continué à vivre comme ils ont vécu tout le temps.
Comment peut-on expliquer cette attitude et ce rejet de développement ?
Pour prendre quoi que ce soit de l’autre il faut commencer par accepter ça présence ... A mon avis si les Kabyles sont restés insensibles _ le terme est relatif_ a ce qui les entourait c’est qu’ils ne se sont jamais résignés a la présence de quelque envahisseur que ce soit … et les ont de tout temps combattu !
c'est tout a fait légitime non?

absent
20/05/2006, 03h45
ce que je ne comprend pas, c'est qu'on essai de regrouper l'histoire Bebère de l'afrique du Nord en les tributs Kabyles, alors que ces derniers ne représente pas toute la fraction berbère. si vous voulez vraiment avancé il ne faut pas affirmer une chose et la nier en même temps. je dis aux apprentis bon courage

Cookies