PDA

Voir la version complète : Les rappeurs oranais chantent leur colère


zwina
21/05/2006, 14h25
Une autre façon créee par la jeunesse algérienne pour crier sa douleur est la chanson, le rap plus particulièrement. A Oran, les rappeurs se retrouvent dans un quartier du centre-ville qui accueille depuis des décennies les mouvements branchés de la seconde ville d’Algérie. Ils sont assis sur les bancs de l’avenue Larbi-Tébessi (ex-Loubet), parfois sur la marche d’une boutique de la rue Mohamed-Khémisti (anciennement Alsace-Lorraine), sans pouvoir se réunir dans les cafés et salons de thé du coin. Les rappeurs oranais traînent là leur après-midi finissant, au gré de leur emploi du temps, occupés souvent par leurs études, quelquefois par de petits emplois, parfois par rien : «Dans cette bataille / L’Algérie sera présente / Avec des MC oranais qui chantent / Ils y aura une revanche, on règlera les comptes / Les nerfs chauds comme de l’eau bouillante».
Aujourd’hui, leur mouvement est national . En 1990, une quarantaine de groupes hip-hop existaient à Oran; ils sont plus de 60 aujourd’hui.
En juin 2000 est sorti un recueil de quelques formations oranaises, Wahrap (contraction de Wahran, Oran en arabe, et de rap), dont le propos est résumé par le refrain de MCLP: «Militants du microphone nous racontons ce que les yeux voient / Quoi qu’il se passe / Il y en a qui volent / Et d’autres qui peinent» l’édition de produits hip-hop se développe à grande vitesse, traduisant une formidable aspiration d’une grande partie de la jeunesse à s’exprimer. Cela évoque l’essor rapide de la presse écrite lors de la démocratisation politique qui a suivi les émeutes d’octobre 1988. Mais depuis, les désillusions sont passées par là: «Manipulation, agression, déception / Tel est mon créneau pour la journée / Mon seul crime est d’espérer et de rêver», scande le groupe Intik d’Alger, la ville des Hamma Boys, Cause Toujours, K-Libre, Les Messagères, City 16, De-Men ou Tout Passe.
«Ils viennent, ils viennent armés / Diables ou humains / Ils descendent du cimetière juif1 / Aujourd’hui, c’est la razzia / Il n’y a pas de match de foot / Ils viennent de la place d’armes / Portant le drapeau comme dans la guerre du Liban / En haut les gens fuient / La terre est devenue noire». La guerre que se livrent forces de l’ordre et islamistes («les terros», terroristes, en langage rap) est au cœur de ce hip-hop comme la dénonciation de la corruption, des parvenus, du «trabendo» (marché noir), de la haine, de l’injustice, du mal de vivre. Bref, c’est le «Moral à zéro», du nom d’une chanson du groupe historique d’Oran, Vixit: «Des Escobar, des Al Capone, nous en avons chez nous / Nous avons la mafia / Que reste-t-il / Les ingénieurs, les docteurs, les diplômés font des projets pour mendier des cigarettes / Chômeurs, ils tiennent les murs / Economie du marché / On est condamné comme des animaux dans un zoo».
Les rappeurs du MIA (Made in Algeria) d’Aïn-el-Turck répètent dans un container de leur cité HLM, ceux de Cottages de Boufarik vendent des légumes et des cigarettes dans la rue, et Réda, d’Intik, a dû vendre ses chaussures aux puces d’Alger pour payer la dernière heure d’enregistrement de la première cassette de son groupe. Mais tous s’entendent pour prôner le système D, en bons enfants de l’éducation nationale sans perspective. La jeunesse algérienne se reconnait dans les textes de ces chanteurs oranais qui ont un formidable succès : «Manipulation, agression, déception / Tel est mon créneau pour la journée / Mon seul crime est d’espérer et de rêver
La guerre civile, la corruption, le marché noir, l’injustice, le chômage: tels sont les thèmes du rap algérien . La jeunesse oranaise a trouvé là une autre manière de communiquer le ras le bol de cette jeunesse algérienne. Bien meilleur que celle de voler 300 bouches d'égouts ou les compteurs d'eau ;)

orandxb
21/05/2006, 20h43
@ zwina,

c'est ca le truc promis??

Mockba
21/05/2006, 21h22
@zwina Fallait la trouver celle là.

T'as déjà entendu une chanson Rap à "l'eau de rose" ?

En suivant ta logique et à entendre EMINEM; il fait pas bon vivre aux states.

orandxb
21/05/2006, 21h27
et puis le rap ne va jamais detroner le rai chez lui.

zwina
23/05/2006, 12h03
Le rai c'est la musqiue des anciennes générations, les jeunes se reconnaissent plus dans le rap ;) Faut savoir évoluer avec son époque :lol:

zwina
23/05/2006, 12h05
Que se passe-t-il à Oran pour que depuis quelques temps les rues se remplissent régulièrement de manifestants et que des affrontements avec les forces de l'ordre se répètent ????

Les représentants des habitants de la cité 1er Novembre 1954 (1.063 logements AADL) de l’USTO ont menacé, hier, lors d’un point de presse, d’ester en justice l’agence de wilaya de l’AADL pour «mauvaise gestion de cette cité et manquement flagrant à ses engagements vis-à-vis de ses co-acquéreurs». Les habitants, qui se sont dits lésés, ont affirmé que le recours à la justice est devenu l’ultime issue, après la fermeture de toutes les portes devant leurs revendications. «Nous vivons le calvaire depuis la remise des clefs, le 30 novembre 2005, de cette cité. Nous avons adressé des correspondances aux responsables de l’AADL, au wali et même au président de la République, mais sans suite», déplore le président du comité de cette cité. Les habitants occupent, en effet, les lieux depuis cinq mois, mais une grande partie de la cité n’a pas bénéficié des travaux d’aménagement des VRD. «Il n’y a pas d’éclairage public, ce qui a favorisé la recrudescence des agressions, surtout après le licenciement des quelques agents de sécurité de l’AADL qui étaient affectés à cette cité. Les travaux de voirie n’ont pas été achevés à ce jour, sans oublier les coupures fréquentes de l’alimentation en eau, qui durent parfois dix jours ou plus à cause du non-achèvement de la bâche d’eau nécessaire pour assurer une alimentation équitable de l’eau», indique le SG du comité de cité.

Un autre membre du comité a soulevé, de son côté, le problème du manque d’entretien des parties communes des blocs de cette cité en raison du nombre limité de femmes de ménage et d’agents d’entretien. «Les ascenseurs tombent en panne plusieurs fois dans la même journée. Les habitants sont contraints de cotiser pour changer des ampoules grillées, pour la peinture et même pour les travaux de jardinage. Cinq mois après la remise des clefs, l’agence n’a toujours pas installé des concierges dans les blocs, malgré l’existence de loges de concierge dans chaque bloc», déclarent les concernés. Ces derniers précisent qu’ils ont contacté à plusieurs reprises les responsables de l’agence de wilaya de l’AADL pour trouver des solutions à leurs doléances mais ils n’ont eu en contrepartie que des promesses non tenues. Mais, selon nos interlocuteurs, là où le bât blesse, c’est que les habitants paient des charges mensuelles à l’AADL et qu’ils ne bénéficient de rien en contrepartie. «Pourquoi nous demande-t-on de payer des charges pour le gardiennage, alors qu’il n’y a plus d’agents de sécurité au niveau de la cité ?», s’interroge le président du comité de quartier. Aussi, les habitants exigent de séparer les charges, qui sont calculées actuellement avec le loyer, afin «d’avoir plus de transparence sur l’utilisation de cet argent».

Les concernés ont également déploré que l’AADL ait adressé récemment à certains habitants des mises en demeure pour les sommer de retirer les barreaudages installés au niveau des balcons. «La plupart des habitants ont installé des barreaudages en raison de l’insécurité et pour éviter des accidents à leurs enfants. Comment nous demandent-ils d’enlever ces barreaudages alors que c’est l’AADL qui nous avait autorisés, le jour de la remise des clefs, à installer des grillages. Elle nous a même donné un schéma de barreaudage», affirment-ils. D’autres habitants ont soulevé le problème du manque d’infrastructures scolaires au niveau de la cité, puisque l’école qui devait être réceptionnée au début de la rentrée scolaire n’a toujours pas été achevée. «Le plus déplorable est que des dizaines de logements sont toujours inoccupés parce que leurs habitants n’ont pas trouvé de places pour leurs enfants», soulignent les concernés.

Sofiane M.
Quotidien d'Oran

yassmine
23/05/2006, 12h11
Le rap permet de dénoncer les maux de la société, c'est un moyen d'expression comme un autre. Je prèfère de loin le rap aux chansons à l'eau de rose, enfin faut savoir doser aussi sinon tu broie du noir ! c'est très bien. J'espère seulement que pour ces jeunes, ils pourront vivire de leur musique, de leur passions.

Mockba
23/05/2006, 12h21
Zwina,

La manoeuvre est trop grossière. Un peu de finesse dans un monde de brutes.

zwina
23/05/2006, 12h24
Ca fait un moment que je me dis que ta façon d'écrire me rappelle quelqu'un ???????? En MP si tu préfères ;)

Au fait tu comprends quoi dans ma manoeuvre ??

Mockba
23/05/2006, 12h50
Citation : Ca fait un moment que je me dis que ta façon d'écrire me rappelle quelqu'un

C'est drole mais j'ai la même impression.

yassmine
23/05/2006, 13h15
tu veux en venir ou Zwina ? tu nous parles du rap et ensuite de la mauvaise gestion des immeubles ? les jeunes parlent des problèmes de société ok, maintenant que l'ascenseur soit mal entretenu ...........
so ?

zwina
23/05/2006, 13h24
C'est toujours des jeunes dont il est question puisque les problèmes d'ascenseurs ou de sécurité les concernent toujours ;)

yassmine
23/05/2006, 13h28
oui, enfin ils n'ent font pas des chansons quand même !!!

Il y a un groupe que je trouvais pas mal, je me souviens plus de leur nom, peut-être que c'étaient Intik d'ailleurs, ils étaient passés sur Skyrock, on ne les entend pas en France dommage !!! en arabe c'est pas mal !

zwina
23/05/2006, 13h35
Et si justement les rappeurs oranais chantent leur quotidien qui est le chomage, l'insécurité, la corruption et le mal vivre. Leurs envies d'un monde meilleur où chacun aurait au moins une chance de pouvoir s'en sortir ....c'est aussi leur cri de colère contre un système corrompu qui est en train de tuer à petits feux tout espoir dans cette jeunesse qui est pourtant l'avenir de l'Algérie.

Tau_Alpha
23/05/2006, 17h49
Le rai c'est la musqiue des anciennes générations, les jeunes se reconnaissent plus dans le rap Faut savoir évoluer avec son époque

Tu veux dire bellik ana qdim? enfin j'ecoute bien le rai et le rap venant d'Annaba ou de l'Hussein Dey.... Peut-etre est-ce parceque je suis entre deux epoques! :rolleyes:

salimde
23/05/2006, 19h53
L'insécurité est un vrai problème auquel tous le monde dois réfléchir.J'ai lu dans la dépêche de Kabylie qu'un enfant a été enlevé et assassiné et il parait que cela est devenu très répandue en Kabylie.Voilà à quoi on reconnais qu'une société va mal je me mais à la place du père de cet enfant qui est en france et sa famille ne s'est même pas comment lui dire que son seul enfant a été assassiné.Comment cela est possible en Algérie.Je suis en colère.

lucky-luciano
23/05/2006, 19h57
"Je resterai" : futur sans s

zwina
23/05/2006, 22h29
Pourquoi vas tu chercher si loin ce q'il se pass juste à côté de toi. Tu es de Constantine il me semble intéresse toi donc à ce qu'il s'y passse en réalité pas seulement à ce que disent les journaux ou la télé........ :rolleyes:

zwina
23/05/2006, 23h17
Certains doivent s'interroger sur le but de mon thread Alors j'explique : celui qui m'a interpellé grandement en lisant sa signature c'est Oran ;) pourquoi ???? lisez bien :si la multiplicité est le propre de toute ville, comment regarder, entendre et comprendre Oran ? Mes amis d'enfance Oranais ont fondé une association qui s'appelle BOUGE QUI BOUGE (Mokded si tu me lis ;) ) leurs actions sont principalement axées sur Oran , normal c'est leurs racines, grâce à eux et d'autres amis d'enfance Oran est une ville que je connais plutôt bien. Ville merveilleuse qui a traversé toutes les époques en s'enrichissant de toutes les cultures, ville où il fait bon vivre car berberophones et arabophones vivent ensemble depuis plus d'un millénaire sans que cela engendre le moindre souci, charriage de temps en temps mais jamais méchant (on parle en berbère dans la rue et personne ne nous regarde bizarrement :mrgreen: ). Tout oranais connait la signification des mots aghyul ou arlhom Pourquoi ???? parce que se connaitre est la meilleure manière de se comprendre. Parce que tout oranais se reconnait quand les berbérophones manifestent parce que souvent ils étaient avec eux dans les manifestations mais cela peu l'on dit. Parce que les oranais comme tous les algériens en ont ras le bol du chomage, du manque de travail, de la misère et surtout de voir leurs parents suer comme des chiens pour pas grand chose. Mais oranais arabophones ou berbérophones s'apprécient, cohabitent parce qu'ils se connaissent et savent que même si la manière de faire est différente le but est le même. La manière de faire des oranais en chansons semble plus pacifiste, elle a de grande chance d'être plus entendue et surtout plus écoutée ; la manière de faire des berbérophones semblent à ceux de l'extérieur plus agressives et pourtant tous ceux qui ont vu la réalité savent que c'est tout aussi pacifiste car les slogans sont aussi des chansons sauf qu'à Tizi, Azaga et Bejaia les gendarmes ont tirés sur ces jeunes qui chantaient. Mais ils l'ont aussi fait à Alger et dernièrement à Oran mais peu s'en sont inquiétés...............Sauf que là ils ont touché l'un des bastions de l'Algérie : Oran, ville multiculturelle qui a toujours vécu paisiblement malgré tous les évènements n'acceptera pas le sang qui vient d'être versé.......ça bouge au gouvernement ???? la voilà la raison ils ont touché Oran.....Oran c'est aussi Mostagnem, Nedroma et.... Tlemcen.

PS : L'association Bouge qui bouge organise régulièrement des envois vers l'Algérie (Boumerdès, El asnam... ils y étaient) que ce soit des médicaments, des vêtements, des couvertures ou autres ils prennent tout !!! donc avis aux bienfaiteurs. Les autres c'est le MIB (et oui encore des oranais) là c'est plus de l'action sur le terrain, bouger les gens pour que tout avance plus vite donc pareil avis aux amateurs. C'est beaucoup ?? Non du temps et seulement ce que vous pouvez donner ;) Et aussi des seringues (pour les diabétiques) des fauteuils roulants (en bon état).........ce que vous pouvez vous procurer qui pourraient servir NOUS intéressent pour le transport on s'en charge (camions : bouge qui bouge a des chauffeurs ; avion : aigle azur est partenaire)

orandxb
24/05/2006, 07h09
PS : L'association Bouge qui bouge organise régulièrement des envois vers l'Algérie (Boumerdès, El asnam... ils y étaient) que ce soit des médicaments, des vêtements, des couvertures ou autres ils prennent tout !!! donc avis aux bienfaiteurs. Les autres c'est le MIB (et oui encore des oranais) là c'est plus de l'action sur le terrain, bouger les gens pour que tout avance plus vite donc pareil avis aux amateurs. C'est beaucoup ?? Non du temps et seulement ce que vous pouvez donner Et aussi des seringues (pour les diabétiques) des fauteuils roulants (en bon état).........ce que vous pouvez vous procurer qui pourraient servir NOUS intéressent pour le transport on s'en charge (camions : bouge qui bouge a des chauffeurs ; avion : aigle azur est partenaire) .

ils n'ont pas maudit l'obscurite.ils ont allume une(des) bougie(s).

zwina,
oran est mon point faible.tu m'as eu.je me declare allie de zwina.

question berberes oranais arabes oranais.j'ai remarque une difference entre les kabyles oranais et les autres kabyles.ceux d'Oran se reconnaissent comme oranais d'abord et comme kabyles ensuite.pour les autres pour les autres(la majorite) ils n'ont qu'une seule appartenance.ils ne se reconnaissent que dans leur kabylisme.

p.s. y a t'il un topic meilleure signature??? :mrgreen:

safyo
24/05/2006, 07h16
Elle rend ivre tellement de cerveau :)

Salut Orandxb :)

orandxb
24/05/2006, 07h36
@ safyo,

Oran est une drogue forte,mais j'ai une bonne nouvelle.on risque pas d'overdose. ;)

safyo
24/05/2006, 07h50
Que des bonnes nouvelles ces temps ci .
Je confirme et exponentielle en plus . ;)

Partout , Pour tous et Sans exclusive . tiens :rolleyes:
çà pourrait faire le titre de Campagne législative .

Il faut que je me remmette à potasser car l'ivresse est à mesurer

Bonne journée à toi ;)

zwina
24/05/2006, 09h57
"Triste Guitare"

Chante ma guitare, Chante ma douleur, Quand les mots n' existent pas, Quand les paroles n'ont pas de valeur, Quand les oreilles n' écoutent pas, Quand on a qu 'un morceau de bois; Qui lance une si douce mélodie Remplace moi, ma guitare... Oui, chante et ne t 'arrête pas. Exprime moi, impose moi, Résiste dans ce monde de sourds Perdus dans le noir, Baignant dans l' ignorance. Oui chante, comme ça ! Chante toujours Tu sais ma guitare, un jour Les hommes sauront la vérité...

S. Fayçal
Le souk (journal étudiant algérien)

salimde
24/05/2006, 10h03
zwina je te rappele que je suis Algérien et non pas que Constantinois je s'est que toi tu fais un différences qui consiste à voir chez les Algériens uniquement les aspects que tu juge négatif et que chez les Kabyles tu ne vois que les aspects que tu juge positif .Tu crois vraiment qu'on avance comme ça? Sincèrement j'éspère pour toi que non!

salimde
24/05/2006, 10h32
J'attend toujours zwina que tu me dis ce que tu pense biensur après avoir réfléchi sérieusement

salimde
24/05/2006, 10h57
Toujours aussi mesquine en générale signe d'une défaillance de l'intelligence!
Je m'interesse à toute l'Algérie et toi qui connais apparament bien la Kabylie tu pourrais nous dire comment ça se passe la bas ça nous interesse surtout que tu as la prétention d'être la tenante de........
Trop mort de rire

zwina
24/05/2006, 10h59
Le sujet c'est : la jeunesse oranaise.........

Cookies