PDA

Voir la version complète : Le barrage de Taksebt menacé par la pollution


morjane
23/05/2006, 15h26
Alors que le barrage de Taksebt destiné à alimenter en autres Alger n'est même pas mis en service, il est déja menacé de pollution en raison de décharges sauvages situés en aval de la cuvette du barrage. Les agglomérations ceinturant les différents affluents génèrent des tonnes de déchets quotidiennements.

=====

« Il suffit qu’il y ait une forte averse pour que les dégâts apparaissent. Les eaux de pluie pourraient charrier d’énormes volumes d’ordures encombrantes et d’importantes quantités d’eaux toxiques qui proviennent des décharges », a alerté M. Oubabas, directeur de l’environnement de la wilaya de Tizi Ouzou, lors de la journée d’étude sur la problématique des déchets ménagers, organisée par l’APW la semaine dernière. La wilaya a besoin de gros budgets pour l’environnement afin de réduire l’impact des décharges sur l’équilibre écologique et prévenir le risque de pollution du barrage de Taksebt prévu pour alimenter en 2007 trois wilayas : Tizi Ouzou, Boumerdès et Alger. Le secrétaire général du ministère de l’Environnement, présent aux travaux de la journée d’étude, dira : « Tizi Ouzou a enregistré du retard dans le domaine par rapport à d’autres wilayas. L’argent existe et nous allons généraliser l’ouverture des centres d’enfouissement technique. » La direction de l’environnement fait face à des problèmes multiples : les financements, le relief spécifique, la densité de la population et surtout des résistances à la réalisation de sites appropriés dans le cadre de l’intercommunalité.

La wilaya de Tizi Ouzou est peuplée de 1450 villages, avec une densité de la population de 150 000 habitants par km2 et 800 tonnes de déchets ménagers par jour. Ces paramètres font qu’aujourd’hui, chaque commune prend en charge de manière anarchique ses ordures. Les décharges des Ouacifs et d’Ath Yenni reçoivent 34 tonnes d’ordures rejetées quotidiennement par près de 27 000 habitants. Elles sont à 6 km du barrage et à quelques mètres des affluents. Il en est de même pour trois communes de Aïn El Hammam dont les 45 000 habitants dégagent 27 tonnes de déchets alors que les 20 000 habitants des Ouadhias rejettent 12 tonnes d’ordures ménagères par jour. La proximité de ces localités avec le barrage pourrait constituer une menace, alors que la réalisation de décharges contrôlées préconisées par la direction de l’environnement rencontre de nombreuses contraintes.

A Bouzeguène, Boghni, Mizrana et Aït Khellili, ce sont les villageois qui refusent de « recevoir » les déchets des communes limitrophes alors que les sites s’y prêtent. A Aït Aïssa Mimoun, Tizi N’Tlata et à Draâ El Mizan, ce sont les responsables des APC qui refusent l’implantation de décharges intercommunales. Avec les risques de pollution du barrage de Taksebt, la problématique des décharges de la wilaya de Tizi Ouzou prend une ampleur régionale.

Par El Watan

Cookies