PDA

Voir la version complète : Attentat à Marrakech: les 9 accusés nient en bloc leur participation


kassaman
29/09/2011, 23h45
Attentat à Marrakech: les 9 accusés nient en bloc leur participation


Les neuf accusés au procès de l'attentat de Marrakech (sud du Maroc), qui a fait 17 morts le 28 avril, ont nié leur participation au cours d'une audience jeudi devant le tribunal de Salé, près de Rabat.

Le procès, qui avait été reporté à trois reprises, avait repris jeudi devant le tribunal de Salé, près de Rabat, en présence des proches des victimes, dont plus de la moitié sont françaises, et des neufs accusés dont le principal accusé, Adil Al-Atmani, et des membres de leurs familles.
L'audience a commencé par l'interrogatoire d'un des accusés, Abdelhakim Meddah, qui a nié avoir participé à l'attentat et a « dénoncé les conditions de sa détention » à la prison de Salé.

A tour de rôle, les accusés ont ensuite nié leur participation à l'attentat de Marrakech, affirmant ne pas avoir été informés de la préparation de cet acte terroriste perpétré sur la célèbre place de Jamâa El Fna, à Marrakech, haut lieu du tourisme marocain.
Un autre suspect, Abdessamad El Battar, a reconnu avoir voyagé en 2007 en Mauritanie pour « faire des études » tout en niant sa participation à l'attentat de Marrakech.

Le principal suspect Adil Al-Atmani, qui travaillait dans un commerce de chaussures à Safi, à 150 km au sud de Casablanca, a été présenté par des voisins comme un jeune homme pieux, mais querelleur.
Après avoir reconnu les faits devant un juge d'instruction, quelques jours après l'attentat, M. Al-Atmani s'était rétracté lors de la première audience en proclamant son « innocence ».

Parmi les accusés, Mohamed Njim est le seul à comparaître librement. Il a reconnu au cours de l'audience que M. Al-Atmani lui avait « un jour fait part de son intention d'aller en Tchétchenie pour y accomplir le Jihad ». « Nous nous sommes rencontrés en 2007 en Turquie. Al-Atmani m'a dit qu'il voulait aller en Tchétchénie pour y accomplir le jihad et moi je suis retourné en Grèce », a déclaré M. Njim.

Au lendemain de l'attentat, le ministère de l'Intérieur avait indiqué que le principal prévenu, qui risque la peine capitale avec ses complices, « est fortement imprégné de l'idéologie jihadiste » et « exprime ouvertement son allégeance pour Al-Qaïda ». Mais Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a nié toute implication dans l'attentat.

Selon l'acte d'accusation, les prévenus sont accusés d'avoir « porter gravement atteinte à l'ordre public, assassinat avec préméditation (..) et appartenance à un groupe religieux interdit ». Le procès doit reprendre le 6 octobre

L'expression

Cookies