PDA

Voir la version complète : Wikileaks :Quand les princes saoudiens organisent des partis sex, s’adonnent au cocaïne, alcool etc


soufiane-oujda
30/09/2011, 20h19
WikiLeaks cables: Saudi princes throw parties boasting drink, drugs and sex

In what may prove a particularly incendiary cable, US diplomats describe a world of sex, drugs and rock'n'roll behind the official pieties of Saudi Arabian royalty.

Jeddah consulate officials described an underground Halloween party, thrown last year by a member of the royal family, which broke all the country's Islamic taboos. Liquor and prostitutes were present in abundance, according to leaked dispatches, behind the heavily-guarded villa gates.

The party was thrown by a wealthy prince from the large Al-Thunayan family. The diplomats said his identity should be kept secret. A US energy drinks company also put up some of the finance.

"Alcohol, though strictly prohibited by Saudi law and custom, was plentiful at the party's well-stocked bar. The hired Filipino bartenders served a cocktail punch using sadiqi, a locally-made moonshine," the cable said. "It was also learned through word-of-mouth that a number of the guests were in fact 'working girls', not uncommon for such parties."

The dispatch from the US partygoers, signed off by the consul in Jeddah, Martin Quinn, added: "Though not witnessed directly at this event, cocaine and hashish use is common in these social circles."

The underground party scene is "thriving and throbbing" in Saudi Arabia thanks to the protection of Saudi royalty, the dispatch said. But it is only available behind closed doors and for the very rich.

More than 150 Saudi men and women, most in their 20s and 30s, were at the party. The patronage of royalty meant the feared religious police kept a distance. Admission was controlled through a strict guest list. "The scene resembled a nightclub anywhere outside the kingdom: plentiful alcohol, young couples dancing, a DJ at the turntables and everyone in costume."

The dispatch said the bar featured a top shelf of well-known brands of liquor, the original contents reportedly replaced with sadiqi. On the black market, they reported, a bottle of Smirnoff vodka can cost 1,500 riyals (£250) compared with 100 riyals (£16) for the locally-made vodka.

In a venture into Saudi sociology, the diplomats explained why they thought their host was so attached to Nigerian bodyguards, some of whom were working on the door. "Most of the prince's security forces were young Nigerian men. It is common practice for Saudi princes to grow up with hired bodyguards from Nigeria or other African nations who are of similar age and who remain with the prince well into adulthood. The lifetime spent together creates an intense bond of loyalty"

The cable claimed it was easy for would-be partygoers to find a patron out of more than 10,000 princes in the kingdom. Some are "royal highnesses" with direct descent from King Abdul Aziz, while others are "highnesses" from less direct branches.

One young Saudi told the diplomat that big parties were a recent trend. Even a few years ago, he said, the only weekend activity was "dating" among small groups who met inside the homes of the rich. Some of the more opulent houses in Jeddah feature basement bars, discos and clubs. One high-society Saudi said: "The increased conservatism of our society over these past years has only moved social interaction to the inside of people's homes."

guardian

soufiane-oujda
30/09/2011, 20h20
TRADUCTION GOOGLE:

Câbles Wikileaks: princes saoudiens jettent parties vantant boisson, la drogue et le sexe



Dans ce qui pourrait se révéler un câble particulièrement incendiaire, les diplomates américains décrivent un monde de sexe, drogue et rock'n'roll derrière la piété officielle de la royauté saoudienne.



Jeddah fonctionnaires du consulat décrit un parti clandestin d'Halloween, jetés l'an dernier par un membre de la famille royale, qui a battu tous les tabous du pays islamiques. D'alcool et les prostituées étaient présents en abondance, selon les dépêches fuite, derrière les portes fortement gardées villa.



Le parti a été jeté par un prince riche de la grande Al-Thunayan famille. Les diplomates a déclaré que son identité doit être gardée secrète. Une énergie américain des boissons société a également mis en place une partie du financement.

«L'alcool, bien que strictement interdit par la loi saoudienne et personnalisé, était abondante au bar bien garni de la partie. Les barmen embauché philippins servi un punch cocktail utilisant Sadiqi, un clair de lune fabriqués localement», a déclaré le câble. «On a également appris par le bouche-à-oreille qu'un certain nombre des invités étaient en« working girls »fait, pas rare pour ces parties."



La dépêche de l'fêtards américains, signé par le consul à Djeddah, Martin Quinn, a ajouté: «Bien que n'étant pas assisté directement à cette utilisation événement, la cocaïne et du haschich est commun dans ces milieux sociaux."



La scène de partie souterraine est «florissante et lancinante» dans l'Arabie Saoudite, grâce à la protection de la royauté saoudienne, la dépêche dit. Mais il est seulement disponible à huis clos et pour les très riches.

Plus de 150 hommes et femmes en Arabie, la plupart dans leur 20s et 30s, ont été à la fête. Le patronage de la royauté signifiait la police craint religieuses gardé une certaine distance. L'entrée était contrôlée par une liste d'invités strictes. «La scène ressemblait à une boîte de nuit n'importe où en dehors du royaume:. Alcool en abondance, les jeunes couples de danse, un DJ aux platines et tout le monde en costume"



L'envoi a déclaré la barre en vedette une étagère supérieure de marques bien connues de l'alcool, le contenu original aurait remplacé par Sadiqi. Sur le marché noir, ils ont rapporté, une bouteille de vodka Smirnoff peut coûter 1500 riyals (250 £) par rapport à 100 riyals (16 £) pour la vodka fabriquée localement.



Dans une entreprise en Arabie sociologie, les diplomates ont expliqué pourquoi ils pensaient que leur hôte était tellement attaché à des gardes du corps du Nigeria, dont certains ont travaillé sur la porte. «La plupart des forces de sécurité du prince étaient jeunes hommes nigérians. Il est pratique courante pour les princes saoudiens à grandir avec les gardes du corps embauché en provenance du Nigeria ou d'autres nations africaines qui sont du même âge et qui restent avec le prince à l'âge adulte. La durée de vie passé ensemble crée un lien intense de la loyauté "

Le câble prétendu qu'il était facile pour les futurs fêtards de trouver un patron de plus de 10.000 princes dans le royaume. Certains sont «altesses royales" avec descendance directe du roi Abdul Aziz, tandis que d'autres sont «altesses» de moins succursales directes.



Une jeune Saoudienne dit le diplomate qui ont été les grands partis d'une tendance récente. Même il ya quelques années, dit-il, l'activité seul week-end était «rencontres» entre des petits groupes qui se sont rencontrés à l'intérieur du foyer des riches. Certaines des maisons plus opulentes dans les bars Djeddah sol métrages, des discothèques et des clubs. Une grande société saoudienne, a déclaré: «Le conservatisme accru de notre société au cours de ces dernières années a seulement déplacé les interactions sociales à l'intérieur des maisons des gens."

guardian

saaid
30/09/2011, 20h23
«L'alcool, bien que strictement interdit par la loi saoudienne et personnalisé, était abondante au bar bien garni de la partie. Les barmen embauché philippins servi un punch cocktail utilisant Sadiqi, un clair de lune fabriqués localement», a déclaré le câble. «On a également appris par le bouche-à-oreille qu'un certain nombre des invités étaient en« working girls »fait, pas rare pour ces parties."

ouff il ne manquent les nationalités de ces girls:evil:

Nadyr
30/09/2011, 22h42
quand le wahabisme et l alcool font bon menage chez le dernier des peuple
le texte parle de certains prince saoudien donc pourquoi généralisé sur le peuple ou la religion ?

Cookies