PDA

Voir la version complète : Algérie- Lancement d’une industrie navale


mohand-ameziane
03/10/2011, 13h12
Les pouvoirs publics ont mobilisé tous les moyens nécessaires pour la prochaine mise en place d’une industrie orientée vers la construction navale en Algérie, a affirmé hier à Alger le ministre des Transports M. Amar Tou. ''Tous les moyens financiers, organisationnels et humains sont réunis dans le cadre des décisions prises par le Conseil des participations de l’Etat (CPE), ce qui nous permet de concrétiser, rapidement notre ambition en matière de construction navale'', a souligné M. Tou dans une déclaration à la presse au cours d’une visite aux chantiers de l’Entreprise de réparation navale (Erenav), situés au port d’Alger. Le ministre a précisé que la mise sur pied d’une industrie navale en Algérie se fera dans le cadre d’un ''partenariat stratégique'' entre l’Erenav et une entreprise étrangère pour la construction, dans une première étape, de navires de taille moyenne. Il s’agit notamment de remorqueurs utilisés dans les opérations de sauvetage dans les eaux territoriales, et en haute mer, ainsi que de pontons flottants, selon M. Tou. ''De nombreuses sociétés d’envergure internationale, notamment européennes, ont manifesté leur intérêt pour ce projet de partenariat avec l’Erenav, pour lequel des chantiers de construction navale seront implantés à Alger, Djendjen (Jijel) et à Oran'', a-t-il assuré. Afin d’assurer la réussite de ce projet, affirme M. Tou, le CPE avait décidé en juin dernier un assainissement financier et des financements destinés à l’investissement au profit de l’Erenav, dont l’activité principale est la réparation des navires de marchandises et des cars- ferries. Outre des crédits à l’investissement évalués à 23,6 milliards de DA, l’Erenav a bénéficié, notamment d’un effacement de ses dettes qui s’élevaient à 1,9 milliard de DA, a expliqué M. Ghazi Regainia, président du directoire de la Société des participations des transports maritimes (Gestramar) dont dépend l’Erenav. Inscrits au titre d’un plan de développement, les crédits alloués à l’Erenav serviront aussi à financer la création de nouveaux chantiers de réparation navale, qui seront implantés dans une quinzaine de localités côtières. L'Erenav dispose actuellement de trois chantiers à Alger (URNAL), Béjaïa (URNAB) et Oran (URNO), rappelle-t-on. Le ministre, qui a visité plusieurs ateliers de réparation navale relevant de l’Erenav, a procédé officiellement à la mise à l’eau de deux pontons flottants, construits par cette entreprise pour le compte du complexe d'ammoniac et d'urée de la société Sorfert Algérie implanté à Arzew (Oran). (Elmoudjahid)

MAGHREB EMERGENT

absent
03/10/2011, 17h45
(APS) lundi 3 octobre 2011 10 : 41


Tous les moyens engagés pour lancer une industrie navale en Algérie

ALGER- Les pouvoirs publics ont mobilisé tous les moyens nécessaires pour la prochaine mise en place d’une industrie orientée vers la construction navale en Algérie, a affirmé dimanche à Alger le ministre des transports Amar Tou.

’’Tous les moyens financiers, organisationnels et humains sont réunis dans le cadre des décisions prises par le Conseil des participations de l’Etat (CPE), ce qui nous permet de concrétiser, rapidement, notre ambition en matière de construction navale’’, a souligné Tou dans une déclaration à la presse au cours d’une visite aux chantiers de l’Entreprise de réparation navale (Erenav), situés au port d’Alger.

Le ministre a précisé que la mise sur pieds d’une industrie navale en Algérie se fera dans le cadre d’un ’’partenariat stratégique’’ entre l’Erenav et une entreprise étrangère pour la construction, dans une première étape, de navires de taille moyenne.Il s’agit notamment de remorqueurs utilisés dans les opérations de sauvetage dans les eaux territoriales, et en haute mer, ainsi que de pontons flottants, selon Tou.

’’De nombreuses sociétés d’envergure internationale, notamment européennes,ont manifesté leur intérêt pour ce projet de partenariat avec l’Erenav, pour lequel des chantiers de construction navale seront implantés à Alger, Djendjen (Jijel) et à Oran’’, a-t-il assuré.

Afin d’assurer la réussite de ce projet, affirmé Tou, le CPE avait décidé fin juin dernier un assainissement financier et des financements destinés à l’investissement au profit de l’Erenav, dont l’activité principale est la réparation des navires de marchandises et des cars-ferries.

Outre des crédits à l’investissement évalués à 23,6 milliards de DA, l’Erenav a bénéficié notamment d’un effacement de ses dettes qui s’élevaient à 1,9 milliard de DA, a expliqué M. Ghazi Regainia Président du directoire de la Société des participations des transports maritimes (Gestramar) dont dépend l’Erenav.

Inscrits au titre d’un plan de développement, les crédits alloués à l’Erenav serviront aussi à financer la création de nouveaux chantiers de réparation navale, qui seront implantés dans une quinzaine de localités côtières. L’Erenav dispose actuellement de trois chantiers à Alger (URNAL), Bejaia (URNAB) et Oran (URNO), rappelle-t-on.

Le ministre, qui a visité plusieurs ateliers de réparation navale relevant de l’Erenav, a procédé officiellement à la mise à l’eau de deux pontons flottants, construits par cette entreprise pour le compte du complexe d’ammoniac et d’urée de la société ’’Sorfert Algérie’’ implanté à Arzew (Oran).

Source : APS

numidia-4-ever
03/10/2011, 22h34
L’Algérie veut se lancer dans la construction navale

L’Algérie veut se doter d’une industrie de construction de navires. Le ministre des Transports Amar Tou a annoncé ce dimanche 2 octobre la réalisation prochaine de chantiers de construction navale à Alger, Oran et à Jijel dans le cadre d’un partenariat avec une firme internationale pour un investissement dépassant les 23 milliards de DA. « Maintenant, tous les moyens financiers, organisationnels et humains sont réunis dans le cadre des décisions prises par le Conseil des participations de l’État (CPE), ce qui nous permettra de concrétiser, rapidement, notre ambition en matière de construction navale », a déclaré M. Tou à la presse en marge d’une visite au siège de l’Entreprise de réparation navale ERENAV.

Cette entreprise publique, qui était au bord de la faillite il y a quelques années, bénéficiera d’un crédit à l'investissement d’un montant de 23,6 milliards de DA dans le cadre de la mise sur pied en Algérie, et pour la première fois, d’une industrie de construction navale. Pour ce faire, l’expérience étrangère sera sollicitée au titre d’un « partenariat stratégique » entre l’Erenav et une société d’envergure internationale.

Interrogé pour savoir le nom des entreprises ayant exprimé leur intérêt pour ce projet, Amar Tou s’est contenté de dire qu’il s’agit « de nombreuses entreprises européennes de renommée internationale ». L’Erenav et l’entreprise étrangère retenue vont construire dans une première étape des navires de taille moyenne, tels que les remorqueurs utilisés dans les opérations de sauvetage dans les eaux territoriales et en haute mer, ou encore des plate‑formes flottantes, appelées également pontons flottants.

Le Conseil de participation de l’État (CPE) avait décidé en juin dernier un assainissement financier et des financements destinés à l’investissement au profit de l’Erenav, dont l’activité principale est la réparation des navires de marchandises et des cars ferries. Outre des crédits à l’investissement évalués à 23,6 milliards de DA, l’Erenav a bénéficié notamment d’un effacement de ses dettes qui s’élevaient à 1,9 milliard de DA, selon Ghazi Regainia président de la Société de gestion des participations des transports maritimes (Gestramar) dont dépend l’Erenav.

TSA

good
04/10/2011, 15h29
Il ya actuellemnt deux énormes opportunités qui s offrent a l Algérie pour booster ette industrie:

--la faillite qui sévit en Grèce -et les problèmes financier enE spagne Italie et Portugal ,pourraient faciliter le transfert industriel a bas prix.


Bien ur il faudrait etre "ACTIF "dans ce genre de business.
La passivité habituelle laisserai encore perdre ce genre d opportunités!

pyrhamid
04/10/2011, 15h50
1), que reste til de la politique économique algérienne d'industrie industrialisante?
2) avec cette expérience acquise en industrie lourde dans les années 80 peux elle se développer dans les chantiers navals un peu comme les coréens du sud

hboy116
04/10/2011, 17h47
2012 sera le dimarage de l industrie en algerie apres l effacement de dette de plusieur societer algerien et aussi il ya de projet avec des partenaire etranger

good
04/10/2011, 18h06
c est comme pour les Safir petits avion monomoteur ,

ça ce voit que le budget est plus que médiocre , ils préférent donner l argent au foot , culture ,etcc ou les dirigents sont "plus visibles " et moin,s embètés par la "technique" et ses tracasseries...

hboy116
04/10/2011, 18h06
si un chantier militaire ou civile

mansali06
04/10/2011, 18h50
Algerie

Construction Naval (MDN)

http://www.algerie-dz.com/forums/showpost.php?p=3626194&postcount=15

absent
04/10/2011, 20h36
L'Algérie est idéalement placée, au sud de l’Europe, avec des salaires attractifs, qui peuvent attirer de nombreux investisseurs, qui veulent construire des navires civiles et militaires à prix compétitifs... Et comme l'a si bien dit GOOD, il faut une politique active, agressive, de compétition !

Cookies