PDA

Voir la version complète : Iter : une nouvelle étape franchie


gdesmon
24/05/2006, 14h59
Journal Challenges le 24.05.2006 à12:30

Les représentants de la moitié de la population du monde ont apposé leurs paraphes au bas de l'accord qui permettra de construire le réacteur de fusion nucléaire Iter à Cadarache, dans le sud de la France.
L'Union européenne, la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud, la Russie et les États-Unis, qui entendent achever les formalités juridiques avant la fin de l'année, ont célébré l'événement en grande pompe lors d'une cérémonie à Bruxelles, mercredi 24 mai.
"Nous faisons doublement l'histoire aujourd'hui", a déclaré Janez Potocnik, commissaire chargé de la Science et de la Recherche, en soulignant qu'il ne s'agissait pas seulement de l'énergie du futur, mais aussi de coopération internationale.
"Nous espérons que ce sera le modèle de la coopération dans l'avenir", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.
L'accord concerne la construction d'un réacteur de recherche Iter capable de reproduire la réaction physique - la fusion - que produisent le soleil et les étoiles, une énergie sans fin.
Les expériences ont déjà montré qu'il était possible de reproduire ce processus sur la terre mais Iter devra faire la preuve qu'il est possible de réussir cet exploit à une échelle et dans les conditions qui démontreront la faisabilité scientifique et technologique de la fusion.

Coût du projet : 10 milliards

Critiquée par les associations écologistes, qui dénoncent le coût du projet, il est en revanche présenté comme une révolution par ses partisans: la fusion utilise des combustibles de base abondants et disponibles partout, ne dégage aucune émission de gaz à effet de serre et ne génère pas de déchet radioactif.
L'implantation du site a suscité une longue bataille entre Cadarache et son concurrent japonais, retardant le projet.
Mais le site français a fini par l'emporter moyennant des compensations importantes accordées au Japon.
Le directeur général d'Iter, le Japonais Ikeda Kaname, a inauguré le 15 décembre les locaux où travaillera l'équipe internationale du projet, sur le site du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) existant à Cadarache.
Le projet, d'un coût d'environ 10 milliards d'euros, dont 4,7 milliards pour la construction du réacteur entre 2005 et 2015, créera 500 emplois directs et 3.000 emplois indirects, dont 1.400 en Provence, pendant la phase de construction.
Durant la phase d'exploitation, un millier de personnes seront directement employées par Iter, dont 400 scientifiques, étrangers pour les deux tiers.
En France, on estime à 3.250 les emplois indirects créés, dont 2.400 en Provence. (Reuters)

zek
24/05/2006, 15h15
Moi, ce qui me tracasse dans ce projet, c'est le coût qui n'est pas tellement excessif, en faisant la comparaison avec les dépenses militaires en Irak, cela représente seulement 1 mois et demi de dépense, pour les Américains c'est rien, alors je me pose la question, pourquoi, il le font pas chez eux ?

Ils ont assez de scientifiques et de moyens, à moins qu'il y ait anguille sous roche, ou quelque chose qui nous échappe.

ferrailleur
24/05/2006, 22h47
je me souviens de declaration de giscard qui prédisait il y a 25 ans que la fusion nucléaire serait domestiquée en 2000.si gouverner c'est prevoir ,il a raté son coup.
ce projet va quand même absorber une grande partie du budget de la recherche en france.

gdesmon
25/05/2006, 08h50
Je pense que les gouvernements successifs en France, comme dans d'autres pays, dits "développés", poussés par les lobbies du pétrole (regardez du côté de TOTAL la belle pompe à fric que c'est) n'ont jamais voulu développer les nouvelles énergies.
La France est un désert vert, mais concernant le bio-éthanol par exemple (à base de colza ou de betteraves, elle se situe dans le peloton de queue, idem pour l'éolien ou le solaire, nous sommes en retard par rapport à nombre de pays d'Europe, parce que ces énérgies là...ne sont tout simplement pas taxables en l'état de notre fiscalité actuelle (i.e. Européenne)
La hausse du pétrole est une formidable opportunité pour les économies développées, et il faut souhaiter que ses cours se maintiennent définitivement à un cours élévé. D'une part nos états engrangeront des recettes fiscales plus importantes, sans que celà gêne considérablement le consommateur, mais cela va à court terme, 20, 30 ans maximim, changer complètement notre mode de vie. Moins de pollution. L'augmentation du côut des carburant va rendre peu compétitifs les modes de transport classiques : bateaux, avions, les voyages touristiques seront affectés, et les voyages d'affaire remplacés par des video-conférences. Un, des aspects les plus positif pour les économies occidentales c'est que cela peut permettre des "relocalisations" de nombre de leurs activités.

Cookies