PDA

Voir la version complète : La mission du groupe algérien Sahara Solar Breeder au Japon


nacer-eddine06
06/10/2011, 12h53
Dimanche 2 octobre 2011

Du 17 au 28 Aout 2011, à la demande du chef de projet Sahara Solar Breeder (SSB), Prof. Koinuma du Japon, des membres du projet SSB Algérie ont été mandaté pour effectuer une mission technique au Japon. La mission, composée de neufs experts de l’USTO, l’université de Saida et du centre de recherche d’Adrar, était conduite par le manager scientifique du projet SSB, Prof. Amine Boudghene Stambouli.

Le présent rapport a pour objet de rendre compte de la visite en présentant les objectifs de celle-ci, le déroulement depuis l’accueil des participants jusqu’aux visites d’étapes et le forum Asie-Arabe AASEF.

Objet de la mission

La mission avait pour objet d’une part la visite des laboratoires et universités concernés par le dite projet et le renforcement des liens entre experts des deux pays (Japon et Algérie) et d’autre part assister au Forum Asie Arabes AASEF afin de présenter leurs communications.

Objectifs

L’objectif global de la mission était donc de permettre aux experts Algériens d’acquérir les connaissances conceptuelles et techniques liées au projet SSB et indispensables à sa réussite et à sa prise en compte dans les interventions de développement durable à l’USTO. Plus spécifiquement, l’appui technique des Japonais devait permettre de :

consolider les connaissances en photovoltaïque, réduction du sable pour la production du SOG Silicium, la transmission d’énergie par câble HTcSC et développement du système WEBELS pour la formation à distance de nos cadres et ingénieurs de l’USTO ;
renforcer les capacités scientifique et techniques des membres du SSB Algérie ;
sensibiliser les étudiants, enseignants, staff technique et administratif à l’approche WEBELS comme outil formation, planification et à sa contribution à l’efficacité du développement à l’USTO ;
élaborer une stratégie de gestion pour les membres SSB pour les soutenir dans l’exercice de leurs missions en Algérie ou le Japon.

Résultats

La mission s’est déroulée sur une période de 10 jours conformément aux termes de référence établis conjointement par la JICA, le JSTA et les universités et laboratoires en charge du dite projet. Prof. Amine Boudghene Stambouli a travaillé tout au long de la mission avec l’appui de tous les membres SSB. Prof. Nassira Benhrrats, vice rectrice de l’USTO, a plus particulièrement assuré la finalisation de la conception du centre de recherche SSB de l’USTO avec Prof. Takashi Matsuura, Prof. Kenji Itaka, Mr Yojiro Kitamura, Prof. Amine Boudghene Stambouli et le reste du groupe algérien.

Activités réalisées

Les activités menées durant la mission sont les suivantes :

Elaboration, entre experts japonais et algériens, des programmes annuel et global de travail prévus dans le cadre du dite projet
Visite technique à l’installation Hokuto Mega-Solar
Visite technique à NIMS (National Institute of Material Sciences) de la ville de Tsukuba
Visite technique à l’université de Tokyo (campus Kashiwa)
Visite du centre de la JICA
Visite du centre de la JSTA
Visite et Iftar à l’ambassade d’Algérie à Tokyo
Animation du forum Asie-Arabe (AASEF) qui s’est tenu du 23 au 26 Aout 2011, au centre Winc Aichi de Nagoya. Les plénières et communications programmées sur une durée de trois jours, ont traité le cadre conceptuel du SSB, les systèmes PV et applications, les productions classique et innovante du Silicium, les câbles HTcSC et le système WEBELS conçu par le prof. Ueno.
Animation de l’atelier SSB qui a porté essentiellement sur le cadre conceptuel du projet. Il a été retenu de programmer prochainement un deuxième forum du genre AASEF à Oran
Visite technique à l’installation solaire PV, éolienne et biomasse près de Nagoya
Visite technique à l’université de Chubu et le laboratoire de supra conducteur du Prof. Yamaguchi
Visite de l’installation HTcSC de 200 m à l’université de Chubu

A travers leur implication active à l’animation de l’atelier SSB au cours des séances plénières et des présentations de communication, les travaux de groupe et au partage d’expériences entre eux, les participants algériens ont pu tester leurs aptitudes et capacités à opérer les changements attendus d’eux en termes de savoir-être (attitudes), de savoir (connaissances), de savoir-faire (compétences professionnelles) et de savoir faire-faire (compétences institutionnelles). Tous les participants algériens disposent d’un proceeding du forum.

Les résultats atteints par la mission l’ont été grâce à :

la motivation et l’engagement des participants algériens, qui malgré l’importance des programmes et le temps limité consacré aux communications, ont participé activement aux travaux.

la méthodologie adoptée, participative et interactive, qui a facilité l’implication des participants algériens, en plénière et en session de communications, où tout un chacun a pu échanger sur leurs diverses interrogations relativement au domaine de leurs recherches personnelles ainsi que leurs expériences respectives au sein du projet SSB.

La bonne organisation de différentes sessions par l’équipe du Prof. Koinuma, Prof. Yamaguchi et Prof. Stambouli (coorganisateur) ont permis de conduire ceux-ci dans de très bonnes conditions.

Conclusion

Globalement, la mission s’est déroulée selon la programmation prévue et a atteint tous ses objectifs.

Je saisis cette occasion pour remercier chaleureusement tous nos collègues japonais pour le soutien logistique apporté durant toute la mission.

Je tiens également à remercier tout particulièrement Prof. Takashi Matsuura et Mr Yojiro kitamura pour leur disponibilité et leur engagement actif.

Je témoigne aussi toute ma gratitude au Prof. Hideomi Koinuma dont la disponibilité, l’engagement et le professionnalisme, manifestés tout au long de la mission, ont été déterminants dans le déroulement des différentes activités et l’atteinte des objectifs de la mission.

Prof. Amine Boudghene Stambouli

Chef de mission et Manager scientifique du projet SSB

nacer-eddine06
06/10/2011, 12h55
Des scientifiques japonais veulent mettre au point une solution ingénieuse qui pourrait fournir jusqu'à 50% de l'énergie dont la planète à besoin en utilisant entre autres le sable du désert du Sahara.

Ce projet baptisé "Sahara Solar Breeder", permettrait d'utiliser le plus grand désert du monde, le Sahara, comme source d'énergie. En effet, les déserts reçoivent amplement la lumière du soleil sur de vastes zones, et leurs sables contiennent beaucoup de silice - la matière première pour fabriquer le silicium et donc les panneaux solaires. L'idée est donc de construire des usines de silicium et des centrales solaires dans le désert, afin de délivrer de l'énergie pour construire davantage de silicium et de centrales électriques dans un processus dit "d'élevage". Dans le futur, ces usines pourraient fournir de l'énergie au niveau mondial, à travers des lignes d'alimentation électrique utilisant des supraconducteurs à haute température.

"L'oxygène demeure l'élément le plus abondant de la croûte terrestre, et représente 20% de l'atmosphère. En regardant le tableau périodique, vous pouvez voir que le silicium et l'oxygène se combinent pour former de la silice - la plus abondante matière première existante sur Terre. Si nous pouvons utiliser le sable du désert pour élaborer une substance qui fournit de l'énergie, ce sera la clé pour résoudre le problème de l'énergie. Ceci est probablement faisable. En outre, l'énergie que nous recevons continuellement du Soleil est 10.000 fois celle actuellement consommée par l'humanité. Donc, si nous pouvons utiliser 0,01% de celle-ci, nous n'aurons pas de pénurie d'énergie, mais un excédent."

Les chercheurs veulent démontrer la faisabilité d'une usine de fabrication de silicium de haute pureté à partir du sable du désert et de la construction d'un système d'alimentation supraconducteur à haute température sur de longue distance.


"Le budget de recherche s'établira à 100 millions de yen (0,9 ME) par an, pendant cinq ans, ce qui restera insuffisant pour finaliser le projet. Néanmoins, nous voulons mettre en place une technologie de base qui fournira une solution définitive au problème de l'énergie, et qui devra être en place avant une éventuelle crise mondiale. Alors que nous développons une technologie pour produire juste 1 tonne de silicium par an à partir du sable du désert, ou faire construire une seule centrale électrique dans le désert, toutes sortes de problèmes, tels que les tempêtes de sable, se poseront. Nous obtiendrons alors d'autres données qui nous aideront à résoudre ces problèmes. En ce qui concerne l'alimentation supraconducteur, les câbles devront être refroidis à l'azote liquide dans un climat tropical ! Donc, pour le moment, l'objectif de cette recherche sera d'obtenir des données sur des questions telles que la profondeur à laquelle le câble supraconducteur devra être enterré afin de minimiser les fluctuations de température".

L'objectif à terme est de réaliser des installations solaires d'une capacité d'au moins 100 GW.
http://www.enerzine.com/UserFiles/Image/breve10870b.jpg

nacer-eddine06
06/10/2011, 12h57
http://www.youtube.com/v/UdO6T1TIDzQ

AARROU
06/10/2011, 15h03
Il n'pas grand monde pour débattre autour de cette information.

Et pour cause les trois quart d'entre eux sont dans ,pour que AREVA vient leur proposer ( ou plutôt imposer )quelque chose .

AARROU
06/10/2011, 15h05
...................

ourgha
06/10/2011, 16h19
Une centrale solaire japonaise dans l'espace à l'horizon 2030 ?

Japon - Le pays projette de construire une centrale solaire spatiale qui émettra de l'énergie vers la Terre par faisceau laser ou micro-ondes. Il espère ainsi pouvoir fournir de l'électricité à quelque 294.000 foyers.
Cet été, le Japon a lancé un appel d'offres pour la construction de cette centrale futuriste et les candidatures retenues pour développer ce dispositif ont été désignées la semaine dernière. Dix-sept entreprises ont ainsi été sélectionnées dont Mitsubishi Electric, Nec, Fujitsu et Sharp.
L'objectif du Japon est d'installer en orbite (http://www.maxisciences.com/orbite/) et d'ici 2030, un engin géostationnaire équipé de nombreux panneaux solaires qui convertiront l'énergie des rayons du Soleil en électricité. Le courant sera alors transformé en un flux énergétique qui sera envoyé sur Terre au moyen d'un faisceau laser ou micro-ondes. Sur Terre, le faisceau devrait être capté par une antenne parabolique.

mansali06
14/10/2011, 13h27
En effet, les déserts reçoivent amplement la lumière du soleil sur de vastes zones, et leurs sables contiennent beaucoup de silice - la matière première pour fabriquer le silicium et donc les panneaux solaires. L'idée est donc de construire des usines de silicium et des centrales solaires dans le désert, afin de délivrer de l'énergie pour construire davantage de silicium et de centrales électriques dans un processus dit "d'élevage"

Offre de plaquettes au silicium multicristallin

Mercredi 31 août 2011

L’Unité de Développement de la Technologie du Silicium (UDTS) propose des plaquettes au silicium multicristallin de 10 cm de côté (ou de dimensions spécifiques à la commande).

Produites et mises au point en Algérie et homologuées par des laboratoires Allemand et Suisse, ces plaquettes au silicium constituent l’un des matériaux de base intéressant divers utilisateurs :
Centres et Unités de recherche, Universités, Laboratoires et Entreprises oeuvrant en sciences des matériaux.

L’Unité de Développement de la Technologie du Silicium (UDTS) est une entité R&D sous tutelle du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.

Etablie en 1988, elle a pour mission de mener des actions de recherche scientifique, d’innovation technologique, de valorisation et de formation post-graduée dans les domaines des sciences et des technologies des matériaux et dispositifs à semi-conducteurs pour applications dans plusieurs domaines : photovoltaïque, détection, optoélectronique, photonique, stockage de l’énergie.

L’UDTS contribue activement, en collaboration avec plusieurs universités algériennes au développement du savoir et à sa transformation en savoir faire technologique et en produits nécessaires à l’essor économique et sociétal.

mansali06
24/10/2011, 16h52
Oran abritera le prochain forum Asie-Arabe sur l’énergie durable
Lundi 24 octobre 2011

La deuxième édition du Forum Asie-Arabe sur l’énergie durable se tiendra les 15 et 16 mai 2012 à l’Université des sciences et de la technologie Mohamed Boudiaf d’Oran (USTO).

Le forum coïncidera avec le 4ème workshop international sur le programme
algéro-japonais "Sahara Solar Breeder" dédié aux développements des technologies solaires.

Parmi les objectifs du forum, la mise en œuvre d’une vision d’avenir en matière d’approvisionnement énergétique, à l’appui du programme "Sahara Solar Breeder".


Portail CDER

Cookies