PDA

Voir la version complète : L’économie algérienne est-elle performante ?


soussi82
06/10/2011, 20h05
L’économie algérienne est-elle à reconstruire ? Présentée autrement, la question serait sommes-nous sur la bonne voie et il suffit de persévérer pour se propulser, dans quelques années, au rang de pays émergent ou faut-il au contraire opérer une réingénierie globale de notre système économique et social ? Dans le domaine politique, nous sommes en train de reconsidérer le mode de fonctionnement de la globalité du système. La scène économique semble plus timide. Mis à part les débats du Cnes et la tripartite qui ne semblent pas remettre en question et en profondeur le mode de fonctionnement de notre économie, nous sommes dans un schéma de continuité. On ne semble pas envisager d’autres alternatives, d’autres schémas que ceux qui ont prévalu jusqu’à présent. Nous allons bientôt fêter le cinquantième anniversaire de notre indépendance sur un constat amer. Globalement, en matière d’économie, l’échec, sur le long terme est flagrant. Nous n’avons qu’à faire une petite comparaison avec les pays qui étaient aussi pauvres que nous (Chili, Espagne, etc.). En 1964, nous avions un PIB par habitant plus élevé que celui de la Corée du Sud. Aujourd’hui, son indicateur est plus de sept fois supérieur au nôtre. Et elle a un PIB 6,5 fois celui de l’économie nationale. Nous avons bénéficié d’une rente pétrolière supérieure de 17 fois à toute forme d’aide que la Corée a reçue. “Mais comment un pays aussi riche arrive-t-il à avoir une économie hors hydrocarbures si faible ?” Avec des politiques économiques optimales et constantes, notre PIB et notre niveau de vie auraient dû être au moins neuf fois ce qu’elles sont aujourd’hui. Sur le long terme, il n’y a aucun doute possible sur l’échec de nos politiques économiques. Je sais qu’il y a beaucoup de théories du complot qui circulent. Elles stipulent dans leur simplisme que l’Occident ne nous laisserait pas nous développer. Certes, ils ne vont pas nous faciliter la tâche. Mais s’ils pouvaient faire barrière à toute nation qui aspire au développement, l’Indonésie et la Malaisie en feraient sûrement partie. Mais pourtant ces pays ont formulé des stratégies étanches. L’Occident n’a pas pu contrecarrer leur développement.

Mais rien ne sert de se lamenter sur son sort. La seule question pertinente de nos jours est : a-t-on tiré toutes les conséquences de nos échecs passés pour repartir du bon pied et éviter les pièges du passé ? Sommes-nous enfin sur la bonne voie ? Autant on admet que le système politique a besoin d’un sérieux processus de redressement, autant on considère qu’en matière de politique économique nous sommes sur la bonne voie et que le développement est seulement une question de temps. Nous serions en train de nous propulser au rang de pays émergent. Je vous fais grâce de l’avalanche de chiffres dont les plus importants sont : le taux de croissance moyen hors hydrocarbure est passé de 1% à 5,8% après 1999, le taux de chômage de 27% en 1999 est descendu à 10% en 2011. L’inflation est maîtrisée (moins de 4%), la dette extérieure presque entièrement repayée et nous jouissions de plus de 174 milliards de dollars de réserves. Ceci dit, il ne faut pas également nier que plusieurs décisions judicieuses furent prises : le payement de la dette, la constitution d’un fonds de stabilisation des dépenses et la sécurisation des avoirs extérieurs ne sont qu’un échantillon de pratiques de bonne gouvernance. Il y en a de nombreux autres dans tous les domaines. Mais en moyenne, notre économie fonctionne-t-elle efficacement ? Je voudrais insister sur un point capital. Les économistes qui utilisent les indicateurs ci-haut (croissance, chômage, niveau des réserves, inflation), sans les compléter par d’autres, ne manqueront pas d’arriver à des résultats biaisés. Pour une économie comme la nôtre, dotée d’une rente, les conclusions seront inévitablement erronées. Je prendrai un seul indicateur, néanmoins le plus important pour illustrer l’analyse : la croissance économique. Avant la crise des subprimes, l’Algérie et la Corée du Sud avaient presque les mêmes performances dans ce domaine (autour de 6%). On fait abstraction des différences culturelles et historiques, qui bien sûr, expliquent en grande partie le différentiel de performance sur le long terme (continuité et efficacité des choix opérés). Il faut considérer les résultats en fonction des ressources consommées. En économie, nous avons deux types de croissance. Le premier est du type intensif ; c’est l’appareil de production qui crée de la valeur ajoutée (richesse) dont une partie est réinvestie pour créer plus de biens et de services. En Corée du Sud ce sont Hyundai, Samsung, LG et autres qui exportent, font des bénéfices et avec l’appui d’un système bancaire aussi performant, mobilisent des ressources pour croître plus sainement. C’est du muscle. La seconde est de type extensif : c’est une rente ou un endettement extérieur qui permet au pays de construire des infrastructures et de monter des industries. Mais dès que l’injection de ressource s’arrête, la croissance s’effondre et une crise grave s’ensuit. C’est notre cas. C’est de la graisse. Nul ne doit être fier d’une croissance extensive. Il faut s’en sortir le plus rapidement possible. Le second test est également facile à comprendre ; même si les économistes l’expriment à travers des schémas mathématiques et des estimations économétriques complexes. Il consiste à répondre à la question suivante : lorsque l’état injecte 1 dollar dans l’économie, quel serait le montant total de biens et de services qui sera créé par l’appareil de production, à partir de cette dotation initiale. Par exemple, lorsque l’État coréen injecte 1 dollar dans l’économie, ce dernier est transformé en 3 dollars de biens et de services. Ce sont les estimations dont nous disposons. Mais en Algérie, lorsque l’état injecte 4 dollars dans l’économie, on produit avec 1 dollar de biens et de services. C’est ce qui explique pourquoi l’État injecte 33% du PIB (hors hydrocarbures) chaque année pour en tirer une croissance moyenne de 6%. Je sais que la comparaison avec le Corée est truffée de pièges historiques, sociologiques et culturels. Même si on intégrait ces dimensions, le différentiel de performance est si énorme que les choix de politique économique constituent l’essence des disparités en matière de réalisations. Nous admettons maintenant que le processus démocratique accuse beaucoup de retard. Des consultations et des décisions viennent d’être prises. Des avis divergent sur les diagnostics et les solutions. Normal ! Mais au moins les choses bougent. Mais on a l’impression que le système économique n’est pas remis en cause. Tout au plus accepte-t-on de dialoguer sur des questions de pure forme, des considérations tactiques. On exclut toute refonte globale du modèle. Or, c’est absolument ce qu’il nous faut. Notre système économique est génétiquement défaillant. Nous devons refonder son essence et ses modes de fonctionnement. Nous devons agir sur son ADN. Le Cnes devrait approfondir son travail dans le sens d’une remise en cause globale et se rapprocher beaucoup plus des débats et enjeux qui ont eu lieu sur la scène politique.

(*) Economiste, PhD en gestion d’entreprise

Liberté

Black
06/10/2011, 23h21
L'Algérie a toujours était riche mais seulement virtuellement ou plus exectement riche de maniére comptable ni plus ni moins.

Les revenus colossaux de la rente pétroliére on certes fait comptablement grimper le PIB et le PNB, etc... Mais qu'en est-il en réalité l'argent de la rente pétroliére a était massivement investit dans les bons du trésor de différent pays et essentiellement ceux des Etat-Unis.

Il y a quelques années 80% de la manne algérienne était investit dans des obligations d'états qui rapporte peu et qui plus grave encore bloquent des quantités importantes de ressource financiére hors du pays.

Dans les année 70 l'Algérie a aussi procédé à des achats d'or qui eux aussi une fois achetés (lingots) étaient stockés dans la banque centrale.

Aujourd'hui c'est 98% de la manne qui est investit à l'étranger le reste sert à expider l'économie courante.

numidia-4-ever
06/10/2011, 23h28
Aujourd'hui c'est 98% de la manne qui est investit à l'étranger

Réserve de change : 162,2 mds USD

Plan d’investissement quinquennal : 268 mds USD

Sans compter les dépenses annuel de l'état

soussi82
07/10/2011, 12h23
Réserve de change : 162,2 mds USD

Plan d’investissement quinquennal : 268 mds USD

Sans compter les dépenses annuel de l'état

Numedia

Apparemment tu n'as pas saisi le vrai sens du problème...

"En économie, nous avons deux types de croissance. Le premier est du type intensif ; c’est l’appareil de production qui crée de la valeur ajoutée (richesse) dont une partie est réinvestie pour créer plus de biens et de services. En Corée du Sud ce sont Hyundai, Samsung, LG et autres qui exportent, font des bénéfices et avec l’appui d’un système bancaire aussi performant, mobilisent des ressources pour croître plus sainement. C’est du muscle.
La seconde est de type extensif : c’est une rente ou un endettement extérieur qui permet au pays de construire des infrastructures et de monter des industries. Mais dès que l’injection de ressource s’arrête, la croissance s’effondre et une crise grave s’ensuit. C’est notre cas. C’est de la graisse. Nul ne doit être fier d’une croissance extensive.

Gandhi
07/10/2011, 12h29
Peut être oui et peut être non

D'après l'arnaque économique actuelle, elle n'est pas performante. Mais si on revenait aux vraies valeurs des choses, on ne sait pas.

Baryansow
07/10/2011, 12h31
En économie, nous avons deux types de croissance. Le premier est du type intensif ; c’est l’appareil de production qui crée de la valeur ajoutée (richesse) dont une partie est réinvestie pour créer plus de biens et de services. En Corée du Sud ce sont Hyundai, Samsung, LG et autres qui exportent, font des bénéfices et avec l’appui d’un système bancaire aussi performant, mobilisent des ressources pour croître plus sainement. C’est du muscle.
La seconde est de type extensif : c’est une rente ou un endettement extérieur qui permet au pays de construire des infrastructures et de monter des industries. Mais dès que l’injection de ressource s’arrête, la croissance s’effondre et une crise grave s’ensuit. C’est notre cas. C’est de la graisse. Nul ne doit être fier d’une croissance extensive.

En économie, nous avons deux types de croissance. Le premier est du type intensif ; c’est l’appareil de production qui crée de la valeur ajoutée (richesse) dont une partie est réinvestie pour créer plus de biens et de services. En Corée du Sud ce sont Hyundai, Samsung, LG et autres qui exportent, font des bénéfices et avec l’appui d’un système bancaire aussi performant, mobilisent des ressources pour croître plus sainement. C’est du muscle.
La seconde est de type extensif : c’est une rente ou un endettement extérieur qui permet au pays de construire des infrastructures et de monter des industries. Mais dès que l’injection de ressource s’arrête, la croissance s’effondre et une crise grave s’ensuit. C’est notre cas. C’est de la graisse. Nul ne doit être fier d’une croissance extensive.

zek
07/10/2011, 12h47
L’indice sur la compétitivité évalue la capacité d’un pays et de ses entreprises à être compétitives sur les marchés mondiaux. Il se base pour cela sur la résilience des institutions du pays, ses infrastructures, ses politiques économiques ainsi que son système de santé et d’éducation. L’indice est calculé en fonction de douze indicateurs regroupés en trois sous-catégories : les critères de base, l’efficacité et l’innovation ainsi que l’originalité.


http://nsa27.casimages.com/img/2011/10/07/111007124441414817.jpg

jawzia
07/10/2011, 17h04
Globalement, intéressant à lire. Néanmoins, pour une analyse d'un spécialiste universitaire ... peut largement mieux faire !

soussi82
07/10/2011, 18h13
Globalement, intéressant à lire. Néanmoins, pour une analyse d'un spécialiste universitaire ... peut largement mieux faire !

...........................

Le bilan n'est pas déjà assez noir ???:mrgreen:

jawzia
07/10/2011, 18h34
Le bilan n'est pas déjà assez noir ???
Blanc, noir, gris, rose ... tu fais la même erreur que l'auteur. C'est bien de poser une si complexe quastion :
Présentée autrement, la question serait sommes-nous sur la bonne voie et il suffit de persévérer pour se propulser, dans quelques années, au rang de pays émergent ou faut-il au contraire opérer une réingénierie globale de notre système économique et social ?
Par contre, si on a l'intention d'y répondre, il est indispensable de poser clairement les indicateurs ou la métrique que l'on compte utiliser pour éluder ... la question de départ.

J'ai bien peur qu'une simple comparaison fasse bien léger comme analyse. Si tu veux associer une couleur au bilan ... des indicateurs et beaucoup de reflexion.

Bon courage ! Je lirai plus tard votre argumentaire :mrgreen:

soussi82
07/10/2011, 23h40
Blanc, noir, gris, rose ... tu fais la même erreur que l'auteur. C'est bien de poser une si complexe quastion :

Jawzia
..........................................

Bien sur bien sur !!

Tous le monde est dans l'erreur même des économistes spécialisés :mrgreen::rolleyes:

La question n'a rien de complexe

"L’économie algérienne est elle performante"

Or tout le monde s'accorde à dire que l’économie de l'Algerie ne peut être performante tant qu'elle est tributaire du pétrole .

Il suffit simplement de googler pour avoir des liens en pagaille..

Scootie
07/10/2011, 23h45
Réserve de change : 162,2 mds USD



Malgré l'énormité de cette somme, supposée ou avérée (nul n'en sait rien), le malheur de l'algérie, c'est qu'elle n'est riche que de ............ 4 petites années d'importation !!!!

jawzia
08/10/2011, 12h41
Il suffit simplement de googler pour avoir des liens en pagaille..Et les neurones ? Il faut bien que ça serve en pareilles circonstances !

Comparer l'Algérie à la Corée du Sud, pour seul argument, ne tient pas la route. Qui des pays dits en "développement" (qui avaient le même niveau de PIB en 1962 que la corée) pourrait rivaliser (aujourd'hui) avec Séoul ? Aucun.

Notre "analyste" aurait été plus inspiré s'il avait fixé des indicateurs pertinents pour répondre à son interrogation :
la question serait sommes-nous sur la bonne voie et il suffit de persévérer pour se propulser, dans quelques années, au rang de pays émergent ou faut-il au contraire opérer une réingénierie globale de notre système économique et social ? Je ne préjuge pas de son jugement ... mais de sa démarche. N'est pas Chicha ?

soussi82
08/10/2011, 17h23
Et les neurones ? Il faut bien que ça serve en pareilles circonstances !

Jawzia

Nullement nécessaires quant une économie se résume à exporter 98% de ses hydrocarbures et à pratiquement tout importer...:mrgreen:

Je trouve même que notre analyste en fait trop pour résumer une situation aussi simple...

GLP
08/10/2011, 21h52
Tous le monde est dans l'erreur même des économistes spécialisés :mrgreen::rolleyes: Regarde, je vais faire mieux que ton spécialiste:

1- Il suffit simplement de googler pour avoir des liens en pagaille..
2- Nullement nécessaires (les neurones)

La 2 explique l'autre et du coup elles se suffisent pour toi. pourtant la 1 n'a rien de "argument" et la 2 comme argument explique finalement le choix de la 1 en tant qu'argument.

médite, mon exemple serait si identique à l'analyse de ce "spécialiste" , si tu veux comprendre bien sûr.

Cookies