PDA

Voir la version complète : Le Brésil, plus grande puissance énergétique de la Terre?


Thirga.ounevdhou
25/05/2006, 12h22
Attendez ! Attendez!! pas dans l’immédiat, mais dans 20 ou 30 ans…..

Ecoutez président Luiz Inacio Lula da Silva, tres rassuré, il l'affirme :

====
Le Brésil sera la plus grande puissance énergétique de la planète Terre dans vingt ou trente ans, affirme le président Luiz Inacio Lula da Silva dans une entrevue publiée mercredi par le quotidien français Le Monde.

«Nous avons atteint l'autosuffisance en pétrole, dans deux ans nous produirons la majorité du gaz que nous consommons, nous sommes les plus compétitifs pour la production de l'éthanol et du bio-diesel», assure le chef de l'État brésilien dans cette interview publiée à l'occasion de la visite au Brésil mercredi et jeudi du président français Jacques Chirac.

«Alors, si un pays utilise son pétrole comme moyen de pression, cela ne m'inquiète pas», poursuit le président car «peu de pays pourront concurrencer le Brésil à l'heure d'extraire de la terre le carburant du futur, à cause de son étendue territoriale».



À propos des tensions nées de la nationalisation du gaz bolivien, Lula déclare miser sur la négociation plutôt que de tenir un discours à usage interne (...) Le Brésil dépend de la Bolivie autant que la Bolivie dépend des achats du Brésil et nous devons donc trouver un dénominateur commun.

Concernant les relations avec les États-Unis, il indique que le Brésil ne ne veut pas tomber dans la dépendance vis-à-vis d'une puissance ou d'un groupe de puissances. «Malgré une intégration renforcée avec l'Amérique du Sud et un rapprochement avec l'Afrique, la Chine, l'Inde et le Proche-Orient, nos échanges commerciaux avec les États-Unis et l'Union européenne ont augmenté», souligne-t-il.

À quatre mois de l'élection présidentielle dans son pays, Lula affirme qu'à aucun moment dans l'histoire du Brésil, l'économie n'a réuni autant de facteurs positifs.

«Nous avons remboursé le Fonds monétaire international, nous avons payé nos dettes au Club de Paris, nous avons remboursé le moratoire de 1986 et il nous reste encore 61 milliards de dollars de réserves. Nous sommes passés de 60 milliards de dollars d'exportations à 120 milliards en trois ans», se félicite-t-il.

- Syberpresse

zek
25/05/2006, 12h39
Bonjour, le Brésil à fait des grand pas, l'Europe, ne veut pas investir dans les nouvelles énergies, à cause des lobbies du pétrole, comme Total, et surtout à cause des Taxes sur l'essence. Sur ce coup là Bravo au Brésil.

Cookies