PDA

Voir la version complète : Expulsion d'un Algérien installé depuis plus de dix ans à Saint-Etienne


morjane
26/05/2006, 18h38
Un Algérien de 41 ans, installé depuis 1995 à Saint-Etienne avec son épouse et leurs quatre enfants, a été expulsé mercredi de France vers l'Algérie, sur la base d'un arrêté du ministre de l'Intérieur de novembre 2000 jusqu'alors inappliqué, a-t-on appris auprès de sa famille et de son avocate.

Maamar Koudji, qui était en rétention administrative à Lyon Saint-Exupéry depuis le 25 avril dernier, a été placé mercredi à bord d'un bateau effectuant la liaison Marseille-Alger, où il est attendu jeudi, a indiqué Me Audrey Gutierrez.

Contacté, le service communication du ministère de l'Intérieur s'est refusé mercredi à divulguer le motif de l'arrêté ministériel d'expulsion, daté du 9 novembre 2000, qui indique seulement que M. Koudji "s'est livré à des activités de nature à compromettre la sûreté de l'Etat et la défense nationale".

Joint par téléphone, ce père de quatre enfants, âgés de trois à neuf ans et scolarisés à Saint-Etienne, se déclare "respecteux de la loi". Ancien patron d'une entreprise artisanale du bâtiment, il affirme ne pas comprendre ce qui lui arrive: "je n'ai jamais été condamné et je ne fais pas de politique".

Dans une nouvelle demande d'asile rejetée par l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OPRA), le 11 mai dernier, Maamar Koudji invoque le "racket" dont il aurait été l'objet par "des membres d'un groupe armé en 1992 et 1993", ainsi que des "accusations par les autorités (algériennes, NDLR) de complicité avec les terroristes".

Par AP

Sousou85
26/05/2006, 19h11
OUé VIVE LA FRANCE !!!!

vraiment nimporte koi ceux la

joandemilan
26/05/2006, 19h57
Je cite le communiqué de l'AP : " Dans une nouvelle demande d'asile rejetée par l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OPRA), le 11 mai dernier, Maamar Koudji invoque le "racket" dont il aurait été l'objet par "des membres d'un groupe armé en 1992 et 1993", ainsi que des "accusations par les autorités (algériennes, NDLR) de complicité avec les terroristes".

Ce sont des raisons qui méritent vérifications, et je pense que cela a été fait.

Virer des maçons alors qu'on en manque mériterait le qualificatif de n'importe quoi, mais pas le reste.

Le message envoyé, c'est que les démocraties occidentales se sont libérées du complexe liberticide. Aider passivement des groupes terroristes c'est être à son tour terroriste par procuration.

Contre tout ça, nous devons faire front ensemble, algériens de France, et surtout du Bled que l'on n'abandonnera pas à la barbarie.

Je suis pour une République fraternelle, juste et ferme.

Cookies