PDA

Voir la version complète : Les rêves politiques du "modéré" Ghannouchi


nacer-eddine06
25/10/2011, 22h37
On pourrait croire que Rached Ghannouchi, leader charismatique du mouvement ENNAHDA, en est à ses débuts sur la scène politique. Premières responsabilités certes, mais le programme, quant à lui, était déjà mûr dans la tête de ce grand modéré, dont les œuvres regorgent de passages instructifs. Extraits.

Pour éviter de passer pour un rêveur ou pour un intellectuel utopiste, R. Ghannouchi rappelle, très fair play, l’intention initiale de son chef d’œuvre programmatique : Les libertés publiques dans l’État islamique, Centre d’Études de l’Unité Arabe, Beyrouth, 1993.

« Notre objectif [dans ce livre] n’est pas le plaisir cognitif, mais une révolution islamique qui éradique les fausses divinités et la dépendance subie par la terre d’Allah » (Les libertés publiques dans l’Etat islamique, op. cit., p. 27)

- Les Droits de l’Homme et la place de la religion dans l’Etat selon R. Ghannouchi :

« [La Déclaration universelle des droits de l’Homme] ne représente pas beaucoup de cultures qui donneraient une place plus grande à l’intérêt collectif, ou laisseraient la place à un contrôle supérieur sur la conscience de l’individu, sur la conscience du législateur et sur le pouvoir de l’État comme le contrôle divin à travers la révélation et l’élévation des valeurs de la charia au dessus de tout pouvoir, et promeut l’époque du prophète et le califat bien dirigé [= les 4 premiers califes] comme point de référence pour tout gouvernement. Ce qui a rendu la révélation possible, et le fait que le sabre soit toujours dégainé contre les despotes » (R. Ghannouchi, Maraya, trimestriel islamiste, Paris, automne 2002).

- La laïcité :

« La société islamique est fondée sur l’interprétation des valeurs organisant la vie des individus et des communautés. De plus, elle organise le côté spirituel de ces derniers. C’est pourquoi on ne saurait concevoir de société islamique laïque, ou de musulman laïc que si ce n’est en renonçant à ce qui est essentiel en islam. Car la foi en Dieu n’est pas essentielle en islam ; l’essentiel, c’est la foi en l’unicité de Dieu. Par conséquent, toute législation qui s’inspire d’autres sources pourrait porter atteinte à cette unicité. Une société ne saurait être islamique qu’à condition de ne pas être laïque et d’accepter l’unicité de Dieu. » (Interview accordée par M. Ghannouchi au quotidien algérien Algérie actualité du 12 octobre 1989).

- La politique internationale d’après un "islamiste modéré" :

« l’islam qui incite ses fidèles à la paix, si toutefois les autres penchent pour elle, la paix avec laquelle on peut recouvrer les droits, refuse à ses fidèles de se laisser tromper en acceptant, tant qu’ils ne sont pas encore tous tués et tant qu’ils ont encore une veine vibrante de l’unicité [de Dieu], que leurs ennemis travaillent nuit et jour pour fabriquer des armes de destruction massive avec l’aide des leaders de l’ordre mondial, tandis qu’eux [= les musulmans] se contentent de roucoulades de pigeons et de gazouillis d’oiseaux qui chantent l’hymne de la paix, pendant que le chasseur, tout proche, taille ses flèches et les pointe sur eux.

Pourquoi l’Inde et Israël s’arment-ils de la force nucléaire, sans parler de la Chine, de la Russie, de l’Amérique, de la France et de la Grande-Bretagne alors qu’on l’interdit au Pakistan et à l’Iran, à l’Égypte et à l’Irak ? Comment l’expliquer, sinon par la volonté que seul l’Islam doive vivre dans une jungle de prédateurs sans griffes, alors que le christianisme, le confucianisme, l’hindouisme, le bouddhisme et le judaïsme amassent et développent des armes de destruction massive et les pointent sur les capitales des musulmans ? Le parti pris contre l’umma musulmane, l’hostilité de l’ordre mondial envers l’Islam et la conspiration contre lui ne se manifeste pas dans d’autres domaines aussi clairement que dans ce domaine vital. Les musulmans n’accepteront pas la persistance de ce fanatisme religieux et racial contre leur religion, leur umma et leur civilisation. Quoi que nous fassions, nous les musulmans modérés, partisans du dialogue et de la coopération avec l’Occident pour trouver une explication aux pressions que l’Amérique exerce sur l’Est et l’Ouest pour empêcher le seul monde musulman de s’armer à l’exception des juifs et des hindouistes, nous n’en trouverons aucune qui puisse nous convaincre, si ce n’est celle de la conspiration contre l’Islam et sa nation, et la haine raciste contre eux. » (R. Ghannouchi, L’Islam et le nouvel ordre international, hebdomadaire islamiste marocain Arraya, 9 avril 1994, n°91)."

On ne sait pas ce qui sortira de ces élections. Ce qui est sûr, c’est que la conscience politique de la Tunisie ne sortira pas grandie d’une assemblée constituante dominée par la "pensée" meurtrière et victimisante du leader d’ENNAHDA, qui s’acharne à expliquer tout phénomène politique ou humain par une charia aux antipodes des droits acquis durement par le peuple tunisien, et qui verrait bien la Tunisie en mini-Iran méditerranéen.

Cookies