PDA

Voir la version complète : Malgré le déstockage: La pomme de terre à 70 dinars


alino01
30/10/2011, 14h46
Ces derniers jours, tout le monde a remarqué une flambée subite des prix de certains légumes et en particulier celui de la pomme de terre qui a vu le kilogramme, cédé à 35 DA, atteindre des pics de 70 DA dans un grand nombre de marchés du pays, notamment à Alger, Oran, Boumerdès et d'autres villes. Toutefois, cette hausse du coût du légume le plus consommé par les Algériens n'a pas laissé indifférents les chefs de ménages, la preuve en est que les bavardages de la rue vont bon train et les discussions concernant cette augmentation sont parfois le sujet qui vole la vedette à tous les autres. Chacun y va de sa propre version, les uns mettant en cause les producteurs, les autres les mandataires et enfin une autre catégorie ne trouvant pas mieux que de critiquer la gestion des responsables des services de l'agriculture et du commerce qui, selon eux, sont incapables de maîtriser la mercuriale du marché des fruits et légumes. A la veille des fêtes de l'Aïd El-Adha, cette situation n'arrange pas les choses. Néanmoins, du côté des services de la DSA, on rassure que la mise sur le marché de quantités supplémentaires de pomme de terre de déstockage des chambres froides va s'accélérer, dès le début de la semaine en cours, de manière à arriver à une certaine stabilité de l'offre et de la demande sans porter atteinte aux petites bourses. Cette opération de déstockage de la pomme de terre conservée dans le cadre du Système de régulation des produits agricoles de large consommation (SYRPALAC) a été déclenchée le 25 septembre dernier, ceci pour réguler les prix de ce produit pendant la période de soudure, qui se situe généralement entre la fin de la production de la saison et le début de la récolte de l'arrière-saison. Donc, il est prévu que cette situation, qui pénalise surtout les citoyens à faibles revenus, sera prise en charge une fois la cadence de l'opération de déstockage entamée et cela ne doit pas trop tarder.

Pour rappel, la wilaya de Boumerdès est placée parmi les premières au niveau national du point de vue de la production de pomme de terre et des capacités de stockage sous froid. Rien que pour la campagne écoulée, près de 50.000 tonnes on été produites à Boumerdès dont 30.000 tonnes ont fait l'objet d'un stockage dans le cadre du Syrpalac, fin août dernier.

De son côté, M. Mansouri, président de la chambre de l'agriculture de la wilaya d'Oran, a indiqué que cette hausse est due à la période creuse de la production. Selon notre interlocuteur, «la première récolte de la pomme de terre primeur est attendue pour le mois de novembre, alors que la pomme de terre de la réelle saison (celle cultivée en été) sera récoltée vers la fin du mois de décembre». «Grâce au système Syrpalac, les besoins du marché local en pomme de terre ont pu être couverts durant cette période creuse. Actuellement, la pomme de terre qui était stockée dans les chambres froides est cédée par certains détaillants à 60 DA.

Il y a aussi la pomme de terre extra primeur (nouvelle récolte) qui est relativement moins chère. Cette pomme de terre est cultivée notamment au niveau des zones côtières comme Mostaganem et Tipaza, entre autres. A Oran, il n'y a pas de grandes superficies consacrées à cette pomme de terre», ajoute le même responsable. A noter que dans bon nombre de marchés oranais, la pomme de terre est cédée à 70 DA le kilo. Aux halles centrales, la pomme de terre de bonne qualité est proposée, au prix de gros, à partir de 50 dinars le kilo. Celle de qualité moindre est cédée à 40 dinars le kilo. Pour les carottes, elles sont cédées entre 50 et 60 dinars le kilo. L'oignon, quant à lui, est cédé à 40 dinars. La tomate, quant à elle, varie entre 40 et 70 dinars le kilo, parfois davantage, selon la qualité. Les haricots verts trônent en tête avec leurs 150 dinars.

Par ailleurs, la cadence de déstockage de la pomme de terre va s'accélérer au courant de la semaine prochaine en vue de répondre à la forte demande sur ce produit pendant les premiers jours du mois de novembre, coïncidant avec la fête de l'Aïd El-Adha, a annoncé un responsable du ministère de l'Agriculture et du Développement rural. «Des quantités conséquentes de pomme de terre, stockées dans le cadre du Syrpalac, seront mises sur le marché pour répondre à la forte demande attendue lors de la première semaine de novembre», a indiqué à l'APS le directeur de la Régulation et du développement des productions agricoles au ministère, M. Youcef Redjam Khodja. L'opération de déstockage de la pomme de terre conservée dans le cadre du Syrpalac a été déclenchée le 25 septembre dernier pour réguler les prix de ce produit pendant la période de soudure. Selon M. Redjam, «les quantités stockées dans le cadre de ce système sont suffisantes pour répondre aux besoins du marché durant les mois de novembre et décembre». La production d'arrière-saison devrait arriver sur le marché à partir de la mi-novembre prochain. Selon le bilan du ministère, la production de la pomme de terre a atteint 38,6 millions de quintaux en 2011 et quelque 14 wilayas et 124 opérateurs (stockeurs) ont adhéré au Syrpalac jusqu'à présent.

quotidien d'oran.com

bledard_for_ever
30/10/2011, 16h30
encore el batata :)

ma 3ankoumch waqila :)

chedadi
30/10/2011, 23h27
Il faut une politique générale pour la pomme de terre.

Il y a quand même 170 milliards de dollars en réserve de change (stockés dans la banque centrale americaine), je suppose donc qu'un petit milliard devrait résoudre ce problème dans la pays une bonne fois pour toute, non ?

Cookies