PDA

Voir la version complète : La Banque extérieure d'Algérieaffiche un bilan de près de 32 mds de dollars en 2010


nacer-eddine06
30/10/2011, 17h50
(BEA) a affiché en 2010 un bilan d'activités solide de près de 2.367 milliards (mds) de DA, soit environ 32 mds de dollars, un résultat qui conforte sa position de leader sur la place bancaire algérienne et régionale.
«L'exercice clos de 2010 s'est soldé par une masse bilan de 2.367 mds de DA» qui conforte la position dominante de la banque au plan national et régional, a indiqué Mohamed Loukal, PDG de la BEA.
La BEA a été classée cette année deuxième plus grande banque du Maghreb, troisième d'Afrique du nord et huitième du continent africain, selon le classement de la revue Jeune Afrique des 200 premières banques africaines.
A fin 2010, les ressources collectées de cette banque publique ont enregistré une progression de 387 mds de DA par rapport à 2009 à 2.039 mds de DA, selon les chiffres fournis par le dirigeant de la BEA.
La part des ressources de Sonatrach dans la banque a, en revanche, évolué de manière proportionnelle à la baisse malgré l'embellie du marché pétrolier.
Les ressources du groupe pétrolier dans la BEA, se sont établies à environ 13 mds de dollars en 2010, représentant 51,8% des ressources globales contre 54% en 2009.
Ces évolutions traduisent les résultats de la stratégie de diversification des segments de la clientèle appliquée par la BEA durant ces dernières années, explique M. Loukal.
«La BEA est passée d'une banque sectorielle d'hydrocarbures à une banque universelle dans laquelle l'ensemble des segments commerciaux ont augmenté», note-t-il à ce propos.
Pour illustrer cette diversification, M. Loukal a rappelé la proportion des dépôts de la Sonatrach dans les ressources globales qui est passée de 85% en 2000, à 75% en 2005 et à près de 52% en 2010
LEXPRESSION

oukil salah
30/10/2011, 22h28
en algerie il n y'a pas de bourse
on sait que toute entreprise ne faisant pas partie de la bourse ont des bilan flou

Absent
30/10/2011, 22h31
Même celles qui en font partie (même de la plus grande bourse au monde) ne sont pas à l'abri. Enron et Thomas & Anderson sont toujours là pour ne le rappeler.

Cookies