PDA

Voir la version complète : Maroc : Des investisseurs espagnols veulent manifester contre les pratiques mafieuses


kaiser
09/11/2011, 16h52
Le monde des affaires au Maroc n’est rien d’autre qu’un « piège », à en croire des hommes d’affaires espagnols. Victimes d’extorsions, d’escroqueries et de malversations, ils se sont réunis autour d’une association et entendent manifester pour dénoncer les pratiques malsaines qui brisent les ailes des investisseurs étrangers au Maroc.

Ils en ont ras-le-bol, ces hommes d’affaires espagnols, que plusieurs mésaventures dans le royaume ont poussé à mettre sur pied une drôle de structure dénommée Association des affectés par l’extorsion au Maroc (AAEM). « Nous avons mis en place cette structure afin de mettre en synergie les efforts de plusieurs entreprises et hommes d’affaires travaillant au Maroc pour dénoncer l’escroquerie, l’extorsion ou les malversations pratiquées par certains entrepreneurs marocains », explique Francisco de Arratia, porte-parole de l’AAEM. Des pratiques mafieuses dont ils disent être victimes et qui leur ont déjà coûté « 100 millions d’euros ».
Les investisseurs espagnols, soutenus par des partis politiques et des personnalités ibériques ne savent plus à quel saint se vouer au Maroc. Un pays qui, selon Arratia, est devenu « un piège » pour les entrepreneurs du royaume voisin du Nord de la Méditerranée. Le porte parole de l’AAEM indique que même le Palais royal a été saisi sur certaines grosses affaires opposant des hommes d’affaires espagnols à leurs homologues marocains. Mais en vain. Les espagnols, qui ne manquent pas d’exemples, citent notamment les cas de la société Crotalon Construction Maroc, en délicatesse avec la société marocaine Socotraco et le barreau des avocats de Rabat, ainsi que Torreblanca Construction Maroc qui accusent Douja Promotion du groupe Addoha, de chantage et d’extorsion.

Dates symboliques
Ces pratiques « nuisent gravement au climat des affaires du pays, tout en entachant la réputation de ses opérateurs économiques » estime Arratia, également très déçu par la justice marocaine. « Comment voulez-vous croire à un système judiciaire incapable de forcer quelqu’un à se présenter devant les magistrats ?», s’interroge-t-il, faisant référence au contentieux ayant opposé la société espagnole Crotalon Construction Maroc, à la marocaine Socotraco, dont le gérant refuserait de répondre aux convocations de la police judiciaire, malgré les instructions fermes du procureur du roi.
Les hommes d’affaires espagnols, qui ne sont pas les seuls victimes de ces pratiques, entendent passer à la vitesse supérieure. Ils prévoient d’organiser des manifestations dans les ports de Tarifa et d’Algésiras ainsi qu’un sit-in devant l’ambassade du Maroc à Madrid. Quant aux dates choisies, elles sont tout sauf anodines : les 6 et 25 novembre prochains. La première coïncide avec le 36e anniversaire de la Marche verte, et la seconde, au jour des élections législatives anticipées au Maroc.

omar baldé

santo
09/11/2011, 17h38
Bas je les comprents les pauvres, ceux qui voulais exploiter les "sales moros" et qui se sont retrouver déplumé par ces meme "moros" qu'il croyait moyen-ageux et sans cervelle...
Ces vrais que ca doit etre un chocs l'arroseur arroser
Aprés ben c'est de bonne guerre de s'en prendre au Maroc ou les entreprises des "moros" leur pique des parts de marché, d'autant plus qu'il n'y a pas de crise chez les "moros"
Mais bon il est clair que ces "hommes d'affaires" doivent etre des proche du Parti des "homme d'affaire" j'ai nommé le PP
Et avec des élections qui approchent c'est bien de donner un coup de main au copain...

kaiser
09/11/2011, 17h54
Marrakech abrite la 4e session de la Conférence des Etats parties à la Convention des Nations unies. la 4ème session de la Conférence des Etats parties à la Convention des Nations unies contre la corruption se tiendra du 24 au 28 octobre à Marrakech, sous le thème «Pour assurer un développement économique et humain durable, engageons-nous : luttons contre la corruption», ont annoncé, lundi, les organisateurs lors d'un point de presse à Rabat. la blague du siécle:mrgreen:

pourquoi pas le congrés annuel des salafistes dans un cabaret à marrakech

arazigh
09/11/2011, 19h32
La blague du siecle
pourquoi pas le congrés annuel des salafistes dans un cabaret à marrakech
Tu n'as qu'à protester auprès des Nations Unies qui ont décidé de se réunir à Marrakech

chedadi
09/11/2011, 19h33
Tu n'as qu'à protester auprès des Nations Unies qui ont décidé de se réunir à Marrakech lol.
fair enough!

jawzia
09/11/2011, 19h56
Corruption au Maroc : Des entrepreneurs espagnols s'expriment [Interview]
Propos recueillis par Oumar
31 Octobre 2011

N’en pouvant plus de subir des pertes considérables (100 millions d’euros) en raison de pratiques mafieuses dont ils sont victimes au Maroc, des investisseurs espagnols ont mis sur pied l’« Association des Affectés par l´Extorsion au Maroc ». Une structure qui attire petit à petit les différents investisseurs étrangers du royaume. Son président, Francisco de Arratia, annonce des actions spectaculaires si rien n’est fait pour mettre fin à leurs mésaventures.

Pourquoi avez-vous nommé votre structure « Association des Affectés par l´Extorsion au Maroc » (A.A.E.M) et qui la compose ?
Francisco de Arratia : Nous avons décidé de l’appeler « Association des Affectés par l´Extorsion au Maroc » tout simplement pour coordonner tous les dossiers d'hommes d’affaires qui sont victimes d'extorsion au Maroc. Notre objectif est de créer un cadre de rencontres entre ces entrepreneurs qui ont vécu ces expériences-là. L’A.A.E.M est essentiellement constituée d’investisseurs espagnols et compte une vingtaine d’entreprises. De nouveaux membres nous rejoignent quotidiennement depuis que l’initiative a été lancée et relayée par les médias. Ce sont essentiellement des entreprises espagnoles, mais des entrepreneurs français tapent également à notre porte.

L’Administration marocaine s’intéresse-t-elle à votre cause ?
L´Administration marocaine est au courant de nos préoccupations, ainsi que celle espagnole d’ailleurs. Mais pour le moment, les actions concrètes se font encore attendre sur ces pratiques que nous dénonçons et qui sont illégales et non conformes aux normes qui régissent le monde des affaires.


Quelles institutions avez-vous saisi au Maroc? Est-ce que vous bénéficiez du soutien de vos collègues marocaines ?
Nous avons également saisi Transparency Maroc sur certains cas. Mais là aussi, rien n’a bougé. L’ONG nous a répondu qu’elle était incapable de faire quoi que ce soit.
Pour ce qui est des autorités, nous avons saisi le ministère de la Justice, les Tribunaux, les Wilayas des différentes régions où des cas d’extorsion ont été signalés, ainsi que l’ambassade du Maroc à Madrid et celle de l’Espagne à Rabat. Les autorités disent qu’elles ne peuvent rien faire et que c’est à la justice de résoudre le problème. Seulement cette justice n’est pas à la hauteur. Notamment sur certaines affaires dans lesquelles des groupes comme Addoha sont mis en cause.
Quant aux entrepreneurs marocains, il y en a parmi eux qui nous soutiennent. Car ils se rendent compte que la situation que nous vivons n’est pas du tout légale.

Quelles mesures comptez-vous prendre si rien ne change ?
De nouvelles mesures spectaculaires seront bientôt communiquées dans les médias. En dehors des manifestations que l’Association va organiser les 6 et 25 novembre dans les ports de Tarifa et d’Algésiras ainsi que le sit-in devant l’ambassade du Maroc à Madrid, nous allons entrer en contact avec les institutions européennes pour que tous les pays membres de l’Union européenne soit au courant de ce qui se passe au Maroc.

Pensez-vous à quitter le Maroc pour un autre pays ?
Non, absolument pas. Le Maroc est un grand pays, avec une merveilleuse population. Mais nous devons faire attention, car il y a des individus qui nuisent terriblement à l’image du Maroc ainsi que son avenir et celui de ses jeunes. Ces individus agissent en toute impunité. Et je vous assure que cela constitue de graves risques pour l’économie marocaine.

arazigh
09/11/2011, 20h00
Pensez-vous à quitter le Maroc pour un autre pays ?

Non, absolument pas. Le Maroc est un grand pays, avec une merveilleuse population. Mais nous devons faire attention, car il y a des individus qui nuisent terriblement à l’image du Maroc ainsi que son avenir et celui de ses jeunes. Ces individus agissent en toute impunité. Et je vous assure que cela constitue de graves risques pour l’économie marocaine.
Ça tout le monde en convient.

kaiser
09/11/2011, 21h18
car il y a des individus qui nuisent terriblement à l’image du Maroc ainsi que son avenir et celui de ses jeunes


le probléme c'est que ces individus sont le pouvoir

arayzon
10/11/2011, 08h48
Hbibna kaiser kidayèr bikhir !

le probléme c'est que ces individus sont le pouvoir

Bien vu;)

A+.

arazigh
10/11/2011, 10h05
le probléme c'est que ces individus sont le pouvoir
Donc, en toute logique, le pouvoir se tire une balle dans les pieds !

kaiser
10/11/2011, 10h27
Donc, en toute logique, le pouvoir se tire une balle dans les pieds !


je dirais plutot dans les genous du peuple .

Cookies