PDA

Voir la version complète : Impact contrasté de la crise de la zone Euro sur le Maghreb


Pecos
10/11/2011, 11h02
http://www.maghrebemergent.info/images/stories/economie/benetton_tunisie.jpg

Le secteur des la sous-traitance en Tunisie et au Maroc risque de patir de la crise de la zone Euro




Quand l’Europe est en crise, le Maghreb en subit les contrecoups. Mais de manière contrastée. Le choc sera plus conséquent pour le Maroc et la Tunisie que pour les pays pétroliers, l’Algérie et la Libye. Mais de manière générale la crise révèle, une fois de plus, le poids de l’absence d’un véritable marché maghrébin



L’annulation du référendum en Grèce et la réunion du G20 à Cannes n’ont pas réussi à calmer les inquiétudes des marchés, les investisseurs continuant d’avoir les yeux rivés sur les pays en difficulté de la zone euro. Après la Grèce, l’Italie est au centre des préoccupations, avec des rendements de plus de 6,60% pour le papier à 10 ans, deux fois plus que ceux des emprunts allemands de même maturité. La crise de la dette publique des pays de la zone euro semble se propager irrésistiblement et elle aura certainement des impacts sur les économies du Maghreb. Ces impacts sont différents pour les économies pétrolières à fort excédents financiers, l’Algérie et la Libye, et celles qui dépendent plus fortement des IDE et de la rente touristique, Maroc et Tunisie. Dans l’état actuel de l’économie mondiale, caractérisées par une reprise de la production manufacturière chinoise après un trimestre de contraction, les prix du pétrole devraient se maintenir à leurs niveaux actuels. La croissance européenne, molle et inférieure aux prévisions de début d’exercice, conforte un scénario de stabilité des prix sauf si, et c’est loin d’être exclu, la zone euro devait connaître de très fortes turbulences. Dans une telle hypothèse, le dollar, monnaie de facturation des transactions sur les marchés pétroliers devrait se renforcer. Compte tenu de la corrélation historique entre valeur du dollar et celle du baril, la hausse de la monnaie américaine pourrait induire une baisse relative des prix des hydrocarbures. Les marchés, algérien et surtout celui de la Libye - qui augure de mirifiques contrats de reconstruction et de réhabilitation des infrastructures - risquent donc d’être les cibles privilégiées des industriels européens confrontés à une baisse de la demande sur leurs propres marchés et à la concurrence des BRICS.


Quand l’Europe tousse

En revanche, les économies marocaines et tunisiennes devraient pâtir de la baisse des aides publiques européennes dont le niveau devrait se contracter du fait des déficits et de la priorité à la stabilisation des pays en difficulté et à la consolidation des moyens du Fonds Européen de Stabilisation Financière. Le ralentissement de l’activité, déjà perceptible en France et en Italie, impacterait directement les secteurs de sous-traitance au Maroc et en Tunisie. De plus, la hausse du chômage et la contraction des revenus des ménages européens dans un contexte de rigueur renforcée, affecterait le développement du secteur touristique, notamment en Tunisie qui traverse une délicate phase de transition politique. La dépendance des économies tunisienne et marocaine vis-à-vis de l’Europe pourrait donc couter cher en termes de baisse des revenus externes mais aussi en termes d’investissements directs étrangers. L’accrochage en ordre dispersé des pays du Maghreb à l’économie européenne est un facteur d’accentuation des déséquilibres. Quand l’Europe tousse, la moitié de la région est grippée. La recherche d’autres partenaires, notamment les pays du BRICS et la Turquie est donc naturellement un des axes principaux d’une politique de diversification très embryonnaire. Mais au-delà, la crise de l’Euro devrait donc inciter les Etats de la région à la création d’un véritable marché maghrébin fondé sur une stratégie d’intégration orientée vers le développement et la création d’emplois. Tant que cela ne fera pas partie d’un agenda réaliste, la vulnérabilité maghrébine aux soubresauts européens sera la règle.

Maghreb emergent

arazigh
10/11/2011, 11h10
Le ralentissement de l’activité, déjà perceptible en France et en Italie, impacterait directement les secteurs de sous-traitance au Maroc et en Tunisie.
En somme, la crise pénalise le monde du travail et épargne la rente.

Gandhi
10/11/2011, 13h48
Tous les pays sont endettés auprès des marchés. C'est des dizaines de miliers de milliards

Ces marchés pondent de l'argent !!!

càd que ces marchés ont récupéré toutes les richesses du monde à leur compte.

Tout ceux que les humains ont produit et créé, chacun dans son espace, depuis la nuit des temps jusqu'ici est encaissé par les marchés, càd une poignée de personnes dans ce monde !!

Tous les efforts (physique et intellectuels) humains, animales, et toutes les ressources planétaire sont récupérés ou plutôt accaparés par les marchés. Puisque c'est eux qui prêtent à tous le monde !!!

càd le travail qui est sensé nous libérer, nous aliène et nous soumet chaque jour un peu plus !!

La travail capitaliste n'est rien d'autre que l'esclavage puisque c'est quelques maitres (quelques milliers de personnes sur les 7 milliards d’esclaves) qui en bénéficient. Ces maitres utilisent notre travail et les fruits de notre travail pour nous soumettre toujours plus.

Vive l'esclavage et l'humiliation !

snake78
10/11/2011, 14h55
En somme, la crise pénalise le monde du travail et épargne la rente.


Mieux vaut etre rentier en vivant par ses propres moyens que d'etre esclave du systeme siono-financier, tu penses pas ?

maB2rOc
10/11/2011, 16h43
salam 3alikoum snake78
sauf que un pays rentier c'est ni moi ni toi ni ton gouvernement ni le miens de gouvernement c'est bien Allah qui donne a qui il veut .
donc oui c'est mieux d'etre dans le vert ;)

hassa2006
10/11/2011, 17h34
force et de constater que le premier voir le seul point réellement positif de boutef est d'avoir remboursé la totalité de la dette extérieure algérienne.

Gandhi
10/11/2011, 17h58
Il faut écouter les maitres du monde et certains haut placés (des présidents) qui ont eu affaire avec eux. Ils sont bien mieux placés pour dire certaines choses :
"Celui qui contrôle l'argent de la nation contrôle la nation ".
Thomas Jefferson (1743-1826), 3ème Président des Etats-Unis
"Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés qu'une armée debout ". Thomas Jefferson

"Quand l'argent d'un gouvernement dépend des banques, ce sont elles et non les chefs du gouvernement qui contrôlent la situation ". Napoléon Bonaparte

"Si les gens de cette nation comprenaient notre système bancaire et monétaire, je crois qu'il y aurait une révolution avant demain matin ".
Sr Henry Ford (1863-1947), fondateur de Ford

"Quand le pillage devient un moyen d'existence pour un groupe d'hommes qui vit au sein des élites de la société, ce groupe finit par créer pour lui-même tout un système juridique qui autorise le pillage, et un code moral qui le glorifie. "
Frédéric Bastiat (1801-1850), économiste politique
L'un de vos fondateurs l'avait même clairement spécifié : "Donnez-moi le contrôle sur la monnaie d'une nation, et je n'aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois ". Mayer Amschel Rothschild (1744-1812), fondateur de la dynastie banquière des Rothschild
Une dernière : "Le système bancaire moderne fabrique de l'argent à partir de rien. Ce processus est sans doute le tour de passe-passe le plus étonnant jamais inventé.

Les activités bancaires ont été conçues dans l'iniquité. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez-leur, mais si vous leur laissez le pouvoir de créer de l'argent d'un petit trait de plume, ils vous la rachèteront...

Enlevez-leur ce grand pouvoir et alors toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront, comme elles devraient le faire, et alors nous aurons un monde meilleur où il ferait mieux vivre. Mais si vous voulez être les esclaves des banques et continuer de payer le coût de votre esclavage, laissez les banquiers continuer de créer l'argent et de contrôler le crédit. "
Josiah Stamp, directeur de la Banque d'Angleterre de 1928 à 1941 (et 2ème plus grande fortune de Grand-Bretagne à l'époque).
http://algerie-dz.com/forums/showthread.php?p=3749180&posted=1#post3749180

Gandhi
10/11/2011, 18h08
Cette là expose de manière éloquente le génie des esclavagistes, voleurs, pilleurs et criminels :

"Le système bancaire moderne fabrique de l'argent à partir de rien. Ce processus est sans doute le tour de passe-passe le plus étonnant jamais inventé.

Les activités bancaires ont été conçues dans l'iniquité. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez-leur, mais si vous leur laissez le pouvoir de créer de l'argent d'un petit trait de plume, ils vous la rachèteront...

Enlevez-leur ce grand pouvoir et alors toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront, comme elles devraient le faire, et alors nous aurons un monde meilleur où il ferait mieux vivre. Mais si vous voulez être les esclaves des banques et continuer de payer le coût de votre esclavage, laissez les banquiers continuer de créer l'argent et de contrôler le crédit. "

Josiah Stamp, directeur de la Banque d'Angleterre de 1928 à 1941 (et 2ème plus grande fortune de Grand-Bretagne à l'époque).

Cookies