PDA

Voir la version complète : 18 191 travailleurs étrangers en Algérie


Thirga.ounevdhou
29/05/2006, 11h18
Ould Abbès l’a révélé hier.


«Le nombre des travailleurs étrangers en Algérie, qui était de 543 en 1999, a atteint aujourd’hui les 18 191», a déclaré hier Djamel Ould Abbès, ministre de l’Emploi et de la Solidarité nationale lors de son intervention à la journée d’information consacrée à la gestion de la main-d’œuvre étrangère dans notre pays.
Lors de cette rencontre, organisée au siège de son département ministériel, le ministre a dans ce sens affirmé que «l’Algérie connaît aujourd’hui une croissance économique remarquable, qui est appelée à se consolider et même à s’élargir à d’autres branches d’activité hors hydrocarbures. Ce développement nécessite le recours à la main-d’œuvre étrangère pour combler les déficits de notre pays dans certaines qualifications, mais aussi pour bénéficier de l’expérience et de la productivité acquises au niveau international», a-t-il ajouté. Lors de cette manifestation qui a vu la présence de plusieurs représentants d’entreprises étrangères activant dans notre pays ainsi que tous les directeurs de wilaya qui gèrent le dossier de la main-d’œuvre étrangère, M. Ould Abbès a indiqué que cette journée d’information est très importante dans la mesure où elle va leur permettre «de faire le point sur les mécanismes juridiques et les procédures en vigueur, qui visent à réguler les flux de main-d’œuvre étrangère en augmentation croissante d’année en année». Tout en affirmant que la mobilisation des ressources humaines au niveau international est indispensable pour les besoins de l’économie de notre pays, l’intervenant a toutefois rappelé que «l’objectif arrêté par le président de la République de créer deux millions d’emploi à l’horizon 2009 nous dicte de réserver d’abord toutes les opportunités d’emploi à nos travailleurs».
Il faut savoir également que le travailleur étranger bénéficie en Algérie des mêmes avantages que le travailleur algérien, notamment en ce qui concerne les relations de travail, de formation, de droit syndical, de sécurité sociale, etc. «En Algérie, explique le ministre, la loi n°81 10 du 11 juillet 1981, relative aux conditions d’emploi des travailleurs étrangers, et le décret présidentiel n°03 251 du 11 juillet 2003, instituant le visa de travail, s’inspirent largement des recommandations de l’OIT (Organisation Internationale du Travail), visant la protection des travailleurs étrangers qui bénéficient des mêmes droits et des mêmes obligations que la main-d’œuvre nationale». Pour le premier responsable du secteur, «ce décret présidentiel oblige l’employeur à assurer le rapatriement du travailleur étranger vers son pays d’origine dès la rupture de la relation du travail». Djamel Ould Abbès a par ailleurs rappelé que notre pays «s’enorgueillit d’accueillir sur son sol des travailleurs étrangers de 105 nationalités, à travers une mobilisation de ressources financières qui s’élève à 80 milliards de dollars sur les quatre années à venir ».

- La nouvelle Republique

Cookies