PDA

Voir la version complète : Enfants en danger moral "3 485 enfants dont 1 074 filles en 2005"


Thirga.ounevdhou
29/05/2006, 10h25
Un documentaire sous le titre «Le regard d’un triste « qui a été projeté au siège de la gendarmerie nationale, révèle des réalités choquantes plus qu’ inquiétantes sur des enfants, beaucoup d’ enfant en danger.

====
Le regard d’un triste est un film-documentaire, qui se veut le miroir du déchirement de la société et de tout ce qu’elle peut engendrer comme fléaux : la délinquance, la prostitution, le recours à la drogue et au vol.
Ce documentaire a été projeté hier au siège de la Gendarmerie nationale. Des témoignages de jeunes enfants, filles ou garçons, ponctués par les déclarations des psychologues et des sociologues sollicités à cette occasion pour apporter des éclaircissements.
Ces derniers ont souligné que la famille, qu’on appelle «le noyau de la société», est la principale cause des fugues de ces jeunes enfants. Une maison où le contact entre parents et enfants, l’affection et la quiétude font défaut. Outre ces raisons, le divorce, sans aucune préparation psychologique de l’enfant et l’arrivée d’une belle-mère. Ajoutons à cela les traditions imposées au sein de la famille (les parents qui interdisent ce que la société tolère), ainsi que l’invasion de nouvelle chaînes satellitaires avec tout ce qu’elles apportent comme images d’exploitation sans limite du corps humain (….). Cette situation pousse la fille ou le garçon à opter pour la rue en quête de paix et de soi-disant compréhension.Une fois dehors, les fugueurs feront face à d’autres modes de vie, à savoir aux réseaux de prostitution, au vol et à la drogue. A titre d’exemple, en 2005, la gendarmerie a recensé 3 485 enfants en danger moral, dont 2 845 délinquants et 1074 filles. Entre 2003 et 2004, la même institution a comptabilisé 11 000 crimes et délits perpétrés contre leurs ascendants. De même, la prostitution ne cesse de prendre des proportions alarmantes. D’après les chiffres annoncés, de 2004 à 2005, le nombre de prostituées a augmenté de 18%. Ce qui mène par la suite à l’augmentation du nombre enfants de père inconnu.
Le récit poignant de l’un des enfants se trouvant actuellement dans les centres spécialisés de la rééducation est démonstratif à plus d’un titre. «Ma mère a quitté notre domicile et mon père s’est remarié. Ma nouvelle belle-mère a incité mon père à me frapper et à me chasser de la maison. Je n’ai pas pu supporter la souffrance qu’elle me faisait endurer, j’ai décidé de quitter cette maison infernale »
Dans un autre contexte, et afin de sensibiliser toute la société et entre autres, les familles algériennes, des cellules de prévention de la délinquance juvénile ont été mises en place en mars 2005, en collaboration avec les directions de l’éducation nationale, des affaires religieuses ainsi que des associations spécialisées dans la protection des jeunes, dans les wilayas d’Alger, Constantine et Oran. A Alger, et plus précisément à Bab el-Djedid, la cellule vise à sensibiliser les jeunes des écoles aux dangers de la rue. Pour cet été une opération appelée «Delphin» sera lancée dans les colonies de vacances.
Les enquêtes auxquelles ont contribué les éléments de la cellule depuis sa création sont comptabilisées à 17, dont 11 pour incitation de mineurs à la débauche et à la prostitution, 1, pour détournement de mineur, 3 et 2, respectivement pour fugue et vol.
Ont été effectués trois cas de prise en charge et protection de mineurs en danger moral et 2 cas de placement d’un mineur en centre spécialisé. Les renseignements divers par rapport au trafic de drogue et vente de boissons alcoolisées est de 27. La cellule a réussi par ailleurs à réintégrer 39 jeunes enfants (filles et garçon) dans le milieu familial.
Dans le même contexte, une autre étude est menée par l’Institut de criminologie, relative à la délinquance. Un questionnaire qui sera destiné aux jeunes délinquants pour recenser les facteurs de risque dominants a été élaboré. «Une fois les résultats prêts, une vérification sur terrain est indispensable. Par la suite, nous pourrons constituer une aide stratégique pour les décideurs», a déclaré le responsable de l’étude.

- La nouvelle Republique

bauréal
29/05/2006, 22h42
..............

safyo
29/05/2006, 23h16
je trouve ce sujet très interessant .
La misère psychologique , l'eclatement et l'eloignement des modèles , sont des notions à ne surtout pas négliger .
Surtout lorsque l'ont veut comprendre ces abîmes de la violence .

Cookies