PDA

Voir la version complète : Le vendeur de cigarettes


elfamilia
03/12/2011, 20h24
Je suis vendeur de cigarettes
De boites à chique et d'allumettes
De lames "INOX" ou lames "GILETTE"
A la criée, à la sauvette !

Au coin de rue …à la placette
Je suis vendeur de cigarettes
De temps à autre de savonnettes
A la criée, à la sauvette !

Dès les premières lueurs du jour
D'un pas rapide et sans détours
J'occupe mon coin comme toujours
A tout passant, je dis bonjour!

J'ai de fidèles et bons clients
Parmi lesquels des étudiants
Des fonctionnaires; chics et brillants
Des vagabonds et des mendiants.

Je fais crédit à des chômeurs
Des types fauchés, mais grands fumeurs
Des dégoûtés et des frondeurs
Qui; tout le temps restent rêveurs.

Juste une œillade bien discrète
Et j'leur refile des cigarettes
Des boites à chique ou allumettes
A la criée, à la sauvette!

Je suis formé et qualifié
Et j'ai tenté de travailler
Comme manœuvre ou ouvrier
N'importe quoi, mais régulier.

J'ai tant écris et supplié
Avec C.V. bien détaillé
De ces demandes par millier
Mais qu'j'ai fini par oublier.

Alors je vends des cigarettes
Des boites à chique et allumettes
De beaux serre-tête pour les fillettes
A la criée, à la sauvette !

Ne pensez pas braves citoyens
Qu'je sois fainéant ou p'tit vaurien
Mais le diplôme ne sert à rien
Dans ce pays que j'aime bien.

Et c'est pour ça que j'ai songé
Tenter ma chance à l'étranger
A Tataouine ou à Tanger
Pourvu qu'je puisse voyager.

Mais là encore, c'est une histoire
Pour le visa; il faut me croire
Les mille et une sorte de déboires
Que l'on rencontre et, sans l'avoir.

Alors je vends des cigarettes
Des boites à chique et allumettes
Des sous-vêtements pour les coquettes
A la criée, à la sauvette !

Comme mon négoce n'est pas légal
Dès qu'on me lance un p'tit signal
Un mot de passe; un peu spécial
Alors je m'sauve vers les dédales.

Mais si par poisse, les flics m'arrêtent
Avec ma caisse de cigarettes
Pour les zélés, c'est une conquête
Une vraie aubaine pour m'faire la fête.

Même si parfois on me tabasse
On me bouscule, on me menace
On m'fait signer un tas d'paperasse
Je récidive quoi que l'on fasse.

Mais ya des flics heureusement
Compréhensifs et plus cléments
Qui sont passés par là; sûrement
Et qui ferment l’œil tout carrément.

Alors je vends des cigarettes
Des boites à chique et allumettes
Des p'tits bonbons et des sucettes
A la criée, à la sauvette !

Il faut manger c'est évident
Mettre quelque chose sous la dent
Des pâtes bouillies ou féculents
Ca vous évite même les cure-dents.

Faut pas s'leurrer, faut pas s'mentir
Ce p'tit métier n'a pas d'avenir
Mais dans l'attente de partir
A l'Etranger; il faut s'vêtir.

Alors, je vends des cigarettes
Des boites à chique, des allumettes
De beaux mouchoirs et des chaussettes
A la criée, à la sauvette !

C'est bien bizarre et c'est choquant
Lorsqu'on n'est pas un délinquant
Ni gros bonnet; ni trafiquant
Alors pourquoi, tout ce boucan ?

Je crois que vendre des cigarettes
C'est plus légal et plus honnête
Que d'exercer le "pickpocket"
Aux coins des rues à la placette.

Alors je vends des cigarettes
Des boites à chique, des allumettes
De petits sacs de cacahuètes
A la criée, à la sauvette !

Merzak OUABED

Aloha
03/12/2011, 21h15
J'avais parlé longuement avec le vendeur, j'avais acheté des arachides ou peut-être des pois-chiche grillés... il m'avait dit qu'il avait été révolutionnaire ... des années 88 et il était au maquis et c'est pour cela qu'il n'avait pas un autre travail ... c'était lors de mon séjour de 4 jours en Algérie après 25 ans d'absence devant le l’hôtel Sirta ...un bel hôtel en passant ... mais trop de choses artificiels ... loin de mon Algérie que j'ai perdu sans doute à jamais ...

momo.05
03/12/2011, 21h17
yeahhhhhhhhhh superbe....j'adore...............:5::5::5::5:


ca me fait penser a la p'tite marchande d'allumettes dans les contes Andersen!;)

WorldCitizen
10/12/2011, 20h11
Salam elfamilia

Bravo!

Ach'hal paquet RYM Allah i-3aychek? :razz:

Et c'est pour ça que j'ai songé
Tenter ma chance à l'étranger
A Tataouine ou à Tanger
Pourvu qu'je puisse voyager.


A Ouarzazate aussi ça aurait été chouette ;)

Inata
10/12/2011, 21h57
Quand j'ai lu le titre, j'ai tout de suite pensé à la" petite fille aux allumettes" mais le contenu est tout autre si ce n'est pas pareil, un vrai régal merci elfamilia.

warry
10/12/2011, 22h27
eh oui!! rien n'est facile ..............merci elfamilia ;)

TiziSweet
10/12/2011, 22h29
Merci pour le partage, magnifique !

rayhana
10/12/2011, 22h45
j'ai beaucoup aimé

merci elfamilia:)

benam
14/01/2012, 10h15
Excellent poème.
Et je me permets:
http://www.algerie-dz.com/forums/showpost.php?p=3825222&postcount=2

Aloha
14/01/2012, 10h36
Meilleurs vœux Benam un très beau cadeau pour ceux qui aiment encore un peu ce pays ... c'est la réalité algérienne de tous les jours ... pendant que le les voleurs de rêves se gargarisent avec d'autres mots ... les maux de mon pays n'ont pas de guérisseurs ... car les rêves ont été violés

Un jour probablement Oneway retournera avec son appareil en Algérie pour dépeindre lui aussi une où quelques facettes de cette réalité ... en un reportage photo ... Il est excellent lui aussi

Megane
14/01/2012, 23h50
C'est le quotidien de beaucoup de jeunes algériens malheureusement.
Ils survivent, sans savoir que leur réserve l'avenir.

Merci Elfamilia, pour ce poème.

elfamilia
15/01/2012, 00h22
Je vous en prie.
Merzak Ouabed a écrit de très beaux poèmes.

Excellent poème.
Et je me permets:
http://www.algerie-dz.com/forums/sho...22&postcount=2 (http://www.algerie-dz.com/forums/showpost.php?p=3825222&postcount=2)benam, merci pour le retour de la connexion.

Un jour probablement Oneway retournera avec son appareil en Algérie pour dépeindre lui aussi une où quelques facettes de cette réalitéEt Aloha avec ses idées et ses projets pour contribuer à changer cette réalité et concrétiser un espoir.

remember
15/01/2012, 19h58
Quand j'ai lu le titre, j'ai tout de suite pensé à la" petite fille aux allumettes"
Bien que j'ai pensé à la" petite fille aux allumettes", pour ma part, en lisant le titre c'est la voix de Nacereddine Galiz que me revient à l'esprit chantonnant ces délicieuses parles ...J'adore tout simplement...Merci de nous les rappeler elfamilia, Alla ya3tik essahha!

:zen:

4Z3CtdvE5MM

Horizon2030
16/01/2012, 00h53
Bravo pour cette œuvre, texte et chant !! Ainsi se construisent les cultures, avec du bel art !

Histo
16/01/2012, 12h45
Love it , dire que j'était vendeur de cigarette pendant 6 mois c'est un peu grace à l'argent que j'ai récolté que j'ai pu ... passer de l'autre coté

elfamilia
10/05/2020, 22h01
Je viens d'apprendre le décès de Merzak Ouabed, le frère ainé de Yacine.

Qu'il repose en paix.

Allah irehmou ou iwessa3 a3lih.

Océane
10/05/2020, 23h24
Allah Yarahmou.

:4:

katiaret
10/05/2020, 23h40
rabi Yarahmou ......

Un quotidien qui me rappel ces vendeur du campus aux parking de Bab EL ZOUAR

6lOmVpsXRhQ?t=4m51s

elfamilia
11/05/2020, 00h48
L’auteur du poème Opposition... Hautes positions n’est autre que le frère aîné du poète et parolier Yacine Ouabed. Enseignant à ses premiers pas dans la vie active, Merzak Ouabed a été révélé au public par la presse durant les années 1980 où il a légué à la postérité un recueil de poésie qu’il est loisible d’apprécier sur son blog “merzakpoésie”.

Le poète Merzak Ouabed s’est éteint à l’aube de ce vendredi, a-t-on su du chanteur chaâbi Rezagui Rachid. La plume de Merzak Ouabed n’ira plus par ligne et interligne. Elle gît désormais figée dans l’encrier où le poète l’a trempée avant d’exhaler l’ultime soupir sur l’ode d’El-Bahdja : “Dis-moi Bahdja. Et tes douérate aux beaux piliers enchevêtrés, tels des colliers. Sont-elles l’œuvre de joailliers ou bâtisseurs, fous à lier ? Fais-moi l’aveu. Dis-moi comment par quel miracle, quel argument ont-elles tenu, solidairement sans le béton, sans le ciment”, a-t-il écrit.

Mort le poète ? Que nenni ! Du fait que son étoile s’en est allée au ciel des muses pour s’ajouter à celles qui brillent à l’almanach d’inspiratrices et au cercle de nos poètes absents mais pas disparus. Mais comment devient-on poète ? Faut dire que c’est la “faute” à Himoud Brahimi dit Momo et à Mustapha Toumi ses égéries.

Donc il a suffi à Merzak Ouabed d’avoir d’abord l’onction de nos immémoriaux doyens de la rime et d’aller ensuite sur l’itinéraire des anciens élèves de m’çid Brahim-Fatah pour qu’il s’auréole des lauriers du poète qu’il a cueillis sous le figuier du mausolée de sidi Abderrahmane Ethâalibi : “Qui de nous deux a pu changer ? N’est plus le même, n’est plus constant. Est-ce bien moi ou toi Alger ? Toi que j’adore, et que j’aime tant. Dans tes boulevards et avenues. Tes belles terrasses ont disparu.

Que je me sens, un inconnu. Un débarqué et un intrus. Ni Novelty, ni Coq Hardi. Ni le Névé, ni d’autres encore. Ni les coquettes, ou les dandys. Qui se pavanaient, dans ton décor.” Natif de la z’niqa des Mamelucks (Casbah) et résidant à l’immeuble Senouci à Soustara, l’auteur du poème Opposition...

Hautes positions n’est autre que le frère aîné du poète et parolier Yacine Ouabed. Enseignant à ses premiers pas dans la vie active, Merzak Ouabed a été révélé au public par la presse durant les années 1980 où il a légué à la postérité un recueil de poésie qu’il est loisible d’apprécier sur son blog “merzakpoésie”. “Il paraît qu’on savait rien.

Et qu’on n’était pas cultivé. Juste bons, à faire les galériens. Pour leurs colons qui arrivaient. Paraît de même que notre culture. Se résumait à un couscous. Une gandoura de basse couture, Une chéchia et un burnous” (extrait de La Loi de mauvais aloi, août 2005). Autre thème qu’aimait déclamer le défunt, l’Algérienne à laquelle il a rendu hommage : “Jalouse gardienne de nos valeurs, tu es l’école, et la meilleure pour instruire.”

Mais le must du défunt reste sans doute ce passage des Raisons de la colère : “Mais pourquoi t’obstines-tu à partir ? À traverser les mers en nous laissant. Tu t’aventures à mettre en péril ta précieuse vie. Pour t’exiler, en renonçant à nous. Ce voyage n’est pas légal. Et sa fin peut être malheureuse. L’embarcation est petite et en bois pourri. Et tu risques de te noyer sans pouvoir nous revenir.” Repose en paix, l’artiste.


LOUHALl Nourreddine

Hirondelle dz
11/05/2020, 00h56
Je connaissais Yacine Ouabed, mais pas son frere.

Allah yerrahmou!

Cela fait bizarre de lire un sujet commencé en 2011... c comme si on déterrait un cadavre... Désolée mais c'est l'effet que ça me fait...

Cookies