PDA

Voir la version complète : Le vote des estomacs .


Iska
18/12/2011, 14h17
Le vote des estomacs




http://www.lequotidien-oran.com/files/spacer.gifUne voix féminine en Egypte : «Nous avons voté hizb Al-Nour parce qu'ils nous ont dit que voter pour eux c'est comme voter pour Dieu». Une autre voix, toujours voilée : « J'ai voté pour le PLJ (vitrine politique des Frères musulmans) parce qu'on m'a donné quelques kilos de semoule et de la viande». Revenez vingt ans en arrière et vous verrez que rien n'a changé dans les pays arabes. Entre l'appareil digestif et la peur ancestrale des fourneaux de Dieu, la rue arabe n'a pas évolué, ratant lamentablement la marche du vingt et unième siècle, incapable de zapper et de passer à autre chose. Figés dans le temps qui passe et scotchés à la magnificence d'une époque révolue, les Arabes rêvent encore de Salah Eddine et des palais de Baghdad. Les régimes, morts depuis la fin de la Première guerre mondiale, restés en vie grâce à la bienveillance des démocraties occidentales, ont été enterrés par la force des cris et du sang. Surpris, dans un premier temps, par un soubresaut de l'encéphalogramme arabe venu de Tunis, le Monde a vite fait de prendre la mesure de cette nouvelle dimension prise par les peuples arabes, celle de la révolte et de la réappropriation de l'espace confisqué. Morts les dictateurs, le Monde a pris peur de la réaction en chaîne qui allait contaminer le reste des colonies et c'est tout naturellement qu'ils sont venus à prendre en main cette rue, au départ, spontanée. La Tunisie allume la mèche, sans jeu de mots, et surprend tous les amis du dictateur, sous tutelle d'un jupon, puis le feu se propage à l'Egypte. Les mêmes amis de l'autre dictateur voient venir le coup et se préparent. Ils ne peuvent rien faire contre la première vague qui lamine le vieux pharaon et sa tribu, mais s'embusquent pour mieux «tout» contrôler. Le régime tombe en Egypte, toutefois le système, lui, s'installe pour mieux durer. Les militaires, garants de la sauvegarde du bon voisinage avec Israël, sont confrontés dans leurs certitudes et la place Tahrir n'est plus vraiment la bienvenue dans les discours moralisateurs de Washington et de Paris. «Qu'on en finisse !», semble répéter en écho le silence assourdissant des capitales occidentales en direction des nouveaux morts du Caire qui ont voulu le départ de Tantaoui et de ses troufions. Passé le cas tunisien et l'épisode égyptien, le Monde s'est juré de ne plus se faire surprendre par ces départs de feu et a ressorti des vieux tiroirs les fameux Conseils nationaux de Transition, les CNT, déjà mis à l'épreuve en Irak. Simples à monter, nourris par profusion de dollars et de promesses de pouvoirs, ses membres sont connus, étiquetés, prêts à l'emploi au moindre sifflet. Pour préparer le terrain, on fait appel aux spins doctors, les snipers de la propagande guerrière. L'invasion de la Libye sur simple injonction d'une caricature de Lawrence d'Arabie, le pétrole de la Libye en guise de butin de guerre et la reconstruction de la Libye pour donner du travail aux entreprises françaises. La Syrie, son CNT va encore plus loin, lui, puisqu'il n'a pas besoin d'un BHL en carton pour crier son allégeance à Israël. Son chef, outre la promesse de couper et les ponts avec Téhéran, et les vivres au Hezbollah libanais, a juré de renouer avec l'état hébreu. Une feuille de route claire, nette et précise que confortent les réunions mesquines et hypocrites d'une Ligue arabe à jeter à la poubelle de l'histoire. Les milliers de morts syriens recensés par le seul CNT, repris en boucle par les médias acquis à la cause, sont à prendre avec méfiance surtout en absence d'une logique de neutralité qui fausse toute approche de la question. La désinformation, arme de destruction massive, a déjà ruiné le monde arabe coupable d'écrire toujours au qalam. Et d'autres CNT sont en gestation dans le ventre arabe, prêts à être projetés au-devant de la scène pour peu que ses promesses de vente intéressent les acheteurs.



par Moncef Wafi


Le Quotidien d'Oran

xenon
18/12/2011, 14h22
«Nous avons voté hizb Al-Nour parce qu'ils nous ont dit que voter pour eux c'est comme voter pour Dieu»
et voilà , c'est ce qu'on disait sur un autre post ..toujours la méme manie d'instrumentaliser les sentiments religieux et la crédulité de pauvres gens pour accéder à des pouvoirs et à des biens bassement terrestres !!
Soubhan allah ..!..il font afficher Dieu dans des listes éléctorales maintenant !!

andromed
18/12/2011, 14h30
Figés dans le temps qui passe et scotchés à la magnificence d'une époque révolue, les Arabes rêvent encore de Salah Eddine et des palais de Baghdad. Les régimes, morts depuis la fin de la Première guerre mondiale, restés en vie grâce à la bienveillance des démocraties occidentales, ont été enterrés par la force des cris et du sang. Surpris, dans un premier temps, par un soubresaut de l'encéphalogramme arabe venu de Tunis, le Monde a vite fait de prendre la mesure de cette nouvelle dimensionJe dirais tenu en l’état par les sois disant démocraties occidentales,ils se sont gélifiés et bientôt carrément sedimentes

TiziSweet
18/12/2011, 14h35
« J'ai voté pour le PLJ (vitrine politique des Frères musulmans) parce qu'on m'a donné quelques kilos de semoule et de la viande».

Ça me fait rappeler les début du FIS en Algérie qui organisait des "couscous street party":rolleyes:


Entre l'appareil digestif et la peur ancestrale des fourneaux de Dieu,

C'est bien ce qui prouve que le peuple a FAIM ! Et quand on a faim on se dirige vers celui qui lance les miettes pour mieux appâter le pigeon...:rolleyes:

Ce qui tue le plus le peuple arabe, ce n'est pas la misère, mais l'ignorance dans laquelle il vit. On les prive du savoir on les prive donc de l'information et donc de la survie. Voter parce qu'on croit voter pour "Dieu" c'est d'une ineptie ! Mais si on prenait le temps d'éduquer le peuple, de transmettre le vrai savoir au niveau religieux et politique, le peuple ne serait plus dupe. Mais bon, c'est d'une vision utopiste ce que je dis, tellement que j'en ai honte. Car quel est le gouvernement qui voudra éduquer son peuple au risque de le voir se retourner contre ses bourreaux ?:rolleyes:

andromed
18/12/2011, 14h39
Ventre affame n'a pas d'oreille,et moins de cerveau...

TiziSweet
18/12/2011, 14h52
Ventre affame n'a pas d'oreille,et moins de cerveau...


Et c'est bien ce que je disais...
On prend le peuple pour des pigeons, on lance des miettes, et hop on les attrape au cou...

Le FIS a fait pareil chez nous hein... Ils ont appâté les ventres vides, et il y en avait aatas !

Cookies