PDA

Voir la version complète : L'Iran dénonce la guerre psychologique


bel-court
23/01/2012, 20h15
L'Iran a qualifié aujourd'huide "guerre psychologique" l'embargo contre son pétrole décidé par l'Union européenne, jugeant que de telles mesures ne feraient qu'envenimer la crise autour de son programme nucléaire. Suivant la voie tracée par les Etats-Unis, les Vingt-Sept sont en outre convenus de geler les avoirs de la Banque centrale iranienne.

"Les sanctions de l'Union européenne contre le pétrole iranien constituent une guerre psychologique. Imposer des sanctions économiques est illogique et injuste mais cela n'empêchera pas notre nation de faire prévaloir ses droits", a réagi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast, cité par la télévision publique.* "Les pays européens et ceux qui subissent des pressions américaines devraient réfléchir à leurs propres intérêts. Tout pays se privant de l'accès au marché énergétique iranien verra bientôt sa place prise par d'autres", a-t-il ajouté.

Vice-ministre des Affaires étrangères, Abbas Araqchi a pour sa part déclaré à l'agence de presse officielle Irna que, plus les pays occidentaux adopteront de sanctions contre l'Iran, "plus il y aura d'obstacles à surmonter pour résoudre la crise".
Auparavant, le vice-président de la commission des Affaires étrangères du parlement iranien a de nouveau agité la menace d'une fermeture du détroit d'Ormuz.* "Si les ventes du pétrole iranien sont perturbées, le détroit d'Ormuz sera certainement fermé", a déclaré Mohammad Kossari à l'agence Fars.L'Iran a qualifié lundi de "guerre psychologique" l'embargo contre son pétrole décidé par l'Union européenne, jugeant que de telles mesures ne feraient qu'envenimer la crise autour de son programme nucléaire.

Suivant la voie tracée par les Etats-Unis, les Vingt-Sept sont en outre convenus de geler les avoirs de la Banque centrale iranienne.* "Les sanctions de l'Union européenne contre le pétrole iranien constituent une guerre psychologique (...) Imposer des sanctions économiques est illogique et injuste mais cela n'empêchera pas notre nation de faire prévaloir ses droits", a réagi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast, cité par la télévision publique.
"Les pays européens et ceux qui subissent des pressions américaines devraient réfléchir à leurs propres intérêts. Tout pays se privant de l'accès au marché énergétique iranien verra bientôt sa place prise par d'autres", a-t-il ajouté.

Vice-ministre des Affaires étrangères, Abbas Araqchi a pour sa part déclaré à l'agence de presse officielle Irna que, plus les pays occidentaux adopteront de sanctions contre l'Iran, "plus il y aura d'obstacles à surmonter pour résoudre la crise".* Auparavant, le vice-président de la commission des Affaires étrangères du parlement iranien a de nouveau agité la menace d'une fermeture du détroit d'Ormuz. "Si les ventes du pétrole iranien sont perturbées, le détroit d'Ormuz sera certainement fermé", a déclaré Mohammad Kossari à l'agence Fars.

m.lefiigaro

bel-court
23/01/2012, 20h17
Si les ventes du pétrole iranien sont perturbées, le détroit d'Ormuz sera certainement fermé", a déclaré Mohammad Kossari à l'agence Fars.

Les uns ont passé à l'acte, les autres que des promesses...

Cookies