PDA

Voir la version complète : Dassault remporte le contrat pour vendre de 126 avions Rafale à l'Inde


nacer-eddine06
31/01/2012, 14h31
NEW DELHI: France's Dassault Rafale wins the $10.4 billion medium multi-role combat aircraft (MMRCA) deal. Its bid was said to be 'significantly' lower than the other fighter -- the Eurofighter Typhoon -- designed by a consortium of three companies EADS, Alenia Aeronautica and BAE Systems.

The MMRCA is India's biggest single defence deal which will see India purchasing 126 fighters planes for the Indian Air Force.
times of india

D'après le "Times of India", le contrat s'élèverait à 10,4 milliards de dollars (7,9 milliards d'euros). Dassault était en compétition avec le consortium européen Eurofighter. Le constructeur français avait échoué jusque-là à exporter son avion.

Times of India

Cell
31/01/2012, 15h00
espérant que ce ne soit pas un autre MIRAGE

xenon
31/01/2012, 18h53
Des sources gouvernementales indiennes avaient auparavant expliqué que le Rafale était le candidat le moins cher de l'appel d'offres et que l'avionneur français avait donc gagné le droit d'entrer en négociations exclusives
jusqu'a présent le rafale a toujours été plus cher que ses concurrents directs ..!
affaire à suivre ..

Histo
31/01/2012, 18h56
Ce que ne dit pas l'article c'est que sur les le lot il y a que 18 qui sont construite en france les 100 restantes sont construite en Inde

xenon
31/01/2012, 19h56
ah ok ! c'était ca en fait !
on vous achéte vos invendus mais vous nous refilez la technologie ..

Neutrino
31/01/2012, 21h10
126 gadgets! très cher payés.

E1er
31/01/2012, 21h16
Pour 7.6 milliards d'euros, l'Inde vient de se payer une industrie de force aérienne clef en main.
Cela veut dire que dans 20 ans, leur prochaine génération d'avions de combats seront conçus et fabriqués sur place.

Au même moment, le Maroc et l'Algérie en seront toujours à être dépendant de leurs fournisseurs américains et russes.....:pray:

djamal 2008
31/01/2012, 21h23
L'Inde n'est pas aussi dupe que ça. Ils vont acheté les chasseurs invendus et maitre la main sur la technologie pour construire leurs rafales; Cela coute moins cher que développer from scratch.


Et l'Elysée est au courant de tout car il cherche de faire remonter sa popularité après l'échec subi à la suite de la baisse de notation.

U33
31/01/2012, 21h31
126 gadgets! très cher payés.

Des gadgets dont l'algérie serait incapable de fabriquer la moindre pièce.

Le rafale est vaut largement un F16 en performance ,son seul problème est le prix.

Pihman
31/01/2012, 22h26
Le rafale et le F16 et le Sukhoi sont un bon investissements

à condition qu'il y a la guerre


sinon

le meilleur avion est celui qui pese le plus lourd (suffisament lourd pour intéresser les ferailleurs)

:mrgreen:

AARROU
31/01/2012, 22h53
C'est pas encore gagné selon le Figaro ( propriété de Dassault comme le Rafale)

Mardi, le ministre indien de la Défense a déclaré que New Delhi ne se prononcerait pas avant fin mars sur l'attribution du contrat. De son côté, Pierre Lellouche, secrétaire d'Etat au commerce extérieur a bien précisé que le contrat "était confirmé mais qu'il reste à finaliser". "On est dans une phase de négociation exclusive" a t-il précisé à BFM.

Ce paragraphe laisse perplexe :rolleyes::rolleyes:
Le Rafale et le Typhoon du consortium Eurofighter, composé d'EADS, BAE Systems et Finmeccanica, étaient les deux finalistes pour ce contrat, qui, selon une source du ministère indien de la Défense, atteindrait 15 milliards de dollars (11 milliards d'euros) en incluant la formation et la maintenance.
"Le français Dassault s'est distingué par l'offre la plus basse", a déclaré une source gouvernementale.

Même la Suisse trouve le Rafale trop chère à l'achat et à l'entretien.

AARROU
31/01/2012, 23h14
Ça se calme un peu plus,coté Français:
Ce n'est qu'un contrat de pré-selection
Publié le 31/01/2012 à 16:19

L'annonce par l'Inde de son choix en faveur du Rafale est une bonne nouvelle. Mais le contrat, c'est pour plus tard. Peut-être...

L'annonce faite ce matin par l'Inde n'est pas celle d'un contrat. Elle consiste à dire que le Rafale est proposé par ses fabricants, Dassault Aviation en tête, à un prix moindre que le l'Eurofighter Typhoon. Pour cette raison, des négociations exclusives vont s'engager entre la France et l'Inde. Elles porteront sur la livraison de 16 appareils clés en main et l'assemblage en Inde chez HAL (Hindustan Aeronautics Limited) de 110 autres, dont les pièces détachées seront fournies par l'un des 500 sous-traitants français travaillant actuellement pour le GIE Rafale. Ou par des industriels indiens qui vont évidemment chercher à partager le gâteau.

Les négociations commenceront donc lorsque la notification officielle aura été présentée aux industriels. Dans cette perspective, le silence demeure de mise chez Dassault Aviation, tandis que Nicolas Sarkozy, qui avait fanfaronné mal à propos pour des ventes au Brésil ou aux Émirats arabes unis, alors qu'elles ne sont toujours pas conclues des années plus tard, se garde cette fois de tout triomphalisme. Dans un communiqué au ton très mesuré, l'Élysée remarque que "la négociation du contrat va s'engager très prochainement avec le soutien total des autorités françaises. Il inclura d'importants transferts de technologie garantis par l'État français."

La négociation ne fait que commencer

De fait, les choses sérieuses ne font que commencer, et la négociation sera très ardue. L'Inde ne demandera certes pas - comme l'ont fait les Émirats - une version très élaborée du Rafale, différente de celle de l'armée de l'air française. Elle acceptera une version comparable à celle qui équipe notre armée de l'air, avec ses avantages, notamment la polyvalence, et ses contraintes. Parmi celles-ci, la nécessité de composer avec un vendeur multiforme associant des industriels (Dassault pour la cellule, Thales pour l'électronique, Safran pour les moteurs et MBDA pour l'armement) qui ont parfois du mal à tirer dans le même sens.

Autre composante : la puissante Direction générale pour l'armement, État dans l'État qui entend chapeauter les contrats export, consacrant souvent son énergie à contrer les industriels. Rien n'est dit non plus des exigences indiennes en matière de contreparties commerciales et industrielles, qui seront certainement importantes. Enfin, comment les Français ont-ils géré la corruption endémique dans ce pays, l'un des plus corrompus au monde. Les yeux dans les yeux, les industriels disent qu'ils se sont gardé de mettre le doigt dans la confiture, laissant les Indiens gérer ce problème entre eux.

Rappelons enfin que la vente effective du Rafale à l'exportation signifierait ipso facto une réduction des livraisons à l'armée française. Il est prévu de longue date que dans le cas d'une vente export, la chaîne française, qui produit 11 avions par an, cesserait de livrer les armées nationales pour se consacrer à l'export. Les livraisons ne reprenant qu'à la fin de la production exportée. Voilà qui risque aussi de provoquer quelques tensions, après une euphorie compréhensible sans doute, mais qui mériterait une légère prise de distance. Une chose est sûre : on n'a pas fini de parler de ce contrat !
Le point fr

Cookies