PDA

Voir la version complète : Syrie : l'ONU étudie un nouveau plan présenté par le Maroc et les pays européens


jawzia
01/02/2012, 17h29
Syrie : l'ONU étudie un nouveau plan présenté par le Maroc et les pays européens
Par RFI

Le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations unies doit se prononcer sur le plan de sortie de la crise syrienne, proposé par la Ligue arabe. Le Maroc et les pays européens ont introduit un nouveau projet évoquant le départ du président syrien, Bachar el-Assad. Cependant, la Chine et la Russie maintiennent toujours leur veto. La Ligue arabe a annoncé le 28 janvier 2012 la suspension de la mission d'observation en Syrie.

Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour


Le nouveau texte présenté par le Maroc reprend point par point le plan de la Ligue arabe en particulier, un transfert du pouvoir entre Bachar el-Assad et son vice- président avant d’organiser des élections.
Le terme de transfert est volontairement flou pour souligner qu’il ne s’agit pas de renverser le président syrien et que son départ peut être temporaire.


Le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al-Arabi viendra défendre ce texte devant le conseil de sécurité, le 31 janvier.
L’ambassadeur russe a déjà indiqué qu’il n’acceptera pas de sanction ou d’embargo sur les armes contre la Syrie mais il n’a pas fermé la porte aux discussions.

Les négociations vont se poursuivre tout le week-end, les Occidentaux parient sur le fait que la Russie préfèrera un compromis, plutôt que de poser son veto contre la volonté de la Ligue arabe.

Bachi
01/02/2012, 18h05
pkoi les Russes et les Chinois s'opposent au plan?
Pkoi l'occident appuie le plan?

mahjoub
01/02/2012, 18h33
Je pense, mais je ne suis pas le specialiste que l'occident a saisie l'occasion du printemps arabe pour reduire un allié de l'iran (mais aussi des russes).
Sûrment que le conseil national syrien est un pro-occident.

FAW
01/02/2012, 19h42
Si la russie pose son veto et ne veux pas d ingerence etrangere dns cette crise c est parsque en acceptant l intervention occidentale en Libye la russie s en n est par la suite mordu les doigts car elle a perdu un allier et des millions de dollars de marchee ,et avec la Syrie elle n a vraiment pas l intentions de refaire cette erreur,damas est un allier stratégique tres precieux pour les russes ,elle dispose de plusieurs base militiraire sur le territoire syrien et dispose de relations commerciale tres avantageuse avec le regime de bachar,autant dire qu elle n a pas l intention de lacher cette atout comme sa ou il faudrait vraiment que l onu mettent le paquet pour apporter des garantie suffisante des interet russe en Syrie

portorange
01/02/2012, 20h16
Je pense, mais je ne suis pas le specialiste que l'occident a saisie l'occasion du printemps arabe pour reduire un allié de l'iran (mais aussi des russes).

mahjoub
tu as vu juste:

Depuis longtemps, la Syrie est devenue le dernier bastion de l'ex "front du refus " arabe qui , face aux pays arabes moderés plus l'egypte,englobait la quasi totalité des republiques arabes issues de coups d'etats militaires.
Cette position a induit deux consequences dans la region :
-autour de la Syrie, parfois à son insu ou , pire, à l'encontre de ses interets , s'est créee un club, franchement hostile, pour des raisons propres à chaque membre, à la politique americaine et celle de leurs alliés, club qui utilise encore le dossier palestinien comme paravent à son action.
Principalement on y trouve pêle mêle : la russie, la chine, l'iran et des mouvements comme Hizb allah et toute la mouvance chiite ,sous influence iranienne , de la region
-cette fonction deliberement acceptée , qui profite plus aux autres membres du club, a , depuis le debut, attiré la vindicte des USA et de ses alliés sur la Syrie et qui s'est traduite par le retrecissement de ses relations economiques avec l'europe en particulier.

Depuis la chute de saddam,l'Intrusion de la republique islamique d'Iran dans la politique regionale et la politique franchement hostile vis a vis des pays arabes moderes - producteurs de petrole et de gaz- a changé la donne .
Sentant un danger iminent , les alliés ont d'abord usé de la seduction pour faire imploser le front autour de la Syrie : dés le debut de son mandat, Sarkosy s'est donnée la mission de rendre les contacts de la France avec la Syrie plus denses et plus attrayants.Commence alors une idylle entre les deux pays qui avait permis à Bachar de renouer le dialogue avec les americains et , via la turquie, d'entamer des discussions indirectes avec l'etat hebreux .Ce fut aussi le sommet arabe de Damas et la fameuse "feuille de route arabe " pour regler le probleme palestinien

Le moment de verité venue, la Syrie s'est vue demandée de quitter le Liban et de revoir ses relations avec l'Iran.

Visceralement méfiant, le regime baathiste syrien ceda sur le Liban (en laissant derriere lui un Hizb Allah au sommet de sa force) mais, concernant l'Iran ,il demeura inflexible parce que ce dernier pays constitue une des bases de sa stratégie arabe (remarquez cette alliance contre nature !) et regionale (contre israel et....la Turquie).
La lune de miel fut ....les problemes pour la Syrie commencèrent....Il faut avouer que la politique interieure catastrophique est pour beaucoup dans la crise qui va en suivre.

Cookies