PDA

Voir la version complète : Maroc : 130 barrages et 14 autres en cours de construction


ajadjiith
02/02/2012, 13h55
Maroc : 130 barrages et 14 autres en cours de construction

On construit 3 grands barrages et plusieurs dizaines de structures collinaires par an. D'ici 2030, il est prévu de construire 50 nouveaux barrages. La capacité de stockage actuelle est de 17 milliards de m3.

http://www.lavieeco.com/images_principale/Barrage-Youssef-BenTchfine-(2012-02-01).jpg

La sécurisation des ressources en eau reste une priorité pour le Maroc. Preuve en est que depuis quelques années, de plus en plus de barrages sont construits un peu partout dans le pays. Aujourd’hui, quatorze grands et moyens ouvrages sont en chantier dans différentes régions. Le plus gros, M’Dez, dans la province de Sefrou, devrait coûter 850 MDH pour une capacité de retenue prévue de 700 millions de m3, soit le huitième du pays, en taille.

La stratégie nationale de l’eau retient une moyenne de trois grands barrages et 50 petits ouvrages par an. A titre d’illustration, le budget alloué à la seule construction est passé de 500 à 600 MDH par an en 2003/ 2004 à 2, 2 milliards de DH pour l’année 2012, à moins que le gouvernement actuel ne revoit ces crédits à la baisse. A l’heure actuelle, le Maroc dispose de 130 barrages d’une capacité allant de un à quelques millions de m3 ou, pour cinq d’entre eux, dépassant le milliard de m3 de retenue potentielle comme Idriss 1er ou Bine El Ouidane, par exemple. Mais assurément les plus importants sont Al Wahda dans la province de Sidi Kacem (3,8 milliards de m3) et Al Massira dans celle de Settat (2,7 milliards de m3). Au total, la capacité de mobilisation en eau (en clair la capacité de stockage) du Maroc est de plus de 17 milliards de m3 alors qu’elle ne dépassait pas 2 milliards, il y a un peu plus de quatre décennies. Mais ce qui retient l’attention aussi est qu’en 1971 le pays ne comptait guère plus de 18 grands ouvrages d’art et seulement 11 en 1955. De gros efforts et des investissements colossaux ont donc été entrepris pour aboutir à la situation actuelle. Comme l’explique Abdelkader Benomar, directeur de la planification et des études au ministère de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement : «La construction d’un barrage ne commence nullement au premier coup de pioche car les seules études peuvent durer une dizaine d’années, surtout aujourd’hui où les sites naturels sont de plus en plus rares, vu qu’on en a exploité la plus grande majorité».

Certains sites retenus aussi bien pour la mobilisation de l’eau que pour la production d’électricité

Il faudra donc encore plus d’efforts pour réaliser les objectifs fixés pour la période 2009-2030. Les ambitions affichées sont de 50 grands barrages et 1 000 petits ouvrages (qui viendront s’ajouter aux quelque 200 actuels) comme les barrages collinaires notamment. Au total, la capacité de mobilisation additionnelle en eau sera de 1,7 milliard de m3 à l’horizon 2030. Mais à l’intérieur du nombre d’ouvrages programmés, il y des sites retenus aussi bien pour la mobilisation de l’eau que pour la lutte contre les inondations et la production de l’énergie (les barrages produisent aujourd’hui 10% des besoins du pays). Les buts peuvent converger, selon les régions et des spécifications techniques que mettent au jour les études.
Mais construire les barrages n’est qu’un versant (certes, le plus important) de la mobilisation de la ressource. La performance reste indissociable de leur entretien. Et cela mobilise beaucoup de personnes et de ressources financières. Depuis 2003 à aujourd’hui, à titre d’illustration, le coût de l’entretien a plus que quadruplé. Il est, en effet, passé de 43 MDH à pratiquement 200 MDH par an. On a dépensé 190 MDH en 2011 et 200 MDH sont prévus pour 2012).
La lutte contre le stress hydrique inhérent à sa situation géographique (pays aride) et à pluviométrie irrégulière et mal répartie se situe sur d’autres niveaux (voir encadré) comme l’économie de l’eau, l’assainissement, la réutilisation des eaux usées, le dessalement de l’eau de mer…

http://www.lavieeco.com/images/artimage/thumb/Six-Barrages-Maroc-(2012-02-01).jpg

Maroc - Barrages : 151 milliards de DH en 20 ans pour lutter contre le stress hydrique
Avec l’équivalent de 730 m3 par habitant et par an, le Maroc est parmi les pays qui disposent de ressources en eau limitées. La Tunisie, elle, ne dispose que de 460 m3. Mais le Maroc doit concentrer ses efforts sur l’économie d’eau, en plus de la politique de renforcement de l’infrastructure de stockage. Plusieurs programmes sont en marche, avec l’objectif d’économiser quelque 2,4 milliards de m3 par an, sachant que le pays souffre d’une pluviométrie irrégulière (le rapport peut aller de 1 à 9, selon les années) et mal répartie (le rapport varie entre 1?et 8, selon les bassins). Selon des chiffres recoupés, grâce à la Direction de la planification et des études, un montant cumulé de 151 milliards de DH sera dépensé d’ici à 2030 dans différents programmes. Sur ce montant, 82 milliards sont destinés aux barrages, leur entretien et les études. Le reste, 69 milliards, financent le Plan national d’assainissement (PNA) et les différentes actions d’économie d’eau, dont la subvention du programme de généralisation du goute à goutte.

lavieeco

Medgasen
03/02/2012, 10h50
130 barrages pour 17 milliards de m3, c est vraiment le top. 10 ans de sechresse et le maroc NE manquera pas d eau...

portorange
03/02/2012, 14h29
il faut avouer que dans la gestion de feu hassan2 , il n y avait pas que du mauvais ....

mansali06
03/02/2012, 14h34
Ca n' explique pas, le pourquoi de la soif de l'agriculture marocaine.

chedadi
03/02/2012, 14h38
De combien est la capacité de stockage en eau dans d'autres pays ?

mansali06
03/02/2012, 14h53
Si ta question*est, quelle est la capacité en algerie*?.

Environ 7 Md de m3 peut-être un peu plus et les réserves actuelles sont environ de 4Md de m3

chedadi
03/02/2012, 14h55
En Espagne et Tunisie surtout. T'aurais pas ? Merci en tout cas.

mansali06
03/02/2012, 15h00
Désolé, aucune idée

portorange
03/02/2012, 15h11
Ca n' explique pas, le pourquoi de la soif de l'agriculture marocaine.

simple:
la "soif" (on dit secheresse) dont tu parles concerne les surfaces "bour" (non irriguées) qui constituent plus de la moitié de la surface arable du maroc.
Les rendements dans ces zones dependent de la pluie --------> d'où les prieres d'al istiska

mansali06
03/02/2012, 15h19
C'est une façon de parler.

Donc ces réserves ne servent presque à rien pour l'agriculture ?.

Coram
03/02/2012, 16h55
je crois qu'au Maroc il y a 1,7million d’hectare irrigué, et 10%de l’électricité produite au Maroc est d'origine hydraulique

mahjoub
03/02/2012, 17h07
Mansali

ça depend de la politique agricole, il y a aussi la priorité de l'eau potable vers les villages non servis.
Pour l'agriculture, y a bien des champs de blé comme y a la culture marchere, la bettrave et bien sûr beaucoup de legumes pour l'interieur comme pour l'export.
Cependant je reconnais qu'il y a une sorte de benifice beaucoup plus pour les grands au depend des petits.
Mais en general c'est mieux que de n'avoir pas suivi cette politique de barrages.
D'ailleurs au sein de la cooperation agricole Algero-Marocaine peut être qu'il y a une close qui va dans ce sens au niveau experience et autre.

Cookies