PDA

Voir la version complète : Les chrétiens de France soutiennent les sans-papiers…


Thirga.ounevdhou
07/06/2006, 14h56
La religion…Humanité : voila son rôle et son objectif..a travers l’adoration de dieu.


Les communautés protestantes, catholiques et orthodoxes accueillent les collectifs de sans-papiers pour une marche œcuménique, après l’appel du 20 avril 2006, lancé par les églises de ces mêmes communautés, contre le projet de loi Sarkozy sur l’immigration.
Une conférence de presse sera tenue, demain, lundi 5 juin 2006 au temple protestant du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), par l’église catholique Sainte-Hyppolyte ainsi que le synode de l’Eglise Réformée de France (ERF). Celles-ci avaient déjà reçu tour à tour les 6 collectifs de sans-papiers, expulsés, le 14 avril dernier des locaux de l’ex- Service social d’aide aux étrangers dans Paris XIIIe. L’ERF, ayant après cette rencontre, voté à l’unanimité, un texte de soutien aux sans-papiers. Cette nouvelle démarche, historique de par son œcuménisme, montre qu’une frange encore plus large de la société française ne permettra pas à Sarkozy de faire sa campagne électorale sur la stigmatisation des étrangers , en général, et les rafles de sans-papiers en particulier. Pour le départ de cette marche œcuménique, les représentants des trois communautés chrétiennes, dont le pasteur Olivier Maes et le prêtre Jacques Merienne de l’église St-Merri, les collectifs des sans-papiers et étudiants du 14, Auguste Perret, invitent les citoyens et associations chrétiennes engagées sur cette question à les rejoindre : «Il est bon que les églises s’engagent sur ce dossier parce qu’il porte atteinte à des valeurs évangéliques», explique Céline Dumont, l’une des responsables du Réseau des chrétiens immigrés, qui regroupe une trentaine de représentants de paroisses et d’associations chrétiennes de Paris et d’Ile-de-France. : «C’est une situation typique où l’église a quelque chose à dire puisqu’il s’agit des pauvres de notre société», souligne le responsable du département Etrangers du Secours catholique. «Sur un certain nombre de sujets de société, continue-t-il, l’église catholique a une parole assez libre, et sur ce sujet, en particulier, les évêques se sont déjà exprimés à de nombreuses reprises. Nicolas Sarkozy ne voudra pas se mettre à dos les chrétiens.»
Déjà, dès le mois de décembre dernier, la Cimade, association œcuménique d’entraide, avec d’autres associations comme le Mrap ou la Ligue des droits de l’homme avaient réagi donnant naissance à un collectif : «Unis (es) contre une immigration jetable.» Sarkozy écrit aux églises, aux trois plus hauts dignitaires des églises chrétiennes, le cardinal Jean-Pierre Ricard, le pasteur Jean-Arnold de Clermond, président de la Fédération protestante de France et Monseigneur Emanuel, président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France. Ces personnalités du monde chrétien n’entendent pas lâcher du lest mais faire pression sur le gouvernement. Ils écrivent une lettre commune au premier ministre pour l’alarmer de la monstruosité de cette décision. Ils sont reçus pendant une demi-heure par le ministre de l’Intérieur: «l’entretien a été cordial mais ferme, rapporte Mgr de Baranger. Ce n’était pas un dialogue de sourds. Nous avons senti quelqu’un prêt à écouter même si chacun restait dans son rôle. Il s’agissait de mettre noir sur blanc les points de difficulté que nous exprimions pour d’éventuelles retouches que le ministre insérerait dans son texte de loi s’il le jugeait nécessaire.»
Mais le ministre de l’Intérieur comme à son habitude les prend «à contre-pied». Il décide de s’attaquer aux étrangers par le biais de leurs enfants. Le 30 juin 2006, le sursis accordé aux élèves et étudiants sans papiers expirera. Reconduite à la frontière. Ceci se fera par un service de police particulier, repérage de l’étranger, chasse à l’homme, interpellation, conduite dans des centres de rétention, puis reconduite à la frontière. Effroi insufflé au profond de ces petits anges que nous croisons, sans nul doute, sur notre chemin. Les enfants ne sont repérables qu’à l’école. Ils ne disposent pas de carte de séjour, celle-ci n’est attribuée qu’aux adultes. Le ministère de l’éducation transmettant toutes les fiches signalétiques des enfants, par âge, origine, n° de sécurité sociale, n° d’assurance, profession et niveau d’étude des parents. Pour les étudiants, depuis 2002, une étude très pointue leur est envoyée où leur est demandée la durée de leur séjour escompté en France . Heureusement que des associations, tout comme les chrétiens se mobilisent. Education sans frontières, par exemple, va jusqu’à prôner l’insoumission. Contrevenir à une loi en vigueur agissant contre sa morale, tel que l’écrivait un pasteur protestant au cours de la deuxième guerre mondiale et que le faisait le recteur de la mosquée de Paris à la même époque en recueillant des enfants juifs pour que d’autres Algériens de la rue Mouffetard (75005 Paris), les conduisent dans les zones franches, dans le sud de la France, puis plus tard le général Paris de la Bollardière, arrêté pendant la guerre d’Algérie, pour avoir dénoncé la torture est un devoir moral pour l’homme. Résistance ! Cela s’appelle aussi la désobéissance civile! En revanche, pas la moindre réaction de notre communauté. Parfois même s’étonne-t-elle de la mobilisation de certaines associations qui cherchent à la «booster», sans succès. Certains sans-papiers algériens cherchent refuge auprès des mairies communistes, mais l’épée de Damoclès les menace. Hélàs, Manil, dix ans, en CM2, petit fils de l’hadj, ne connaîtra pas la rentrée des classes 2006, ni le collège où il sera affecté, c’est l’Inquisition.

De Paris, F. Amalou- La Nouvelle Republique

Cookies