PDA

Voir la version complète : Liberer Drogba


Casanostra
09/02/2012, 19h24
Un but splendide de Gervinho a qualifié la Côte d’Ivoire contre le Mali en demies (1-0). Les Eléphants ne sont plus qu’à une marche de la délivrance, en finale dimanche soir contre la Zambie. Didier Drogba touchera-t-il enfin au but ?

Avant le Mondial 2010 en Afrique du Sud, à So Foot on ne donnait pas cher du contingent africain. Hormis peut-être le Ghana, seul possesseur d’une identité de jeu affirmée (comme l’Egypte, mais absente à cette compète), les sélections africaines souffraient encore d’un manque de maturité tactique que des talents individuels de classe mondiale ne pourraient racheter. La Côte d’Ivoire en premier. Que ce soit en 2010 ou à la CAN 2012, le jeu des Ivoiriens reste dur à contrer mais "facile à lire". Les Eléphants ont besoin de faire parler la vitesse, la puissance, le dribble. Il suffit alors de boucher les espaces, casser le rythme, assécher les transmissions vers Drogba et jouer précis pour prendre un avantage sur une arrière-garde un peu moins brillante que les attaquants. Voilà qui expliquerait en grande partie les échecs répétés de cette fameuse Génération Dorée, jamais couronnée lors des dernières CAN et sortie au premier tour des Mondiaux 2006 et 2012. Sauf que… Sauf que la Côte d’Ivoire, c’est l’Afrique. Et le footballeur africain porte en lui un poids considérable qui souvent le dépasse, celui de la Nation. Voyez ce pauvre Gyan, encore auteur d’un penalty raté hier en demies contre la "petite" Zambie (0-1), après celui manqué contre l’Uruguay en quarts de Coupe du Monde : le Ghana le lui pardonnera-t-il un jour ? Le Gabonais Aubameyang qui n’a pas réussi son tir au but, fatal contre le Mali, a, lui, été réintégré au sein du giron national, réconforté par les siens. Mais la blessure restera à vif pour toujours.

Le poids de la Nation, c’est le poids de la politique, parfois de la guerre civile. Depuis une dizaine d’années, l’équipe de Côte d’Ivoire est demeurée le seul lien national incontesté de l’unité d’un pays en proie aux conflits intérieurs. Avec Didier Drogba en Capitaine Courage. Une sélection chargée de guérir tous les maux et de faire briller le pays dans le monde entier. Un fardeau… Pour avoir mal représenté le pays à la CAN 2000 (élimination au premier tour), la junte du Général Guéï retiendra les Eléphants en camp militaire une dizaine de jours pour les punir de leur "manque de ferveur patriotique " (sic). Bakayoko et ses coéquipiers seront libérés après avoir promis de ne plus jamais renouveler pareil affront contre la Patrie. La décennie 2000 plongera la Côte d’Ivoire dans la guerre civile et le chaos. En 2005, à l’initiative courageuse de Drogba, lui et tous ses coéquipiers supplieront à genoux toutes les factions de mettre fin au conflit, devant les caméras du monde entier. Images bouleversantes au moment de célébrer la qualification des Eléphants pour la Coupe du Monde 2006. Comment "jouer libéré " avec une pression pareille ? La sélection ivoirienne est d’abord un facteur de cohésion nationale. Et ensuite une équipe de football.

Hier soir, la Côte d’Ivoire poursuivait sa dure mission de "renforcement de la cohésion nationale" d’un pays plus apaisé après la fin de Laurent Gbagbo et l’arrivée au pouvoir d’Alassane Ouattara, vainqueur par les urnes... Demi-finale contre les Aigles. En face, les frères maliens jouent eux aussi pour rassembler la communauté nationale, menacée au Nord par des révoltes touaregs… L’immense Seydou Keita, en pleurs, a lui aussi lancé un appel à la paix dimanche soir après la qualif contre le Gabon. Les Eléphants dominateurs ont logiquement plié l’affaire (1-0). Voilà pour le jeu. Car ce qui frappe, c’est encore le poids de la mission sacrée impartie à cette génération Drogba qui doit enfin gagner cette CAN. Les Eléphants sont concentrés à l’extrême, s’appliquent comme des malades à bien assurer leurs passes, se replient comme des flèches à la perte du ballon… Et puis il y a cette solidarité permanente, indispensable. Dans les arrêts de jeu, Tioté commet une faute inutile non loin de sa surface : il s’en veut à mourir. Kolo Touré le prend par les épaules pour le rassurer… A la 65ème Salomon Kalou a gâché une belle occase, un tir détourné par le gardien So. Diakité : il s’en veut en grimaçant. Drogba le réconforte en le prenant dans ses bras. A la fin, la délivrance : les Ivoiriens victorieux se resserrent, s’abandonnent aux chaudes effusions en "remerciant Dieu". Certains sont chrétiens, d’autres musulmans.

Et il y a Didier Drogba. C’est le chef de mission. Le leader charismatique. Avant d’entrer pour la deuxième mi-temps, il réajuste ses protège-tibias au sparadrap : tous ses coéquipiers l’attendent dans le couloir, s’interdisant de retourner sur la pelouse sans lui alors que les Maliens sont déjà sur le pré. A 34 ans, Didier Drogba démontre contre le Mali qu’il reste un fabuleux attaquant, piquant des sprints qu’on ne lui soupçonnait plus. Mais la vie est ailleurs... Alors que dans la tribune d’honneur un Pelé et un Platini tous deux très relax assistent à la rencontre, Drogba, lui, mène ses troupes. Mais Didier ne s’appartient pas. En plus d’être sportif, compétiteur, footballeur il est aussi membre de la Commission Dialogue Vérité et Réconciliation (CDVR) chargée d’accompagner la transition démocratique au pays. Et puis Didier le Bienfaiteur vit beaucoup pour les autres. La vie de milliers d’enfants dépend de la Fondation Didier Drogba impliquée dans la Santé et l’Education. Didier paie (beaucoup) de sa poche, organise des galas de charité à Londres… Comment jouer libéré ? Seydou Keita a récemment révélé qu’il ne prenait pas de plaisir à jouer au foot. Bien sûr il s’épanouit pleinement au Barça, heureux de figurer dans le meilleur club du monde. Mais il y a les obligations : subvenir sans cesse aux besoins de la famille (du clan : des milliers de personnes) restée au pays, en plus de bien représenter la Patrie. Idem pour Didier.

Dimanche soir à 20 heures, Didier Drogba et ses frères ont rendez-vous avec leur destin face aux Zambiens, tout d’orange vêtus eux aussi. Vingt ans… Vingt ans pile que la Côte d’Ivoire attend de regagner à nouveau cette CAN que les Eléphants avaient gagnée au Sénégal. Une future victoire comme du baume au cœur pour tout un peuple à peine sorti d’une guerre civile de dix ans. On n’a absolument rien contre l’étonnante Zambie du trop sous-estimé Français Hervé Renard. Que le meilleur gagne... Mais on aimerait quand même que Didier Drogba achève sa mission sur un succès. Un succès qui n’aura rien d’un vulgaire triomphe perso. On le répète : Didier ne s’appartient pas. La finale aura lieu à Libreville. Libre ville… Un nom prédestiné pour se libérer un peu d’un fardeau sportif, humanitaire et national qu’il a toujours assumé avec classe. Ensuite Didier pourra vivre sa vie d’homme enfin libre.

Cherif Ghemmour - Eurosport

Arbefracom
10/02/2012, 01h47
Deux raisons pour que la Côte d'Ivoir gagne la CAN :

1-Ils ont perdu deux fois en Finale après deux superbes CAN.

2-Ils viennent de faire une CAN 2012 de qualité.


Ils la mérite vraiment. Inch'Allah qu'ils la gagnent, preuve que la patience payera.

rodmaroc
10/02/2012, 02h48
mais j'ai une préférence envers la Zambie.
moi aussi, j'ai toujours aimé les outsiders...cela dit, que le meilleur gagne.

J’espère de tout coeur que la Zambie remporte la coupe d'Afrique et pour finir, vive le Sahara occidentale libre !
Quel est le lien entre la Zambie et ''vive le sahara occidental libre''? s'agit-il d'un trouble psychologique? :sad:

Casanostra
10/02/2012, 02h57
J'etait pour la Zambie aussi, mais ce texte ma emu, alors...

http://www.youtube.com/v/eFmSVWpIbto

Zirds
10/02/2012, 06h41
la Zambie mérite de marquer son nom au palmarès africain
donc je suis pour la Zambie

rodmaroc
12/02/2012, 03h31
J'ai changé d'avis, je pense que je vais supporter la cote d'ivoire...ils ont connu une guerre civile et des moments difficiles ces dernières années....une victoire aujourd'hui pourrait aider à renforcer la cohésion nationale entre les populations du sud et du nord du pays.....ca n'a rien à voir avec le sport, j'en convient...mais le foot n'est-il pas au delà du sport.

Casanostra
12/02/2012, 03h32
J'ai changé d'avis, je pense que je vais supporter la cote d'ivoire...ils ont connu une guerre civile et des moments difficiles ces dernières années

hehehe, je vois que toi aussi le texte ta emu !:D

rodmaroc
12/02/2012, 03h58
hehehe, je vois que toi aussi le texte ta emu !
Je t'assure que j'ai pas regardé la vidéo...je me suis juste rappelé que c'etait le pays le plus prospère d'Afrique de l'ouest et qu'il a connu une descente aux enfer après la mort d'houphouet boigny...je vais regardé la vidéo mnt...ca me fera une autre raison pour les supporter ;)

Casanostra
12/02/2012, 04h09
Je t'assure que j'ai pas regardé la vidéo

La video, cest juste un chanteur qui fait le clown, je parlais du texte qui abordait certains aspects du pays qui font que justement, une eventuelle victoire ivorienne auraient des repercussion au dela de l'aspect sportif !

Cookies