PDA

Voir la version complète : La France confiante dans la vente de Rafale au Brésil


zek
15/02/2012, 01h16
Les autorités françaises s'attendent à l'annonce prochaine d'une première commande de 36 chasseurs-bombardiers Rafale de Dassault Aviation par le Brésil après l'engagement de négociations exclusives avec l'Inde pour la fourniture de 126 de ces appareils.

"Politiquement, stratégiquement, financièrement, tous les éléments convergent pour conduire le Brésil à confirmer son choix du Rafale", a-t-on expliqué mardi à Reuters de source gouvernementale française, après des échos similiaires en provenance de Brasilia.

"On a toujours dit qu'on était confiant et dans la situation actuelle on est encore plus confiant", a ajouté la même source. "Tout laisse penser que le Brésil s'apprête à confirmer le choix du Rafale. La question, c'est le moment."

Deux éléments décisifs auraient convaincu les Brésiliens de choisir l'avion français après des années de tergiversations, explique-t-on à Paris : la démonstration de l'efficacité de l'appareil lors des opérations de soutien aérien à la révolution libyenne et la décision indienne.

Le fait que l'Inde, pays émergent comme le Brésil, ait pré-sélectionné le Rafale prouve l'excellence de l'appareil mais est aussi de nature à rassurer d'autres acheteurs potentiels sur la production à long terme de l'avion français et à laisser espérer une future baisse du coût unitaire du fait des volumes produits, fait-on valoir de même source.

"Tout ça va sans doute permettre aux dirigeants brésiliens de faire passer plus facilement la décision dans leur opinion."

Brasilia pourrait n'officialiser son choix qu'après l'élection présidentielle française pour éviter une exploitation politique et électorale de cette annonce.

Le président Nicolas Sarkozy a beaucoup plaidé pour le Rafale auprès des dirigeants brésiliens, en particulier auprès de l'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva.

Mais la présidente Dilma Roussef, qui lui a succédé, a fait savoir en 2011 qu'elle n'était pas en mesure de s'engager du fait de la situation économique et budgétaire du Brésil.

L'annonce de la décision indienne a cependant achevé de convaincre les dirigeants brésiliens que l'offre de Dassault était meilleure que celles de ses concurrents, l'américain Boeing et le suédois Saab, dit-on de sources gouvernementales brésiliennes (voir ).

La France, qui s'est engagée en faveur d'une coopération privilégiée avec le Brésil, avec un basculement progressif de la production de Rafale dans ce pays et un généreux transfert de technologie, espère vendre à terme plus d'une centaine de ces appareils à l'armée de l'air brésilienne.

(Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)
Reuters

Cookies