PDA

Voir la version complète : Le président allemand, Christian Wulff, démissionne


soufiane-oujda
17/02/2012, 15h35
Berlin, correspondance - Christian Wulff, président de la République fédérale d'Allemagne, a démissionné de ses fonctions, vendredi 17 février, peu après 11 heures. Le chef d'Etat, dont les fonctions sont principalement honorifiques, n'a pas pu résister à la pression qui s'était accumulée sur lui ces deux derniers mois. Mis en cause dans différentes affaires remontant à l'époque où il était ministre-président du Land de Basse-Saxe, soupçonné de prévarication, il a subi le dernier coup de semonce jeudi soir, quand le parquet de Hanovre, capitale de la Basse-Saxe, a requis contre lui la levée de son immunité présidentielle. Une première en Allemagne.

Vendredi, Christian Wulff est apparu devant les caméras en compagnie de sa femme, Bettina, qui a été très présente à ses côtés tout au long de son mandat. Dans son discours, il a déclaré qu'il estimait "ne plus disposer de la confiance nécessaire" pour exercer ses fonctions, et qu'en conséquence il "démissionn[ait] aujourd'hui afin d'ouvrir rapidement la voie pour la désignation d'un successeur". Il s'est dit certain que l'enquête menée contre lui aboutirait à son blanchiment total, tout en rappelant son bilan, essentiellement composé de ses déclarations en faveur d'une plus grande intégration de l'islam en Allemagne.



Cette démission met fin à deux mois d'un feuilleton médiatique autour du plus haut personnage de l'Etat. D'abord mis en cause dans la presse pour avoir profité d'un crédit à taux préférentiel pour l'achat de sa résidence principale, il avait livré des explications peu convaincantes, avant de s'illustrer par ses démêlés avec le puissant journal Bild Zeitung, quotidien le plus lu du pays. Dans un message laissé sur le répondeur du rédacteur en chef du quotidien, il avait tenté de faire pression afin d'empêcher la publication d'un article à son encontre. Depuis, des révélations d'affaires de plus en plus embarrassantes pour Christian Wulff s'étaient multipliées. Deux couvertures critiques de l'influent magazine Der Spiegel lui ont été consacrées en l'espace de deux mois.


C'est la deuxième démission en moins de deux ans d'un président de la République fédérale d'Allemagne, une fonction jugée par beaucoup de citoyens durablement entachée. En mai 2010, l'ancien président Horst Köhler avait quitté ses fonctions après un article critique sur ses déclarations concernant l'Afghanistan. Christian Wulff lui avait succédé à la fin juin 2010, au terme d'une élection très délicate.


Né en 1959, Christian Wulff a été le plus jeune président de la République allemand. Il devait incarner une certaine modernité et redorer l'honneur de la fonction. Sur cette dernière mission, il a échoué, au terme d'une vingtaine de mois seulement.


Pour Angela Merkel, l'affaire est sérieuse. C'est elle qui avait porté à bout de bras la candidature de Christian Wulff au sommet de l'Etat. La chancelière, qui s'est exprimée vendredi matin, a annoncé une réunion rapide des partenaires de la coalition conservatrice libérale (CDU, CSU et FDP) pour la désignation d'un candidat à la succession de M. Wulff. Elle a précisé que les discussions seraient menées conjointement avec les partis de l'opposition, le parti social-démocrate (SPD) et les Verts pour trouver un "candidat commun".


Selon les observateurs, la manœuvre est inédite, et habile politiquement. La chancelière accumule en effet les difficultés sur ce dossier : outre la faiblesse de son partenaire de coalition, les libéraux du FDP, son parti ne dispose plus de la majorité à la Chambre haute du Parlement, le Bundesrat.


Or, le président de la République est élu par le Parlement réuni en Congrès.


Cette volonté marquée d'ouverture laisse également toutes les portes ouvertes à un candidat compatible avec une future alliance du parti de la chancelière avec le SPD ou les Verts.


le monde

KHORE
17/02/2012, 17h43
les Allemands contrairement à ce que beaucoup pensent sont des corrupteurs et des corruptibles en puissance

ches nous SIEMENS nous en a donné de maints exemples

j'ai cité le cas du Général de la Santé militaire qui a obtenu pour sa femme radiloogue l'équipement gratuit pour un cabinet privé au prix de la signature de quelque contrats avec les hôpitaux militaires.

côté corrompus, imaginons ce qu'a pu consentir le SCHROEDER le chancelier qui a précéde la MERKEL, pour une fois remercié, être nommé par POUTINE représentant de GazProm europe , la Sonatrach russe?

et la MERKEL à jouer au petit caniche de SARKOSY et se précipiter en France à chaque fois au secours du Roy pour l'assurer du soutien de l'Allemagne. Dernier épisode connu ? Le délégué allemand à l'ONU avait eu ordre de son Ministre des Armées de voter contre l'intervention en Libye. Le doigt sur le bouton, il a été rappelé par MERKEL. Suivre la décision française.

dans quelques mois le Coq gaulois aura rejoint son poulailler du XVI ême
l'Allemande de l'Est ne sera dans le contexte actuel pas réélue. Qu'a -t-elle prévue pour sa retraite ? Nous le saurons avant que les poules de son protégé ...

bel-court
17/02/2012, 21h20
Des fois je me demande pourquoi il n'est permis qu'à certains peuples sur cette planète de connaitre ce genre évènements où leurs justices veillent pour que personne n'abuse de leurs biens. J'avoue que je suis jaloux.

zaki123
17/02/2012, 21h38
avant c'était l'asie qui avait trop peur de l'allameagne car il lui restait que quelques aromes a découvrir et tout le marché mondiale basculera vers l'europe centrale...c'était l'ennemie numeros un et tout le monde le savait...tout le monde le sait que les deux guerres mondiale c'était des guerres initiés par les marchés....apres la guerre toutes les usines allemande ont été démonté piéce par piece et transorté ailleurs..donc le but vant la guerre c'était peut etre metre la main sur ces usines...les nazis l'ont sentis ils ont réagit ..on ne sait jamais il faut réecrire l'histoire et toutes les probabilité sont a prendre au serieux...
si Dieu distribut quelques inventions chez les allemands ça sera le grand chamboulement...tout le monde vont réagire asiatqiue comme americains comme australiens...comme juif comme arabe.....

Pihman
17/02/2012, 23h19
Le président allemand, Christian Wulff, démissionne


Ah il aurait du utiliser les chars et les snipers pour rester au pouvoir

il sont nuls ces allemands

Bachi
17/02/2012, 23h21
Ah il aurait du utiliser les chars et les snipers pour rester au pouvoir

Merci pour le fou rire

saaid
18/02/2012, 00h19
je ne sais pas s il était corrompu, mais je suis sure que sa constation lors de l un de ses discours " L Islam est l une des composante de la nation allemande" n a pas plus á certains conservateurs!

rodmaroc
18/02/2012, 00h44
Ah il aurait du utiliser les chars et les snipers pour rester au pouvoir

t'as raison, machi rajel....si c'etait vraiment un homme, il aurait commis quelques massacres comme bachar.

saaid
18/02/2012, 00h47
le président dans la fédération allemande n a pas le même sens ni les mêmes pouvoirs que dans les pays dictateurs, lábá c est Merkel qui détient tous les pouvoirs légilatives , mais tout celá vous le savez, normalement la majaal lilmouQarana

absent
18/02/2012, 00h57
lábá c est Merkel qui détient tous les pouvoirs légilativesEt en plus, il laisse le pouvoir a une gonzesse? Ta3 sa7 mashi radjel.
Plus serieusement, c'est pas pret d'arriver ni en France, ni dans nos pays.

rodmaroc
18/02/2012, 01h00
Et en plus, il laisse le pouvoir a une gonzesse? Ta3 sa7 mashi radjel.
Il se laisse mener par le bout du nez...Ta7kem fih mra et 0 mort à son actif...la honte!!!!!

saaid
18/02/2012, 01h00
Et en plus, il laisse le pouvoir a une gonzesse?========quel pouvoir? il n a aucun pouvoir á part d être une figure représenative! ce qui ne signifie que même Merkel pourrait démissioneir sous la pression des médias, puisque cette démission du président n a pas eu lieu sous la pression de la rue comme en Ègypt en Tunisie!

rodmaroc
18/02/2012, 01h03
quel pouvoir? il n a aucun pouvoir á part d être une figure représenative! ce qui ne signifie que même Merkel pourrait démissioneir sous la pression des médias, puisque cette démission du président n a pas eu lieu sous la pression de la rue comme en Ègypt en Tunisie!
Tu prends toujours tout au premier degré saaid?

saaid
18/02/2012, 01h06
Tu prends toujours tout au premier degré saaid? =============non rodmaroc, je savais que toi et aanis étez ironiques, j ai jsute utilisé cette ironie pour donner des infos peut être utiles pour les autres members!

saaid
18/02/2012, 01h14
rodmaroc, le président allemand c est un peu comme le monarche espagnole ou belge ou anglais, il occupe un poste symbolique et n est pas assis sur tout les pouvoirs comme dans nos pays où le président voire le manarche est le petit bon Dieu sur terre asstaghrfirou allah

GLP
18/02/2012, 06h05
Ah il aurait du utiliser les chars et les snipers pour rester au pouvoir

il sont nuls ces allemands t'as raison, machi rajel....si c'etait vraiment un homme, il aurait commis quelques massacres comme bachar.
vous connaitriez des présidents (à 100%, pas à titre honorifique) qui auraient démissionné ? :rolleyes:

Casanostra
18/02/2012, 12h37
vous connaitriez des présidents (à 100%, pas à titre honorifique) qui auraient démissionné

Richard Nixon, mais bon lui il savait que c'etait le impeachment qui l'attendais donc c'etait pas vraiment une demission, mais c'est deja sa ...

slytds31
18/02/2012, 12h55
ce n'est pas comme si c'etai la chancelière qui démissionner.....:confused:

GLP
18/02/2012, 13h16
Richard Nixon, mais bon lui il s'avait que c'etait le impeachment qui l'attendais donc c'etait pas vraiment une demission, mais c'est deja sa ... Merci Casanostra, c'est un cas d'école de dictateur futé, on peut y superposer presque tous nos dictateurs actuels! à commencer par le fait qu'il est arrivé après l'assassinat du précédent président !! drôle de ressemblance ^^

Plus sérieusement, il a été reconduit pour un deuxième mandat malgré tout ce qui pesait sur lui. Et il y'en a de toutes les saveurs: abus des pouvoirs présidentiels, écoutes téléphoniques (prouvés car avancés comme preuves dans différents procès) ,kidnapping de mineurs, pratiques douteuses (espionnage, sabotage et assassinats), interférence avec la justice, et surtout sa façon de faire pour réprimer le peuple qui s’élevait contre sa politique extérieur (avec les communistes, la guerre en viet nam...ect) et les contestataires anti-racistes (violences policières contre les noirs, assassinats par la police des membres des black panther...l'emprisonnement abusif, les investigations illégales du FBI...), aussi les militant des droits civiques en avait gouté...... ça vous rappel pas quelqu'un ?

Il est responsable directement de tant d'assassinats politiques, de fusillades (fusillade de kent state)...

Il a même été plus con que certains dictateurs arabe, avec sa "draft lottery" qui consistait en un tirage au sort basé sur le jour de naissance pour choisir les appelés, pour l'invasion du Cambodge !! (Kadhafi, n'es pas si unique en son délire !)

si ce n'est l’impeachment et ses adversaires politiques, il n'aurait pas bougé d'un iota!

Son coup de maitre en tant que dictateur futé (c'est d’ailleurs ce qui a inspiré un certain Bush pour la torture des prisonnier), était le COINTELPRO, (ordonne l'FBI de tout faire -même neutraliser les personnes s'il le faut- pour saboter les activités des mouvements politiques dissidents et surtout leur chefs. On compte entre autre une trentaine de membres des black panther et le double des american indian movement qui ont été assassiné, des milliers de personnes emprisonnés, pour la plus part ne peuvent pas être libérés avant des décennies.

On peut dire qu'il a instrumentaliser l'FBI et ses assassinats.

Alors, dictateur ou pas dictateur ?
Tu l'as bien dis Casanostra, sa démission n'a rien d'une "démission" choisie, assumée et responsable, sinon on pourrait applaudir la démission d'Ali Abdallah Saleh aussi !

t'as raison, machi rajel....si c'etait vraiment un homme, il aurait commis quelques massacres comme bachar.
D'autres démissionnaires en vue nos chers moqueurs (radmaroc ?, Pihman ?)? histoire de rendre vos blagues un chuiya plus intelligentes et instructives comme le souhaite saaid ! :mrgreen: Car si Wulff avait un minimum de pouvoir, il n'aurait pas hésité à l'utiliser en dépit de toute considérations éthiques ! il n'y a pas de quoi glorifier sa démission ! vos blagues seraient plus crédibles s'il existe ne serait ce qu'un cas de démission courageuse pour faire un semblant de contraste de votre "roujla" avec Bechar & Co.

Casanostra
19/02/2012, 01h38
sa démission n'a rien d'une "démission" choisie, assumée et responsable

Tu sais, tu ne trouvera que tres peu de gens a un poste aussi important demissionner de leur plein gre, il y a toujours quelque part une pression.

Seulement, les notres, ils sont drolement resistants a la pression ! :lol:

rodmaroc
19/02/2012, 01h57
puisque vous êtes tous sérieux, je vais l'être aussi...mais juste 2 min :)
Sur le papier, les pouvoirs du président fédéral n'ont rien d'honorifiques,au contraire, ils sont importants...peut être que c'est la pratique qui a fait que le président n'intervient pas beaucoup dans l'exécutif....jugez par vous même.
--------------------------------------------------

Les fonctions du président fédéral sont précisés au titre V de la Loi fondamentale (http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_fondamentale_de_la_R%C3%A9publique_f%C3%A9d%C3 %A9rale_d%27Allemagne), toutefois, les tâches du « premier homme de l’État » à l'échelon national et international dépassent largement celles que lui assigne la constitution (http://fr.wikipedia.org/wiki/Constitution). Les désignations de « notaire fédéral suprême », de « premier représentant de l’État » ou de « figure d’intégration », décrivent des aspects supplémentaires de la fonction de président fédéral.
En sa qualité de chef de l’État, les tâches suivantes lui reviennent :


il représente la Fédération en vertu du droit international public (http://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_international_public),
il accrédite les représentants diplomatiques et
il a, au niveau fédéral, le droit de grâce (http://fr.wikipedia.org/wiki/Gr%C3%A2ce_%28droit%29), qu'il n'a que partiellement délégué à d'autres institutions fédérales,
il signe, délivre et promulgue les lois fédérales qui sont publiées dans le Bundesgesetzblatt (http://fr.wikipedia.org/wiki/Bundesgesetzblatt) (Journal officiel),
il peut proposer un candidat à l'élection au poste de chancelier (http://fr.wikipedia.org/wiki/Chancelier_f%C3%A9d%C3%A9ral_%28Allemagne%29), le nommer et le révoquer,
nommer et révoquer les ministres fédéraux sur proposition du chancelier,
nommer et révoquer les juges fédéraux, les fonctionnaires fédéraux, les officiers et sous-officiers, sauf décision contraire des ordres et décrets,
dissoudre le Bundestag (http://fr.wikipedia.org/wiki/Bundestag) si celui-ci n'arrive pas à élire un chancelier après trois tours de scrutin où si le vote de confiance a échoué.
promulguer l'adoption de l'état de défense (http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=%C3%89tat_de_d%C3%A9fense_%28Allem agne%29&action=edit&redlink=1) en cas d'attaque.
convoquer le Bundestag (http://fr.wikipedia.org/wiki/Bundestag).
convoquer la Commission sur le financement des partis politiques d'après la Loi sur les partis politiques (http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Loi_sur_les_partis_politiques&action=edit&redlink=1).

Dans de nombreux cas, le contreseing du chancelier fédéral ou du ministre compétent est nécessaire, conformément à l'article 58 de la loi fondamentale. Cependant, la nomination et la révocation du chancelier ainsi que la dissolution du Bundestag ne nécessite pas le contreseing d'un tiers. Ce sont des fonctions réservées au Président fédéral.

GLP
19/02/2012, 15h18
rodmaroc :
puisque vous êtes tous sérieux, je vais l'être aussi...mais juste 2 min :) C'est juste que le sujet est un peu délicat de nos jour ^^

Quand on parle du pouvoir d'un président, on parle en premier lieux du pouvoir qui pourrait devenir répressif sous son contrôle, du pouvoir sur les institutions de défense et de sécurité de l’état (militaire, intérieur, police...ect) sans lesquelles il reste impuissant devant la moindre situation de blocage qui exigerait une démission.

Ce dont jouissait le président allemand, est un pouvoir législatif qui ne lui est d'aucune utilité pour se prémunir de la fatalité d'une démission dans son cas.
Son seul pouvoir "militaire" est l'adoption d’état de défense, et ça n'a rien à voir avec l’état d'urgence.

Donc il ne pouvait commettre ni massacre ni faire sortir la police ni les sniper ! Ce n'est nullement une abstention louable, de même que sa démission n’était pas un choix mais une fatalité.

Va dire à un président qui insulte un citoyen ("pauvre con") de démissionner, à celui qui tue des êtres humains pour un oui ou pour un non de démissionner, à ceux qui sauvent des milliers de vies humaines par le sacrifice de centaines de milliers d'autre de démissionner, ceux qui poussent des villes entiere de leurs pays à la faillite pure et simple sans oser ne serait-ce qu'un mot à l’égard de leurs citoyens de démissionner.... et la liste est longue, loooooooongue !

Si ce n'est pas la force des $$$ qui les poussent à la démission, ça n'arrivera que dans les beaux comptes de démocraties théoriques !

Il n'y a pas donc lieu d'user de sarcasme sur le sort d'une de pauvres gens en contrastant sur le bonheur irréel de la majorité des autres.

Cookies