PDA

Voir la version complète : Corans brûlés : Paris retire ses agents des institutions afghanes


saaid
26/02/2012, 18h01
Au lendemain du meurtre de deux Américains à Kaboul, la secrétaire d'Etat a affirmé que les violences devaient "cesser". Alors que l'Otan et Londres ont décidé la veille de rappeler "tous leurs personnels" dans les ministères, Paris et Berlin on annoncé le "retrait provisoire" de tous leurs agents. "Il est maintenant l'heure d'être calme et pacifique". Cet appel, lancé dimanche matin par le président afghan Hamid Karzaï a trouvé un écho aux Etats-Unis. Après six jours d'émeutes provoquées par l'incinération de Corans par des militaires américains et qui ont fait "29 morts et environ 200 blessés", selon le président afghan, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton a exhorté les Afghans à mettre fin aux violences. "Nous regrettons profondément cet incident qui a conduit à ces protestations mais nous pensons également que la violence doit cesser et qu'il faut continuer le dur travail pour construire un Afghanistan plus en paix et en sécurité", a-t-elle déclaré depuis Rabat au Maroc, dimanche. La veille, deux officiers américains de l'Otan ont été abattus au sein du ministère de l'Intérieur, où ils travaillaient à Kaboul. Une source gouvernementale a affimé dimanche qu'une dispute sur les Corans brûlés est à l'origine de leurs décès. Les deux conseillers "ont qualifié le Coran de mauvais livre en présence (de leur collègue afghan). Ils ont eu une dispute verbale. Ensuite, il s'est énervé et a tiré", a-t-elle expliqué. "Ils regardaient des vidéos de manifestations à Kaboul. Les conseillers, mécontents, se moquaient des protestataires, les insultaient", a poursuivi cette source, ajoutant que les Américains avaient "menacé" leur collègue afghan. Les personnels occidentaux rappelés les uns après les autres Du côté du ministère de l'Intérieur, on soupçonne fortement un employé. "Il est en fuite, le ministère essaye de procéder à son arrestation", a-t-on indiqué. L'Isaf, la force armée de l'Otan en Afghanistan, a déclaré que son "enquête était en cours". Cette attaque, revendiquée par les talibans, a eu comme conséquence de précipiter le départ de "tout le personnel" de l'Isaf travaillant dans les ministères afghans "dans et hors Kaboul", le tout "pour des raisons de protection évidente", selon le général John Allen, qui dirige l'Isaf. Londres a également annoncé, samedi, qu'elle retirait temporairement "ses conseillers civils des institutions (gouvernementales afghanes) à Kaboul". Une décision également prise par Paris et Berlin dimanche. "L'ambassadeur de France a fait procéder sans délai au retrait provisoire de tous les agents publics français dans les institutions afghanes, afin de garantir leur sécurité", a précisé le Quai d'Orsay. Dans la matinée, sept soldats américains ont été blessés dans un camp de l'Otan par des protestataires. "Les manifestants ont jeté une grenade sur une base des forces spéciales" dans la province de Kunduz, au nord du pays. TF1News

saaid
26/02/2012, 18h01
sarkozy ne laisse rien au hasard, on sait jamais, en pleine présidientielle!

Cookies