PDA

Voir la version complète : Contre la corruption, l'accommodante absence du numérique


absent
07/03/2012, 13h35
Contre la corruption, l'accommodante absence du numérique

par Farid Farah - Le Quotidien d'Oran


La corruption est devenue un thème majeur pour toutes les activités transactionnelles enregistrées dans notre pays. Récemment, ce sujet a fait l'objet d'un débat lors d'une émission radiophonique.

Comment lutter contre ce fléau ?

S'interrogeaient les intervenants à tour de rôle sans pour autant aborder la question sous un angle autre que celui du socio-juridique. Aujourd'hui, l'utilisation des technologies du numérique par les administrations d'Etat peut constituer un très efficace outil de combat contre la corruption.

Avec le progrès de ces technologies, les structures chargées de la lutte anticorruption pourront inciter les acteurs du monde des affaires à informatiser l'intégralité du processus de gestion des opérations commerciales. Ce qui donnera naissance aux supports électroniques contenant toutes les informations associées aux transactions commerciales notamment celles relatives aux services administratifs des citoyens.

Une simple application mise en ligne peut permettre au grand public d'accéder via un ordinateur ou un smartphone aux informations concernant des procédures administratives.

Chez nous, le meilleur exemple n'est d'autre que le portail «www.elmouatin.dz (http://www.elmouatin.dz)». Lancé en août 2011, il permet aux citoyens de consulter plus de 400 fiches de procédures réparties en plusieurs catégories. Elles englobent des informations comme le nom de la procédure, les étapes à suivre, le temps de traitement estimé, les lieux où se rendre, les pièces à joindre, et même les contacts utiles. La richesse de ce portail augmente donc la probabilité de diminuer le risque à ce qu'une personne choisisse le recours à la corruption pour régler son problème. Ce portail serait encore plus efficace s'il impliquait les citoyens dans la lutte anticorruption.

Le principe est simple, il suffit que chaque fiche offre à un utilisateur la possibilité de fournir les informations relatives à des actes, des pratiques et des tentatives de corruption.

Les nouvelles technologies offrent aussi d'autres moyens de combattre la corruption. L'instauration de la monnaie numérique limiterait les paiements en liquide, principale source de la corruption.

Aussi, la dématérialisation du processus de traitement des soumissions aux appels d'offres réduit le risque de corruption. Les classements des offres sont en effet effectués de manière électronique, ce qui diminue les possibilités pratiques de corruption et renforce l'obligation de rendre compte pour les membres des commissions des marchés.

papi
07/03/2012, 14h57
Nous sommes à des années lumière de ce rêve.

Rectificatif: http://www.elmouwatin.dz/

absent
07/03/2012, 14h58
Cet article donne quelques pistes de réflexion sur ce fléau.

La corruption systémique de l'Adminstration algérienne a faussé toutes les incitations à l'investissement, a sapé toutes les institutions de l'état, et a permis la redistribution de la richesse du pays et le pouvoir à ceux qui ne les méritent pas.

La corruption a porté un coup fatal aux droits de propriété, à l’état de droit et aux incitations à investir.

Ainsi, le développement économique et politique de l'Algérie s'est complètement paralysé.

L'Algérie et les algériens n'ont aucune chance de s'améliorer si on reste sous l'emprise de la corruption et des corrompus.

- Rendre obligatoire la transparence dans la gestion de la chose publique; et
- permettre la tracabilité de tout produit et toute action par les technologies informatiques

permettra au fur et à mesure de responsabiliser tout un chacun sur ses faits et gestes, et de mettre un terme à l'anarchie qui règne dans notre pays.

Mais pour cela, il faut d'abord beaucoup d'honnêteté, de volonté et de courage politique pour y faire face. Et c'est là, la clé de notre problème.

citoyen
07/03/2012, 19h38
Numérique peut vouloir dire traçabilité et la traçabilité gène beaucoup, mieux vaut le papier, si Illa Keddar Allah quelque chose arrive une boîte allumette suffit pour tout effacer ni vu ni connu.

Prenez l'exemple du ministère des finances, les impôts sont encore déclarés sur papier pour laisser le loisir aux inspecteurs et autre DW de faire leur affaires en toute tranquillité avec les baggaras.

On pourra nous dire que les enquêtes financières sont transmises à ce jour sur CD ou sur clé USB tant pour la gendarmerie que pour le DRS (un peu moins la DGSN qui préfère elle le papier) c'est tout de même du numérique :mrgreen: mais niveau traitement et poursuites tout les coups sont permis.

Le E-governement est une utopie, car il n'y aucune volonté, je ne sais plus qui a rapporté que le fameux S-12 nécessite un graissage de pattes mais bon sang c'est vrai, allez testez la mairie du coin et vous verrez que c'est véridique, tous les pans de l'adminsitration arrondissent leur fin de mois avec cette fameuse rachwa même si certains agents se contentent d'un morceau de chocolat pour "accélérer" un dossier.

La commission anti-corruption c'est du vent d'ailleurs elle n'a pas les moyens de mettre la moitié de la population en prison car le système a corrompu tout ce qui bouge illa men rahima rabouka.

Cookies