PDA

Voir la version complète : Halal : Le Canada s'empare également de la polémique


ajadjiith
24/03/2012, 22h40
Après le tohu-bohu médiatique suscité par la «viande halal » en France, le débat a, récemment, été lancé au Canada. Maintenant, c’est au tour des médias et partis politiques canadiens de critiquer, défendre et analyser les circonstances hygiéniques de la viande égorgée selon les rites islamiques.

Une controverse a éclaté après la déclaration de la candidate du Front national à la présidentielle, Marine Le Pen, selon laquelle « l'ensemble de la viande distribuée en Ile-de-France, à l'insu du consommateur, est exclusivement de la viande halal ». Aujourd’hui, c’est au tour des médias et partis politiques Canadiens de se saisir de la polémique.

Les vétérinaires et professionnels de l'industrie de la viande se veulent rassurants concernant les méthodes d'abattage halal. Cependant, le Parti québécois et la Coalition avenir Québec s'indigne, à son tour, du fait que les consommateurs au Québec soient susceptibles de manger de la viande halal à leur insu, l'étiquetage sur ce genre de produits n'étant pas obligatoire. Le député parlementaire, André Simard atteste qu’au Québec, le choix d'abattre les animaux pour consommation est fait depuis longtemps. Ce choix prend compte « des mesures pour insensibiliser les animaux et les abattre en minimisant les souffrances », dit-il, insinuant que le rituel halal ne respecte pas ce principe. Bouc émissaire de ce débat, l'usine d'Olymel de la municipalité Saint-Damase qui possède une certification halal. Cette certification s'applique à toute l'usine, mais seule la viande destinée aux clients qui en font la demande est étiquetée halal.

Cependant, Olymel garantit qu'elle « s'oppose à toute cruauté envers les animaux » et qu'elle « abat les bêtes selon les règles de l'Agence canadienne d'inspection des aliments ». Les animaux sont insensibilisés par décharge électrique avant d'être égorgés, mécaniquement, en respectant le rituel. « Dans le cas des dindons, ils sont même anesthésiés », révèle Richard Vigneault, porte-parole d'Olymel. Cette entreprise soutient que sa décision de produire « halal » est purement commerciale et n'a aucun rapport avec les accommodements raisonnables ou religieux. De même, la compagnie affirme qu'elle n'est pas la seule, au Québec, à pratiquer l'abattage rituel.

Interrogé sur la question de la souffrance de l’animal lors de l’abattage, l'imam Marzougui Habib, de l'Association des viandes halal, a expliqué à Radio-Canada que dans le rite halal, le boucher musulman doit égorger manuellement l'animal, avec une scie, pour qu'il se vide de son sang. Selon lui, de cette façon l'animal ne souffrirait pas. « Le processus d'abattage pour produire de la viande halal peut être concilié sans problème avec les techniques d'insensibilisation en vigueur dans l'industrie. Ce qui est important pour nous, c'est que l'animal doit être vivant au moment où il est égorgé. Mais s'il est insensibilisé, ce n'est pas grave », continue l’imam.
Le ministère de l'Agriculture s'en mêle...

Cependant, le ministère de l’Agriculture des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec dispose d’un certain nombre d’inspecteurs pour que le ministre ait un « portrait clair » des dégâts de la viande halal, mentionne Radio-Canada en ajoutant que les consommateurs doivent faire un choix éclairé sur la provenance des produits alimentaires qu’ils consomment.

Pour sa part, la Coalition avenir Québec demande au gouvernement de rendre obligatoire l'étiquetage de la viande halal et casher au Québec. « Nous partageons les craintes de plusieurs citoyens et experts concernant le bien-être des animaux abattus dans certaines installations et nous jugeons que le gouvernement doit mieux informer la population concernant l'étendue de cette pratique », dit Benoit Charrette, porte-parole de la CAQ responsable des communautés culturelles. En outre, le porte-parole d'Olymel, précise que la certification halal « n'a absolument rien changé dans les méthodes d'abattage, dans les méthodes de travail, pour le personnel ou pour les travailleurs qui sont sur les lignes de productions ».

ya biladi

ahmed67
24/03/2012, 22h42
il me semble bien que c'est ce que demande aussi les musulmans :un étiquetage et une seule norme

massinissa
25/03/2012, 16h37
Vous ne semblez pas avoir bien compris. S'il ne s'agissait que de hallal il y aurait eu certainement une loi et depuis longtemps, mais le casher est aussi concerné donc pas de loi, c'est pourtant simple à comprendre non ?
Quant à l'étiquetage sur la méthode d'abattage ceci est souhaité depuis longtemps par les musulmans car celà permettra de mettre fin au faux hallal (c'est à dire la très grande majorité de ce qui est estampillé hallal. Le pb est que celà n'est souhaité ni par la communauté juive, ni par les industriels.D'une part, pour les juifs, meme si l'animal est abbatu de façon casher identique à la méthode halal, les 2/3 ne sont pas consommés (partie arrière de l'animal) et sont donc écoulés dans le circuit normal, les français consomment du casher depuis des décennies sans le savoir. De ce fait si il y avait un étiquetage, le prix de la viande casher s'envolerait.
Car, en la matière, tant que l'on parlait de hallal toute la droite s'en ai donné à coeur joie, il a suffit que Fillon prononce "casher" pour que la fin de la récréation ait été sifflée. Donc, merci de rendre à César ce qui appartient à César, les musulmans n'ont eu aucun poids dans cette affaire.

Upper95

Hyde
25/03/2012, 17h28
la question qui me turlupine concernant les musulmans du Canada est la suivante: ça ne leur pose pas un problème de conscience de vivre au sein d'une société qui reconnait officiellement d'une façon ou d'une autre l'union entre homos (pour les enfants. les futures générations)? c'est un truc qui n'est vraiment pas du tout halal. je me demande si cette question n'est pas plus importante que l'étiquetage sur des boîtes de conserve?

Hamza
26/03/2012, 05h00
Bonsoir Hyde,

La question du mariage gay est une affaire canado-canadienne. Cela ne nous concerne en aucun cas, en quel droit nous allons commencer à imposer des lois pareilles dans un pays qui n'est pas du tout musulman?

Pour la question du Hallal, que dire? Faute de trouver du concret pour se trouver une place dans le gouvernement ou pour s'y imposer, on se rabatte sur la question du Hallal, de l'islam et des arabes pour mieux monter en popularité. Tout comme ce qui se passe en France.

Il faut le dire, on est à la monde ces temps ci..

Cell
26/03/2012, 12h10
le libraire, qui dit aujourd'hui être en rupture de stock,

ca va ***** Grave sous les chaumiéres ........ :mrgreen:. un couscous mal assaisonné et Baf .....

Hyde
26/03/2012, 17h30
ne détourne pas le sujet. je n'ai pas dis qu'il faut imposer quoi que ce soit aux canadiens. les canadiens peuvent faire ce qu'ils veulent. même se marier avec des animaux. ça ne me dérange pas du tout.

Nazim85
26/03/2012, 17h36
Halal : Le Canada s'empare également de la polémiqueÇa s’arrêtera quand quelqu'un prononcera le mot «casher».

massinissa
26/03/2012, 21h19
Ça s’arrêtera quand quelqu'un prononcera le mot «casher».
__________________

C'est triste à dire mais c'est vrai!

ahmed67
26/03/2012, 22h25
en France, on as eu l'exemple il ni as pas très longtemps d'ailleurs

Cookies