PDA

Voir la version complète : Mohamed Merah a eu un plaisir infini à tuer


Hyde
25/03/2012, 17h38
Le Journal du Dimanche dévoile des échanges entre le tueur et les policiers. On apprend que le jeune homme a regretté d'avoir manqué la rentrée des classes de l'école juive ce qui lui aurait permis de faire plus de victimes.

Les policiers du Raid l'ont dit et redit. Lors des premières heures du siège de l'appartement de Mohamed Merah, ce dernier a beaucoup parlé. Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, puis le directeur de la Direction centrale des renseignements intérieurs, Bernard Squarcini, avaient évoqué une partie de ces échanges. Le Journal du dimanche en dévoile de nouveaux.

• Un «plaisir infini» à tuer
Mohamed Merah a confirmé qu'il n'avait jamais voulu accepter un attentat ou une mission suicide car il voulait multiplier les attaques «qui ont mis la France à genoux». Ressentant un «plaisir infini» lors de ses équipées meurtrières, le jeune homme de 24 ans avait besoin «de voir, de toucher et de filmer ses victimes» grâce à la caméra qu'il portait sur lui. Il affirme avoir transmis ces vidéos «à des frères» qui les mettront en ligne. Selon le procureur de Paris, elles seraient déjà disponibles mais personne ne sait où.

• Ses cibles
Comme le confiait dès vendredi Bernard Squarcini, Merah n'avait pas prévu initialement de se rendre au collège-lycée juif d'Ozar-Hatorah. Mais le militaire qu'il visait ce lundi n'est pas sorti de chez lui. Connaissant bien le quartier, le djihadiste s'est replié sur l'école. À ce titre, il regrette d'avoir manqué à quelques minutes près la rentrée des classes. Sans ce retard, il aurait pu faire bien plus de victimes. Merah envisageait d'ailleurs de s'attaquer à d'autres établissements juifs.

Le Journal du dimanche révèle aussi l'identité de deux autres cibles policières: le chef de brigade anti-criminalité de Toulouse dont il avait repéré le domicile, et la policière de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) qui l'avait interrogé lors de son retour du Pakistan. À cet officier, dont il avait requis la présence lors du siège du Raid, il avait confié «j'allais te fumer». Cet agent est très secouée.

Mohamed Merah ne comptait sans doute pas rester dans la région Midi-Pyrénées. Fin février, Merah avait loué une Clio et une Megane, ce qui suggérerait un possible changement de mode opératoire. Le début d'un «road-movie meurtrier», estiment les policiers. Merah estimait que «tuer un soldat français en France aurait le même retentissement que tuer dix soldats français en Afghanistan». Toutefois, le jeune homme assure avoir visé lors de ses attaques à Toulouse et Montauban des militaires et non des «soldats maghrébins».

• Son parcours au Pakistan et en Afghanistan
C'est la partie des confessions de Merah qui suscite le plus de scepticisme des enquêteurs. Le parcours que leur a décrit le jeune homme ne correspond à aucun modèle connu des renseignements français et pakistanais. En outre, ils estiment que le Toulousain a séjourné trop peu de temps au Pakistan pour être formé. D'ailleurs, il ne savait pas manier les explosifs. Au lieu d'être passé par des camps d'entraînement collectifs, Merah a confié à la police avoir été formé «sur mesure» par un instructeur particulier, qui souhaitait des attentats à Paris.

Dimanche, des talibans pakistanais ont indiqué que le Toulousain avait séjourné dans l'un de leurs camps du Nord-Waziristan, à la frontière afghane, mais ont démenti tout lien avec les actes de Merah.

• Sa famille
Aux hommes du Raid, le jeune homme n'a manifesté aucun intérêt pour le sort de ses frères et ses sœurs. En revanche, il se montrait concerné pour sa mère. Le JDD confirme ce que l'on savait déjà: Mohamed Merah a dédouané son frère aîné Abdelkader, répétant qu'il ne lui faisait pas confiance. Merah assure être devenu un «autodidacte de l'islam» après avoir lu «seul» le Coran en prison lors de sa peine de 21 mois en 2007. Libération notait que lors de son hospitalisation pour soigner une hépatite A contractée au Pakistan, Merah recevait la visite de barbus et de femmes voilées et aurait refusé d'être soigné par des femmes.

Source: Le Figaro

massinissa
25/03/2012, 17h40
oui maintenant qu'il est mort une balle entre les deux yeux, on peut lui faire dire ce qu'on veut, même si c'est le frère qui le dit.

Hyde
25/03/2012, 18h09
Le corps de Mohamed Merah a été criblé de balles (titre)

Le meurtrier présumé a succombé jeudi matin à deux tirs mortels après avoir été atteint par vingt projectiles, selon les premiers résultats de l'autopsie. Les gardes à vue de la famille Merah ont été prolongées, mais la mère pourrait bientôt être libérée.

Les premiers résultats de l'autopsie de Mohamed Merah sont tombés. L'auteur présumé des tueries de Toulouse et Montauban a succombé à deux tirs mortels pendant l'assaut du Raid jeudi matin à son domicile, selon les résultats partiels de l'autopsie pratiquée à Bordeaux et révélés vendredi par leparisien.fr. «L'un a touché le forcéné sur le côté gauche du front, l'autre a traversé son abdomen, entrant par le flanc droit et sortant par le gauche», a indiqué une source judiciaire au site internet, précisant qu'on «ignore laquelle de ces deux balles a été tirée la première».

Les résultats révèlent par ailleurs que le corps de Mohamed Merah avait auparavant été «criblé de balles», avec au moins vingt projectiles reçus sur le corps, dont la majorité sur les bras et les jambes, alors que le forcené se trouvait de dos. L'examen a aussi confirmé que malgré les rafales, le jeune homme était bien vivant lorsqu'il se trouvait sur le balcon, ajoute leparisien.fr. Son corps se trouvait toujours vendredi après-midi à l'Institut médico-légal de Bordeaux, où des analyses complémentaires - notamment toxicologiques - doivent être menées.

Recherche de complices
Parallèlement à ces nouvelles informations sur le raid de jeudi matin, la famille du tueur présumé continuait vendredi d'être interrogée par la police judiciaire. Dès mercredi matin, alors que le Raid menait un premier assaut dans l'appartement de Mohamed Merah, la mère du suspect, son frère et la compagne de ce dernier étaient arrêtés. La nuit dernière, la garde à vue des trois proches a été prolongée, mais la mère va être libérée dans les prochaines heures selon une source judiciaire. En matière terroriste, la garde à vue peut durer quatre jours, en l'occurrence jusqu'à dimanche matin.

Les enquêteurs cherchent à savoir si Mohamed Merah a bénéficié de complicités, notamment pour se procurer tout le matériel qui a servi à son périple meurtrier à Toulouse et à Montauban. Les investigations «vont porter désormais sur la recherche de tout complice qui soit l'aurait convaincu de commettre ces actes, soit lui aurait fourni les moyens de les commettre», a déclaré jeudi le procureur de Paris François Molins.

Mohamed affirmait ne pas avoir confiance en son frère
Selon des sources proches de l'enquête, son frère aîné, Abdelkader, a affirmé tout ignorer des projets criminels de Mohamed. Mais plusieurs témoins l'ont présenté comme apparemment plus engagé dans le combat islamiste, ce qui pose des questions sur son rôle dans la radicalisation de son petit frère. En outre, les enquêteurs, qui ont perquisitionné pendant plusieurs heures mercredi au domicile d'Abdelkader, ont trouvé des explosifs dans sa voiture, selon une source policière.

Interrogé par le Monde sur le cas d'Abdelkader, le patron du renseignement intérieur, Bernard Squarcini, estime que «ce n'est pas le même type de personnalité» que son frère. Il explique qu'il est parti «en juillet 2010 dans une école coranique en Égypte», ajoutant que ce n'est «pas la même formation». Bernard Squarcini rapporte enfin que Mohamed a tenté avant sa mort de dédouaner sa famille de toute responsabilité: «Moi je n'ai pas confiance en mon frère, je ne lui ai jamais dit ce que je faisais. Ni à ma mère», a-t-il dit pendant les négociations avec les forces de l'ordre.

source: Le Figaro

papi
25/03/2012, 18h16
Maintenant on va lui imputer tous les maux de la planète.
Je pense que ce Merrah est pour quelque chose dans les causes du trou d'Ozone, la sécheresse , la faim dans le monde et quoi encore...

Cookies