PDA

Voir la version complète : La mauvaises gouvernance en Algérie


Fouad
26/03/2012, 12h11
Tension persistante à l'Ouest: L'inexplicable crise du carburant par Houari Saaïdia & A. H.

Après une courte «accalmie», la tension sur le carburant est de retour dans l'Oranie. Des stations-service prises d'assaut par de longues files d'attente à longueur de journée, d'autres ont les réservoirs à sec dès la mi-journée ou un peu plus tôt. Ce sont, a priori, les mêmes signes avant-coureurs de la pénurie enregistrée en début d'année à l'ouest du pays et qui s'était propagée à l'est au fil des jours. Mais ce serait de l'anticipation que de comparer la situation actuelle à la crise de janvier-février, surtout en l'absence d'informations officielles sur les récentes perturbations. Tension passagère ou début d'une pénurie qui va perdurer ? En fait, la tension sur ce produit a commencé jeudi dernier, car l'ensemble des points de distribution de la région ouest n'a pas été ravitaillé en «super» ce jour-là, selon des informations concordantes recueillies auprès de plusieurs gérants de stations-service et confirmées par le représentant au niveau d'Oran de l'Union nationale des investisseurs propriétaires et exploitants de relais et de stations-service (Uniperst), Allali Omar. La livraison du super ne s'est faite que dans la nuit du jeudi au vendredi. «Il n'en fallait pas plus pour créer la psychose chez les consommateurs», explique le même représentant. Cependant, si ce retard de 24 heures dans l'arrivage du seul type d'essence super peut expliquer l'affluence extraordinaire sur les pompes le lendemain (vendredi) et même à un degré moindre le surlendemain (samedi), cette version devient en revanche franchement insoutenable quand on voit la tension persister jusqu'à hier dimanche sans s'atténuer d'un iota. En effet, hier matin, la quasi-totalité des stations-service d'Oran affichait carburants indisponibles, tous types confondus pour certaines et seulement le super et le sans-plomb pour d'autres, alors que les rares points de vente où tous les produits existaient à l'instar de celui d'El-Bahia étaient littéralement envahis par les véhicules de différentes wilayas. Là, dans cette station plutôt «régionale» puisque toutes les wilayas s'en approvisionnent indirectement, les nombreuses files d'attente, qui débordaient jusque sur les quatre routes de ce carrefour giratoire causant d'énormes problèmes de circulation, avançaient au compte-gouttes puisque tous les clients faisaient le plein et certains remplissaient en plus des jerricans «de secours» qu'ils mettaient dans le coffre ou dans un coin de la remorque. Les professionnels évoquent un autre fait -qui paraît plausible a priori- qui a une part de responsabilité dans les perturbations que connaît le circuit de la distribution du carburant, à savoir un gros manque dans la flotte des camions-citernes qui livrent le produit aux points de vente. Le parc roulant disponible (celui de Naftal et des sous-traitants privés) est fort disproportionné avec la demande à l'échelle de la région ouest. C'est le constat fait par plus d'un. En d'autres termes, explique-t-on, il va falloir tripler la flotte existante pour garantir un service normal d'acheminement du carburant aux douze wilayas de l'ouest, à partir du dépôt de Petit Lac, à Oran. Ce déficit dans les moyens de transport étant, la situation s'est compliquée davantage avec l'affectation d'une partie de la flotte pour acheminer du carburant au dépôt de Petit Lac à partir de la wilaya d'Alger, desservie par la raffinerie de Skikda par pipe. Ce mode de transport par route ne concerne toutefois pas le sans-plomb, lequel est transporté de Skikda à Oran ou en transitant par le dépôt d'Alger au moyen de bateau. C'est ce qui explique d'ailleurs, ajoutent nos interlocuteurs, la raison pour laquelle le sans-plomb n'a pas été concerné par la pénurie à proprement parler survenue en début d'année, mais que l'indisponibilité ponctuelle et partielle de cette essence était plutôt un effet collatéral, en ce sens qu'on se rabattait sur le sans-plomb faute de super.

Un responsable au niveau de la station-service d'El-Bahia, principal ravitailleur d'Oran, explique pour sa part qu'avec l'arrêt à nouveau de la raffinerie d'Arzew, il y a quelque temps, les quotas en carburant des différentes wilayas de l'ouest ont été revus à la baisse, de la moitié jusqu'au tiers parfois, précise-t-il. Cela, poursuit-t-il, a eu pour conséquence d'accentuer un déséquilibre qui existait déjà dans la répartition du produit par départements. «Auparavant, précisément avant la mise à l'arrêt de la raffinerie d'Arzew, les automobilistes de Tlemcen, et même ceux s'adonnant à la contrebande du carburant, se ravitaillaient de la wilaya voisine d'Aïn Témouchent, dont la consommation locale ou interne pour ainsi dire est faible par rapport au quota livré. Mais à présent, avec le rationnement des quotas, il y a eu comme une sorte de tarissement de la source Aïn Témouchent, ce qui a eu pour effet un rabattement massif sur Sidi Bel-Abbès autoroute Est-Ouest aidant, laquelle wilaya a ‘répliqué' à cette sur-demande en allant puiser dans la source Oran. Et la boucle est bouclée !» Et le même responsable de la station-service El-Bahia de livrer quelques chiffres pour donner une idée, dans l'absolu, de l'immense offre que fournit quotidiennement cette station régionale actuellement: 54.000 litres de gasoil par jour, 32.000 litres/jour de super, 18.000 litres/jour de sans-plomb et 5.000 litres/jour de normal.

LES JERRICANS REMPLACENT LES POMPES !

A Sidi Bel-Abbès, à l'instar des autres wilayas de l'ouest, particulièrement Tlemcen où la situation dépasse l'entendement, la pénurie du carburant est devenue un phénomène banal et les longues files d'attente devant les stations-service continuent de faire partie des décors de la ville. Les stations approvisionnées de temps à autre sont aussitôt prises d'assaut pour ensuite annoncer le tarissement des citernes le plus souvent en moins d'une heure et les jerricans remplacent les pompes au grand dam des automobilistes. Du côté des gérants des stations d'essence, du moins ceux que nous avons contactés, c'est l'incompréhension totale du fait que l'approvisionnement n'est plus régulier comme il y a presque une année. Certains sont obligés d'assurer eux-mêmes le transport pour espérer décrocher de 3.000 à 5.000 litres parfois tous les trois jours. Certains privés dont les charges sont importantes, a-t-on confié, sont obligés de recourir à la sous-traitance auprès de revendeurs Naftal dans d'autres wilayas. Les trois stations de Naftal situées sur la route d'Oran sont à longueur de journée sous pression surtout lorsque les pompes fonctionnent. A cette crise aigue du carburant qui perdure, personne n'est en mesure de fournir des explications convaincantes y compris la direction de Naftal qui se confine dans son mutisme, car toutes nos tentatives d'entrer en contact avec le service commercial sont demeurées vaines et les deux lignes téléphoniques sont restées aux abonnés absents

Le quotidien d'Oran

mister-T
26/03/2012, 14h43
à cause des voisins à l'ouest des ALGERIENS se retrouvent pénalisés , et ils veulent qu'on leurs ouvrent la frontière !!

Fouad
26/03/2012, 15h48
Mon cher mister-T !!!

D'aprés vous, alors, les belges et les espagnoles, par exemple, vont fermer leurs frontières avec la France pour empêcher les Français de venir chez eux remplir du carburant comme ils le font et éviter ainsi la pénurie chez eux ?????

Ce n'est a mon, avis,qu'un problème de mauvaise gestion, d'incompétance et de laisser aller comme tous les problèmes particuliers a notre cher Pays!!!!!!

Tantôt c'est le manque de liquidités dans les bureaux de poste, tantôt c'est le manque de médicaments pour soigner le cancer, tantôt c'est le manque d'imprimés de l'etat civil, tantôt c'est le manque ou l'absence de l'huile de vidange, tantôt c'est le manque de ciment,tantôt c'est le manque de vignettes automobiles, tantôt c'est le manque de carburant etc... !!!

Il n'y a aucune sanction et personne ne rend de compes; C'est scandaleux cette manière de conduire les affaires d'un aussi beau pays aussi riche !!!!!!!!!

Si ce n'était qu'un problème de contre bande, les responsables chargés de protéger nos frontières et notre économie auraient dû aussi trouver depuis longtemps des solutions pour la limiter car ils sont, tout simplement, grassement payés pour celà justement!!!!!!!!

Algerinho
26/03/2012, 16h12
*****

== MODERATION ==
Soyez poli et évitez les attaques personnelles - Lisez la charte du forum

Fouad
26/03/2012, 19h27
Algerinho!!
Tu t'acharne de faire de moi un Marocain car tu confonds le nationalisme par rapport a l'amour de son pays avec le nationalisme par rapport a la soumission a ceux qui le dirigent !!!!!!!
L'Algérie n'appartient pas une personne ou a un groupe de personnes mais a tous les Algériens et chacun d'eux a sa manière de voir les choses et de s'exprimer aussi, même si celà ne plait pas toujours a tout le monde!!!!!!!!
Je suis un homme objectif et pragmatique tout simplement!!!!!

Je te répéte encore une fois ,monsieur le super Algérien, que je suis Algérien fils de Moudjahid et de Moudjahida et je suis fiert de l'être !!!!!!
Mes Parents, comme beaucoup de Nationalistes Algériens et non Algériens, ont pris les armes pour lutter contre l'injustice, le favotitisme et la hogra du colonialisme. C'est pourquoi je dirai haut est fort tout ce qui ne vat pas bien dans mon pays et je metterai en évidence tous les progrés éventuels mais je ne serai jamais un béni oui oui ou un soumis par interets!!

Les hommes ne sont que des hommes et si l'on ne critique pas leurs actions et si ils ne sont pas ouverts au dialogue ils ne pourront jamais s'améliorer!!!!!

celà étant dit, je n'aurai pas du tout été géné si j'étai marocain, Sénégalais ou Italien; Partout il y a du bon et il y a du mauvais!!!Les Algériens ne sont ni mieux ni pire que les autres; Ils ne sont que comme les autres humains!!!!!!
J'éspère que pour cette fois ci tu as compris ce que je veux dire. Si non, il vaut mieux que tu t'abstienne de me répondre la prochaine fois car nous avons des idées diamétralement opposées toi et moi!!!!

Hyde
26/03/2012, 19h34
Naftal n'a qu'à aligner les prix du carburant sur ceux des voisins. comme ça au moins, c'est Naftal qui va s'en mettre plein les fouilles! et plus de trafic. je ne vois pas pourquoi les algériens ont-ils ce privilège unique au monde de rouler sans compter alors que partout ailleurs (en Europe par exemple) on compte les kilomètres tellement l'essence est cher. en Algérie on flambe le carburant pendant des heures bloqués dans les embouteillages. quel luxe! l'essence batel ou d'zaïr machi m'liha.

rodmaroc
26/03/2012, 19h40
Naftal n'a qu'à aligner les prix du carburant sur ceux des voisinsbah voilà....et que l'etat donne une aide directe à ceux qui en ont vraiment besoin.

Hyde
26/03/2012, 19h45
surtout pas d'aide. sinon ça sera comme pour les cartes d'anciens moudjahid. tous les algériens vont décrocher cette aide et on sera reparti à zéro. on est pas tous obligé de tous rouler en voitures individuelles. y a les transports en commun. et y a le train 11.

ahmed67
26/03/2012, 19h49
et encore heureusement que la plupart roule au gaz :mrgreen:sinon????

mister-T
26/03/2012, 20h29
Mon cher mister-T !!!

D'aprés vous, alors, les belges et les espagnoles, par exemple, vont fermer leurs frontières avec la France pour empêcher les Français de venir chez eux remplir du carburant comme ils le font et éviter ainsi la pénurie chez eux ?????

bonsoir cher monsieur Foued

d'aprés vous , pour quelle raison devrait le contribuable ALGERIEN supporter cette lourde dépense qui ne sert en rien l'économie national ?

ps: comparer les pays de l'ensemble européen n'est pas un bon exemple à mon avis , vous ne trouvez pas ? par contre l'exemple d'un pays comme la Turquie dans ce même cadre avec la communauté européenne serait plus approprié , et je pense que le protectionnisme accru qui règne avec cette dernière entité n'est plus à présenter !!

plus sérieusement je pense qu'il est impératif d'éradiquer toute forme de contrebande , tan qu'il n'y a pas d'ensemble économique , il y a trop de parasites qui subtilisent nos richesses

Ce n'est a mon, avis,qu'un problème de mauvaise gestion, d'incompétance et de laisser aller comme tous les problèmes particuliers a notre cher Pays!!!!!!

Tantôt c'est le manque de liquidités dans les bureaux de poste, tantôt c'est le manque de médicaments pour soigner le cancer, tantôt c'est le manque d'imprimés de l'etat civil, tantôt c'est le manque ou l'absence de l'huile de vidange, tantôt c'est le manque de ciment,tantôt c'est le manque de vignettes automobiles, tantôt c'est le manque de carburant etc... !!!

il est vrai que la mauvaise gestion règne dans pratiquement tout les domaines
mais il faut aussi avouer que pour le carburant & les produits subventionnés , la contrebande et le parasitage y est pour beaucoup !!

Il n'y a aucune sanction et personne ne rend de compes; C'est scandaleux cette manière de conduire les affaires d'un aussi beau pays aussi riche !!!!!!!!!
je partage votre avis , l'ALGERIE a besoin de ces enfants justement pour ça , a nous de nous impliquer , chaque un dans son domaine , pour la gloire de notre nation .


Si ce n'était qu'un problème de contre bande, les responsables chargés de protéger nos frontières et notre économie auraient dû aussi trouver depuis longtemps des solutions pour la limiter car ils sont, tout simplement, grassement payés pour celà justement!!!!!!!!

c'est la ou justement se situe le problème (à mon avis) , un bakchiche de quelques secondes , coute plus qu'une journée entière de travail !

mais il reste d'autres approches plus pertinentes , qu'il faut étudier

wisdom
26/03/2012, 20h45
Il est clair qu'à l'est comme à l'ouest, cette crise du carburant est le résultat de la complaisance, pour ne pas utiliser le gros mot et dire corruption de la douane, mais surtout ça témoigne de l'absence de l'état

Hyde
26/03/2012, 21h28
même avec la meilleure des douanes au monde (ce qui n'existe pas) on ne peut pas empêcher le trafic de carburant. c'est l'écart des prix du carburant de part et d'autre de la frontière qui pose problème. en Algérie, le carburant est l'un des moins chers au monde. dans ces conditions le trafic est inévitable. on ne va tout de même pas mobiliser la douane, la gendarmerie, et l'Armée pour "quelques litres" de perdus. l'Etat n'a qu'à augmenter les prix. c'est aussi simple que ça.

wisdom
26/03/2012, 22h53
Je suis désolée, il ne s'agit pas de quelques litres, c'est de l'économie d'un pays qu'il s'agit, sans compter une population prise en otage, avec des files d'attentes qui n'en finissent jamais, et où le citoyen est appelé à faire des centaines de kilomètres pour s'approvisionner, Sans oublier cette jeunesse qui quitte l'école pour se lancer dans ce trafic très lucratif.

A mon avis un tel déséquilibre social doit bénéficier d'une mobilisation au plus haut niveau

Hyde
27/03/2012, 01h30
ce trafic est très lucratif à cause de la différence importante des prix entre l'Algérie et le Maroc. tant que cette différence de prix restera importante, le trafic persistera.

abdelbaki
27/03/2012, 05h33
Il y a deux contradictions dans ce trafic:



Premièrement, les frontières devraient être contrôlées, et s'il y a trafic d'envergure c'est que le contrôle n'existe pas ou trop peu.
Deuxièmement, les relations entre ces deux pays sont tendus au point que les frontières sont supposées être plus fermées qu'ailleurs voire tout simplement fermées.


Conclusion: à quoi bon parler de souveraineté quand on ne peut pas même contrôler les frontières ?

Cookies