PDA

Voir la version complète : Djezzy serait valorisé 6,9 milliards de dollars


BeeHive
28/03/2012, 16h25
La cotation de l’action Orascom Telecom a été suspendue, ce mercredi 28 mars en début d’après-midi, à la Bourse du Caire dans l’attente d’une annonce importante du groupe. L’annonce concerne la valorisation de Djezzy, la filiale algérienne de l’opérateur mobile égyptien, que l’Etat algérien souhaite acquérir. Selon des sources de marché au Caire, l’opérateur algérien a été valorisé à 6,9 milliards de dollars.

L’Algérie négocie avec l’opérateur russe Vimpelcom, maison-mère d’Orascom Télécom, l’acquisition d’au moins 51% de Djezzy. Récemment, le ministre des Finances Karim Djoudi avait émis le souhait de voir la transaction aboutir avant la fin du mois de mars.

Sonia Lyes, TSA

BeeHive
28/03/2012, 16h40
Djezzy rentre sur la marché Algérien en 2002 avec 737 millions de dollars pour la licence, et probablement autant en investissement pour son installation. Cela fait un retour sur investissement de l'ordre de 50%/an, très belle performance.

BeeHive
28/03/2012, 16h43
Djezzy condamné à une nouvelle amende de 1,3 milliard de dollars

Orascom Telecom Holding (OTH) a annoncé, ce mercredi 28 mars dans un communiqué, que la justice algérienne a condamné sa filiale locale Djezzy à une nouvelle amende de 99 milliards de dinars, soit près de 1,3 milliard de dollars. Cette condamnation vient s’ajouter au redressement fiscal déjà subi par l’opérateur et à d’autres amendes infligées par la justice depuis le début du conflit entre OTH et l’État algérien.
Un membre de la direction de Djezzy a également été condamné dans cette affaire liée à une plainte de la Banque d’Algérie, précise le groupe égyptien. La plainte remonte à 2010 et concerne des accusations de violation de la législation algérienne sur les changes. Orascom Telecom Algérie (OTA), qui exploite la marque commerciale Djezzy, affirme avoir agi en conformité avec la loi, ajoute le communiqué. Elle a décidé de faire appel du jugement prononcé. Un appel qui suspend les peines prononcées, précise encore le communiqué. OTH affirme soutenir la direction d’OTA dans ses démarches.

Ces condamnations interviennent alors que le gouvernement algérien négocie le rachat d’au moins 51 % de l’opérateur Djezzy. Ce mercredi, la cotation de l’action Orascom Télécom a été suspendue à la Bourse du Caire. Le marché attend l’annonce d’un accord sur la valorisation de Djezzy. Elle pourrait atteindre 6,9 milliards de dollars.

Ali Idir, TSA

BeeHive
28/03/2012, 16h49
Donc pour 51% que veut acquérir l’Algérie, elle devra payer (6,9-1.3)/2 = 2.8 milliards de dollars.

Ils sont têtus les algériens, ils ont dit à l'égyptien qu'on ne payera pas plus de 3 milliards de dollars, ça ne rigolait pas, quitte à réinventer les maths :mrgreen:

haddou
28/03/2012, 17h51
tu ne donnes pas de précision sur l'organisme qui a valorisé DJEZZY ? est ce l'etat algerien ou un un cabinet international

BeeHive
28/03/2012, 18h04
La valorisation a été faite par le cabinet International Shearman & Sterling.

-------
L’évaluation d’Orascom Telecom Algérie (OTA), confiée par l’Algérie au cabinet d’affaires international Shearman & Sterling LLP-France, a été achevée, a indiqué hier le ministre des Finances, Karim Djoudi.

Le ministre, qui s’exprimait en marge d’une séance plénière du Conseil de la nation, n’a cependant pas avancé le montant de cette évaluation, soumise à un accord de confidentialité entre l’Algérie et le propriétaire majoritaire d’OTA, le russo-norvégien Vimpelcom. L’évaluation élaborée par le cabinet d’affaires de Vimpelcom a été également achevée, selon M. Djoudi. «Nous avons reçu l’évaluation, le partenaire étranger aussi a fait son évaluation et nous sommes en négociations» pour la finalisation de l’opération de rachat de Djezzy, a-t-il poursuivi. M. Djoudi avait, à maintes reprises, émis le souhait de voir cette transaction s’achever avant la fin du trimestre en cours.

Le data room de l’opérateur de téléphonie mobile OTA avait été ouvert fin décembre, à la faveur de la signature d’un accord de confidentialité avec Vimpelcom. «A l’origine de la transaction, nous avons fait prévaloir le droit de préemption. Aujourd’hui, nous sommes dans une opération de rachat. Sur le plan pratique, il faut que l’opération puisse s’opérer dans les meilleures conditions», avait récemment précisé M. Djoudi. Vimpelcom avait racheté, en mars 2011, le groupe italien Wind Telecom qui détenait 51% d’OTH, propriétaire majoritaire d’OTA. Le groupe russe a accepté de céder la majorité du capital de Djezzy sous réserve d’un prix «acceptable».

rodmaroc
28/03/2012, 18h19
@beehive
Tu racontes n'importe quoi mon ami.
je te propose de lire ce vieil article d'el watan
Décidément, les tractations ont commencé entre le nouveau acquéreur d'Orascom Télécom, Vimpelcom, et le gouvernement Algérien. Or, les russes ont d'ores et déjà fait preuve d'un grand appétit. Et pour cause, les Russes exigent pas moins de 8 milliards de dollars pour céder Djezzy au gouvernement.

Le feuilleton Djezzy ne cesse apparemment de nous livrer des rebondissements. Les Russes de Vimpelcom viennent cette fois-ci de s'engouffrer dans ce dossier en proposant de tout faciliter au gouvernement. Or, pour ce faire, l'Etat Algérien doit payer rubis sur ongles pour espérer devenir le premier actionnaire de Djezzy.

"Nous sommes tout à fait ouverts à une vente si l'acquisition se fait à un prix normal, si cela se fait pour un prix équitable", a déclaré dans ce sens le patron du géant russo-norvégien Vimpelcom, Alexander Izosimov, nous apprend mercredi l'AFP. Le prix équitable, a-t-il dit, "se situe quelque part aux alentours de 8 milliards de dollars".

"C'est 7,8 milliards de dollars", précisément, a-t-il ajouté, selon l'AFP, en marge des entretiens d'hommes d'affaires russes avec les Algériens dans le cadre du forum russo-algérien organisé à l'occasion de la visite d'une journée du président russe Dmitri Medvedev à Alger.

Pour rappel, des son arrivée à Alger, le patron de Vimpelcom a ouvert toutes les portes pour une vente de Djezzy. "Si le gouvernement insiste, nous serons naturellement prêt à considérer la vente de cet actif au gouvernement", avait-il déclaré dans un premier temps.

Ce qui démontre que les Russes sont venus en Algérie pour revenir avec un chèque signé par les autorités Algériennes. Mais à ce prix, le gouvernement Algérien risque fort de ne pas conclure l'affaire. Il faut savoir que le même montant avait été exigé par Naguib Sawiris il y a quelques mois pour céder définitivement Djezzy.

Mais l'Etat Algérien avait refusé de payer une telle somme estimant que Djezzy ne valait pas plus de 3 milliards de Dollars. Mais le voila aujourd'hui confronté à un autre interlocuteur. Et ce dernier n'est pas vraiment commode puisque, lui aussi, rêve de décrocher le jackpot en Algérie.
Abderrahmane Semmar

Medgasen
28/03/2012, 19h59
non il est a 6.4, donc 3.2-1.3= 1.9, mais rien n est gagne pr le moment.

BeeHive
28/03/2012, 20h23
Merci Medgasen pour la correction, effectivement c'est 6.9/2-1.3 = 2.15 milliards de dollars.

D'autre source parle d'une valorisation a 6.5 milliards. Peut être que l'une vient du cabinet international sollicité par l’Algérie (6.5 M) et l'autre de la valorisation faite par Vimpelcom (6.9 M).

Medgasen
28/03/2012, 21h50
j ai lu que l algerie doit payer 6.5 pour seulement 51% j espere que j ai tord

Accpluscan
28/03/2012, 22h24
Dites-moi, combien les Russes ont-ils paye pour acquerir cette socite?
Quand a l'amende, tout le monde connait la competence, l'integrite et surtout l'independance de la justice Algerienne pour qu'un jugement rendu par elle puisse avoir un poid sur le plan international !

BeeHive
29/03/2012, 00h06
j ai lu que l algerie doit payer 6.5 pour seulement 51% j espere que j ai tord

J'ai vu aussi l'information, mais elle n'est pas crédible, car la valorisation serait alors de 13 milliards, et Sawiris n'est pas con pour sous-estimer sa compagnie et être prêt à la céder a la moitie de son valeur (7.8 milliards proposé par MTN Sud Africain).

BeeHive
29/03/2012, 00h20
Dites-moi, combien les Russes ont-ils paye pour acquerir cette socite? Le russe Vimpelcom a racheté pour un total de 6.6 millards de dollars 51% de l'Orascom Telecom Holding et 100% du 3eme opérateur mobile italien Wind.

Il faut savoir que Orascom Holding inclue en dehors de Djeezy, plusieurs filiales telecom dont une en irak, au pakistan, en coree du nord, ... Et que Orascom a racheté l'italien Wind pour 15 milliards de dollars en 2007, la différence est énorme, il y a du avoir un problème dans Wind et Orascom a du faire une très mauvaise affaire.


Quand a l'amende, tout le monde connait la competence, l'integrite et surtout l'independance de la justice Algerienne pour qu'un jugement rendu par elle puisse avoir un poid sur le plan international ! L'Algérie n'a pas encore fini de régler ses comptes avec Orascom après l'arnaque (dans les règles) en milliards dans l'affaire Lafarge. C'est un monde sans pitiés ou tous les coups sont permis, pourvu qu'on respecte les lois. Et les 99 milliards de dinars d'amende ont tout l'air d’être le cout de la sanction maximale pour fraude dans les lois algériennes et indépendamment du cout réel de la fraude (à vérifier).

Accpluscan
30/03/2012, 16h37
mersi BeeHive, pour ces explications et si je t'ai bien compris, ce sont les Ruuso0Finlandais qui ont realise la meilleure affaire.

Nazim85
30/03/2012, 21h26
Le pouvoir Algérien distribue de l'argent tous azimuts.
Les Dinars (augmentation de salaires, ANSEJ, corruption generalisée...) pour calmer les contestataires internes et les Dollars (Djezzy, Anadarko...) pour les contestataires externes.
De toutes façons, Dinars et Dollars n'appartiennent pas à ce pouvoir spoliateur. C'est de l'argent détourné aux vrais propriétaires que sont les Algériens.

Neutrino
02/04/2012, 13h22
et le montant des transferts illicites? à combien s'élève-t-il?

à 10%, ça fait déjà 700 millions de dollars. le jackpot!

BeeHive
03/04/2012, 11h19
Face au conflit qui pointe, une cellule de médiation Etat algérien-Vimpelcom proposée

Il existe une sourde discorde au gouvernement algérien sur la conduite à tenir dans l'affaire Djezzy. Le chiffre de 6,5 milliards de dollars a réveillé les «suiveurs». Dans le même temps le nouveau redressement hors norme de 1,3 milliard de dollars relance le risque d'un conflit à l'international. Nassim Kerdjoudj, PDG de Net-Skills et vice- président du FCE, propose une autre démarche pour boucler l'opération. Alors que d'autres experts persistent à juger que le scénario de la non acquisition est le plus probable.


La fuite organisée, la semaine dernière, par une source interne au ministère des finances algérien sur l'évaluation de OTA par le cabinet Shearman et Sterling LLP (France) a compliqué un «processus» d'acquisition de Djezzy par l'Etat algérien qui était déjà bien touffu. «L'informateur de Reuters ne voulait pas que du bien à l'opération d'acquisition de Djezzy» croit savoir un haut fonctionnaire du même ministère des Finances à Alger : «le chiffre de 6,5 milliards de dollars lancé ainsi en public avait toutes les chances de choquer. En plus la source a laissé entendre que ce montant correspondait à 51% de la valeur de Djezzy et non à la totalité, ce qui n'a fait qu'accroitre l'étonnement général».

La «fuite» du ministère des Finances qui tombe en pleine campagne électorale est jugée par ce cadre du secteur comme «un véritable coup de poignard dans le dos du projet d'acquisition de Djezzy». Le point de vue hostile à l'opération pour son coût exorbitant pour un objectif jamais explicité, a pris à témoin l'opinion publique et la classe politique. «Il s'agit de sortir 3,5 milliards de dollars des caisses de l'Etat pour prendre le contrôle d'une entreprise qui travaille déjà en Algérie» rappelle Nassim Kerdjoudj, Pdg de Net-Skills et vice président du FCE : «ce sont dix années de bénéfices payés à l'avance aux actionnaires de Vimpelcom, compte tenu des investissements nécessaires les prochaines années avec notamment la 3G». Colossal.

L'épisode de la fuite du ministère des finances et du démenti du ministre Karim Djoudi sur l'acceptation par l'Algérie de ce montant de valorisation comme base de la transaction rend l'imminence d'un accord «peu probable» pour de nombreux commentateurs. Et d'abord aux yeux d'un des deux experts, proches du dossier, qui ont plaidé, le non aboutissement possible de la cession de 51% de Djezzy dans le précédent numéro du supplément économique Quotidien d'Oran-Maghreb Emergent : «l'annonce d'un redressement fiscal de 1, 3 milliard de dollars confirme bien que nous ne sommes pas dans une négociation classique. Je persiste à dire qu'il n'y a pas d'avancées et que nous sommes dans une situation où l'Etat algérien a choisit de jouer la montre, peut-être pour botter en touche à la fin».

L'échec des négociations et le retour de la menace d'un arbitrage international ne sont pas exclus dans ce cas de figure. «Un redressement fiscal en cours de négociation commerciale est une arme entre les mains de Vimpelcom pour dire qu'il subit un acharnement. Les autres multinationales en Algérie ne connaissent pas ce sort» estime l'expert financier qui ajoute «je sais que les avocats du cabinet français qui a procédé à l'évaluation sont frustrés. Ils n'ont pas pu aller au bout de leur travail et surtout pas pu développer la bonne démarche pour faire aboutir la transaction.

RENVERSER LA DEMARCHE POUR ABOUTIR A LA TRANSACTION

C'est ce scénario du retour au conflit qui fait dire à Nassim Kerdjoudj que «nous sommes dans le perdant-perdant et ce serait catastrophique pour le pays que cela persiste. Autant la réussite de Orascom a fait dire que l'Algérie était un Eldorado, autant l'issue de cette affaire pourrait définitivement faire fuir les partenaires étrangers». Ce qui a amené vers l'impasse actuelle selon Nassim Kerdjdoudj est un «mauvais calcul» de la partie algérienne : «Djezzy ne s'est pas effondrée. Elle a subi des redressements fiscaux, des interdictions de toutes sortes et des poursuites judiciaires, mais n'a pas été lâché par les utilisateurs algériens qui ont ainsi exprimé un certain attachement à l'opérateur qui a démocratisé le mobile dans le pays». Conséquence, la valorisation de Orascom Télécom Algérie; propriétaire de Djezzy- est demeurée haute. Et le cabinet engagé par la partie algérienne a dû se résoudre à une estimation qui est sans doute bien plus élevée que celle à laquelle aspiraient son employeur.

Pour le PDG de Net-Skills, il est vital de rapprocher les positions des deux parties et le gouvernement algérien devrait engager pour cela une cellule de médiation qui n'a d'intérêt ni d'un côté ni de l'autre pour réfléchir aux moyens d'aller au bout de cette opération «car faire machine arrière aujourd'hui peut être encore plus préjudiciable que de trouver un terrain d'entente pour rendre algérienne la majorité du capital d'OTA».

Des experts internationaux impartiaux aideraient le ministère des Finances et le conseil d'administration de Vimpelcom à ouvrir de nouvelles pistes. Nassim Kerdjoudj s'avance même à proposer des profils comme «Hassan Kebbani, qui ne travaille plus chez Orascom. Il connaît OTA qu'il a dirigé, et est apprécié à Alger, il pourrait faire partie d'une telle cellule de médiation». L'idée selon le vice-président du FCE est de renverser la démarche actuelle. Arriver à la transaction par les incitations et non par la répression. Il s'agirait donc d'amener les actionnaires russo-norvégiens de Vimpelcom à accepter un prix de cession plus bas en contrepartie non pas de la cessation des mesures de rétorsion, qui risquent plutôt de conduire à une décision de tribunal international préjudiciable pour l'Algérie. En échange, ils bénéficient de l'engagement de l'Etat pour verrouiller totalement le marché du fixe et de l'internet afin de faire de Djezzy algérianisé un acteur majeur des TIC. Ce serait alors du gagnant-gagnant». Dans la semaine où Algérie Télécom connaît son sixième directeur général en sept ans, la proposition n'est pas dénuée de bon sens.

par Samy Inja, Le Quotidien d'Oran

rasibus
03/04/2012, 11h25
la licence arrive a terme en 2016 ... dans quatre ans ...

l'etat a donc tout interet a jouer la montre, il n'y a pas vraiment le feu au lac

djezzy existe car une licence lui a ete concedée, licenece financee par des banques algeriennes qui plus est, faut arreter le melodrame, car c,est en train de tourner au grotesque cette histoire

nedjma, mobilis sont en train de gentiment prendre le relais, et le jour venu ils prendront aussi les parts de marché restantes, et la terre continuera de tourner

sawiris va regretter ces carambouilles avec lafarge sur le dos du tresor public algerien, amendes a repetition, et controle sourcilleux sur ses comptes en devises, en attendant mieux ... les amis de moubarak sont en train de mordre la poussiere, on ne va pas les plaindre

BeeHive
03/04/2012, 11h31
Apparemment les responsables Algériens ne sont pas convaincu de la valorisation faites le cabinet international, les négociation risques d’être difficile.

J’espère qu'ils trouveront un compromis, investir 3 milliards dans Djezzy (51%) est certainement plus rentable et plus utile que l'achat de bons du trésor américains. Il y a probablement de meilleur investissement mais pour le moment les responsables Algériens ont l'air de ne pas savoir quoi faire de leurs 200 milliards de réserve.

rasibus
03/04/2012, 11h37
vu que ce sont les americains qui nous achetent le plus de nos hydrocarbures (14 milliards $ pour 2011 http://www.census.gov/foreign-trade/balance/c7210.html) il est tout a fait normal de placer chez nos meilleurs clients la moitié de nos reserves de changes

l'autre moitié etant placée en euros, en francs suisses, en livres sterling, en yen et bientot aussi en yuan

---

djezzy va mourir de sa belle mort, et personne de serieux en algerie ne la regrettera, cette cash machine, cette poule aux oeufs d,or a ete tuée par cete imbecile de sawaris, bien fait pour lui

BeeHive
03/04/2012, 11h39
...sawiris va regretter ces carambouilles avec lafarge sur le dos du tresor public algerien,

15 millions d’Algériens utilisent Djezzy et attendent toujours d'avoir accès a un internet à haut débit. A un moment donnée, il faut voir loin et arrêter de faire payer les algériens les magouilles de Sawiris et des responsables Algériens, on ne peut rester indéfiniment revanchard.

rasibus
03/04/2012, 11h44
on ne peut pas se faire rouler dans la farine et continuer a laisser cet escroc sortir du pays des dollars par centaines de millions !

nedjma et mobilis sont la, elles paient leurs taxes, joue le jeu des trabsferts internationaux, investissent beaucoup sur place, se developpent normalement et profitent au consommateur algeriens

djezzy par contre, c'est une toute autre histoire ... a jouer les petits mariolles, on finit par trouver a qui parler, il a deja largement assez profité de ses clients algeriens, bien plus qu'assez a mon gout, basta, ca suffit, terminé, on degage !

Neutrino
04/04/2012, 12h03
Quand a l'amende, tout le monde connait la competence, l'integrite et surtout l'independance de la justice Algerienne pour qu'un jugement rendu par elle puisse avoir un poid sur le plan international !

dans ce cas, la Justice algérienne n'a qu'à trouver une raison valable pour fermer Djezzy, la négociation tournera à l'avantage de l'Etat algérien. L'Etat pourra pendre le contrôle de Djezzy (les 51 %) pour un dinar symbolique et Vimpelcom attendra les résultats pour rentrer dans ces frais. de toute façon, si ces crèves-la-dalle de russes ont pu mettre 6,6 milliards de dollars sur la table pour acquérir Orascom Telecom Holding, c'est que ça doit être du blanchiment d'argent. ça ne peut être que l'argent de la mafia russe. la Justcie algérienne incompétente pourrait même ouvrir une enquête à l'international. l'Algérie est en position de force sur ce dossier. c'est la faute des traîtres du gouvernement qui font semblant de ne pas de trouver des solutions. ils bavent sur la tchipa. 700 millions de dollars! y a de quoi trahir :mrgreen:

BeeHive
05/04/2012, 12h30
dans ce cas, la Justice algérienne n'a qu'à trouver une raison valable pour fermer Djezzy

Quel est l’intérêt d’Algérie de détruire une société, surtout d'un grand intérêt publique. Les guerres ne s’arrêtent pas parce que un camps a exterminé entièrement le camps adverse mais parce que a un moment donnée, des Hommes se sont attablés pour discuter paix et sauver des vie humaines.

BeeHive
07/04/2012, 13h48
Vers un arbitrage international,Les négociations entre l’Algérie et Vimpelcom dans l’affaire Djezzy dans l’impasse

Des rapports de presse ont fait état, hier, que les négociations entre le groupe russe et le gouvernement algérien relatives à l’achat par l’Algérie de la société Orascom Telecom Algérie Djezzy, étaient dans l’impasse après la nouvelle amende qui a été imposée à l’opérateur de téléphonie mobile et estimée à 1.25 milliards de dollars.

Selon ce qu’a rapporté l’agence Reuters, l’avenir de Djezzy est devenu de plus en plus ambigu suite à l’échec des négociations entre le russe Vimpelcom et l’Algérie sur le sort de la filiale Orascom Telecom Algérie Djezzy, après la condamnation de l’opérateur à payer une amende estimée à 1.25 milliards de dollars suite à la plainte déposée par la banque centrale contre Djezzy pour violation de la loi sur le change de 2010. Selon la source de l’agence, les relations entre Vimpelcom et le gouvernement algérien se sont dégradées après l’annonce de cette nouvelle amende, à ajouter à de nombreuses amendes et redressements fiscaux imposés à l’opérateur ses dernières années. cela conduira à la dévaluation des actions de la société et obligera la société russe à revoir à la baisse la valeur de son marché qu’elle propose au gouvernement algérien contre l’achat des parts de Djezzy.

Cette situation a poussé selon des rapports de presse russes la société Vimpelcom à examiner l’option de recourir à l’arbitrage international pour résoudre le conflit qui l’oppose au gouvernement algérien.
Reuters a de son coté indiqué que la société russe n’acceptera pas la demande du gouvernement algérien de déduire l’amende de 1,3 milliard infligée par un tribunal d’Alger à l’opérateur téléphonique pour fraude fiscale, du prix de mise pour lequel l’Algérie est prête à racheter la marque Djezzy.

De son coté et selon le journal égyptien Al-Yaoum, Orascom Telecom Holding a refusé de prendre part à la polémique et de commenter ce qui se passe puisqu’une source de la société s’est contentée d’assurer que la société souhaitait rester sur le marché algérien si le gouvernement algérien renonçait à l’achat de la société, assurant que l’Algérie était un marché prometteur et qu’elle n’avait pas l’intention de l’abandonner.

ElKhabar

Cookies